Archives par mot-clé : Dinky Toys

Coup de balai sur le projet 51

Coup de balai sur le projet 51

“Ces modèles me semblent improbables. Et encore, je suis modéré.”

C’est en ces termes qu’un collectionneur, amateur de Dinky Toys me parla des deux modèles Dinky Toys France que je vous présente ce jour. D’autres amateurs, plus tard, ont eu la même appréciation.

Pour être objectif, ces modèles ont tout ce qu’il faut pour déstabiliser les plus grands connaisseurs de la marque.

Vous avez bien sûr reconnu les deux modèles. Il s’agit de deux classiques de la firme de Bobigny.

Mais ce qui déroute l’amateur, en premier lieu, c’est l’échelle de reproduction. Les modèles sont reproduits à des échelles nettement inférieures à celle que Dinky Toys utilisa pour ses modèles de série. De plus, quelques détails diffèrent.

J’avoue que si je n’avais pas eu connaissance de certains éléments, j’aurais également été dubitatif et je n’aurais pas pu élucider le mystère. Mais une fois de plus, les plans découverts récemment m’ont éclairé sur ces modèles.(voir le blog consacré à une autre découverte faites grâce aux plans: le prototype de la Simca 8 sport)

Ils aident à mieux comprendre la gestation des Dinky Toys.

La première chose révélée par la lecture et l’étude de ces plans, c’est que pour un très grand nombre de ses modèles, Dinky Toys a souvent hésité entre deux échelles de reproduction. On comprend mieux l’intérêt des fameux modèles en bois.

Placés sur un plan de travail au milieu des autres modèles du catalogue ils aidaient les décisionnaires dans leurs choix. L’existence des deux Peugeot D3A au 1/43 et au 1/50 est un parfait exemple.

Ainsi dans un premier temps, dès 1956, le 1er  Février1956 pour être précis, la balayeuse a été programmée au 1/60 sous le numéro 51. J’ai quatre plans, datés de 1956 à 1959 : la gestation a été mouvementée. On voit nettement le marquage 51 sous le châssis. Et en 1958, une petite note en bas du plan 596 explique que ce nouveau projet reprend celui du numéro 51.

Ce modèle de série est en fait au 1/50 ! Le plan daté du 19/02/1959 le prouve.

Un oeil attentif découvre en outre des différences notables entre le modèle définitif et le projet 51 : les parties vitrées, la grille du capot moteur, l’absence de phare sur le dessus de la cabine et bien sûr l’absence de vitrage (nous sommes en 1956).

Vous l’avez reconnu, c’est bien le modèle “mystère”, celui qui a suscité les commentaires. Il reprend au millimètre près les cotes établies sur le plan. Le travail sur ce modèle en métal (laiton très épais) est bien différent de celui mené sur un modèle en bois. Il est logiquement plus élaboré.

Pour des raisons qui m’échappent, Meccano a remis son ouvrage sur la planche à dessin. On peut se demander si LMV n’a pas modifié ou modernisé la production de sa balayeuse, obligeant Dinky Toys a revoir sa copie. Il est également possible qu’on ait dû adapter le modèle pour qu’il puisse recevoir un vitrage en plastique. Ce qui est sûr c’est qu’outre les modifications, Dinky Toys a opté pour une échelle de reproduction plus importante.

On note également des liens entre la firme LMV et Meccano. Les inscriptions sur le modèle retrouvé au bureau d’étude aux couleurs d’une LMV pour la ville de Florence le prouvent (prototype ivoire et bleu positionné sur sa boîte)

L’histoire ne s’arrête pas là. La grue Salev a connu le même sort. Là aussi les plans et leurs dates confirment cet état de fait (4/05/55).

En main, le premier projet semble assez frêle. Il est réalisé en métal, comme la balayeuse. On a du mal à imaginer cette petite grue soulever le container du Berliet.

C’est une piste pour essayer de comprendre le changement d’échelle subi par ce modèle.Comme la balayeuse, le modèle reprend au millimètre près les cotes des plans. Il est donc au 1/43e, comme indiqué sur ceux-ci. La grue de série, bien plus imposante, sera pour sa part au 1/38e

Je possède également la grue Salev, en bois, deuxième mouture (réduite au 1/38 environ). Elle a été conçue logiquement après l’arrêt du projet de la “petite Salev” vu plus haut. Elle a servi à la validation du projet qui passait obligatoirement par la création de ce type de modèle. Le plan avec annotations en langue anglaise et l’étiquette en papier “Salev crane” restent un mystère. Nos amis anglais ont-ils commandé ce projet au bureau français?

Ces atermoiements ont dû avoir un coût financier, d’autant qu’il s’agit de modèles qui n’ont pas connu le succès auprès du public.

On comprend ici toute la difficulté qu’avait la direction à faire des choix. Rien n’était laissé au hasard, quitte à y laisser du temps et de l’argent. A cette époque on pensait que le succès était à ce prix.

 

Bons baisers de  Bethlehem

Bons baisers de Bethlehem

 

Sur le bureau de la chambre d’hôtel, une photo en noir et blanc attire mon regard. Elle est intrigante. Elle est graphique. Sur un fond de couleur gris se détache, en haut à droite, un texte en lettres blanches : Bethlehem, PA.

Cela ne vous dit sûrement rien, mais mon hôtel est justement dans cette toute petite cité de Pennsylvanie, à quelques encablures d’Allentown. Vous n’avez toujours pas fait le rapprochement ? Cette installation de projecteurs symbolise les étoiles. Celles qui auraient guidé les bergers venus visiter le Christ nouveau-né.

C’est un plaisir que de circuler aux USA. Le pays est rempli de petites villes aux sonorités européennes. Elles rappellent aux visiteurs qu’il y a longtemps les premiers immigrants avaient voulu se souvenir d’où ils venaient.

En Pennsylvanie, beaucoup de villes ou de quartiers témoignent de la forte présence d’immigrés venus d’Allemagne. D’autres immigrés, portés par leur foi, ont parsemé le pays de noms rappellant des épisodes bibliques. Et aujourd’hui je suis donc à Bethlehem, en Pennsylvanie.

Je retourne la photo, et surprise, il s’agit d’une carte postale. En 2018, ce produit semble d’un autre âge. A l’heure où l’on envoie des messages en quelques secondes à l’autre bout de la planète, prendre le temps d’écrire sur un support papier quelques mots qui seront lus plusieurs jours plus tard par leur destinataire semble archaïque.

Vous souvenez-vous de la dernière carte postale que vous avez envoyée ?

Je vais donc vous envoyer une carte postale des USA.

Comme au bon vieux temps lorsque ce support permettait de montrer à la famille, aux collègues, à qui sais-je encore, les bons moments que l’on passait et comment, malgré un cadre enchanteur, on prenait le temps de penser à ceux qui n’avaient pas pu partir.

Ce blog ne sera publié que dans quelques semaines, voire quelques mois et comme une carte postale, il aura pris le temps de trouver ses lecteurs.

Pour l’illustrer, j’ai choisi de vous présenter quelques trouvailles faites à la bourse aux jouets d’Allentown.

Tout d’abord un Dinky Toys. Ce n’est pas le pays. Mais ce véhicule arbore le nom d’une firme américaine : Brink’s. Le véhicule très représentatif est assez fréquent. Il s’agit d’un GMC. Ce que je n’avais jamais vu c’est la boîte promotionnelle.

Elle est de belle qualité, en carton fort. L’ensemble avec le véhicule devait constituer un cadeau de choix. Brink’s, cette firme établie dans le monde entier a également fait réaliser par Dinky Toys des versions pour sa branche mexicaine. La couleur, gris soutenu, était différente de la version de base, gris clair. La décalcomanie qui le décore est également différente. Par contre le boîtage est des plus simples : un carton blanc, souple. Tout le contraire de la version américaine. C’est une belle trouvaille.

Vient ensuite un objet que j’aime beaucoup. C’est le grand écart avec celui présenté juste au-dessus. Soixante-dix ans les séparent. C’est un produit à ranger dans la catégorie « penny toys », les ancêtres de nos Dinky Toys, Solido et Corgi Toys.

Je les regarde avec respect, j’ai toujours l’impression d’avoir devant les yeux une partie de l’histoire du jouet. Il en a fallu de la dextérité à Distler, le fabricant allemand, pour concevoir cette miniature. La présence du moteur à inertie est le signe d’une finition “luxe”.

Cela n’ajoute rien au modèle, parfois même l’enlaidit. Les modèles sans moteur gardent les emplacements de fixation. Il est vrai que le jouet vit aussi grâce à ses personnages : le chauffeur, réalisé en deux parties, mais surtout les passagers.

Il s’agit le plus souvent d’ une famille : le couple avec les enfants. Observez les chapeaux ! On comprend bien qu’à cette époque l’automobile était réservée à une élite .

Voici un produit “made in USA”. C’est un rare et surprenant car ACF de chez Arcade. Vous vous souvenez sûrement du modèle aux couleurs “Trailways” (voir le blog consacré au car Arcade).

Celui-ci peut être considéré comme une version économique, sans radiateur rapporté et d’une taille inférieure.  Je n’avais jamais vu ce type de modèle auparavant.

N’oublions pas que les versions économiques sont souvent plus rares à trouver. Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter cette version rare du car Clipper aux couleurs d’une compagnie privée. Mes voyages aux USA m’ont permis de constituer un bel ensemble de modèles de ce type que j’apprécie particulièrement.

Voici enfin un modèle plein de charme. Fragile. c’est presque de la dentelle. C’est au cours de mes voyages aux USA que j’ai appris à apprécier ces beaux jouets “made in Japan” injectés en plomb. Inspirés des modèles produits par SR (France), ils ont inondé les Etats-Unis au début du siècle dernier.

Il s’agit d’une moto solo. C’est très fin. Comme je le faisais remarquer au vendeur, le fabricant a passé une sorte de vernis sur les rayons des roues afin d’attirer le regard sur ces dernières et de faire apprécier le travail.

La plupart de ces jouets sont pourvus d’un sifflet (whistle). S’agissant d’une moto solo notre modèle en est bien évidemment dépourvu. Je vous présente donc également une autre moto et aussi un vélo équipés du sifflet. L’échelle de reproduction est proche du 1/43. (voir le blog consacré aux jouets japonais d’avant-guerre)

Vous allez sûrement vous interroger sur l’intérêt d’aller aux USA pour ramener des produits européens ou japonais. Il faut savoir qu’au début du siècle dernier, et ce jusque dans les années cinquante, une très importante partie de la production de jouets allemande ou japonaise a été exportée aux Etats-Unis. Ce marché était le plus important. Il est donc logique de les retrouver là-bas. Finalement, contrairement aux apparences premières ces modèles ont tous un lien très fort avec le marché américain.

Les mains dans le cambouis

Les mains dans le cambouis

Depuis quelque temps, la chaine de télévision Arte accompagne les films qu’elle diffuse en première partie de soirée d’une petite présentation d’Olivier Père intitulée “Trois bonnes raisons”. Il s’agit de trouver trois arguments pour nous convaincre de rester devant notre poste de télévision. Cela sert surtout à placer, avant et après la séquence, un écran publicitaire au bénéfice du sponsor de la présentation.

A mon tour, de trouver trois bonnes raisons de vous présenter la photo de Patrice Habans pour “Paris Match” intitulée “Jacques Chirac, le plus jeune ministre du Gouvernement” qu’a utilisé la Revue des deux mondes.

La première est que la légende de la photo a peu de rapport avec ce que l’on a sous les yeux. Jacques Chirac, dans le moteur d’une Peugeot 403 fixe l’objectif du photographe, presque surpris qu’on le dérange en pleine partie de mécanique.

Quoique, a bien y regarder on peut trouver quelques liens avec la fonction ministérielle de M. Jacques Chirac.

Nous sommes donc en 1967. Le 8 mai, Jacques Chirac a été nommé secrétaire d’Etat à l’emploi. Sur la photo, notre homme est en curieuse posture. Eclairé par une lampe baladeuse accrochée au capot, il a “les mains dans le cambouis”, expression populaire pour signifier qu’il a personnellement pris les choses en mains face à une situation difficile et ce de manière efficace.

D’ailleurs à voir le diamètre de la clef qu’il tient dans la main droite, on se doute que la panne est grave.

Finalement, cette photo annonce bien les déboires que vont connaître ses successeurs à ce poste. La fonction ministérielle est soulignée par la chemise blanche, aux manches retroussées certes, ainsi que par la cravate, rentrée dans la chemise pour la circonstance.

On se doute que Mme Chirac ne va pas rire en voyant rentrer son mari la chemise maculée de graisse.

La seconde raison est ce détail troublant. A l’époque, ce type de photo ne soulevait aucune polémique. Mais le futur président qui se détourne de son labeur pour nous regarder droit dans les yeux a une cigarette aux lèvres. Il sera bientôt impossible pour un homme politique de paraître ainsi dans la presse. La cigarette sera bannie des photos officielles. Pourtant, n’était elle pas un moyen de rendre populaire un homme politique ?

J’ai gardé le meilleur pour la fin, la troisième raison d’apprécier la photo. Observez bien le mur du garage.

Au fond, à droite, une publicité Simca avec ce slogan imparable : 2 ans de garantie ! Quel homme politique proposerait dans son programme une telle assurance ?

Cette photo a un côté désuet. La communication n’avait pas encore pris les hommes politiques en otage. Réfléchissez. En 1967, la Peugeot 403 n’existe plus au catalogue du constructeur. Elle a disparu en 1966 après des années de bons et loyaux services. D’ailleurs l’affiche avec les photos des Simca 1301 et 1501 derrière notre homme confirme que ce cliché a bien été pris en 1967.

Choisir cette auto de 1955 pour se faire photographier en 1967 révèle un amateurisme bon enfant. La Peugeot 404 qui a succédé à la 403 était présente depuis 1960.

Est-ce une auto de fonction ? peut-être . Dans ce cas sa couleur claire est étonnante. Ce type d’auto était généralement fini de couleur noire

Afin de revenir dans la norme, je vais vous présenter quelques Peugeot 403 reproduites en miniature et finies en teinte “administration”, c’est à dire en noir.

A tout seigneur tout honneur commençons par le modèle Dinky Toys. C’est un petit chef-d’oeuvre. Le plan est daté du 17 juin 1955.

Le prototype en bois est fini de couleur noire. C’est une découverte assez récente pour moi. L’échelle de reproduction est confirmée au bas du plan : 1/43.

Cette couleur sera, avec le bleu “Natier” la première couleur offerte au public. La couleur grise remplacera la couleur noire assez rapidement,en raison sans doute des difficultés à appliquer la teinte. Il faut dire que le noir ne pardonne pas les imperfections. A cette époque il y avait un vrai contrôle qualité.

La version noire est donc moins fréquente que la bleue ou la grise. Signalons que sa courte carrière l’empêchera de se voir équipée de la découpe à l’arrière du plancher, servant à recevoir le timon pour accrocher la caravane.

Dinky Toys Peugeot 403 chassis ou non évidé
Dinky Toys Peugeot 403 chassis ou non évidé

En tout état de cause on n’a jamais vu un ministre partir en congé avec une caravane.

Avant de quitter la firme de Bobigny, il faut mentionner la version break de la 403 (dénommée  “403 limousine commerciale” sur le plan du 11/1/1957  pour éviter un anglicisme).

On ne peut l’oublier. Un détail n’a pas pu échapper à votre vigilance. Cette auto est programmée en 1958. Elle fait partie des 13 nouveautés de l’année.

Sur la couverture de ce catalogue ainsi que sur la dernière page elle figure en noir, couleur qui ne sera jamais réalisée. Cependant, l’illustrateur du catalogue a bien dû travailler avec un exemplaire de cette couleur et quelques modèles ont sûrement été réalisés.

Sur l’édition italienne de ce même catalogue sortie un an plus tard, elle est bleue, couleur qui sera la sienne en production.

Il faut ici mentionner le modèle, fortement inspiré de la Dinky Toys, et produit en Espagne par Invicta. Je ne connais pas de couleur noire pour ce produit.

Quiralu sortira ce modèle en noir ainsi qu’en version bicolore, grise et noire. L’unicolore semble être toujours sortie sans vitrage alors que la bicolore est disponible dans les deux finitions. Après avoir vu la Dinky Toys quasi parfaite, la Quiralu a le charme désuet des jouets de bazar. Avec le temps, les amateurs sont devenus indulgents envers ce type de reproductions.

Il faut mentionner la version produite pour Jomat, le fabricant de circuit électrique. Ce dernier se contentait d’acheter des caisses peintes chez Quiralu, plaçait un moteur électrique et un châssis de sa fabrication et glissait le tout dans un précieux coffret contenant des éléments de piste et un transformateur.

je n’ai jamais vu le modèle fonctionner. Le poids de l’ensemble devait handicaper fortement le bon fonctionnement de la voiture. La 403, solide berline, n’était pas un foudre de guerre sur la route, comment aurait-elle pu faire des étincelles sur un circuit routier électrique ?

Punch, qui était un distributeur un peu comme Marx aux Etats-Unis, récupérera un certain nombre d’outillages chez Quiralu. Plus tard cette entité lancera la marque Eria.

En attendant, Punch va distribuer l’ex-modèle Quiralu dans un boîtage particulier. Les modèles sont à ma connaissance toujours équipés de vitrage. Ils bénéficient d’une finition unicolore et sont facilement reconnaissables du fait de l’absence de l’inscription “Quiralu” sur le châssis en tôle. Par contre je n’ai jamais vu de Peugeot 403 Punch finie de couleur noire.

Peu de temps après, Punch renoue avec la Peugeot 403 grâce à la distribution de la marque Eria. Cette dernière est une création. Elle est réduite à l’échelle du 1/50 environ. Dans la mémoire collective Punch reste associé à certaines enseignes de la grande distribution (Monoprix entre autres).

Voyant le créneau de la reproduction de la 403 berline quelque peu saturé C-I-J jettera son dévolu sur la version break. Avec ou sans vitrage, avec ou sans aménagement intérieur, il n’y aura pas de version noire.

Par contre, l’amortissement du moule se fera avec la création d’une version équipée d’un gyrophare électrique. Une version police verra donc le jour, de couleur noire comme l’étaient à l’époque les voitures de la police française.

Enfin, Solido a inscrit une jolie Berline 403 dans sa gamme Junior, démontable, au 1/32 environ. Elle est reconnaissable à son pavillon découpé. Il n’y a pas de teinte noire mais il existe une rare version anthracite métallisé.

Enfin, tout le monde connaît la version cabriolet qui ne peut laisser indifférent. Malgré une certaine lourdeur héritée de la berline, elle possède un charme unique et semble vraiment à part dans l’univers du cabriolet de ces années là. Dans la gamme Solido, c’est de loin mon cabriolet préféré. Pas de couleur noire bien sûr.

Dans un prochain blog nous examinerons les versions de la Peugeot 403 injectées en plastique, “l’autre matériau” utilisé à l’époque par les fabricants de jouets. Cette auto peut à elle seule devenir un thème de collection, tant sont nombreuses ses reproductions.

PS: le nouveau Pipelette (5) est disponible à la lecture sur la page d’accueil du site de l’Auto Jaune Paris. Bonne lecture.

Nouvelle vague et vieille Simca

Nouvelle vague et vieille Simca

Elle apparait à l’écran vrombissante et se jouant de la circulation parisienne. On ne peut pas dire que son conducteur la ménage. Elle dérape. Il la mène à train d’enfer. D’ailleurs, à y regarder de plus près, elle porte les stigmates de cette conduite échevelée. Elle est présente tout au long du film, incontournable. On la voit slalomer dans des terrains vagues le long de la Marne, tourner en rond comme un animal en cage. Elle passe de l’un à l’autre des deux personnages masculins du film, deux petits voyous de faible envergure. Ils décident de monter un cambriolage chez la tante d’une jeune fille qui héberge cette dernière dont ils sont tous les deux amoureux .

“Elle” c’est la Simca Week-End et le film, c’est “Bande à part” de Jean-Luc Godard.

L’auto a vécu. La capote est perforée et ferme mal, comme celle d’une auto qui a fait son temps. En 1964, date de tournage du film, la Simca cabriolet Week-End est une auto démodée.(voir la  bande original du film)

Cette voiture est sortie en 1954. Elle est à la croisée des chemins dans la production Simca. Elle se situe entre la Simca 8 cabriolet (1950) et  l’Océane (1956).

Marin d'état vu dans le film "bande à part" (hommage à Jacques Demy)
Marin d’état vu dans le film “bande à part” (hommage à Jacques Demy)

Le choix du cinéaste Jean-Luc Godard pour cette auto est bien sûr assumé. La “Nouvelle Vague”dont il est l’un des moteurs, veut sortir du “cinéma de Papa”. Il prend le parti de placer ses protagonistes dans une auto à bout de souffle. C’est innovant. Le film est truffé de clins d’oeil. J’ai apprécié celui fait à Jacques Demy qui venait tout juste de présenter “Les parapluies de Cherbourg” : un café, un juke-box qui crache la musique du film et l’un des figurants qui arbore un costume de marin d’Etat, personnage récurrent dans les films de Jacques Demy. (voir le blog sur “Les parapluies de Cherbourg”).

affiche du film Bande à part
affiche du film Bande à part

Autre clin d’oeil du trublion du cinéma de la “nouvelle vague”, le film se passe à Joinville, sur les quais. Juste en face se situent les fameux “studios de Joinville”, symbole de l’ancienne génération du cinéma français. Avant la guerre, près de 40% des films étaient tournés à cet endroit. Marcel Carné et Jean Renoir y réalisèrent plusieurs chefs-d’oeuvre.

extrait du film de J.L Godard "bande à part"
extrait du film de J.L Godard “bande à part”

Les amateurs d’architecture, d’espaces urbains, de banlieues et d’automobiles des années soixante apprécieront ce que l’on appelle “le réalisme” de la Nouvelle Vague , cette façon de filmer la vraie vie là où elle se situe, dans les rues, les bars, le métro. Pour les amateurs de véhicules anciens ce témoignage visuel est un pur régal.

Les fabricants de miniatures des années cinquante ont été sensibles à cette gamme d’élégantes autos qui va de la Simca 8 à l’Océane en passant bien sûr par la “Week-End” choisie par Jean-Luc Godard.

La gamme eut plus de succès auprès des fabricants de jouets qui ont affiché l’auto dans leur catalogue qu’auprès de la clientèle visée par Henri Pigozzi.

Clé, Minialuxe, Solido, Norev ont inscrit une ou plusieurs reproductions de cette élégante auto, mais c’est Dinky Toys qui a ouvert le bal.

Dans le chapitre précédent relatif à la Simca 8, nous avons vu comment Dinky Toys a tâtonné dans le choix de la version à reproduire (voir le blog consacré à la gestation du projet de la Simca 8).

Finalement, elle sort en 1952. Les choses ont dû s’accélèrer, et la direction a tranché. C’est un modèle légèrement hybride qui est proposé aux jeunes amateurs. Le choix de la calandre du prototype en bois semblait plus réaliste, ceci n’est pas très grave car la version finalement validée par la direction est bien plus belle. Bobigny a fait des merveilles c’est une indéniable réussite. La façon dont Dinky Toys a traité le pare-brise va même inspirer Liverpool.  (voir le blog sur l’Austin Atlantic) .

Je ne vais pas rentrer dans les détails, Jean-Michel Roulet l’a déjà fait. Il suffit d’ouvrir son livre. Retenons simplement la modification du pare-brise et son renforcement en 1957.

L’opération sera une réussite esthétique. On peut facilement comprendre que le moule commençait à se fatiguer, en raison des contraintes de fabrication.

La première version proposée au public est fort harmonieuse. Elle est de couleur noire et possède un intérieur et une capote repliée de couleur caramel. Elle possède une caractéristique propre à cette version. Le pare-chocs et la calandre sont peints séparément. Très vite, le pochoir sera modifié et toutes les versions postérieures recevront un voile de peinture recouvrant l’ensemble pare-chocs et calandre.

Peu de temps après, la teinte de l’intérieur évoluera, passant à un beige clair, très différent de la première version. Ce sont les deux versions issues du commerce les plus difficiles à se procurer.

On se doit ici de parler d’une micro série de modèles finis de couleur rouge avec intérieur ivoire. L’amateur de Dinky Toys aura tôt fait de comprendre qu’il s’agit en fait de la couleur inversée d’une des dernières versions de cette miniature (ivoire avec intérieur rouge). Je peux certifier que des exemplaires ont été distribués en commerce.

Dinky Toys Simca 8 sport (pare brise épais) couleur rare
Dinky Toys Simca 8 sport (pare brise épais) couleur rare

Il y a une trentaine d’années, le docteur Lasson de Valenciennes m’avait demandé si je connaissais cette couleur. je lui avais répondu par la négative. Il m’avait alors raconté que, collectionneur dès les années cinquante, il avait acquis cette miniature en commerce à Valenciennes. Quelques années plus tard, quand M. Chaudey me céda sa collection, je ne fus pas surpris de voir cette miniature dans cette couleur. M. Chaudey était dessinateur chez Meccano.

J’ai pu récupérer deux autres modèles auprès de Jean-Bernard Sartre, qui pour l’instant n’ont pas été répertoriés en d’autres exemplaires. Un de couleur rose, qui semble être un clin d’oeil à l’Austin Atlantic et un d’une très élégante couleur bleu marine.

Un intérieur cossu

Un intérieur cossu

En 35 ans de métier, j’ai eu l’occasion de constater un certain manque d’ouverture d’esprit de la part de certains collectionneurs. Cet état de fait est certes compréhensible. La collection est un acte individuel. Aucune collection ne ressemble à une autre et c’est tant mieux. Cependant, chaque collectionneur pense souvent détenir la vérité, celle de sa collection. .

 

Mon ami Charles, collectionneur averti de Dinky Toys qui connaissait comme nul autre les variantes des séries 24 et 25 partageait un certain nombre de mes goûts de collectionneur. Mais il a pu parfois être déconcerté par mes choix et mon intérêt pour un jouet en plastique ou en carton.

Je me souviens comme il était perplexe devant certaines miniatures comme ces petits “Peugeot” fourgons en plastique, il ne comprenait  pas mon choix.

Certains collectionneurs sont plus ouverts, ils ont une approche différente, ils sont plus curieux. Mais la curiosité se cultive.

Cette incompréhension se rencontre également entre amateurs d’une même marque de miniatures qui peuvent collectionner de manière très différente.

Ainsi, quand M. Gougeon et quelques autres se sont lancés dans les variantes de numéros de capots, cela a pu déclencher des moqueries.

Et pourtant, ils sont désormais plusieurs à rechercher les numéros de production des boîtes. Il faut expliquer ici que l’imprimeur identifiait sa production en laissant un numéro sur le rabat ou le retour de languette de certaines boîtes.

Quand ces numéros existent, ils aident à mieux appréhender la production de certaines variantes. En effet, ils correspondent toujours à une période bien précise de la production. Les numéros changeaient quand il fallait réimprimer une autre série de boîtes. Ainsi, on peut dater des variantes de châssis, de jantes et même de pneus. Je trouve cela intéressant car c’est un moyen d’être plus rigoureux dans les affirmations formulées sur les variantes.

A titre personnel je ne collectionne pas les variantes de numéro de boîte, mais je trouve que cela mériterait un livre. On imagine la liste des numéros avec la variante exacte de couleur, de jante, de pneu, ou de type de châssis.

Pour ma part, je me suis arrêté aux variantes que l’on peut identifier au premier coup d’œil, par exemple les nuances de couleurs, ou les formes de jantes. Ainsi dernièrement, le hasard des trouvailles et la loi des séries m’ont permis de mettre la main sur plusieurs variantes de couleurs d’intérieur de Chrysler New Yorker.

Le modèle de base est fini en rouge avec un intérieur ivoire. La teinte est particulièrement  harmonieuse. Elle est très fréquente. Durant sa production, la nuance de rouge de la carrosserie va s’éclaircir, passant d’un rouge très foncé à un rouge clair en fin de production.

Et vous avez peut-être entendu parler de la variante à intérieur rose ? Cette étrange couleur a suscité deux explications. Selon la première, à l’usine, lors de la production de cette série, l’ouvrier préposé au pochoir n’aurait passé qu’une couche de peinture ivoire sur la caisse intégralement peinte en rouge, au lieu des trois ou quatre nécessaires. Une seule couche et les sièges apparaissent rose bonbon. Deux couches et l’on obtient une sorte de vieux rose. Trois ou quatre et c’est la teinte que vous connaissez tous : l’ivoire. Cette explication nous semble peu plausible car l’application de plusieurs couches de peinture aurait exigé des temps de séchage intermédiaires incompatibles avec une production de très grande série. La seconde explication convainc davantage : ces nuances proviendraient du niveau de dilution de la peinture blanche, la quantité de diluant jouant sur son pouvoir couvrant et son opacité. Des fonds de pots de blanc ont pu être ainsi excessivement allongés pour faire face à un manque de peinture… Les tableaux de bord, peints à part sur du matériau brut, restent toujours blancs, intérieur rose ou pas.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas eu volonté de la part de Meccano de créer un intérieur rose. Cela tient juste à une finition bâclée ou peut-être à des “économies de bouts de chandelles”..

On y accorde l’importance que l’on veut. Ces variantes, appelons les “économiques”, sont tout de même peu fréquentes. Pour être complet, je les ai trouvées aussi bien en jantes concaves qu’en jantes convexes ce qui prouve qu’elles ne correspondent pas à une période très précise de la production. Il apparaît juste que la première teinte, le rouge foncé, n’a jamais bénéficié de cette finition “économique”. La rigueur et la qualité de fabrication se sont amenuisées avec le temps.

Il existe une autre variante que je viens juste de découvrir et qui m’a servi de prétexte à cette chronique. Dernièrement chez un confrère, j’aperçois une New Yorker. La couleur de l’intérieur me surprend et je pense d’abord à un intérieur repeint. Très rapidement, je m’aperçois qu’il n’en est rien. Il s’agit de la couleur du pavillon beige de la Studebaker Commander finie en orange. Je n’avais jamais vu cette variante.

Peut-être restait-il de la peinture de cette teinte sur la chaine de fabrication, la programmation de la Chrysler succédant à celle  de la Studebaker, on aurait fini ainsi le fond de peinture. C’est juste une hypothèse.

Si vous ajoutez la variante de jantes, convexes sur les premiers exemplaires puis concaves tout à la fin de la production, cela vous fait huit exemplaires finis en rouge à chercher.

Si vous rajoutez les variantes de boîtes, je n’ose plus calculer.

Signalons que le modèle équipé de jantes concaves est peu fréquent. C’est logique. Le modèle était en fin de carrière quand il a été équipé de jantes concaves et le public avait déjà oublié cette belle auto au profit des Saratoga et autres Thunderbird.

Je ne pouvais vous parler de la Chrysler New Yorker rouge et ivoire sans vous signaler la couleur inversée : ivoire et rouge. Comme pour la Simca 8 sport, déjà vue précédemment (voir l’article sur la Simca 8 sport) les deux schémas de peinture ont été réalisés.

Meccano a utilisé sa palette de couleurs disponibles, ici son rouge typique et son ivoire, se contentant d’inverser l’ordre entre la carrosserie et l’intérieur. Le résultat est magnifique. Au final cela donne deux autos qui semblent très différentes. Il dût être bien difficile pour la direction de trancher.

Finalement, la Chrysler sera rouge et la Simca ivoire. Il nous reste ces pré-séries, témoins exceptionnels de cette période. Elles sont finies au pochoir comme celles de série. Je connais au moins deux exemplaires de cette Chrysler New Yorker.

Nous possédons un autre essai qui fut sans suite, également fini au pochoir. Donc, là aussi une petite série a été faite. Elle emprunte le bleu nattier de la Peugeot 403.

J’ai commencé avec le modèle fini en rouge, le plus fréquent.

Je finis par celle par qui tout a commencé : le prototype en bois, pièce unique. Le pare-brise a été égaré. Il sera réalisé en série injecté en plastique cristal ce qui était une première chez Dinky Toys France.