Archives par mot-clé : Bertrand Azema

Jean Blanche, une révolution optique

Jean Blanche, une révolution optique.

C’est le titre d’une exposition qui m’a inspiré le sujet du jour : Jean Blanche. Illustrateur de catalogues et de boîtes pour la firme Solido, Jean Blanche a enchanté plusieurs générations d’enfants puis de collectionneurs, grâce  à son style si particulier.

L’exposition en question avait lieu à Gand, en Belgique : ” Van Eyck, une révolution optique” .

Pour la première fois, la moitié des œuvres de ce peintre du 15 éme siècle (1390-1441) qui a bouleversé la peinture était réunie et exposée dans un même endroit.

La moitié, cela veut dire 10 tableaux attribués de manière définitive. On peut faire le rapprochement avec Léonard de Vinci, qui lui aussi nous a laissé bien peu d’oeuvres.

Jan Van Eyck : La Vierge à la fontaine
Jan Van Eyck : La Vierge à la fontaine

Johan de Smet, le conservateur du musée des beaux-Arts de Gand résume ainsi :” Van Eyck a été le premier à avoir cette manière révolutionnaire de regarder la réalité”.

Contrairement à la légende, colportée très tôt, notamment par Vasari dans son ouvrage publié en 1560 “Les Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes”, Van Eyck n’a pas inventé la peinture à l’huile. Il a par contre perfectionné cette technique grâce à l’utilisation de siccatifs réduisant le temps de séchage et donnant la possibilité de créer des glacis et des rendus jusque là inconnus. Au même moment, en Italie les peintres n’utilisaient que la détrempe à l’oeuf, limitant leur palette chromatique.

Si Filippo Brunelleschi (1377_1446) et Masaccio, au même moment appliquaient des effets de perspective mathématique dans leurs tableaux, Van Eyck, s’appuya lui sur le traité d’optique du mathématicien arabe Alhazen traduit en latin, pour introduire des effets de lumière et pour créer une perspective atmosphérique.

La lumière joue un rôle essentiel dans ses tableaux. De subtils jeux de reflet et d’ombre donnent vie aux objets. C’est une des facettes de la révolution optique de ce génie de la peinture.

C’est la concordance de temps, entre cette exposition à Gand et l’acquisition de gouaches de Jean Blanche qui m’a ouvert les yeux sur le subtil travail de ce dernier.

Il faut peut-être commencer par tenter de décrire son approche artistique. Quel dommage que Bertrand Azéma n’ait pas pensé à le contacter pour qu’il nous éclaire sur sa conception de la représentation d’une miniature en dessin.

Le point de départ de ma réflexion est une phrase de ce dernier dans son livre sur la série 100, où il explique qu’il n’y a jamais eu de prototype chez Solido comme il y en avait eu chez Dinky Toys.

Il veut sans doute parler des maquettes en bois qui servaient à visualiser, au milieu de la gamme existante, un projet de miniature. La direction de Dinky Toys avait besoin de réunions collégiales fréquentes pour prendre ses décisions.

Jean de Vazeilles connaissait bien ses produits, savait parfaitement ce qu’il voulait et n’avait pas besoin de telles réunions.

Les seuls prototypes qui semblent avoir été créés sont des déclinaisons de modèles existants comme cette Simca 1100 en version police.

On peut donc en déduire qu’à l’heure d’illustrer le nouveau catalogue et ses nouveautés Jean Blanche n’avait à sa disposition que les plans servant à la conception du moule.

Pas aisé pour un artiste de traduire en images des dessins techniques. Jean Blanche a donc eu recours aux photos des vraies voitures que Solido avait choisi de reproduire.

La magie de Jean Blanche est d’avoir su synthétiser les formes de la vraie voiture pour donner vie à l’image de la miniature .

On observe sur ses gouaches une simplification des formes. C’est là un des traits de génie de cet artiste. Il ne faut pas oublier que la miniature que l’enfant aura en main sera une réduction au 1/43. Tout doit être simplifié. Nous ne sommes pas dans le domaine de la maquette où le moindre détail a son importance. Même si les Solido sont de magnifiques reproductions, n’oublions jamais que ce sont des jouets. Cette remarque me semble importante.

Dans le premier catalogue couleur, quand Jean Blanche a commencé sa collaboration avec Solido, les premiers modèles de la série 100 étaient déjà sortis. Pour les illustrer il a bien sûr utilisé les miniatures et non des photos des voitures.

La jaguar type D mais aussi la Maserati 250F sont clairement inspirées des miniatures déjà existantes. Il suffit de regarder les jantes qu’il a dessinées, ce sont celles des modèles de la série 100. Les dessins possèdent les petites imperfections de ces modèles : face avant de la Jaguar qui n’est pas très réaliste avec sa gueule de squale (voir le blog consacré à la Jaguar Type D), le pot d’échappement proéminent de la Maserati 250F ou les formes un peu trop rondouillardes de la Ferrari Testa Rosa, où il a même reproduit l’intérieur de couleur verte, comme la miniature.

Dans ce même catalogue couleur, certaines miniatures sont à venir. Il ne les a pas eues devant les yeux. Il a créé ses gouaches à l’aide de photos, laissant parler son imagination et son génie. Cela se voit très bien avec la Cooper 1,5L. Sur le catalogue de 1960, l’artiste a représenté l’auto “haute sur pattes” (observez l’ombre sous la voiture). Sur les photos réalisées durant la saison 1959 cette observation est juste. Il a choisi de laisser le baquet vide, un comble pour un fabricant qui à l’époque équipait tous ses modèles d’un pilote. Si vous comparez avec le dessin retouché plus tard, l’ombre a été modifiée, et le personnage a fait son apparition.

Prenons le dessin de la Ferrari 312 de formule 1 de 1967. Jean Blanche a réalisé un travail de simplification, donnant l’illusion qu’on est devant la future miniature. Les détails superflus de la vraie voiture ont été gommés.

La photo qui a servi à Jean Blanche me semble être celle prise à Monaco. Elle est assez facilement identifiable.

Idem pour la Ford MKIV du Mans 1967. La grande majorité de ses dessins sont inspirés de photos publiées dans la presse.

On pourrait s’amuser à feuilleter la presse de l’époque et il serait aisé de retrouver les clichés, avec leurs angles de prise de vue particuliers : la plupart des autos tournaient dans le sens des aiguilles d’une montre et les photos prises du côté gauche sont plus fréquentes. Dans le catalogue de 1968 le dernier entièrement dessiné qui constitue la référence à mes yeux, Jean Blanche a créé un parfait équilibre.

Dans ce même catalogue, il n’a que très rarement mis en situation ses modèles. C’est un parti pris intéressant à souligner. Il y a que deux exceptions, dont ce dessin qui m’a beaucoup fait rêver enfant : le Berliet Aurochs sortant de l’eau avec ses soldats armés jusqu’aux dents et le Berliet TBO pétrolier et son derrick au milieu d’un décor saharien. C’est très peu. Tous les autres modèles sont isolés.

Jean Blanche joue sur la lumière. L’exposition est forte, générant des reflets et d’importantes zones d’ ombre qui donnent vie aux jouets.

Cette Alfa Romeo GTZ est un excellent exemple. Il s’est servi de la photo de la vraie voiture car il a fait figurer deux petits détails qui sont absents sur la miniature : les rétroviseurs et les montants verticaux des  portières.

Le reste est traité comme si l’enfant avait dans les mains la miniature. La ligne générale est fluide. La miniature n’est pas placée en décor naturel mais la lumière et ses reflets sont omniprésents.

Solido gouache originale signé Jean Blanche Alfa Romeo GTZ tubolare police des autoroutes(détails)
Solido gouache originale signé Jean Blanche Alfa Romeo GTZ tubolare police des autoroutes(détails)

Je n’avais jamais fait attention auparavant aux reflets sur les carrosseries dans les dessins de Jean Blanche avant d’avoir ces quelques gouaches originales.

Pas moins de cinq nuances allant du rouge au rose clair habillent les flancs de la GTZ. C’est impréssionnant.

L’autre caractéristique qui m’a frappé c’est la façon de délimiter le contour des autos à l’aide d’un trait noir dont l’épaisseur variera au fil de son travail. A la manière des Nabis, il a donc cloisonné ses dessins.

Un dernier détail vient confirmer le fait que Jean Blanche utilisait des photos pour composer ses illustrations de catalogues. Solido n’a pas réussi tous ses modèles, n’en déplaise aux amateurs de la marque.

Il y a deux grands loupés dans la série 100 : la Ford GT 40 et la Ferrari 156 F1. Observez les deux dessins de ces modèles dans les catalogues : on aurait aimé que Solido les réussisse aussi bien que Jean Blanche !

 

L’ami portugais.

L’ami portugais.

Absorbé par mon travail, je ne l’avais pas entendu entrer. “Ah ! vous êtes là aujourd’hui” me lança le facteur, et avec un immense soulagement j’ai compris qu’il me livrait le colis que je n’osais plus espérer.

Notre père, Bernard Espinasse 2/09/1939- 29/08/2019
Notre père, Bernard Espinasse 2/09/1939- 29/08/2019

Le collectionneur a un rapport émotionnel avec les objets convoités.

Quelques jours de retard pour un colis prennent vite des proportions inquiétantes. Il faut dire que je tenais beaucoup à ce colis qui contenait bien plus que des modèles, il contenait une histoire ou plutôt des histoires.

Ce colis avait été posté la veille de la disparition de mon père, le 28 août. Il est arrivé le 12 septembre et je n’ai pas eu l’occasion d’annoncer à mon père cette acquisition.

Face à quelqu’un de malade, on attend parfois le moment opportun, le léger mieux, pour parler “d’autre chose”. Ce moment n’est jamais arrivé. Ces miniatures marquent donc un moment charnière de ma vie de collectionneur.

Le colis contenait 14 Solido Buby issues de la série 100. Connaissez-vous ces produits ? J’ai eu le temps depuis 1975 d’en apprécier la rareté..

Dans le livre consacré aux Solido étrangères, celui avec la jaquette de couleur jaune, Bertrand Azéma fournit peu d’informations concrètes sur le sujet.

On peut même dire que ses propos sont assez confus. Ils ne sont d’ailleurs illustrés que par 4 modèles photographiés. C’est un indice qui permet au collectionneur de mesurer la rareté du produit.

Ce sont les productions étrangères de Solido les plus rares, et de très loin. Grâce à ce lot, nous avons pu compléter notre collection.

Ces modèles résultent d’un accord entre Solido et Buby.

Buby est une firme argentine qui dès le milieu des années cinquante a développé sa propre gamme (voir les blogs consacrés à ce sujet). Afin d’étoffer son offre sur le marché local, elle a signé un accord avec Solido qui voyait là un bon moyen de gonfler ses ventes à l’exportation.

Les Argentins ont toujours été amateurs de sport automobile, et Solido avait dans son catalogue de quoi satisfaire largement cette demande. Pour bénéficier d’avantages fiscaux (droits d’importation réduits), l’accord portait sur une importation de carrosseries et châssis bruts.

La peinture et le montage s’effectuaient sur place, à Buenos-Aires. Outre les boîtes et les couleurs, on peut identifier les Solido Buby grâce à leurs jantes, souvent différentes de celles utilisées sur le marché français.

Ainsi, l’Alfa Romeo 2600 est équipée de jantes en zamac concaves peintes, conçues pour recevoir un enjoliveur. Les mêmes jantes sont utilisées sur d’autres modèles de compétition, comme la Porsche, mais sans l’enjoliveur. Je trouve le résultat final très réaliste.

Quelques modèles reçoivent une petite décalcomanie de forme rectangulaire sur fond jaune indiquant la provenance argentine de la fabrication car les châssis d’importation française ont conservé leur marquage “made in France”, comme ceux de nombreuses Dalia d’ailleurs. Ceux en zamac reçoivent une finition noire mate très différente de celles des modèles français.

Ce colis me tenait à coeur pour une autre raison, et non des moindres. Il m’était envoyé par un très grand collectionneur portugais, José Andrade, amateur de pièces rares, et qui réorientant sa collection, souhaitait que ces autos viennent enrichir la nôtre.

C’est un choix généreux de sa part. Connaissant notre vif intérêt pour la marque, il a préféré les céder en bloc, sachant qu’elles allaient rejoindre nos vitrines, plutôt que de les voir dispersées aux quatre coins du monde. De par sa longue expérience, il sait combien il est difficile de réunir cette série complète

C’est un des plus beaux moments de la vie d’un collectionneur que de se voir confier de la part d’un ami quelques modèles. Ces miniatures resteront à tout jamais attachées à son souvenir. Merci José de me les avoir confiées.

“Ah! que j’aime les militaires”

“Ah! que j’aime les militaires”.

“Je suis gai, soyez gai, il le faut , je le veux” . Ces paroles extraites de l’acte 3 de “la Belle Hélène” de Jacques Offenbach collent parfaitement à ces portraits de jeunes femmes. (voir la vidéo extraite de l’opéra de la Belle Hélène)

Nous sommes  pourtant juste après la déclaration de guerre du président Dalladier à l’Allemagne le 3 septembre 1939.

“Drôle de guerre”. C’est ainsi que l’on a appellé la période courant de la déclaration de guerre à l’attaque allemande du 10 mai 1940. Durant ces sept mois, il y a bien eu des combats, mais ils se sont déroulés loin de notre territoire national, en Pologne, en Norvège.

En France, l’atmosphère est étrange. Certains continuent d’afficher insouciance, voire légèreté. Il fallait effectivement une sérieuse dose d’optimisme pour créer ce type de coiffes. On est loin de l’esprit de revanche qui régnait au début du précédent conflit de 1914.

j’ai trouvé ces photos de mode lors de la diffusion d’un documentaire sur la vie de Gabrielle Chasnel, plus connue sous le nom de Coco Chanel. Elles sont extraites de défilés de mode qui ont eu lieu durant cette période. Les chapeaux ornés de jouets m’ont interpellé, notamment celui avec le canon Solido.

Les stylistes semblent avoir trouvé leur inspiration dans le catalogue des étrennes ou la vitrine d’un marchand de jouets. Ils ont laissé libre cours à leur imagination.

Réussir à placer avec élégance et raffinement un avion de guerre, un canon Solido, un char ou un croiseur CBG sur un chapeau relève de la gageure. Esthétiquement, c’est très réussi.

Notre analyse a posteriori de ces photos est influencée par un élément déterminant. Aujourd’hui, nous connaissons les souffrances et les horreurs engendrées par ce conflit. Alors, ces chapeaux peuvent être perçus comme des provocations malvenues.

L’univers futile de la mode a-t-il le droit de récupérer un thème aussi morbide que celui de la guerre, même s’il le fait par le prisme du jouet ?

On peut aussi penser que les créateurs y ont trouvé un moyen d’évacuer leurs angoisses en affrontant la réalité à leur manière. Comme une sorte de dérision.

Ces canons Solido ont été produits avant le conflit. J’avais pu récupérer auprès de la famille Azéma quelques pièces des plus intéressantes : des prototypes de canon, et surtout des fiches qui avaient été réalisées au bureau d’étude.

On peut y lire les résultats et les appréciations des tests réalisés avec différents types de ressort ou d’ autres mécanismes.

Testeur de jouets voilà un bien beau métier, surtout durant cette période trouble.

j’en profite pour joindre aussi trois résultats de test sur des modèles Junior d’immédiat après-guerre.

Un ami de Bertrand Azéma m’a raconté que ce dernier avait eu entre les mains des documents établissant que Solido avait reçu des lingots de zamac durant l’occupation, et ce malgré les restrictions que l’on imagine. Il semble que ces documents, rédigés sous le régime de Vichy que je n’ai pas eus en main, ont été sauvegardés. Solido a donc pu obtenir du zamac durant l’occupation et j’ajouterai du zamac de bonne qualité.

Pour preuve j’ai récupéré il y a quelques temps des coffrets  d’autos de la série Junior qui avaient été oubliés au fond d’un magasin. Les couleurs étaient inhabituelles. Pas de trace de métal fatigue, ce qui prouve la qualité du zamac, et surtout un papier dans chaque coffret indiquant la date de production “été 1942”. On remarquera la présence de roues entièrement en zamac conséquence des restrictions qui frappent le caoutchouc.

Un jouet qui rassure

Pour Noël 1939, nos belles insouciantes auraient pu offrir à leur petit neveu ce splendide et très luxueux coffret qui est l’oeuvre de Mignalu, une filiale de CBG- Mignot. La firme est apparue en 1938, son nom est une contraction de Mignot et d’aluminium.

Le petit neveu inquiet depuis la déclaration de guerre de septembre 1939 et les récits de la “grande guerre” du grand-père, officier de réserve, qui cependant n’a connu ni les tranchées ni les premières lignes, sera sans doute rassuré par ce splendide coffret de Mignalu, où nos forces mécanisées sont mises en avant.

Gageons que le grand-père, fin stratège digne du Génénéral Boum, personnage truculent de la “Grande duchesse de Gerolstein” de Jacques Offenbach, pourra également réconforter l’enfant en lui dévoilant la stratégie de l’état-major français, celle qui repose sur l’édification d’un obstacle infranchissable : la ligne Maginot.

Effectivement, l’histoire donna raison au grand-père et à l’état-major français : le 10 mai 1940 les Allemands ne passeront pas par l’Est… Non, mais ils viendront du Nord !

Le coffret est somptueux. On imagine que peu d’exemplaires ont été fabriqués. Le prix de vente devait le cantonner à une clientèle huppée. L’exemplaire que j’ai récupéré est en état exceptionnel. On peut facilement imaginer qu’il s’agit d’un invendu.

Le coffret est constitué de véhicules reproduisant les camions des firmes Unic, Somua et Lafly, qui équipaient notre glorieuse armée.

Le fabricant a même incorporé des éclaireurs à moto. Il fallait bien prévenir ceux qui étaient sur la ligne Maginot de l’attaque Allemande à venir.

On appréciera la joyeuse troupe qui défile au son du clairon. En prêtant l’oreille, on entendrait presque résonner les airs de “la Grande duchesse de Gérolstein” .(voir la vidéo  ah ! que j’aime les militaires de Jacques Offenbach)

Dans cinq mois, en mai, la famille sera sur la route de l’exode. Le coffret restera à Paris. Il y aura plus important à transporter.

 

La boîte de Pandore

La boîte de Pandore

Solido Lancia Flaminia avec phares moulés, jantes en acier et volant à deux branches
Solido Lancia Flaminia avec phares moulés, jantes en acier et volant à deux branches

C’est Solido qui a ouvert la boîte de Pandore en 1961 avec sa Lancia Flaminia équipée de portes ouvrantes. La Ferrari 250GT 2+2 et la Ford Thunderbird qui viennent juste après marquent encore une progression dans la reproduction de nouveaux détails. (voir le blog consacré à la version française de la Ferrari 250 GT 2+2).

(voir le blog consacré à la Ford Thunderbird)

Désormais, une nouvelle tendance apparaît dans la fabrication des miniatures automobiles. Celle de “la miniature maquette”. Une course effrénée a lieu entre les bureaux d’étude de Solido, Politoys, Mebetoys,Tekno, Corgi Toys et Dinky Toys pour savoir qui sera le premier à introduire de nouveaux détails, de nouvelles sophistications sur les miniatures. La surenchère technique entre les fabricants finira par engendrer selon moi des gadgets inutiles. Autre calamité, des firmes au passé glorieux, comme C-I-J, JRD ou même Mercury vont être exclues de cette course. Le manque de moyens financiers pour les uns (C-I-J) ou techniques (Mercury) pour les autres peut expliquer ce renoncement.

A partir du milieu des années soixante, les Mercury ne sont plus que l’ombre des premières productions. Je passe sous  silence la piètre Simca 1000 coupé Bertone de chez C-I-J avec tous les ouvrants, sortie en 1964.

Solido pré série Jaguar Type D ex collection Bertrand Azéma
Solido pré série Jaguar Type D ex collection Bertrand Azéma

Cette course à la sophistication qui a commencé avec les suspensions, puis le vitrage puis les portes ouvrantes va s’accélérer. Quatre ans séparent les suspensions de la Jaguar Type D (1957) des portes ouvrantes de la Lancia Flaminia (1961). (voir le blog consacré à  la Jaguar Type D).

Tout va très vite : peinture métallisée, phares en strass, châssis ajouré laissant voir la mécanique et enfin modèles équipés de toutes les parties ouvrantes. C’est beau, mais cela a un coût. Et c’est vraisemblablement ce coût qui a précipité la fin de ce type de miniatures, l’arrivée des fameuses roues rapides et de la simplification à outrance.

Je suis persuadé que beaucoup de fabricants ont vu arriver cette nouvelle vague et ses roues rapides avec soulagement !  (voir le blog sur les Dinky Toys prototypes avec roues rapides)

Ce ne sera pas le cas de Solido qui restera fidèle à la qualité qui a fait sa renommée depuis les années trente.

Il faut dire que Solido avait un atout de taille. Je veux parler de ses accords commerciaux avec l’Espagne (Dalia), le Danemark (Tekno), l’Argentine (Buby), le Brésil (Brosol) et même les Etats-Unis avec l’accord conclu chez Marx (fabrication délocalisée à Hong-Kong). Ainsi, elle a pu amortir plus facilement un outillage et une fabrication coûteux.

La Ferrari 250 GT 2+2 et la Ford Thunderbird vont connaitre une très belle carrière à l’international. Il faut rappeler aussi que les pays latins ont une clientèle très ciblée “voitures de sport”.

Pour Dalia c’est simple. Solido envoyait les pièces détachées, et les autos étaient peintes, assemblées, mises en boîte et distribuées en Espagne.

La Ferrari gardera son châssis gravé Solido contrairement à la Ford Thunderbird qui reçoit une gravure indiquant son origine ibérique “Solido-Dalia” , ce qui facilite son identification.

Du fait de l’absence d’identification Dalia, certaines couleurs de Ferrari 250GT 2+2 de chez Dalia ont été répertoriées par erreur comme des Solido dans le premier livre de Bertrand Azéma consacré aux productions françaises,.

Les Ferrari 250 GT 2+2 de chez Dalia équipées de jantes en acier sont faciles à identifier, car en France, Solido n’a produit le modèle qu’avec des jantes à rayons. La difficulté est donc de reconnaitre une Dalia lorsqu’elle est équipée de jantes à rayons. Cela demande une petite analyse.

En Espagne, la plaque d’immatriculation est peinte de couleur blanche. Par ailleurs, je n’ai jamais rencontré de Ferrari 250GT 2+2 Dalia équipée du tableau de bord rapporté, ce qui tend à prouver qu’il y a eu un décalage entre le début de la production française et les premières Dalia.

Par contre, si la majorité des Dalia a des phares en strass, il y a bien un modèle avec les phares moulés et cette version me semble plus rare.

La Ford Thunderbird ne pose pas de soucis d’identification. Si les versions équipées de jantes en acier sont dignes des fabrications françaises, il n’en est pas de même de celles affublées de jantes à rayons.

Le temps aidant, le regard que les amateurs portent sur ces dernières versions a évolué. Elle sont désormais très convoitées. On appréciera les couleurs.

Enfin, contrairement à ce que voudraient nous faire croire certaines personnes, les Dalia ont bénéficié d’une certaine rigueur dans leur fabrication. Observez les finitions des modèles photographiés : tous les modèles avec jantes en acier sont pourvus de feux arrière rapportés et d’une finition argent typée. Celles avec jantes à rayons en sont toutes dépourvues.Il n’y a pas d’anachronismes mais bien une logique chronologique. Un lecteur a signalé l’existence  d’une version de premier type avec jante en acier et phares moulés.

Dans l’Espagne franquiste, le pouvoir d’achat était limité et les Dalia ont rencontré un beau succès. Dinky Toys a essayé de contrer Solido avec la fabrication Poch. En vain, le succès n’a pas été au rendez vous. Les Dalia avaient des prix de vente nettement inférieurs. La création de la populaire Seat 1400C, prouve tout l’intérêt de Solido pour ce marché.

La Ferrari 250GT 2+2 finira sa carrière au Brésil. Comme toutes les productions Brosol possédant un châssis en zamac, la Ferrari porte l’identification du pays producteur (Brésil) sur le châssis. Il a donc été regravé. L’outillage a été envoyé au Brésil, marquant de fait la fin de la production de la version Dalia.

Le moule reviendra ensuite ien France. Verem ressortira le modèle avec des peintures clinquantes. Une version intéressante a été produite en édition limitée pour la gamme “Glamour” en Italie .

Elle reproduit une auto qui a équipé la police romaine. Deux autos ont été livrées à Rome. Une des deux fut détruite très rapidement dans un accident, la seconde existe toujours !

 

La Ford, elle ne sera jamais fabriquée en amérique latine. Cela peut s’expliquer par sa très longue carrière en France. Elle restera incorporée au coffret caravaning jusqu’au milieu des années soixante-dix . (voir le blog consacré à ce sujet).

 

 

La Ferrari de Léo

La Ferrari de Léo

La journaliste tente de le provoquer en l’interrogeant sur la contradiction qu’il y aurait entre ses convictions politiques et le fait d’avoir possédé une telle auto.

Léo Ferré répond : « Je vous attendais au tournant. Une Ferrari ce n’est contradictoire pour personne, si vous pouvez l’acheter. Moi, je gagne ma vie, je ne vais pas aller dans la rue donner de l’argent aux gens pour acheter des voitures. Qu’est ce que vous voulez que j’y fasse moi ?… »(1977 France Inter. )

Maurice Frot l’homme à tout faire et le confident de Ferré se chargera de revendre l’auto en 1969, deux ans après son achat. Pour ses tournées, qu’il compare comme Jacques Brel à des road movies il choisira alors une Citroën DS. (voir le blog consacré à Jacques Brel et la Citroën DS19). Plus tard, il optera pour une Citroën CX.

la biographie de Robert Belleret
la biographie de Robert Belleret

j’ai trouvé ces informations dans la passionnante biographie de Robert Belleret « Léo Ferré une vie d’artiste » chez  Acte Sud. Longtemps, la rumeur a colporté que l’artiste possédait une Rolls Royce. (voir le blog la Cadillac du peuple ).

J’ai cherché des informations sur cette fameuse Ferrari. J’aurais aimé trouver une photo par exemple. Sans succés. Il ne m’a donc pas été possible d’identifier le modèle. Robert Belleret ne s’étend pas sur le sujet. Par rapport aux années évoquées (1967) le type 250GT 2+2 m’a paru crédible. Mais l’avait-il acquis  neuve ? D’après le biographe, le  chanteur, et Madeleine, sa compagne à l’époque, étaient très fiers de cette auto. Il faut dire que la reconnaissance auprès du public avait été longue à venir.

Cette belle auto  fut sürement pour Léo et Madeleine  comme une revanche sur la vie de bohème du début.  Elle lui inspira une de ses plus belles chansons, “la vie d’artiste”.

“Cette fameuse fin du mois

Qui depuis qu’on est toi et moi,
Nous revient sept fois par semaine
Et nos soirées sans cinéma,
Et mon succès qui ne vient pas,
Et notre pitance incertaine.
Tu vois je n’ai rien oublié
Dans ce bilan triste à pleurer
Qui constate notre faillite.”

Il n’est pas sûr que la direction de Solido ait été aussi fière de la réalisation de sa Ferrari 250 GT 2+2 que Léo Ferré l’a été de son auto.

Je m’explique.  Elle porte la référence 123 et se situe logiquement juste après la référence 122, la Ferrari 156 monoplace mais surtout après la fameuse référence 121, la Lancia Flaminia, qui fut la première miniature au monde à être équipée de portes ouvrantes. (voir le blog sur la Lancia Flaminia Solido).

Cette Ferrari Solido est loin d’être parfaite. Elle n’est sûrement pas due au crayon de M. Brière qui avait notamment conçu la Lancia Flaminia (voir le blog consacré à la Jaguar Type D). Dans ces années là, il y avait au moins deux employés qui se partageaient la lourde tâche consistant à créer les prototypes. .

AMR Ferrari 250GT chassis court
AMR Ferrari 250GT chassis court

La voiture est trop large et trop courte. En la regardant de face elle fait penser à une 250 GT châssis court de compétition avec ses phares additionnels placés dans la calandre.

J’ai eu le bonheur de récupérer auprès de Mme Azéma le master en bois qui a servi à l’élaboration du moule. Il est intéressant de constater que le concepteur a dû fractionner son modèle en deux.

Ainsi, désormais quand vous regarderez votre miniature Solido vous saurez pourquoi une veine en relief traverse en largeur le capot avant, au niveau des phares. A partir de ce détail, on comprend bien que la réalisation de cette miniature n’a pas été simple.

Je suis persuadé que le prototypiste s’y est pris à deux fois pour concevoir le modèle. Une fois le premier master réalisé, on a scié l’avant qui devait présenter un défaut et on s’est remis à l’ouvrage. L’avant qui est très bien traité pourrait être dû à M. Brière venu à la rescousse de son collègue. C’est une hypothèse.

La version offerte par Dinky Toys de cette Ferrari 250 GT 2+2 est supérieure. (voir le blog consacré à la Ferrari 250 GT2+2).

La suite la semaine prochaine.