Archives par mot-clé : Jacques Greilsamer

J’ai fait un rêve.

J’ai fait un rêve.

C’est une petite photo couleur, en bas de page. Curieusement, cette photo n’a aucun lien avec le sujet de la rubrique principale intitulée “made in Argentina” et consacrée à la firme Buby.

Plus précisément, elle porte sur une nouvelle gamme de miniatures reproduisant les autos s’étant illustrées dans les rallyes argentins et les courses de la “Temporada”. Nous sommes en avril 1971. Il s’agit du mensuel “L’automobile” qui consacrait régulièrement quelques pages au modélisme automobile.

Le regretté Christian Moity, auteur de la rubrique en question, explique que le premier article qu’il a consacré à la marque Buby, dans ce même magazine lui a valu un important courrier de lecteurs mécontents de n’avoir pu se procurer les modèles photographiés.

Il justifie son nouvel article en expliquant que sa fonction de journaliste est d’informer et non pas de passer sous silence l’existence de certaines productions, quitte à frustrer les amateurs.

En effet, au moment de la publication de l’article, ces Buby ne sont pas disponibles à la vente sur notre marché national pour cause d’absence d’importateur. (voir l’article consacré à ce sujet).

Nous sommes exactement dans ce cas de figure pour les deux modèles de l’ intrigante photo couleur décrite plus haut.

“Faisons un rêve” .

Voilà comment Christian Moity introduit le second sujet relatif aux deux miniatures de sa rubrique modélisme. Le journaliste explique qu’un groupe de quatre amateurs anglais a décidé de reproduire au 1/43 les autos ayant marqué l’histoire du sport automobile. La marque portera le nom d’un des leurs : John Day.

Ce qu’il y a de nouveau, c’est que ces autos sont destinées uniquement aux collectionneurs. Christian Moity n’a d’ailleurs pas relevé dans son compte rendu ce point fondamental.

Pour résumer, disons qu’à l’aube des années soixante, le monde de la collection des miniatures automobiles est composé en grande majorité d’amateurs qui se contentent de rassembler les modèles du commerce. Ils sont une minorité à s’aventurer dans des transformations, voire mieux, des créations.

Pour les pionniers de la collection, l’objectif est de recréer chez soi un musée imaginaire retraçant l’histoire de l’automobile.

J’aime beaucoup le début de la préface signée du Comte Hadelin. de Liedekerke-Beaufort dans le Premier Répertoire  Mondial des Automobiles Miniatures , édité pour l’exposition de 1959 du C.I.A.M . Ce dernier était le président de l’ Automobile Club de France.

“Toutes les voitures du monde”

“Nous avons tous rêvé d’un musée de l’Automobile assez grand pour contenir un modèle de tous les véhicules qui ont circulé dans le monde depuis que l’ingéniosité des hommes a su mettre un moteur sur des roues. Ce Musée idéal n’existera jamais car il faudrait une ville entière pour l’abriter, si même on pouvait encore retrouver une voiture de toutes les marques et un exemple de toutes les carrosseries suscitées par tant de modes et destinées à de si multiples usages.

Mais ce rêve se réalise sous une autre forme et bientôt nous pourrons dire en effet que toutes les voitures construites depuis les inventions de Cugnot et de Beau de Rochas seront sous nos yeux.

C’est le modèle réduit qui nous offre cette possibilité, la seule, d’embrasser d’un seul regard ce gigantesque panorama, et de rassembler dans un même lieu tout le parc automobile mondial.”

Tout est dit dans ces quelques lignes sur la motivation des amateurs : recréer chez soi l’histoire de l’automobile.

A dix ans d’écart, le comte H. de Liedekerke-Beaufort et Christian Moity ont utilisé le même mot : rêve.

Or, en 1960, les productions industrielles ne suffisent pas à combler ce rêve. Alors, comment faire ? Voilà bien la question que se sont posée les amateurs d’automobile soucieux de constituer un musée de miniatures et nous verrons la semaine prochaine les solutions qu’ils ont trouvées.

En attendant, et pour illustrer cette première partie j’ai choisi de vous faire partager la solution de Raymond Daffaure à cette équation. En 1960, l’histoire de la course automobile passionne les amateurs.

Connaissez-vous beaucoup d’autos de courses d’avant 1914 ? C’est loin me direz-vous, plus d’un siècle en effet !

Serge Pozzoli, rédacteur en chef du fameux “Album du fanatique de l’automobile” est un des premiers à avoir consacré des articles à ce type d’autos dans sa rubrique “Les tiroirs de l’inconnu”.

Ce sont des hommes comme lui qui ont permis à Raymond Daffaure de nous laisser d’émouvants témoignages et de satisfaire ses clients qui lui en faisaient le demande. Les modèles sont approximatifs, mais quel intérêt historique !

A suivre.

 

 

Le taulier

Le taulier.

“Avec les cocos qui arrivent, moi je pars en Suisse”.

“Juge,  je vous donne les clefs et vous allez gérer la taule. J’ai laissé un petit matelas à la banque. Vous avez toute ma confiance.”

C’est en ces termes qu’en 1981 Jacques Greilsamer laissa à Jean-Paul Juge la gérance de Modélisme.

N’allons pas trop vite. Lors de l’épisode précédent (voir le blog “l’excellence française”), nous sommes en 1978 et Safir Champion doit fermer ses portes. C’est la fin des “miniatures jouets”. Jean- Paul Juge ne va pas  rester longtemps inactif.

Un tel personnage doit retrouver une fonction à la hauteur de son talent. Il a été repéré par M. Greilsamer qui vient juste d’abandonner le commerce de détail boulevard Sébastopol pour se lancer dans la fabrication (Eligor) et la distribution (importation des Brumm, Tekno NL… ).

En professionnel compétent, ce dernier a compris que le marché de la “miniature de collection” était non seulement viable mais, mieux, qu’il allait supplanter celui de la “miniature jouet”.

Peu d’industriels ont compris ce changement et je me souviens par exemple de M. De Vazeilles de chez Solido qui n’y croyait pas et jugeait ce marché marginal.

M. Juge va être recruté pour refaire avec Eligor ce qu’il avait fait pour Champion. Ce sera un succès. Mais quand la gauche arrive au pouvoir en 1981, M. Greilsamer prend peur et part en Suisse.

Pour gérer “la taule”, qui d’autre pouvait -il choisir que M. Juge ?  Ce dernier sans trembler, et avec une poigne de fer gérera les affaires de la Segem, nouveau nom de la société.

L’importation

Comme aime à le raconter M. Juge, avec la marque Brumm, pas de contrat. Tout se passe par accord verbal et poignée de main. M. Tartaletti, patron de chez Brumm savait à qui il avait affaire avec M. Juge.

Les deux hommes étaient moulistes de formation, ils étaient du même sérail. Quand ils parlaient de miniatures, ils savaient de quoi ils parlaient. Il en était de même avec les Allemands Conrad et NZG. Un profond respect reliait tous ces hommes.

Ce que l’on sait moins est que Modelisme importa massivement les premiers kits en white metal de Grande- Bretagne. En bon commerçant, Modèlisme distribua aussi la colle, Cyanolit, pour les assembler.

 

Fabrication

Quand M. Greilsamer a récupéré l’outillage de chez Norev, c’est M. Juge qui a supervisé le volet technique. Il a fallu modifier l’emplacement des injecteurs car Norev et Surber n’utilisaient pas le même type de machine. L’opération sera longue et couteuse mais sera une grande réussite.

Eligor quelques modèles dont une peu fréquente Citroën 5cv "L'Automobiliste"
Eligor quelques modèles dont une peu fréquente Citroën 5cv “L’Automobiliste”

Comme Champion, Eligor choisira de multiplier les décorations. La demande était là, alors pourquoi se priver d’utiliser la “planche à décalcomanies” et les variantes de couleur ?

Ma première visite boulevard Sebastopol.

C’est à ce moment que j’ai rencontré M. Juge, en tant que jeune commerçant. Je venais d’ouvrir ma boutique en septembre 1984. J’avais été introduit par Jean-Marc Teissedre qui, lui, gérait la Boutique Auto Moto, et qui était un gros client de la Segem.

Malgré ce sésame, on n’en menait pas large quand on entrait dans cette institution. J’avoue avoir été dans mes petits souliers la première fois.

Il fallait montrer patte blanche, et le franc-parler de M. Juge en avait remis plus d’un en place. Il était respecté par toute la profession et tout filait droit dans cette boîte.

C’est là que j’avais aperçu sur son bureau la Porsche 935 au 1/43 et quelques autres prototypes de chez Champion jamais réalisés.

Quand 30 ans plus tard ce dernier me les a cédés, je sais qu’il n’a pas mesuré la fierté que j’avais eue à les récupérer. Ces pièces que je voyais sur son bureau sans oser en demander plus, je ne les ai pas mises en vitrine, mais sur mon bureau. Tous les jours, j’ai ainsi un petit souvenir de ces moments qui ont été si importants pour moi.

Lors de sa première année de compétition en 1976, cette Porsche 935 a connu de nombreuses modifications, capot avant et ailes arrières. Au milieu de la saison Porsche a en effet été obligé de revoir sa copie et de modifier son système de refroidissement moteur pour être conforme au règlement. Il en est résulté de profondes modifications de carrosserie. Encore une fois, c’est la “bonne version” que choisira Jean-Paul Juge. Elle ne verra malheureusement pas le jour pour les raisons évoquées dans le premier blog.(voir le blog “l’excellence française”)

Il m’a également cédé cette Lancia Stratos qui aurait sans doute été un gros succès tant il aurait pu multiplier les variantes.

Mais comme pour l’Alpine Renault A441 que je vous présente, Solido fut plus rapide et ces projets restèrent inachevés.

Il reste ces prototypes, magnifiques objets que je suis fier de posséder. Certain ont été conçus au 43 de la rue Cavendish !  (voir le blog le voisin du 43)

Ils marquent une époque extraordinaire.

Finalement, M. Greilsamer a vendu l’affaire. M. Juge avait fait son temps. Arrivistes argentés, les repreneurs ont réussi à couler la boîte en très peu de temps, n’accordant aucun crédit aux conseils d’un homme qui avait consacré sa vie aux miniatures automobiles.

Lorsqu’ il vient me rendre visite, c’est toute une partie de l’histoire du modèle réduit français qui débarque. Fabricant, importateur il aura tout connu de la grande époque. Longue vie à vous M. Juge et un très grand merci pour tout ce que vous nous avez offert.

PS: Bon courage monsieur Juge pour votre opération ce mardi 24 Septembre. Je penserai bien à vous. 

Vous pouvez retrouver toutes ces informations, sur l’excellent site www.supersafir.wifeo.com consacré à l’histoire de la marque “Safir Champion”.

L’excellence française

L’excellence française.

Aujourd’hui, tout homme politique d’envergure s’entoure d’un service de communication. On n’a rien inventé. Louis XIV avait déjà pensé à diffuser dans les cours princières d’Europe des estampes illustrant sa puissance.

Elles avaient pour thème des sujets assez variés : ses victoires militaires et les festivités qui en découlaient, mais aussi des représentations de pièces de Molière ou des feux d’artifice à Versailles. Très fier de sa collection d’art, le souverain n’hésitait pas à diffuser également des reproductions des oeuvres majeures de sa collection.

Ce travail de communication renforçait la grandeur de son règne. Versailles fut “le” modèle de toutes les grandes Cours d’Europe.

Pour cela, il avait fallu recruter des graveurs au talent exceptionnel. La France fournit de grands noms comme Gilles Rousselet, Israël Silvestre ou Jean Lepautre. D’autres vinrent de Grande-Bretagne ou des Pays-Bas .

C’est lors d’une somptueuse exposition au musée du Louvre que j’ai découvert l’univers des métiers de la gravure et toute l’importance qu’elle avait sous le règne de Louis XIV et au cours des siècles qui ont suivi.

Bien souvent la notoriété des oeuvres créées pour le Roi-soleil s’est étendue jusqu’au 19 ème siècle. C’est dire la qualité de la gravure et des estampes.

1/une rencontre décisive

En voyant cette exposition, je n’ai pu m’empêcher de penser à une personne qui habite le quartier de ma boutique, le 19ème arrondissement. Il s’agit de M. Jean-Paul Juge. En tant que graveur, il possède aussi des qualités artistiques indéniables. Sa technique, il l’a acquise à l’école des Arts et Métiers.

Après l’obtention de son diplôme, il a travaillé comme mouliste ( fabrication de moules métalliques). C’est à ce moment-là qu’il fait une rencontre décisive en la personne de M. Béqué. Ce dernier cherchait une machine à injecter afin de produire des modèles réduits d’ancêtres automobiles, dont il avait déjà les moules.

L’histoire est en marche. Le courant passe bien entre les deux hommes. Une confiance réciproque s’établit. M. Béqué propose à M. Juge de doubler son salaire. C’est un argument de poids, il le débauche.

Il sera donc chargé de la “fabrication”. Cette appellation regroupe les postes suivants : injection du zamac, du plastique, mais aussi peinture, montage, conditionnement, et expédition…Il ne fallait pas avoir les deux pieds dans le même sabot pour exercer cette fonction.
Ingénieux, débrouillard, M. Juge relève le défi. Sans tambour ni trompette, il va hisser cette petite firme à une place de tout premier ordre.

Si les Safir Champion n’ont pas la côte des Dinky Toys chez les collectionneurs aujourd’hui c’est simplement parce qu’elles ont connu un véritable succès commercial, et qu’elles ne sont pas rares. Les chiffres de production peuvent faire pâlir de jalousie les responsables de Meccano !

2/ Le premier qui…

Citons quelques innovations majeures dans la fabrication et le conditionnement des miniatures automobiles dont M. Juge est à l’origine.

Il fut le premier à livrer des miniatures en écrin plastique transparent. Il sera très vite imité par tous les autres fabricants .

Il fut également le premier à utiliser une base déclinée simultanément en plusieurs variantes. On comprend tout l’intérêt au niveau de la rentabilité ! Avec des moyens limités, Champion pouvait offrir un vrai catalogue riche de nombreuses versions, toutes plus attrayantes les unes que les autres.

Il fut aussi le premier à livrer des autos entièrement décorées en recourant à l’automatisation . Et quelles décorations ! On ne peut pas dire qu’il allait au plus simple. Il se rendait lui même sur les circuits pour prendre en photo les bolides qu’il allait reproduire ensuite.

Aux 24 Heures du Mans il était introduit auprès du personnel du pesage : “Et, Jean-Paul tu la veux comment la 917K Gulf ? Tu préfères qu’on la descende du pont ? “. Il faut le voir mimer la scène. Le personnel lui laissait toute liberté afin qu’il photographie tranquillement “ses” autos, celles qu’il allait sortir quelques mois après en miniature.

Je passe rapidement sur l’utilisation des axes aiguilles qui permirent à ses petits bolides d’avoir un roulement exceptionnel. Il avait travaillé avec un fabricant d’aiguilles à coudre pour que ce dernier lui adapte un modèle bouterollé.

On constate une polyvalence qui laisse admiratif.

Le résultat est des plus probants. Le succès est là. La série au 1/20 sera aussi une belle réussite. Le choix des modèles est excellent. Il m’a raconté qu’il était allé prendre lui-même les cotes de l’ Alpine Renault 1600S chez Rédélé.

Quand on voit le résultat final on se dit que notre homme a du talent. Surtout lorsqu’il explique que rien ne remplace l’oeil dans la traduction de la courbe d’un modèle et qu’il faut savoir interpréter les cotes : ce qui compte c’est l’aspect visuel du résultat. C’est un métier. C’est un art.

3/ “Elf “pour le meilleur et pour le pire.

Pour promouvoir ses produits, le pétrolier “Elf” décida de lancer une campagne publicitaire d’envergure. Fortement lié à la compétition automobile, l’entreprise se tourne naturellement vers Safir Champion afin que cette dernière lui fournisse des petites monoplaces au 1/64 qui seront offertes en prime aux clients.

Cette dernière décroche un mirifique contrat pour la fabrication de “Championnette en boîte Elf”. Il faut produire une importante quantité (un million et demi de miniatures!)  en trois mois.

Ce tour de force lui vaudra une prime promise par son patron en cas de réussite de l’opération. Elle lui permettra d’acheter comptant “sa” Citroën 2cv. Aujourd’hui il est très encore très fier de raconter cette anecdote.

Revers de la médaille, c’est Elf qui fera tomber Safir Champion. Ravi de la première commande, Elf passe une seconde commande encore plus importante. Pour la satisfaire, Safir Champion acquiert de nouveaux bâtiments.

Hélas, une nouvelle loi “interdisant la vente avec prime” (cadeau) entre en vigueur. Elf annule cette commande. Les terrains, les machines supplémentaires, tout l’investissement était fait. A l’époque on ne savait pas se prémunir contre ce genre d’imprévu.

M. Béqué ne se remettra pas de cette rupture unilatérale du contrat. Cela marque la fin de la première partie de la vie professionnelle de M. Juge. Celle de la ” miniature jouet”. Nous sommes en 1978. La suite au prochain épisode.

 

Les Renault 40cv et Jean Le Bon

Les Renault 40cv et Jean le Bon  

Il vous faudra gravir les escaliers de l’aile Richelieu du musée du Louvre, jusqu’au second étage. Là, devant vous, des portes vitrées marquent l’entrée des salles consacrées à la peinture française.

Face à vous, un petit tableau : 60 cm sur 45 cm. Seul dans la vitrine, comme perdu dans un espace trop grand pour lui. On comprend que l’on est en présence d’une oeuvre majeure. La mise en scène est efficace, on ne peut passer sans lire les commentaires.

Il s’agit du premier portrait profane connu dans la peinture occidentale. Avant lui, on ne trouve que des scènes de nativité, de crucifixions, des vierges à l’enfant. La peinture occidentale se borne à illustrer la Bible. Ce portrait, qui pourrait être celui  du roi Jean II le Bon va ouvrir la voie aux autres peintres.

Désormais tous les grands qui dirigent  le monde vont vouloir se faire portraiturer. Plus tard ce sera au tour de la grande bourgeoisie enrichie par le commerce ou le prêt d’argent de vouloir son portait.

Nous sommes aux environ de 1350-1360. L’auteur n’a pu être formellement identifié. Il s’agit peut-être d’un peintre ayant subi en Avignon l’influence de la peinture italienne, comme le décrit l’excellent site en ligne du Louvre.

A leur manière, les Renault de chez CD présentées ce jour ont aussi marqué l’histoire du jouet. Modestement nous restons bien sûr dans le domaine de l’art populaire. CD a occupé une place de premier choix dans l’histoire mondiale des miniatures automobiles.

CD Renault 40cv (chassis)
CD Renault 40cv (chassis)

Elle est sûrement l’une des premières a avoir proposé des miniatures identifiables par les enfants et les parents reproduisant des Renault, des Hotchkiss et des Delahaye et non des autos génériques. CD ira encore plus loin en estampillant les châssis et parfois les carrosseries (Chenard et Walcker)

Pour les pionniers de la collection, qui trouvaient écho à leur passion chez M. Jacques Greilsamer Boulevard de Sébastopol, ces jouets CD comme les AR, les Gasquy et les Märklin d’avant-guerre avaient valeur de référence. Je dirais même de marqueur : il y avait ceux qui en possédaient et ceux qui en cherchaient.

Dans les années soixante, ces CD ont près de quarante ans d’existence. Ce sont déjà des “ancêtres”. A ce titre, trouver un exemplaire relève déjà de la chance, mais trouver un exemplaire en état d’origine impeccable cela relève du miracle. Alors, lorsqu’on trouve une CD incomplète ou en épave, une restauration s’impose. Il en va de la survie d’un produit qui est rare. Désormais, on a totalement oublié ce phénomène. Les gens regardent avec dédain ces restaurations des années soixante.

J’ai pour ma part un regard plein d’indulgence sur ces modèles qui ont retrouvé un éclat ancien, même si  je préfère laisser l’objet dans son état d’origine.

Dans cette première partie, je vous présente les versions commerciales de la Renault dite “40cv” disponibles en magasin de jouets. Nous sommes encore proches de la fin du premier conflit mondial et CD a cru bon de proposer une version sanitaire militaire. sa couleur grise ne laisse aucun doute. D’ailleurs à la même période CD proposera une Delahaye en version ambulance municipale qui sera, elle, peinte de couleur crème avec une bande de couleur rouge.

CD déclinera bien sûr sa camionnette en version de livraison. Est-ce la forme aérodynamique du capot qui a inspiré la création du papier collant figurant sur les flancs et à l’arrière du fourgon ? En effet CD a cru bon de faire apparaitre la mention “TRANSPORTS RAPIDES”.

Cela a un charme désuet, mais on réalise que dès les années 20, il y avait déjà la préoccupation du temps perdu et de de la vitesse. Aujourd’hui, nombre de véhicules de livraison arborent ce type de slogan.

On appréciera les versions bicolores, beige et noir, faisant référence au luxe. On reconnaitra les couleurs fétiches utilisées plus tard par Coco Chanel. Là encore il est intéressant de constater qu’au fil du temps des nuances apparaissent.

Des versions plus classiques, unicolores, rouges ou bleues existent. Elles sont le plus souvent dépourvues de décorations

Sur la superbe version postale, pas de notion de vitesse ni de courrier express. Juste la mention “POSTES” . Sobre, dans sa robe vert foncé avec la casquette de pare-brise soulignée de jaune, elle est d’une élégance rare.

 

 

 

coffret Dalia

Un Dalia dans les ronces de Guernica.

Qu’est-ce qui fait que certains spectacles sont inoubliables ? Selon le metteur en scène italien Giorgio Strehler, l’étincelle magique peut se déclencher à tout moment, durer une seconde ou tout le spectacle, ne pas se répéter d’un jour sur l’autre : cela dépend des acteurs mais aussi du public. De nombreux facteurs entrent en compte, cela ne s’explique pas forcément. Il s’agit d’une étrange alchimie, qui fait que ce jour là, un instant se transforme en un moment de grâce.

Avez-vous déjà réfléchi à la question de savoir pourquoi un modèle vous émeut plus qu’un autre ? Qu’est-ce qui provoque l’étincelle ? C’est la question que je me suis posée devant ce coffret Dalia, le jour où je l’ai acquis, il y a fort longtemps.

Car en effet, j’ai ressenti une émotion très particulière devant cet ensemble Dalia d’autos aérodynamiques démontables.

J’ai été conquis sur le champ. La première explication est purement esthétique. L‘emballage est luxueux, il contient des miniatures très bien finies aux formes avant-gardistes.

Le chromage des châssis et du capot est de superbe qualité, de même que les peintures aux teintes acidulées qui habillent les carrosseries. La qualité du zamac est également irréprochable. Il n’y a quasiment jamais de métal fatigue sur ce type de fabrication, ce qui n’est pas le cas des Solido contemporaines de ces mêmes coffrets. Ces modèles sont de véritables créations qui ne peuvent être confondues avec les Major et les Junior produites en même temps chez Solido. Dalia avait des liens commerciaux avec Solido bien avant que la firme française ne fabrique des jouets.

Devant ce type de produits, on ne peut que s’interroger. Avant guerre, les miniatures espagnoles sont rares. Il y a de très beaux jouets produits de l’autre côté des Pyrénées, mais le matériau utilisé est le plus souvent la tôle peinte ou lithographiée (Paya, Rico…). La conjugaison de deux éléments, la provenance ibérique et la date de production du coffret (1935-1936), attisent la curiosité et questionnent.

Le contraste est saisissant entre le luxe de ce coffret et la situation du pays au même moment.

Pablo Picasso Guernica
Pablo Picasso Guernica

Ce coffret est contemporain de la guerre civile espagnole qui débute en 1936. On pense tout de suite à Guernica  de Pablo Picasso ou à la fameuse photo de Robert Capa “Mort d’un soldat républicain”, où l’anarchiste républicain Federico Borell Garcia tombe en arrière, fauché en plein assaut. Avec le tableau de Picasso, cette photo symbolisera la guerre d’Espagne. Nous sommes bien loin de la futilité d’un coffret de jouets.

mort d'un milicien Robert Capa
mort d’un milicien Robert Capa

 

 

En Espagne, à cette époque, il y a une grande disparité de pouvoir d’achat entre la classe ouvrière et celle qui possède le capital. Ce type de jouet, luxueux était forcement réservé à l’élite dirigeante.

Le trouble que je ressens devant ce coffret vient de mon questionnement : comment des coffrets aussi luxueux ont-ils pu être diffusés dans une période aussi noire ? Ballotée entre les républicains et les nationalistes la population avait bien d’autres soucis que d’acheter des jouets. Pour certains, c’était plutôt de survie et d’exil dont il était question. Le coffret double, comprenant toutes les carrosseries fait figure de luxe absolu. Le prix de vente très élevé de ce genre d’article a dû limiter sa diffusion à la caste dirigeante. Il n’a pu en être autrement. Dans ce contexte, la production de ce type de jouets paraît incongrue, voire indécente.

Cependant, peut-être faut-il voir dans la volonté de produire de beaux jouets, même en période trouble, une vision optimiste de l’avenir, propre aux pays latins ?

Par opposition, je pense au catalogue du fabricant allemand Tipp co de 1939 que j’ai récupéré dans les archives de Jacques Greilsamer. Le catalogue est en noir et blanc. La majorité des pages est consacrée aux jouets de guerre. La couverture du catalogue est édifiante : l’aigle nazi figure à la une avec une croix gammée.

C’est presque un catalogue de propagande. On en oublie que Tipp Co est un fabricant de jouets. Nous sommes bien loin des chaudes couleurs du coffret Dalia.

Voici quatre coffrets que j’ai pu acquérir au fil des ans. Je me souviens fort bien de l’acquisition du premier. Un exposant de pièces automobiles de Rétromobile l’avait lui-même acquis dans les années 70 en Espagne à l’occasion d’une manifestation automobile où il exposait. L’objet l’avait séduit et il l’avait conservé jusqu’à ce moment où, voulant faire une autre acquisition, il avait été obligé de le remettre en vente. Vingt ans après, lors du salon champenois, il m’avait demandé si je l’avais toujours conservé. Il avait semblé content que je réponde par l’affirmative. Je pense qu’il était très attaché à l’objet.

Plus tard, j’ai acquis les coffrets de petite taille. L’un est consacré aux voitures particulières et l’autre aux utilitaires. Enfin, dernièrement j’ai mis la main sur le dernier coffret, plus modeste certes, mais non dénué d’intérêt.