Archives par mot-clé : Dinky Toys

Un intérieur cossu

Un intérieur cossu

En 35 ans de métier, j’ai eu l’occasion de constater un certain manque d’ouverture d’esprit de la part de certains collectionneurs. Cet état de fait est certes compréhensible. La collection est un acte individuel. Aucune collection ne ressemble à une autre et c’est tant mieux. Cependant, chaque collectionneur pense souvent détenir la vérité, celle de sa collection. .

 

Mon ami Charles, collectionneur averti de Dinky Toys qui connaissait comme nul autre les variantes des séries 24 et 25 partageait un certain nombre de mes goûts de collectionneur. Mais il a pu parfois être déconcerté par mes choix et mon intérêt pour un jouet en plastique ou en carton.

Je me souviens comme il était perplexe devant certaines miniatures comme ces petits “Peugeot” fourgons en plastique, il ne comprenait  pas mon choix.

Certains collectionneurs sont plus ouverts, ils ont une approche différente, ils sont plus curieux. Mais la curiosité se cultive.

Cette incompréhension se rencontre également entre amateurs d’une même marque de miniatures qui peuvent collectionner de manière très différente.

Ainsi, quand M. Gougeon et quelques autres se sont lancés dans les variantes de numéros de capots, cela a pu déclencher des moqueries.

Et pourtant, ils sont désormais plusieurs à rechercher les numéros de production des boîtes. Il faut expliquer ici que l’imprimeur identifiait sa production en laissant un numéro sur le rabat ou le retour de languette de certaines boîtes.

Quand ces numéros existent, ils aident à mieux appréhender la production de certaines variantes. En effet, ils correspondent toujours à une période bien précise de la production. Les numéros changeaient quand il fallait réimprimer une autre série de boîtes. Ainsi, on peut dater des variantes de châssis, de jantes et même de pneus. Je trouve cela intéressant car c’est un moyen d’être plus rigoureux dans les affirmations formulées sur les variantes.

A titre personnel je ne collectionne pas les variantes de numéro de boîte, mais je trouve que cela mériterait un livre. On imagine la liste des numéros avec la variante exacte de couleur, de jante, de pneu, ou de type de châssis.

Pour ma part, je me suis arrêté aux variantes que l’on peut identifier au premier coup d’œil, par exemple les nuances de couleurs, ou les formes de jantes. Ainsi dernièrement, le hasard des trouvailles et la loi des séries m’ont permis de mettre la main sur plusieurs variantes de couleurs d’intérieur de Chrysler New Yorker.

Le modèle de base est fini en rouge avec un intérieur ivoire. La teinte est particulièrement  harmonieuse. Elle est très fréquente. Durant sa production, la nuance de rouge de la carrosserie va s’éclaircir, passant d’un rouge très foncé à un rouge clair en fin de production.

Vous avez peut-être entendu parler de la variante avec l’intérieur peint de couleur rose. Cette variante de couleur s’explique facilement. C’est simplement qu’à l’usine, à cette phase de production, l’ouvrier préposé au pochoir n’a passé qu’une couche de peinture ivoire au lieu des trois ou quatre nécessaires.

Une seule couche et les sièges apparaissent rose bonbon. Deux couches et l’on obtient une sorte de vieux rose.

Trois ou quatre et c’est la teinte que vous connaissez tous, l’ivoire. Que faut-il penser de ces nuances ? Il n’y pas eu volonté de la part de Meccano de créer un intérieur rose. Cela tient juste à une finition bâclée ou peut-être aussi à des mesures d’économie les jours où il fallait un peu “tirer” sur la peinture. Difficile de savoir.

On y accorde l’importance que l’on veut. Ces variantes, appelons les “économiques”, sont tout de même peu fréquentes. Pour être complet, je les ai trouvées aussi bien en jantes concaves qu’en jantes convexes ce qui prouve qu’elles ne correspondent pas à une période très précise de la production. Il apparaît juste que la première teinte, le rouge foncé, n’a jamais bénéficié de cette finition “économique”. La rigueur et la qualité de fabrication se sont amenuisées avec le temps.

Il existe une autre variante que je viens juste de découvrir et qui m’a servi de prétexte à cette chronique. Dernièrement chez un confrère, j’aperçois une New Yorker. La couleur de l’intérieur me surprend et je pense d’abord à un intérieur repeint. Très rapidement, je m’aperçois qu’il n’en est rien. Il s’agit de la couleur du pavillon beige de la Studebaker Commander finie en orange. Je n’avais jamais vu cette variante.

Peut-être restait-il de la peinture de cette teinte sur la chaine de fabrication, la programmation de la Chrysler succédant à celle  de la Studebaker, on aurait fini ainsi le fond de peinture. C’est juste une hypothèse.

Si vous ajoutez la variante de jantes, convexes sur les premiers exemplaires puis concaves tout à la fin de la production, cela vous fait huit exemplaires finis en rouge à chercher.

Si vous rajoutez les variantes de boîtes, je n’ose plus calculer.

Signalons que le modèle équipé de jantes concaves est peu fréquent. C’est logique. Le modèle était en fin de carrière quand il a été équipé de jantes concaves et le public avait déjà oublié cette belle auto au profit des Saratoga et autres Thunderbird.

Je ne pouvais vous parler de la Chrysler New Yorker rouge et ivoire sans vous signaler la couleur inversée : ivoire et rouge. Comme pour la Simca 8 sport, déjà vue précédemment (voir l’article sur la Simca 8 sport) les deux schémas de peinture ont été réalisés.

Meccano a utilisé sa palette de couleurs disponibles, ici son rouge typique et son ivoire, se contentant d’inverser l’ordre entre la carrosserie et l’intérieur. Le résultat est magnifique. Au final cela donne deux autos qui semblent très différentes. Il dût être bien difficile pour la direction de trancher.

Finalement, la Chrysler sera rouge et la Simca ivoire. Il nous reste ces pré-séries, témoins exceptionnels de cette période. Elles sont finies au pochoir comme celles de série. Je connais au moins deux exemplaires de cette Chrysler New Yorker.

Nous possédons un autre essai qui fut sans suite, également fini au pochoir. Donc, là aussi une petite série a été faite. Elle emprunte le bleu nattier de la Peugeot 403.

J’ai commencé avec le modèle fini en rouge, le plus fréquent.

Je finis par celle par qui tout a commencé : le prototype en bois, pièce unique. Le pare-brise a été égaré. Il sera réalisé en série injecté en plastique cristal ce qui était une première chez Dinky Toys France.

On comprend bien que le bureau d’étude voulait montrer à la direction ce pare-brise séparément. On peut rapprocher ce modèle d’une autre américaine que je vous ai présentée récemment: le prototype de la Packard Clipper qui lui avait un pare-brise plein Le bureau d’étude de Liverpool n’avait pas pris le soin de créer deux parties et avait présenté un modèle monobloc. (voir l’article  avec le prototype de la Packard Clipper).

 

lettre au père Noël

Lettre au Père Noël

Je n’ai pas souvenir, enfant, d’avoir écrit au Père Noël afin de formuler une demande particulière ou de l’orienter vers le jouet de mes rêves. Cela ne se faisait pas. Par contre, je me souviens bien lui avoir écrit pour lui préciser que, malgré quelques petits dérapages, j’avais été assez sage. Ce jugement n’engageait que moi, mais ainsi, j’étais bien certain de lui avoir rappelé que je méritais un petit paquet sous le sapin. La lettre avait eu l’effet escompté.

J’ai grandi. Par la suite, je n’ai plus rendu de comptes à ce Monsieur sur ma conduite.

La technique a d’ailleurs évolué. Désormais on ne formule plus ses demandes par courrier postal, on utilise le courrier électronique.

Dernièrement, Monsieur Malric m’a donc adressé un mail, un peu comme on s’adresse au Père Noël, en m’expliquant qu’il serait “opportun” de consacrer un article à “son camion préféré”, celui de son enfance, le Berliet Gak, en cette année anniversaire. Ce camion a en effet été lancé en 1958. Moi aussi je l’aime bien. Comme pour Monsieur Malric, il synthétise ma découverte du monde des poids lourds.

Je m’interroge cependant sur l’opportunité de présenter ce camion. Il me semble en effet que trop d’articles de la presse spécialisée sont réalisés sur des sujets qui n’apportent rien car ils ont déjà été traités de nombreuses fois. Comment éviter le piège de la redondance ?

Je vais donc vous présenter des Berliet Gak qui, chacun, pour des raisons qui lui sont propres présentent une originalité. J’ai sélectionné un ensemble de modèles “made in France”. J’ai scindé en deux parties cette étude, la première partie traitera des modèles injectés en zamac et la seconde partie des modèles en plastique.

Prenons le modèle réalisé par Dinky Toys, en zamac. C’est une superbe reproduction. Cela tout le monde le sait. Mis à part la version dépanneuse, peu crédible, à laquelle on a greffé l’arrière du Bedford TK provenant de Liverpool, tous les modèles sont des réussites.

Mon préféré est la grande échelle…je n’ai jamais pu l’avoir enfant et, dans la vitrine du marchand de jouets située à quelques mètres de la boutique de chaussures de mes parents, sa boîte richement illustrée me fascinait. Je revois très bien la vitrine murale située à l’extérieur du magasin. Je m’étais contenté de la version produite par Norev, qui est, ma foi, fort réussie. Il faut dire que le “vrai” camion était en service là où j’habitais.

Il y a également la version distribuée chez Tafanel, le brasseur parisien, aux couleurs de “Kronenbourg”. Je me souviens , il y a quelques années, avoir eu entre les mains un catalogue  qu’éditait ce brasseur, contenant les articles aux couleurs “Kronenbourg” distribués à travers son réseau de vente (blousons, tee-shirts, cendriers…).  Figuraient  aussi le Dinky Toys mais également le Berliet Stradair de chez FJ. Ces modèle étaient donc en vente à travers le réseau de distribution  “Kronenbourg”.

Je ne peux vous présenter qu’un seul modèle qui sort de l’ordinaire. Il s’agit de la pré-série de la benne basculante. Ce modèle possède une benne entièrement lisse. On peut imaginer que Dinky Toys a rencontré des problèmes avec son moule et qu’un nombre important de rebus a conduit la direction a le modifier rapidement. Les rainurages ont facilité l’injection du zamac lors de la fabrication. J’ai eu cet exemplaire auprès de M. Chaudey, avant d’en trouver un second, bien plus tard dans une salle des ventes. Il était en vrac avec d’autres modèles en état d’usage. Logiquement d’autres exemplaires devraient finir par apparaître un jour. En effet une certaine quantité a dû être réalisée avant la modification du moule (rainurage).

Chez JRD, si je dois retenir un modèle, ce serait le très original tracteur Tak semi-remorque panier avec ses 90 bouteilles de gaz, à installer une à une : elles étaient livrées dans un sachet. A chaque fois que j’ai eu à installer ces bouteilles, j’ai pu constater que JRD, généreusement en mettait deux de plus. Il faut dire que l’on cassait facilement les anses en les installant.

Bien évidemment ce sont les couleurs rares (argent ou bleu métallisé) qui sont les plus convoitées. Mon père et moi, nous les avons traquées avec assiduité. Cela a pris du temps.

Celle de couleur rouge, la plus fréquente, est aussi la plus réaliste et la plus réussie. La flotte des véhicules aux couleurs d’Antar était ainsi décorée.

Appréciez celle équipée de pneus en caoutchouc blanc, au dessin si particulier. La couleur des ces pneus n’est certes pas crédible mais ils s’harmonisent parfaitement avec les décalcomanies. Je ne me lasse pas de voir en vitrine ces objets acquis il ya près de 40 ans.

A Marseille, FJ a logiquement inscrit ce populaire camion à son catalogue. L’échelle de reproduction est atypique dans le paysage des productions françaises de jouets de l’époque. Il est reproduit au 1/60 environ. Celui qui me paraît le plus intéressant, et le plus rare est le brasseur aux couleurs de Coca-Cola.

Le plus original est bien sûr la version porte-fer. Il faut savoir qu’ FJ produisait ces modèles en tronçonnant aux 2/3 la cabine d’un modèle de base. Il y a là un côté artisanal qui sied bien à cette petite entreprise provençale. Une pièce en tôle permettait de fermer la cabine.

Le brasseur “Coca-Cola” a un charme désuet. Il est fini dans la couleur jaune orangé qui avait été choisie par la firme d’Atlanta après la guerre pour habiller sa flotte de véhicules.

C’est assurément de cette même couleur qu’aurait été peint le Renault 3500kg de chez Dinky Toys de 1961. Ce projet dont il ne reste que le plan n’a pas abouti. (voir le blog consacré aux plans Dinky Toys). Dans le milieu des années soixante, la livrée rouge et blanche a remplacé la couleur jaune. A voir le nombre important de jouets aux couleurs de Coca-Cola on réalise que dès l’après-guerre le service marketing de Coca-Cola avait compris l’importance de conditionner les jeunes clients.

Pour une raison que j’ignore la version “Coca-Cola” avec le Berliet Gak est rare. Je crois bien ne l’avoir revue que deux fois. FJ transfèrera cette déclinaison “brasseur” sur sa nouveauté le Berliet Stradair. Comme ce dernier , le Berliet Gak est équipé de jantes en plastique, ce qui est rare pour ce camion.

Il faut dire que le Stradair, dans la réalité, avait une suspension “Airlam”. Il était tout destiné au transports de marchandises fragiles.

Cette version benne à ordures distribuée à Lille aux couleurs de la capitale nordiste me semble être digne d’intérêt. Monsieur Dufour en possède également un exemplaire.

La version pompier est peu crédible. Cependant le jouet a un charme certain.

Enfin, il semble opportun de citer dans un article consacré à ce camion les versions publicitaires aux couleurs du” savon pâte  Arma”. La localisation  géographique de cette firme, Marseille, comme FJ  explique surement la réalisation de ce modèle. Il est fort réussi. Je pense qu’il a connu une distribution promotionnelle .

Finalement M. Malric a bien fait de faire sa demande en amont de Noël. Il a été entendu. Je vous invite également l’année prochaine à faire vos commandes d’articles bien en avance pour permettre au Père Noël d’étaler sa charge de travail.

 

L’affaire du triangle !

L’affaire du triangle !

Quand le bureau d’étude de Bobigny créa le fameux triangle isocèle pour figurer les montant verticaux encadrant le pare-brise de sa Simca 8, il ne savait pas qu’il s’agissait d’une petite révolution et qu’il allait inspirer Liverpool, de l’autre côté du Channel.

Une récente discussion avec un ancien du bureau d’étude m’a ouvert les yeux sur les relations et la tension qui pouvaient exister entre les deux bureaux. Comme l’a montré Jean-Michel Roulet dans ses livres,  Liverpool contrôlait ce que faisait Bobigny, surtout dans les années cinquante. Les exemples sont fort nombreux. Au fil des années,  Bobigny a acquis une certaine liberté dans la création des prototypes.

Mon interlocuteur du bureau d’étude louait la très grande  qualité d’exécution des graveurs  français. Il en résultait un de peu jalousie du côté de Liverpool.  On imagine bien que  le prototype de la Simca 8 y a fait sensation lors à son arrivée.

La découverte de quelques prototypes en bois “made in England” confirme cet état de fait.

Il y  a fort longtemps j’ai eu l’occasion de récupéré le prototype en bois de la Buick Skylark qui venait de Jean-Michel Roulet et qui était ensuite passé chez Jean Vital-Rémy.  La dispersion de la collection  de ce dernier a remis sur le marché bon nombre de raretés.

Curieusement, le modèle que je vous présente ce jour avait été écarté des ventes majeures de chez Christie’s. Je l’ai récupéré dans les fameuses et légendaires ventes “bis” opérées par une petite maison anglaise. L’auto est datée de 1952 avec l’annotation “cancelled” (annulé).

Ce que l’on retiendra, c’est bien sûr la présence de ces fameux  montants en forme de triangle isocèle. L’auto était intéressante. Elle a perdu sa traverse de pare-brise C’est un extraordinaire témoignage  qui confirme tout l’intérêt de Binns Road envers la petite Simca 8.(voir le blog consacré à la genèse de la Simca 8)

 

Un autre prototype en bois provenant d’une autre source, celui de la Packard Clipper, est également révélateur. On y retrouve  ces  fameux montants  de pare-brise verticaux. Ceux-ci seront abandonnés en série.

Entre-temps  Liverpool était passé à la réalisation de pare-brise en plastique transparent. On peut presque regretter qu’il n’ait pas été traité comme  celui de la Simca 8. Certes les enfants ont dû apprécier cet élément réellement transparent qui devait apparaitre comme une modernisation.

La miniature de Binns Road qu’on rapproche le mieux de notre Simca 8 sport est bien sûr l’Austin  l’Atlantic. Elle est postérieure à la Simca 8 Sport. Elle bénéficie aussi de  cette technique de fabrication  consistant à injecter   le pare-brise avec la carrosserie.

 

Sans chauvinisme aucun, il faut  bien reconnaître que le modèle n’est pas aussi fin que la Simca 8. La réalisation est plus empâtée. De plus, la traverse ressemble plus à un arceau de sécurité qu’à un élégant pare-brise de cabriolet. Pour sûr, elle pouvait encaisser les tonneaux !

Ceci dit, la miniature est plaisante. La vraie voiture fut réalisée pour le marché américain. Dans la même logique, Dinky Toys produira pour le compte de l’importateur  américain Hudson Dobson des couleurs  spéciales. Elles  sont rares et belles. Il y a la rouge et les deux bleu moyen.

La rose est une couleur du début de la production. Harmonieuse, elle était vendue par boîtes de six pièces, comme toutes celles équipées de jantes crème qui n’ont normalement été diffusées que sous ce conditionnement.

On sait que Liverpool mettra du temps à vendre ses miniatures avec des étuis individuels.

 

 

Qu’est ce qu’une “petite série”?

Qu’est ce qu’une “petite série”?

Dans l’histoire de l’art, de nombreuses œuvres ont connu des “petites séries”. Le malicieux René Magritte, qui n’appréciait guère le marché de l’art et ses spéculations, a sciemment reproduit en plusieurs exemplaires certaines de ses oeuvres, dans le but avoué de déstabiliser les spéculateurs, et donc le marché de l’art. Il voyait d’un mauvais oeil que l’on puisse parler de son oeuvre par le prisme de l’argent et de la valeur marchande.

Pour nous autres, amateurs collectionneurs de miniatures Dinky Toys la notion de “petite série” est bien différente.

Nos Dinky Toys sont des produits manufacturés qui ont été produits selon une logique industrielle. A de très rares exceptions près, la direction n’a jamais été intéressée par le fait de glisser une petite série au milieu d’une production de masse planifiée.

Dinky Toys n’avait pas pour cela la capacité d’adaptation de Tekno qui, pour diverses raisons (conception des modèles en deux ou trois parties, fabrication de toutes petites quantités de décalcomanies..), a pu se consacrer à la production de petites séries.

Mais au fait, de quoi parlons-nous ? Une “petite série” c’est combien de modèles ? J’ai récupéré un étonnant document qui éclaire un peu le sujet. Il s’agit d’une lettre adressée par la direction de Meccano à un client qui avait demandé s’il était possible d’obtenir une Renault Floride de couleur blanche. La direction lui a répondu qu’il n’y en avait eu qu’une centaine de produite et que malheureusement, plus aucun exemplaire n’était disponible. L’en tête de la lettre porte la mention “Meccano Tri-Ang”, ce qui veut dire que nous sommes au minimum en 1964. Pour information, cette couleur est datée de 1960.

Comparé à la production des Renault Floride réalisée par Dinky Toys, ce chiffre est une goutte d’eau. Il faut donc se pencher sur la finalité de cette production.

On sait désormais de façon certaine que cette miniature a été distribuée lors d’un salon du jouet aux détaillants méritants. Un ancien employé du bureau d’étude m’a conté combien les détaillants étaient choyés lors de ces salons.

En effet Dinky Toys n’avait pas de grossistes, comme Solido par exemple. En conséquence, la direction de Meccano accordait une grande importance aux “abonnements”. Il s’agissait de contrats par lesquels les commerçants s’engageaient à prendre chaque nouveauté dans une quantité à définir.

On peut imaginer qu’en fonction de cette quantité, une remise était accordée. Mon interlocuteur m’a souvent parlé de ce système, en insistant sur le fait qu’à sa sortie chaque nouveauté était donc déjà en partie pré-vendue, ce qui permettait à la direction de rentrer de la trésorerie.

On comprend donc toute l’importance de ces modèles distribués durant les salons du jouet. Comme le dit Jean-Michel Roulet, il est vraisemblable qu’un surplus de ces miniatures a été distribué dans le commerce ou lors de visites de l’usine. D’ailleurs, pour revenir au courrier de 1964 décrit plus haut, le décalage de 4 ans peut s’expliquer par le fait que la distribution de ces autos spéciales s’est étalée sur plusieurs salons du jouet.

Il m’a paru intéressant de dresser une liste des modèles dont je peux affirmer qu’ils ont été distribués lors de ces salons. Outre la Renault Floride de couleur blanche, il y eu la Citroën DS présidentielle en boite bleue.

Vous remarquerez l’importance du logo Meccano Tri Ang souligné de couleur or, comme pour bien montrer la provenance.

Durant la même période a également été réalisée et distribuée au salon du jouet la Ford Thunderbird qui reprend les couleurs de la Citroën DS présidentielle, argent et anthracite.

Pour ce modèle j’ai deux témoignages concordants. J’ai comptabilisé une dizaine d’exemplaires de ce modèle.

Dernièrement, un autre modèle ayant eu également un usage “hors-commerce” au salon du jouet a été découvert. Pour être plus précis, c’est sa destination qui nous a été récemment révélée.

Cette auto avait été découverte par Jean-Michel Roulet dans les années 80. Il l’avait ensuite cédée à Jean-Bernard Sarthe auprès duquel je l’ai récupérée. Il s’agit d’une banale Panhard PL17 de couleur parme.

Sa particularité tient au fait qu’elle est sans vitres et sans aménagement intérieur, ce qui n’a rien d’extraordinaire. Par contre, en la retournant nous nous sommes aperçu qu’elle était équipée d’un châssis peint de couleur noire, dépourvu d’inscription et bouterollé normalement.

Tout l’intérêt réside dans ce châssis, semblable à celui de série mais sans inscription. Quant à l’endroit d’où provient cette auto, il ne laisse aucun doute sur l’authenticité du modèle.

Près de 20 ans se sont écoulés. Dernièrement, les descendants des frères Parodi de Gênes ont mis en vente la collection constituée par leurs parents. Quel étonnement de découvrir dans le catalogue un exemplaire de ce modèle, mais surtout, quelle surprise de lire le commentaire du lot.

Un des enfants se souvenait que la miniature leur avait été offerte au salon du jouet par la direction de Meccano.

Cette Panhard est en fait une véritable “petite série” réalisée pour le salon du jouet, afin de donner aux clients un aperçu de la future gamme Junior. Au vu de cette série économique, il est bien évident qu’il fallait préparer la clientèle, mais surtout les professionnels. Ces derniers habitués à vendre les Dinky Toys comme des produits haut de gamme ont sans doute été décontenancés par cette gamme. Cette Panhard de pré-série n’a pas dû suffire à dissiper les doutes.

En tant que collectionneur, c’est une très belle découverte. Avant qu’on n’en connaisse la destination, cette auto n’avait pas d’intérêt particulier, à part son châssis, intriguant sans marquage. Elle prend aujourd’hui un intérêt significatif. La circonstance qu’on en ait trouvé une seconde, avec en plus l’explication de sa gestation, a donné un réel intérêt au produit. Je reste persuadé que d’autres exemplaires ressortiront un jour. Reste à savoir le nombre de modèles réalisés. Il est difficile de se prononcer, mais il est sûrement moindre que celui des Renault Floride dont on compte quelques dizaines d’exemplaires dans les vitrines de collectionneurs.

Vous en aviez rêvé ?

Vous en aviez rêvé ?

Vous aimez la Ford Fordor ? Vous auriez aimé des déclinaisons de cette sympathique berline américaine reproduite par Dinky Toys Liverpool ? Vous auriez voulu des versions taxi, police, pompier, militaire, avec haut-parleur. ?

Lemeco l’a fait !

Or cette firme vous est peut-être totalement inconnue. Etablie en Suède elle a eu une existence assez brève. On peut aisément en comprendre la raison.

Les six moules utilisés par Lemeco ne sont que des plagiats de modèles existants. Quatre d’entre eux sont empruntés au catalogue Dinky Toys. On peut aisément comprendre les griefs de la firme de Liverpool, qui était d’ailleurs elle-même fort bien implantée en Suède, envers l’entreprise suèdoise.

Le vrai problème de ces rares miniatures est leur conservation dans le temps. Une partie de la production est affectée de métal fatigue conséquence de la qualité médiocre du zamac utilisé. Heureusement, quelques exemplaires ont été épargnés ce qui renforce le phénomène de rareté .

Je peux affirmer que la Suède n’a pas eu l’exclusivité de ces objets mais qu’ils ont également été vendus au Danemark, en Belgique et même en France !

Dans un lointain passé j’ai acheté une collection assez anonyme constituée à Paris dans les années cinquante. En voyant deux Lemeco au milieu des Norev et des Dinky Toys je n’ai pu m’empêcher de demander au propriétaire s’il avait effectué un voyage en Scandinavie dans ces années-là. Mon interlocuteur a été surpris de ma question, et m’a indiqué que ses modèles venaient principalement d’une petite boutique située près du Jardin du Luxembourg à Paris. Plus tard, j’ai retrouvé d’autres Lemeco en France. Bien sûr, ce ne fut pas une importation massive. En Belgique, des Lemeco ont également été distribuées sur la côte, dans la région de La Panne.

Au milieu de cette gamme de miniatures, c’est la Ford Fordor et ses déclinaisons qui méritent selon moi que l’on s’y attarde. Lemeco a transposé cette paisible berline américaine dans le paysage routier suédois .

Ainsi la version pompier qui aurait pu être une “fire chief” devient “brandbil “!

la “Police” une “Polis”.

On appréciera la version équipée d’un haut-parleur, accessoire très en vogue sur les miniatures scandinaves dans les années cinquante.

Avec sa galerie rapportée la “taxibilen” de couleur noire, comme il est de rigueur en Scandinavie, est pleine de charme. La version militaire n’apporte rien par rapport à la Dinky Toys.

Il existe également une version aux couleurs “Shell” reprenant la décalcomanie vue sur le camion-citerne que je n’ai encore jamais eue en mains,. Enfin, curieusement, la paisible version berline, si fréquente en Dinky Toys, est selon moi la plus rare des Lemeco !

Dernier point et non des moindres, en 1950, la version Dinky Toys n’est disponible qu’en boîte de six pièces. Il n’y a donc pas d’étui individuel. La firme suédoise a créé un étui individuel bien avant que Dinky Toys ne le fasse. Les étuis sont des raretés, bien plus rares encore que les modèles ! Les dessins épurés, sur fond blanc, sont superbes.

Ces miniatures, je les ai cherchées avec autant d’enthousiasme que les Tekno lors de mes voyages en Scandinavie. 40 ans n’ont pas suffi à les rassembler toutes. Il me manque la version “Shell”. Si vous l’avez en collection sachez que je suis preneur.