Archives par mot-clé : François Hurel

Victoire de Matra au Mans

Depuis 1950, les Français, amateurs de sport automobile, attendaient une succession à la Talbot victorieuse aux 24 heures du Mans. L’apparition de la firme de Romorantin, Matra, leur redonna l’espoir. Si le constructeur est présent au Mans dès 1966, il faudra cependant attendre 1972 pour voir s’inscrire le nom de Matra à la première et à la seconde places du palmarès.

la vainqueur du Mans 1973 avec le guide Solido et la planche de décoration
la vainqueur du Mans 1973 avec le guide Solido et la planche de décoration

Ce doublé sera suivi par deux autres succès consécutifs en 1973 et 1974, avant que le fabricant de missiles qu’est Matra se contente de fournir son moteur à une équipe de formule 1. Les versions présentées ce jour sont celles du millésime 1973. La victoire de Matra fut acquise de très haute lutte face à Ferrari. L’incertitude dura pratiquement toute la course. Si les Matra semblaient légèrement supérieures en performance et en endurance, elles souffrirent toutes du déchapage de leurs pneus, à l’exception de la voiture des vainqueurs. Ce problème fut à l’origine de l’abandon de la numéro 10.

La numéro 12 perdit également tout espoir de victoire lorsque l’éclatement d’un pneu obligea ses mécaniciens à une longue réparation. Elle réussit cependant à monter sur la troisième place du podium, après une belle remontée.

L’excellent livre consacré à la saga Matra au Mans de François Hurel raconte cette anecdote : pendant la course, Gérard Ducarouge qui dirigeait la manœuvre dans les stands se plaignit auprès des pilotes de la numéro 11, celle des futurs vainqueurs, de ce que ces derniers sollicitaient trop leurs freins. Cela avait eu pour conséquence une usure prématurée de ceux ci, et surtout de précieuses minutes perdues au stand pour le remplacement de ces derniers. Or, après la course, au démontage, les mécaniciens s’aperçurent qu’un mauvais réglage de la butée de la pédale de frein avait eu pour effet d’exercer une légère pression sur ces derniers, même quand la pédale de frein était relâchée. D’où ces changements de disque à répétition et surtout une vitesse de pointe inférieure à celle des trois voitures sœurs. Les ingénieurs conclurent que ce défaut avait évité à la numéro 11 de déchaper. La victoire tient parfois à des détails surprenants.