Archives par mot-clé : Siku

Sage comme une image

Sage comme une image.

Tendez l’oreille. La fenêtre est ouverte, et l’on entend les oiseaux chanter. Les trois bambins assis sur leurs chaises ne les entendent pourtant pas. Ils jouent avec des miniatures Siku. A voir les ombres projetées par les objets placés sur la table, le soleil brille pourtant déjà fort. Les enfants pourraient d’ailleurs bien être dehors.

Derrière eux, sur une console, le poste de télévision est éteint. A quoi bon l’allumer quand on a des miniatures et toute une panoplie d’accessoires permettant de recréer un monde imaginaire. Un monde lilliputien.

La scène décrite correspond à la couverture du catalogue Siku 1961.

C’est en triant ma documentation que m’est venu le sujet du jour : ce splendide catalogue Siku m’a inspiré.

Le fabricant de jouets fait passer un message très simple aux parents: “Achetez nos miniatures, et vos enfants seront conquis”. J’ai fait le lien avec le confinement obligatoire de mars 2020, et les témoignages de parents ne sachant plus quoi faire de leur progéniture.

Parents, vous avez des enfants confinés chez vous depuis quelques semaines ? La télévision braille toute la journée. Vous ne supportez plus vos ados. Leur musique saccadée et vociférante, en un mot, assez éloignée de ce que écoutez vous indispose ?

Alors, essayez avec eux les miniatures automobiles : ouvrez vos vitrines !

Vitrine avec modèles anglais et dérivés
Vitrine avec modèles anglais et dérivés

Recréez sur la table de la salle à manger l’univers de votre enfance. Vos enfants, qui finalement ne savent pas grand chose de vous, auront ainsi la possibilité de mieux vous connaître.

Ils découvriront qu’il y a cinquante ans des usines fabriquaient en Europe (si, si) des reproductions miniatures des voitures que l’on croisait à l’époque dans la rue. Des enfants dont vous faisiez partie s’amusaient avec.

Dites leur, que des heures durant, vous pouviez rester assis sur une chaise à jouer avec ces petites voitures et que c’est de là que vous est venue votre passion pour les miniatures automobiles.

Vous pourrez ainsi leur révéler un peu de votre personnalité, selon que vous étiez brise-fer ou au contraire précautionneux avec vos jouets.

Cela vous permettra peut-être de rétablir le dialogue avec eux.

N’ayant plus d’ados à la maison, mais un chat que j’ai renoncé à éduquer, j’ai profité du confinement pour trier mes catalogues par pays, dans la même logique que le classement de mes vitrines.

J’ai alors constaté que les fabricants de jouets allemands, surtout Märklin et Siku, mettaient souvent en avant, sur les couvertures de leurs catalogues, l’enfant et ses jouets. C’est plus rarement le cas des fabricants français, anglais et italiens.

J’ai sélectionné trois catalogues Siku dont les couvertures sont des invitations au jeu. Prenons celui en noir et blanc.

Comment ne pas se projeter dans la situation : assis dans le salon, jouant avec un splendide Mercedes Külwagen référence V96. Le prix de l’objet a dû faire revenir à la réalité plus d’un enfant : 2,75DM.

L’autre enfant pousse précautionneusement le semi-remorque citerne référencé V45…3,45DM : trop cher également.

Le troisième enfant a dans les mains la V83, l’Opel Rekord 58 à 1DM, voilà qui paraît bien plus raisonnable.

Combien d’enfants n’ont ils pas échaffaudé de savants calculs et les projets qui vont avec en étudiant la liste des prix ? Finalement, ces catalogues nous ont presque autant occupés que les miniatures qu’ils contiennent.

La catalogue de 1960, de couleur violet, met en scène un père et son fils occupés à jouer sur le coin d’une table. Le père a en main une loupe.

Le dessinateur, dans une bulle, a choisi de grossir un détail, ici une roue. Le message de Siku envoyé aux parents est clair : nos miniatures sont fines et détaillées.

L’enfant semble médusé devant tant de détails, il n’a d’yeux que pour son père qui s’affirme ici en fin connaisseur.

Siku n’hésite pas à relier le monde réel, aperçu par la fenêtre de la pièce en arrière plan et le monde virtuel que l’enfant peut récréer sur la table de la salle à manger. Notre petit ami devait avoir de bons bulletins à l’école, car le parc de modèles Siku en sa possession est impressionnant.

Mon catalogue préféré est celui de 1961. J’ai décrit la couverture plus haut. Les illustrations qui figurent au dos, sont également hautes en couleur.

On y voit une scène se déroulant sur une plage, dans le nord de l’Allemagne : l’eau n’a pas l’air très chaude, et à voir la position de l’abri de plage, le vent vient de la mer. D’ailleurs aucun personnage n’est dans l’eau !

Le père, allongé à même le sable, observe son fils fort occupé avec sa flèche soulevant des grumes. Bien que sur une plage, l’enfant a choisi d’installer des sapins. Il vit peut-être le reste de l’année en pleine Forêt-Noire et tente de récréer son univers familier.

Sur le dessin situé en bas de page, c’est la mère qui est présente, debout, dans le jardin. Elle observe sa progéniture qui joue au milieu des fleurs. Tout à l’air de bien se passer, même si l’un des frères tend l’index vers sa petite soeur qui maltraite le pantographe de la motrice du tramway. C’est du Siku, donc du solide.

Au milieu des années soixante, les enfants disparaissent des couvertures des catalogues Siku, mais également des catalogues Märklin. Ils reviennent en force après 1968.

Après cette date, les autres grands fabricants européens, Solido, Politoys,Tekno et bien d’autres vont reprendre à leur compte ce que les Allemands utilisaient au milieu des années cinquante.

C’est une des répercussions de mai 68. L’enfant devient le centre de toutes les attentions. C’est l’arrivée de la société de consommation et de l’enfant roi.

Les catalogues post-68 sont un bon exemple. Mon père qui tenait un magasin de chaussures me racontait qu’après cette date, certains parents commençaient à demander l’avis de leur enfant sur le choix du modèle de chaussure ou sur sa couleur. Ceci était impensable avant mai 1968.

A partir de ce moment, l’image du père ou de la mère sur la couverture des catalogues de jouets disparaît à tout jamais. Seule celle de l’enfant demeure. Toujours en avance, Solido fera apparaitre en dessin, en 1973 des enfants de toutes nationalités dont un de couleur noire. Aujourd’hui les fabricants ont à coeur de représenter dans leurs catalogues la société dans toute sa diversité.

 

L’arrivée du cirque en ville.

L’arrivée du cirque en ville.

On peut mesurer la réussite d’une exposition au sentiment de tristesse qu’on a lorsqu’on arrive à la dernière salle. Heureusement, ce sentiment s’estompe au profit d’un autre, plus agréable, celui d’avoir enrichi ses connaissances et de pouvoir en faire profiter les autres.

C’est donc en sortant d’une magnifique exposition organisée au musée Masséna de Nice, ayant pour sujet l’histoire du cirque et intitulée “Le cercle enchanté” que m’est venu le sujet du jour.

L’exposition abordait l’histoire du cirque à travers ses rapports avec la ville de Nice. On apprenait ainsi que la ville de Nice avait possédé une installation fixe, rue Pastorelli.

C’est l’extraordinaire collection du docteur Alain Frère qui a servi de support à cette féérique exposition. On découvre que le premier établissement fermé servant à recevoir un spectacle équestre est l’œuvre de Philip Astley en 1779 en Grande-Bretagne.

Les historiens avancent l’idée que cette structure fermée permettait de produire le spectacle sans se soucier de la météo que l’on sait parfois capricieuse outre-Manche.

La trace du premier chapiteau démontable, et donc mobile, apparaît en 1825 aux Etats-Unis.

Le cirque se déplaçait d’une ville à l’autre par convoi ferroviaire. On imagine bien, notamment aux Etats-Unis, les grandes distances pouvant séparer une ville d’une autre. Avant que n’apparaisse la traction automobile au début du 20 eme siècle, c’est la traction hippomobile qui servait à convoyer le matériel, mais aussi les cages et les éléments du chapiteau, de la gare à l’endroit choisi pour implanter le cirque.

Un panneau de l’exposition rapporte à quel point l’arrivée du cirque Barnum et Bailey à Nice en avril 1902, fut un évènement marquant : quatre trains spéciaux composés de 67 wagons chacun ! Le gigantisme à l’américaine.

Trois places de la ville furent investies par le cirque. 500 chevaux participèrent au spectacle et bien sûr au montage de ce véritable « Barnum » qui est devenu un terme désignant le gigantisme.

Bien sûr, tous les cirques n’avaient pas cette dimension exceptionnelle. Et dans les petits cirques, les chevaux avaient un dur labeur : après avoir tracté les ensembles ils devaient le soir assurer la représentation. De nombreux documents attestent de ce fait.

Voyez ces ensembles de chez Barclay. Les chevaux sont encore somptueusement décorés de plumets, et cependant ils sont au travail, tirant la cage contenant du lion.

Je n’ai pas pu résister au plaisir de glisser ce découpage offert par un fabriquant de pâtes alimentaire…Ses spaghettis servaient à figurer les barreaux derrière lesquels un terrible léopard attendait l’heure de la parade. Nul doute, le fabricant de pâtes a conçu d’autres cages afin que l’enfant puisse reconstituer une vraie caravane de cirque.

La firme anglaise de personnages miniatures Charbens a reproduit un exceptionnel ensemble dans lequel il revient à l’éléphant de tirer les deux cages et les animaux sauvages. On peut imaginer que ce type de convoi a réellement existé.

Ce jouet a eu en son temps un beau succès d’estime. Il est plein de poésie. Je l’apprécie tellement que j’ai cru bon en acquérir trois en raison des variantes de production.

Plus tard c’est la traction automobile qui remplacera l’animal.

Le fabricant allemand Siku a proposé deux merveilleux éléments qui peuvent être tractés par de nombreux véhicules de la gamme. Cependant, la firme a conçu un coffret composé d’un tracteur Fahr, de la roulotte d’habitation et d’une remorque cage.

Ces éléments ont cependant été le plus souvent vendus à la pièce, en étui individuel.

Siku est un fabricant qui sait faire vivre les jouets et développer l’imagination de l’enfant. Avec ses artistes placés sur la partie avant, la roulotte est d’un charme désarmant. On appréciera la petite cheminée qui donne de la vie au jouet. L’échelle de reproduction se situe au 1/60.

Minialuxe a utilisé un tracteur avec une cabine tôlée de dessin libre, d’origine anglaise, tirant deux cages transparentes. Nous sommes très loin de Siku. Le charme est différent.

La boîte est très plaisante. Minialuxe remplacera plus tard ce tracteur par un Berliet Gak à ridelles bâché. L’ensemble avec les deux cages sera alors vendu en boîte transparente.

Les fabricants de jouets, particulièrement ceux spécialisés dans les figurines, ont concentré leurs efforts sur la reproduction de personnages. L’échelle retenue étant le 1/32, le coût était trop élevé pour créer des véhicules et des remorques. Quiralu a reproduit des véhicules et des cages en bois, mais en s’affranchissant de cette échelle.

Dans les années soixante, Corgi Toys sera le premier grand fabricant de miniatures à offrir un superbe ensemble de véhicules. Cet ensemble a beaucoup contribué à la renommée de la firme, il a marqué un grand nombre d’entre nous.

Cela est une autre histoire.

 

PS: si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous conseillez le très beau livre paru pendant cette exposition et consacré à cette fantastique collection  du docteur Alain Frère (Editions Giletta).

Les affiches et autres  documents insérés dans cet article proviennent de la collection du docteur Frère. Les miniatures et les figurines de notre collection.

C’est une fille !

C’est une fille !

Les deux mains sur le haut du volant, elle s’engage, cheveux au vent dans son cabriolet. L’action se situe sur une grande artère d’un centre ville moderne.

La jeune fille semble coquette. Ce n’est pas le petit bouquet qu’elle a accroché à l’angle supérieur gauche du pare-brise qui nous l’indique, mais son rétroviseur intérieur.

On ne voit pas son visage dans le miroir. On en déduit qu’elle s’en est servi pour vérifier sa coiffure et qu’elle a oublié de le repositionner afin de voir ce qui se passe derrière elle.

Cette ville semble neuve. Nous sommes en effet à Moscou, dans le nouveau quartier voulu par Staline et constitué d’immeubles élevés dignes de ceux que l’on trouve l’autre côté de l’ Atlantique. Le titre d’un des tableaux représentant ce quartier est évocateur : “Gratte-ciel résidentiel sur le quai Kotelnitcheskaïa”( Dimitri Tchetchouline).

Dans la logique du « réalisme socialiste » qui se doit de montrer les bienfaits du communisme, l’artiste, Youri Pimenov a représenté cette femme dans son auto, en route vers un avenir radieux. Le titre du tableau : “La nouvelle Moscou”. (1937)

Une chose m’a profondément marqué dans l’exposition “Rouge” du Petit Palais, exposition consacrée à la relation entre le pouvoir politique et les artistes dans l’Union Soviètique après la révolution de 1917.

Il s’agit de la place de la femme dans la société communiste. Elle est représentée à l’égal de l’homme.

Elle exerce les mêmes fonctions que lui. La voici conduisant un tracteur, sautant en parachute, s’entrainant au tir. Mieux, elle prend part comme l’homme aux travaux de construction. Avec un marteau piqueur elle participe à la construction du métro à Moscou.

L’image du corps sain et athlétique n’est pas réservée à l’homme. Dans son tableau “pleine liberté”, Daineka représente un groupe de jeunes filles faisant de la course à pied en pleine campagne.

Les artistes appartenant au courant du “réalisme socialiste” sont donc nombreux à avoir traité dans leurs oeuvres de l’égalité des sexes, propre à l’idéologie communiste.

Le tableau représentant cette jeune femme seule au volant de son auto s’inscrit dans la même veine. Nous sommes en 1937.

Si en 2019, une femme au volant d’un cabriolet n’a rien d’extraordinaire, dans l’iconographie occidentale d’avant- guerre, c’est autre chose.

Le plus souvent la femme est à côté, comme dans ce tableau d’Emile Compard “La montée à 80 ou les automobilistes”.

Une femme au volant avec un homme à ses côtés est une image d’avant garde.

jusqu’à tout récemment, la femme est représentée assise, à droite du conducteur. Mieux, on voit parfois deux hommes aux places avant et les femmes sur la banquette arrière !

Je me suis alors penché sur les représentations en jouet. Pour des raisons pratiques, c’est bien sûr lors de la réalisation d’autos cabriolets que la question s’est posée.

Il est judicieux pour un fabricant de jouets d’équiper son modèle d’un personnage pour le rendre plus vivant.

Cependant, j’ai rencontré de nombreux collectionneurs qui n’appréciaient pas du tout cet accessoire, une miniature devant être représentée statique, à l’arrêt, donc sans personnage. Ainsi pour des raisons esthétiques, ils n’hésitaient pas à le supprimer, notamment sur les cabriolets Solido.

Justement, Solido a créé deux personnages, un homme à casquette et une jeune femme. Sur les cabriolets de la série 100, on peut dégager une tendance. Ainsi la Mercedes 190SL et la Peugeot 403 sont très généralement équipées d’un conducteur, alors que la Renault Floride et l’Alfa Romeo semblent avoir le plus souvent une conductrice. Pour la Simca Océane on ne dégage pas de tendance très nette.

Cependant, il n’y a pas de règle établie. Ainsi sur nos 13 Peugeot 403 cabriolet, une est conduite par une jeune femme.

Malgré sa frêle allure, elle ne semble pas intimidée par la direction, disons virile, de la Peugeot. Ses épaules nues indiquent que nous sommes en plein été.

Pour illustrer ces propos, je me suis amusé à installer dans deux Alfa Romeo cabriolet de la série Junior de chez Solido, des personnages Starlux. Ils étaient destinés à cet usage.

J’aime beaucoup celle avec le couple dont la femme est au volant. Cheveux au vent, elle n’a peur de rien. Par contre, à voir la posture de son compagnon, chapeau vissé sur la tête et bras croisés, il semble redouter le pire.

En fait, très peu de fabricants de jouets ont installé des femmes au volant. Siku l’a fait, avec sa Renault Floride, ce qui semble être un cliché facile. Le caniche à ses côtés renforce cette idée.

Siku, dont les produits semblent avoir été destinés aussi bien aux petits garçons qu’aux petites filles n’a pas hésité à reproduire de nombreux personnages féminins.

On y retrouve des clichés dignes des années cinquante : mère de famille avec landeau, donnant la main à un enfant, ou allongée sur un matelas pneumatique.

Par ailleurs, Siku n’hésitera pas à proposer un très grand nombre de miniatures de couleur rose afin de séduire ses petites clientes, du Messerschmitt à la Porsche 356 en passant par les Opel et autres Mercedes. Cependant, une BMW 501 limousine ou Goliath de couleur rose à de quoi déstabiliser plus d’un collectionneur !

A titre personnel, j’aime beaucoup ce décalage.  M Raschke, auteur des livres sur la marque me l’a souvent répété,  ces couleurs sont rares, prouvant ainsi que l’objectif de Siku ne fut pas pleinement atteint.

En France, avant la guerre, les Jouets Citroën ont reproduit de charmantes Citroën C4 cabriolet avec personnages : un monsieur au volant et une dame tenant un chien sur ses genoux. Quarante après, je ne me lasse pas de ces jouets et du charme qu’ils dégagent.

On peut reconnaitre la”dame” au coup de pinceau figurant son étole flottant au vent.

Par contre il est bien plus difficile d’identifier les personnages des Peugeot 402 et de la rarissime Citroën Traction avant cabriolet de chez JRD. Ils arborent un serre-tête, et rien ne permet de reconnaître qui est au volant.

J’aime à penser qu’il s’agit d’une jeune femme, se prenant pour Anne- Cécile Itier, pilote éclectique d’avant guerre. Coiffée à la garçonne, elle fonce au volant de son cabriolet. Le passager semble médusé par les risques pris.

Tout au long de ma carrière, j’ai recueilli des témoignages de femmes qui m’expliquaient que petites filles, elles jouaient avec leurs petites autos, avec leurs frères ou même toutes seules.

Pourtant, comment expliquer que peu de femmes soient intéressées par la collection de miniatures automobiles ? il y a là un mystère. D’une manière générale, il y a pourtant autant de femmes collectionneuses que d’ hommes.

Il est possible que les femmes coupent plus facilement le lien avec l’enfance. Est-ce dû à la maternité ? peut-être. Les mères sont sans doute davantage tournées vers le futur que vers le passé.

En 2019, l’image de la femme et de l’automobile a bien changé. Désormais, et c’est tant mieux, les femmes partagent le volant et les points du permis !

Ce blog nous l’avons écrit mon épouse et moi pour notre petite fille, Perla qui vient de naître ce mardi 24 Septembre 2019. La roue tourne. Je ne doute pas un instant qu’à l’instar de l’héroïne du tableau russe de Youri Pimenov, elle saura s’émanciper au volant de sa voiture et parcourir les routes d’Italie puisque c’est son pays

.

Un écureuil dans votre moteur !

Les collectionneurs ont parfois des attirances qui peuvent paraître étranges. Pour ma part, je dois confesser une faiblesse pour les stations-services. Ainsi, lors de mes nombreux voyages à l’étranger, j’essaie toujours de privilégier les marques d’essence qui sont propres au pays où je me trouve et qui ont un rapport avec ma collection.

Esso
Esso

Aux USA, j’ai beaucoup de plaisir à faire le plein chez Phillips 66 ou chez Sunoco. Ces compagnies ont gardé un lien avec leur passé au niveau des logos et des couleurs.

Tel un touriste japonais devant la Joconde, je n’hésite pas à sortir mon appareil photo afin d’immortaliser ces stations, provocant un regard, au mieux interrogateur, au pire soupçonneux, du pompiste.

Si je lui demande de surcroît s’il n’a pas un petit sticker que je pourrais joindre à mes miniatures en vitrine, je sais que je le laisse pour la journée dans une grande perplexité ! J’aime surtout faire le plein dans des stations représentatives. Au milieu du mois d’octobre, je me suis rendu en Allemagne. Aral, l’enseigne locale, y est aussi connue que Total chez nous. Je m’interroge cependant sur un point. Certes, ces marques que je viens de citer dominent leur marché national, mais il y a des pétroliers que vous retrouvez aux quatre coins du monde : Esso, Shell, BP. Il est intéressant de voir comment ces firmes ont réussi à pénétrer la plupart des marchés, bien avant la mondialisation actuelle.

Prenons le cas d’Esso. Les collectionneurs français que vous êtes ont déjà remarqué que cette enseigne se retrouve sur un très grand nombre de jouets des années 50-60, notamment les garages Depreux, les boîtes Starlux et vos Dinky Toys. Bien avant l’apparition de « l’enfant prescripteur » ces firmes cherchaient déjà à conditionner les plus petits. Le logo avec le tigre fait partie de cette démarche.

Ainsi, sur le marché allemand, Esso fut aussi très actif, et c’est le sujet de notre rubrique. Gama fut un des partenaires de la firme américaine et ce durant de nombreuses années. Un des modèles les plus fameux est la reproduction au 1/30 environ de la bonne vieille BMW 1800. Sous des allures de berline familiale, un décalque sur la malle arrière conseille de mettre un tigre dans le moteur (dans la langue de Goethe, évidemment !).

Un ingénieux mécanisme permet à la malle arrière de pivoter et faire apparaitre le terrible félin en plastique qui ressemble en l’occurrence fortement à un gros chat… succès garanti auprès des enfants…

J’avoue que chaque fois que je rencontre ce jouet en Allemagne, je ne peux m’empêcher d’actionner le mécanisme, au prétexte de vérifier simplement, en tant qu’acheteur éventuel, le bon fonctionnement du modèle !

Gama prolongea jusque dans les années 80 son partenariat avec Esso. Siku partagea sa production entre la compagnie nationale Aral, et Esso. Le modèle de camion citerne Esso que je vous présente est particulier.

Il ne s’agit pas du modèle de série, qui est rouge, mais d’une version promotionnelle très peu fréquente et plus tardive. La cabine est dénommée Struver par Siku. Il s’agit d’une mécanique Man et d’une cabine Henschel. Ce modèle était uniquement disponible dans le réseau Esso comme l’autre modèle de la photo, issu de chez Riegel. La cabine est celle du Man. Le texte sur la boîte vante la capacité de la citerne. La reproduction de la miniature est au 1/60, comme les Siku. Pour le détail, observez le logo “Esso” gravé dans la calandre. Enfin, ce fabricant peu connu n’a pas hésité à donner la référence “1003” ce qui laisserait présumer une fabrication antérieure importante!

A voir le sourire du pompiste Esso sur la publicité présentée, on se plait à imaginer qu’il vient d’offrir à un bambin une petite reproduction miniature du semi-remorque, comme celle que je vous montre. Epoque bénie, où il y avait encore des pompistes …. En 2010, Esso a automatisé sa distribution, et de pompiste il n’y en plus…. comme de cadeaux d’ailleurs, et même, en ce mois d’octobre, d’essence !

Devant les files d’attente qui créent des bouchons à l’entrée des stations services, on pense avec un sourire nostalgique à Jacques Brel, « emmerdeur » splendide qui préfère tomber en panne d’essence plutôt que de faire le plein dans une station service qui ne distribue pas les cadeaux collectionnés par son neveu…..

Les petits bonheurs

Il y a quelque temps je me suis gentiment moqué de ma région et du peu d’attraits qu’on lui trouvait (L’homme de Picardie). Aujourd’hui, je vais lui rendre hommage car j’ai connu sur ses routes beaucoup de petits bonheurs. Apprenti collectionneur, je passais une partie de mes vacances à arpenter les routes de la région en mobylette. Ce moyen de locomotion limitait forcément mon rayon d’action et je ciblais les magasins de jouets.

Semi-remorque Siku Mobil et Esso
Semi-remorque Siku Mobil et Esso

A la campagne, il existe rarement des commerces spécialisés dans cette activité et j’avais plutôt affaire à des bazars où se côtoyaient les articles de pêche à la ligne, des produits de jardinage et bien sûr des jouets. Je recherchais également les fêtes foraines : entre train fantôme et tir à la carabine se trouvait en général une roulotte proposant des friandises. Il n’était pas rare d’y trouver des « antiquités », mais pas au niveau des guimauves ou du nougat. J’ai ainsi acquis des Minialuxe que le grossiste local ne devait plus savoir écouler. Les Berliet Stradair emplis de bonbons en sucre figurent également à mon tableau de chasse. Je dois quand même avouer que j’ai fait beaucoup de kilomètres pour de piètres résultats. Un de mes plus beaux trophées reste cependant ce beau camion citerne Berliet Gak aux couleurs de BP de chez Bourbon acquis de haute lutte dans une station service. J’étais heureux d’avoir pu me procurer ce promotionnel. Il a pour moi un attrait bien particulier qui n’est pas dû à sa valeur. A l’époque ce type de modèle intéressait très peu de monde. J’étais particulièrement content d’avoir acquis un objet qui n’était pas commercialisé et qui représentait un camion que j’aime bien, le Berliet Gak qui de plus se pare des couleurs BP que j’ai toujours appréciées.

Le souvenir de mes pérégrinations m’est venu lorsque j’ai acquis en Allemagne un autre modèle promotionnel pour le pétrolier BP.