Archives par mot-clé : Ferrari

30 Octobre 1965.

30 octobre 1965.

“Au pied d’une montagne”. Voilà l’image qui me vient à l’esprit au moment d’aborder le sujet du jour. Et quel sujet ! Raymond Daffaure, vous connaissez ?

Pour résumer rapidement, on estime que ce dernier a produit entre 3500 et 4000 modèles différents sur une période s’étalant de 1959 à 1978.

Contrairement à ce que raconte la légende, ces modèles ont été produits en petite série.

Certaines sont uniques mais ce sont des exceptions. D’autres, comme la Ferrarri 250 GTO ont été reproduites à près de 250 exemplaires.

Qu’est ce qu’une RD Marmande ?

Ces modèles sont en bois (sapin). Raymond Daffaure utilisait des tuteurs de tomates (Marmande est le pays de la tomate) mais aussi des couvercles de boîtes d’allumettes et des morceaux de rhodoïd pour confectionner ses autos.

Comme nul autre, ce nom divise,et a toujours divisé les amateurs de modèles réduits. Pour Michel Sordet, à l’origine de la série “MaCo” c’est le plus génial maquettiste ayant existé, alors que d’autres n’y voient que des reproductions approximatives. En aucun cas ce nom ne laisse indifférent.

Comme une révélation.

C’est dans le sous-sol d’une maison du Pas-de-Calais que j’ai eu le déclic pour la collection de RD Marmande. C’est peut-être la réponse de mon interlocuteur qui a déclenché l’étincelle.

Ce dernier m’expliquait en effet qu’il avait acquis ces miniatures auprès d’un individu qui avait été en relation avec Raymond Daffaure au début des années soixante.

Ma question fusa naturellement : avait-il conservé la correspondance de ce dernier avec Raymond Daffaure ? La réponse affirmative suscita chez moi une réelle excitation. Au point qu’au moment de négocier le lot, j’ai avoué à mon vendeur que ce lot de lettres et de listes m’intéressait autant que les miniatures.

A  Arnaud Guesnay, collectionneur de RD Marmande qui me demandait il y a fort longtemps pourquoi je ne collectionnais pas de manière plus intensive les miniatures de cette marque, je me souviens avoir répondu que devant l’ampleur de la tâche, seule l’acquisition d’une importante collection aurait pu me convaincre de me lancer dans l’ aventure. J’étais désormais dans ce cas de figure : un peu plus de 900 RD Marmande d’un coup. J’hésite. Je réfléchis.

Dois-je me contenter de compléter les quelques thèmes qui me lient à cette marque, voitures de record et voitures « bleues » et revendre le reste ou dois-je me lancer dans une nouvelle collection ?

Après quelques atermoiements, c’est décidé, j’y vais, je me lance dans une nouvelle aventure : les  RD Marmande.

Un détail me permet de mesurer l’immensité de la tâche. J’avais auparavant réuni environ une centaine de RD Marmande à travers les deux thèmes précités. J’ai été fort étonné de ne croiser qu’une dizaine de modèles que je possédais déjà dans ces 900 nouveaux modèles. Je suis bien au pied d’une montagne.

La lecture de sa correspondance m’aide à mieux cerner le personnage et sa production, mais aussi les raisons du succès de cet artiste atypique. A travers quelques unes de ces lettres je vais tenter de vous initier à l’univers RD Marmande.

Lettre du 30 octobre 1965.

Ce jour, Raymond Daffaure écrit une petite lettre qu’il va insérer dans un colis. C’est un rituel.  Chaque mois il envoie à ce collectionneur nordiste 5 à 6 modèles, une lettre, et parfois une liste. Plus tard , dans les années 1972 la cadence passera à 10-12 modèles par mois.

Il prend des nouvelles de son client qui vient d’avoir la grippe. Il lui parle de la Lohner Porsche pour laquelle il a réuni quelques documents, mais pas assez à son goût. Enfin, il signale qu’il va renvoyer les documents que ce dernier lui a confié.

On a dans cette lettre quelques éléments intéressants. Tout d’abord la proximité qu’il entretient avec ses clients. On saisit également son intérêt pour reproduire des voitures inédites.

Aviez-vous déjà entendu parler de cette Lohner Porsche ? moi pas.

On trouve également dans ce document la preuve qu’il ne s’aventurait pas dans la reproduction  d’une miniature sans quelques éléments solides.

On comprend bien que c’est son client qui lui a suggéré la reproduction de cette auto particulière, ainsi que la Porsche 901 et la 356 de Storez-Buchet.

Raymond Daffaure devait d’ailleurs posséder une très grande culture automobile et une documentation importante.

Mais le plus intéressant, à mes yeux se trouve ailleurs. Dans la liste des autos que ce dernier envoie à son client se trouve la Ferrari 25O LM 1965 .

Nous sommes en octobre 1965. La course s’est déroulée les 19 et 20 juin de la même année. Quatre mois après, le collectionneur peut déjà placer en vitrine l’auto qui a remporté la course !

C’est une des forces de Raymond Daffaure, la rapidité d’exécution. On imagine l’excitation des amateurs qui pouvaient s’enorgueillir de placer dans leurs vitrines les reproductions miniatures de voitures originales qui venaient à peine de franchir la ligne d’arrivée.

C’est en établissant l’inventaire de cette collection que j’ai compris que l’on pouvait scinder en deux la production RD Marmande.

Les miniatures reproduites durant l’année même de l’apparition de l’auto que Raymond Daffaure nomme sur ses listes “série moderne”.et celles que je qualifierais « d’historiques » qui ont plus de deux ans d’existence qu’il appelle “série modèles anciens”.

On notera une différence de tarif d’1 Franc, entre les modèles figurant sur les deux “catalogues” de 1965 : ceux de la “série modèles anciens ” sont plus chers.

Il m’a semblé judicieux de faire cette remarque car cela aide à mieux comprendre et aussi à replacer RD Marmande dans le monde des fabricants de miniatures. Sa réactivité est un des ses points forts.( J’ai scindé en deux  groupes de photos les nouveautés de 1965, les “modernes” et les “modèles anciens”.)

Les fabricants industriels arriveront, petit à petit à réduire les délais de conception et de fabrication d’une miniature.

Il n’empêche que lorsque Mercury sort sa Ferrari 250LM en 1966, Ferrari  a déjà lancé sa P3.  RD Marmande collant à l’actualité , propose les modèles qui viennent juste  de participer à l’épreuve mancelle!

Alfa Romeo 158 de chez Dinky Toys

Comme une image

Désormais tout va vite. A peine un constructeur automobile a-t-il présenté un nouveau modèle que son restylage est déjà prêt au bureau d’étude !

Ce sont les constructeurs automobiles américains qui sont responsables de cette frénésie.

Afin de doper les ventes, dès les années trente, ils vont proposer des évolutions annuelles de leurs modèles. Durant cette période de croissance, il fallait sans cesse tenter le consommateur et lui donner envie d’avoir le modèle dernier cri.

L'ensemble des monoplaces dans le coffret cadeau
L’ensemble des monoplaces dans le coffret cadeau

Les fabricants de jouets essaieront de coller au plus près de l’actualité. Ainsi, pour l‘Aronde et la Studebaker, Dinky Toys a dû proposer des versions empruntant les éléments de deux millésimes. Heureusement, il demeurait un domaine où les choses évoluaient bien plus lentement, celui des autos de course qui n’était pas soumis aux mêmes lois de marché. Au contraire, même. Une auto pouvait ainsi traverser les années et passer de propriétaire en propriétaire. Parfois transformée, modifiée, repeinte, elle gardait bien souvent une identité propre qui permettait aux spectateurs de la reconnaître du premier coup d’œil, même sous une autre couleur. L’exercice se révélerait bien périlleux en 2015.

Si la Ferrari de Vettel perdait sa robe rouge et recevait une publicité pour une boisson énergisante, la reconnaitriez-vous facilement ? J’en doute.

Mais à l’époque on ne pouvait pas confondre une Ferrari 500F2 et une Alfa Romeo 158. Les fabricants de jouets vont en profiter pour conserver ces modèles très longtemps dans leurs catalogues. Dinky Toys qui gardera  sa série réalisée en 1952 jusqu’en 1964 n’a-t-’il pas été trop loin ?

La révolution opérée par les constructeurs britanniques qui ont fait passer le moteur à l’arrière donnera à ces autos un coup de vieux. Déjà, en 1958-1959 la presse automobile spécialisée qualifiait les Ferrari à moteur avant de « dinosaures ». Qu’en pensaient les enfants lorsqu’ils regardaient les vitrines des magasins de jouets ? Il est vrai qu’ils n’avaient pas les moyens actuels de suivre leurs héros préférés, et le plus important était de rêver devant des bolides, qu’ils soient dépassés ou non. C’est la silhouette de l’Alfa Romeo 158, la présence d’un personnage casqué, de roues dépourvues d’ailes et d’un pot d’échappement latéral qui transportaient les gamins et les faisaient se transformer en petit Fangio ou en Stirling Moss des bacs à sable.

Pour un fabricant de jouets comme Dinky Toys, il était aussi important d’avoir dans son catalogue des autos de course que d’avoir un camion de pompiers ou un char. Voilà comment il faut interpréter la présence de ces autos qui s’éternisaient aux catalogues, sans oublier toutefois le sens de l’économie qui caractérisait Liverpool.

Nous allons nous arrêter sur l’auto qui, après la guerre, ouvrira le palmarès du tout nouveau championnat du monde des conducteurs : L’Alfa Romeo 158 dite Alfetta. Sa conception remonte déjà à 1937. Après la fin de la guerre, c’est en toute logique qu’elle s’imposera dans la course au titre pour les trois premières places du tout nouveau championnat du monde de formule 1. Liverpool en livrera une très belle reproduction. Distribuée dans un premier temps par boîte de six, elle recevra ensuite un étui individuel en carton et connaitra même, vu sa carrière prolongée au catalogue, l’expérimentation des emballages dits « blister » : l’auto reposant sur un socle coloré est coincée dans une bulle en plastique thermoformée. Au cours de sa longue carrière ce sont les jantes qui connaitront le plus de variantes. Le modèle sera d’abord équipé de jantes moulées et peintes de couleur rouge, et ce pendant la plus grande partie de sa production. Puis ces dernières seront remplacées par des jantes en acier chromé concaves avant de connaître, oh sacrilège, le plastique ! Ce sont ces versions que l’on retrouve dans le dernier emballage précité.

L'ensemble des monoplaces sur le diorama
L’ensemble des monoplaces sur le diorama

Au début des années soixante, dans un sursaut désespéré, Meccano essaiera de relancer ces autos en créant un superbe diorama représentant l’ensemble des monoplaces disponibles au catalogue. Les autos sont disposées dans un arc de  cercle coloré figurant la courbe rapide d’un circuit virtuel. Il est vrai que l’ajout des jantes en plastique coloré donne à ces autos un aspect anachronique. Continuer la lecture de Alfa Romeo 158 de chez Dinky Toys

1968 : révolution sur les circuits de F 1

C’est au Grand Prix de Belgique 1968 que pour la première fois des ailerons ont été installés sur des monoplaces. Ce sont les écuries Ferrari et Brabham qui ont les premières équipé leurs monoplaces. On ne sut jamais laquelle des deux équipes avait été la première à le faire, l’une et l’autre s’accusant mutuellement de s’être copiées.

Dinky Toys Ferrari F 1
Dinky Toys Ferrari F 1

En fait, la première apparition d’un aileron semble remonter à 1956. L’ingénieur Michel May en avait fait installer un sur un spider Porsche. Il dût le démonter aussitôt. C’est l’arrivée des constructeurs européens sur l’ovale d’Indianapolis, qui va faire découvrir aux Américains l’importance de l’aérodynamisme dans les performances et le comportement des monoplaces. De son côté, Jim Hall, le génial créateur des Chaparral installera des ailerons Continuer la lecture de 1968 : révolution sur les circuits de F 1

Vous avez dit mimétisme ?

Un constat amusant s’impose à la vue des catalogues Dinky Toys et Solido, celui du mimétisme. En fait, depuis le milieu des années 60, la direction de Meccano semble avoir compris que sa jeune clientèle est bien plus attirée par les coupés, les monoplaces et les bolides que par les berlines familiales.

Dinky Toys Ferrari F 1
Dinky Toys Ferrari F 1

Dès 1967, Meccano offre une bonne reproduction de la Porsche Carrera 6. Celle ci est proposée en version stradale, certes crédible, mais nous avons l’impression que la direction n’ose pas sauter le pas et proposer une version course. Solido reproduira aussi la Porsche Carrera 6, sans capots ouvrants, plus juste dans la ligne générale que la Dinky Toys, et dans une livrée compétition.
A la Matra MS 10 V12 de 1968 de Bobigny, Solido répliquera avec la Matra MS 80 qui sera championne du monde en 1969. Ensuite Bobigny proposera une superbe Ferrari 312 P barquette, et Solido ne pourra s’empêcher de répliquer avec une autre version de la 312 P, en carrosserie berlinette.

Jusque là, les deux fabricant avaient réussi à ne pas proposer un vrai doublon. Pourtant, cela va se produire avec la Ferrari 312 monoplace, dans la même livrée, celle du Grand Prix de France 1968. Je ne peux m’empêcher de penser que M. de Vazeilles chercha à répliquer à la soudaine offensive de Meccano sur « son » marché, celui de la voiture de course. Ainsi, lorsqu’il sut que Meccano préparait une monoplace Ferrari 312, il demanda à son bureau d’étude de réaménager le moule de la version 1967 sans aileron, que Solido venait de sortir en ce début 1968. Pour être objectif, la version de Meccano me semble supérieure. Ce qui peut s’expliquer par le fait que Meccano partait d’une feuille blanche. De plus, la décoration est complète. On peut ainsi observer que dans le numéro 26 le deux et le six sont, comme dans la réalité d’un graphisme différent. C’est un beau souci du détail, et à travers cela c’est bien l’esprit maquette qui prédomine. Ces autos ne connurent pas un succès énorme.

Modèle de substitution

Il faudra attendre les années 90 pour voir des reproductions de la Chaparral 2F supérieures à celle de Solido. Quand on compare à notre Solido une Marsh Models, une Minichamps ou une True Scale Model, trois fabrications artisanales, on s’aperçoit que le fabricant français a été le seul, à l’époque, à proposer une reproduction au strict 1/43, fidèle à la réalité. C’est un exploit quand on sait que les concepteurs ont dû placer le système permettant de braquer l’aileron sans altérer les formes de l’auto.

Solido Chaparral blanche
Solido Chaparral blanche

La miniature sortira d’abord peinte de couleur blanche, conforme à la réalité. Le passage de la boîte carton à la boite vitrine coïncidera avec une petite évolution. Une décoration sera appliquée avec un complément à apposer. L’habitacle de l’auto connaîtra aussi une variante. La fin de production verra une version de couleur rouge, moins fréquente. A la même époque aussi, Solido équipera ses 2F des jantes de la Ford MK IV. C’est tout un symbole. Une série aux couleurs vives et peu réalistes sera produite : rouge, argent, turquoise, orange. Destinée à l’origine à l’exportation pour Marx aux USA, le surplus sera distribué en Europe.
Présent sur tous les fronts, Marx à cette époque était le leader mondial des fabricants de jouets. En fait Marx n’a jamais été un vrai fabricant à part entière, mais un commanditaire. Cette firme américaine sous-traitait la fabrication des jouets chez une multitude de fabricants disséminés dans le monde. Solido sera un de ses fournisseurs durant un court laps de temps. Avec cet accord, Solido trouvait là un moyen d’exporter ses modèles aux USA. On sait que M. De Vazeilles était assez réticent à travailler avec les américains. Dans une interview qu’il avait donnée à “Multimania” en 2000, il expliquait qu’il n’appréciait guère les « techniques » commerciales d’outre-Atlantique qui consistaient à acheter une très grande quantité à un prix bas. Marx exigea de faire apparaître le logo Marx et le texte en américain sur les étuis en carton.

Une intéressante version a vu le jour il y a quelques années. Il s’agit d’une version Solido Marx, de couleur blanche, classique. Le seul intérêt réside dans la boîte et la lettre qui l’accompagne. C’est la firme Post Cereal qui est à l’origine de l’envoi de cette lettre. En fait, la voiture est une prime. Une prime comme nous en avions également en Europe : le client collectionnait des points au fil de ses achats et, une fois amassée la quantité requise, il les envoyait à Post Cereal pour bénéficier de sa prime. La lettre explique cependant que le contenu de la petite boîte ne sera pas celui escompté : la Chaparral 2F est allouée en remplacement de la Ford Cortina de chez Dinky Toys promise. Post Cereal se dédouane en expliquant que devant le succès de l’opération, les Ford sont épuisées. Post Ceral espère cependant que le réceptionnaire ne sera pas trop déçu. Personnellement j’aurais été ravi du remplacement. Marx avait peut-être réussi à placer ses Solido chez Post Cereal en s’avérant moins cher que Hudson Dobson, l’importateur Dinky Toys.
Enfin, signalons une rare version qui m’a été confiée par M. Arnaud Guesnay, grand amateur de voitures texanes notamment. Marx fera produire à Hong Kong un surmoulage en plastique équipé d’un moteur électrique et destiné à un circuit routier électrique. L’aileron est fixe bien sûr. Il y a fort à parier qu’une seconde auto accompagnait cette Chapparal de circuit électrique et que c’est également dans le catalogue Solido que Marx avait puisé son inspiration. S’agit-il d’une Porsche Carrera 6 ou d’une Ferrari 330P3 ? Peut-être avez-vous la réponse.