Archives par mot-clé : JRD

C’est une fille !

C’est une fille !

Les deux mains sur le haut du volant, elle s’engage, cheveux au vent dans son cabriolet. L’action se situe sur une grande artère d’un centre ville moderne.

La jeune fille semble coquette. Ce n’est pas le petit bouquet qu’elle a accroché à l’angle supérieur gauche du pare-brise qui nous l’indique, mais son rétroviseur intérieur.

On ne voit pas son visage dans le miroir. On en déduit qu’elle s’en est servi pour vérifier sa coiffure et qu’elle a oublié de le repositionner afin de voir ce qui se passe derrière elle.

Cette ville semble neuve. Nous sommes en effet à Moscou, dans le nouveau quartier voulu par Staline et constitué d’immeubles élevés dignes de ceux que l’on trouve l’autre côté de l’ Atlantique. Le titre d’un des tableaux représentant ce quartier est évocateur : “Gratte-ciel résidentiel sur le quai Kotelnitcheskaïa”( Dimitri Tchetchouline).

Dans la logique du « réalisme socialiste » qui se doit de montrer les bienfaits du communisme, l’artiste, Youri Pimenov a représenté cette femme dans son auto, en route vers un avenir radieux. Le titre du tableau : “La nouvelle Moscou”. (1937)

Une chose m’a profondément marqué dans l’exposition “Rouge” du Petit Palais, exposition consacrée à la relation entre le pouvoir politique et les artistes dans l’Union Soviètique après la révolution de 1917.

Il s’agit de la place de la femme dans la société communiste. Elle est représentée à l’égal de l’homme.

Elle exerce les mêmes fonctions que lui. La voici conduisant un tracteur, sautant en parachute, s’entrainant au tir. Mieux, elle prend part comme l’homme aux travaux de construction. Avec un marteau piqueur elle participe à la construction du métro à Moscou.

L’image du corps sain et athlétique n’est pas réservée à l’homme. Dans son tableau “pleine liberté”, Daineka représente un groupe de jeunes filles faisant de la course à pied en pleine campagne.

Les artistes appartenant au courant du “réalisme socialiste” sont donc nombreux à avoir traité dans leurs oeuvres de l’égalité des sexes, propre à l’idéologie communiste.

Le tableau représentant cette jeune femme seule au volant de son auto s’inscrit dans la même veine. Nous sommes en 1937.

Si en 2019, une femme au volant d’un cabriolet n’a rien d’extraordinaire, dans l’iconographie occidentale d’avant- guerre, c’est autre chose.

Le plus souvent la femme est à côté, comme dans ce tableau d’Emile Compard “La montée à 80 ou les automobilistes”.

Une femme au volant avec un homme à ses côtés est une image d’avant garde.

jusqu’à tout récemment, la femme est représentée assise, à droite du conducteur. Mieux, on voit parfois deux hommes aux places avant et les femmes sur la banquette arrière !

Je me suis alors penché sur les représentations en jouet. Pour des raisons pratiques, c’est bien sûr lors de la réalisation d’autos cabriolets que la question s’est posée.

Il est judicieux pour un fabricant de jouets d’équiper son modèle d’un personnage pour le rendre plus vivant.

Cependant, j’ai rencontré de nombreux collectionneurs qui n’appréciaient pas du tout cet accessoire, une miniature devant être représentée statique, à l’arrêt, donc sans personnage. Ainsi pour des raisons esthétiques, ils n’hésitaient pas à le supprimer, notamment sur les cabriolets Solido.

Justement, Solido a créé deux personnages, un homme à casquette et une jeune femme. Sur les cabriolets de la série 100, on peut dégager une tendance. Ainsi la Mercedes 190SL et la Peugeot 403 sont très généralement équipées d’un conducteur, alors que la Renault Floride et l’Alfa Romeo semblent avoir le plus souvent une conductrice. Pour la Simca Océane on ne dégage pas de tendance très nette.

Cependant, il n’y a pas de règle établie. Ainsi sur nos 13 Peugeot 403 cabriolet, une est conduite par une jeune femme.

Malgré sa frêle allure, elle ne semble pas intimidée par la direction, disons virile, de la Peugeot. Ses épaules nues indiquent que nous sommes en plein été.

Pour illustrer ces propos, je me suis amusé à installer dans deux Alfa Romeo cabriolet de la série Junior de chez Solido, des personnages Starlux. Ils étaient destinés à cet usage.

J’aime beaucoup celle avec le couple dont la femme est au volant. Cheveux au vent, elle n’a peur de rien. Par contre, à voir la posture de son compagnon, chapeau vissé sur la tête et bras croisés, il semble redouter le pire.

En fait, très peu de fabricants de jouets ont installé des femmes au volant. Siku l’a fait, avec sa Renault Floride, ce qui semble être un cliché facile. Le caniche à ses côtés renforce cette idée.

Siku, dont les produits semblent avoir été destinés aussi bien aux petits garçons qu’aux petites filles n’a pas hésité à reproduire de nombreux personnages féminins.

On y retrouve des clichés dignes des années cinquante : mère de famille avec landeau, donnant la main à un enfant, ou allongée sur un matelas pneumatique.

Par ailleurs, Siku n’hésitera pas à proposer un très grand nombre de miniatures de couleur rose afin de séduire ses petites clientes, du Messerschmitt à la Porsche 356 en passant par les Opel et autres Mercedes. Cependant, une BMW 501 limousine ou Goliath de couleur rose à de quoi déstabiliser plus d’un collectionneur !

A titre personnel, j’aime beaucoup ce décalage.  M Raschke, auteur des livres sur la marque me l’a souvent répété,  ces couleurs sont rares, prouvant ainsi que l’objectif de Siku ne fut pas pleinement atteint.

En France, avant la guerre, les Jouets Citroën ont reproduit de charmantes Citroën C4 cabriolet avec personnages : un monsieur au volant et une dame tenant un chien sur ses genoux. Quarante après, je ne me lasse pas de ces jouets et du charme qu’ils dégagent.

On peut reconnaitre la”dame” au coup de pinceau figurant son étole flottant au vent.

Par contre il est bien plus difficile d’identifier les personnages des Peugeot 402 et de la rarissime Citroën Traction avant cabriolet de chez JRD. Ils arborent un serre-tête, et rien ne permet de reconnaître qui est au volant.

J’aime à penser qu’il s’agit d’une jeune femme, se prenant pour Anne- Cécile Itier, pilote éclectique d’avant guerre. Coiffée à la garçonne, elle fonce au volant de son cabriolet. Le passager semble médusé par les risques pris.

Tout au long de ma carrière, j’ai recueilli des témoignages de femmes qui m’expliquaient que petites filles, elles jouaient avec leurs petites autos, avec leurs frères ou même toutes seules.

Pourtant, comment expliquer que peu de femmes soient intéressées par la collection de miniatures automobiles ? il y a là un mystère. D’une manière générale, il y a pourtant autant de femmes collectionneuses que d’ hommes.

Il est possible que les femmes coupent plus facilement le lien avec l’enfance. Est-ce dû à la maternité ? peut-être. Les mères sont sans doute davantage tournées vers le futur que vers le passé.

En 2019, l’image de la femme et de l’automobile a bien changé. Désormais, et c’est tant mieux, les femmes partagent le volant et les points du permis !

Ce blog nous l’avons écrit mon épouse et moi pour notre petite fille, Perla qui vient de naître ce mardi 24 Septembre 2019. La roue tourne. Je ne doute pas un instant qu’à l’instar de l’héroïne du tableau russe de Youri Pimenov, elle saura s’émanciper au volant de sa voiture et parcourir les routes d’Italie puisque c’est son pays

.

lettre au père Noël

Lettre au Père Noël

Je n’ai pas souvenir, enfant, d’avoir écrit au Père Noël afin de formuler une demande particulière ou de l’orienter vers le jouet de mes rêves. Cela ne se faisait pas. Par contre, je me souviens bien lui avoir écrit pour lui préciser que, malgré quelques petits dérapages, j’avais été assez sage. Ce jugement n’engageait que moi, mais ainsi, j’étais bien certain de lui avoir rappelé que je méritais un petit paquet sous le sapin. La lettre avait eu l’effet escompté.

J’ai grandi. Par la suite, je n’ai plus rendu de comptes à ce Monsieur sur ma conduite.

La technique a d’ailleurs évolué. Désormais on ne formule plus ses demandes par courrier postal, on utilise le courrier électronique.

Dernièrement, Monsieur Malric m’a donc adressé un mail, un peu comme on s’adresse au Père Noël, en m’expliquant qu’il serait “opportun” de consacrer un article à “son camion préféré”, celui de son enfance, le Berliet Gak, en cette année anniversaire. Ce camion a en effet été lancé en 1958. Moi aussi je l’aime bien. Comme pour Monsieur Malric, il synthétise ma découverte du monde des poids lourds.

Je m’interroge cependant sur l’opportunité de présenter ce camion. Il me semble en effet que trop d’articles de la presse spécialisée sont réalisés sur des sujets qui n’apportent rien car ils ont déjà été traités de nombreuses fois. Comment éviter le piège de la redondance ?

Je vais donc vous présenter des Berliet Gak qui, chacun, pour des raisons qui lui sont propres présentent une originalité. J’ai sélectionné un ensemble de modèles “made in France”. J’ai scindé en deux parties cette étude, la première partie traitera des modèles injectés en zamac et la seconde partie des modèles en plastique.

Prenons le modèle réalisé par Dinky Toys, en zamac. C’est une superbe reproduction. Cela tout le monde le sait. Mis à part la version dépanneuse, peu crédible, à laquelle on a greffé l’arrière du Bedford TK provenant de Liverpool, tous les modèles sont des réussites.

Mon préféré est la grande échelle…je n’ai jamais pu l’avoir enfant et, dans la vitrine du marchand de jouets située à quelques mètres de la boutique de chaussures de mes parents, sa boîte richement illustrée me fascinait. Je revois très bien la vitrine murale située à l’extérieur du magasin. Je m’étais contenté de la version produite par Norev, qui est, ma foi, fort réussie. Il faut dire que le “vrai” camion était en service là où j’habitais.

Il y a également la version distribuée chez Tafanel, le brasseur parisien, aux couleurs de “Kronenbourg”. Je me souviens , il y a quelques années, avoir eu entre les mains un catalogue  qu’éditait ce brasseur, contenant les articles aux couleurs “Kronenbourg” distribués à travers son réseau de vente (blousons, tee-shirts, cendriers…).  Figuraient  aussi le Dinky Toys mais également le Berliet Stradair de chez FJ. Ces modèle étaient donc en vente à travers le réseau de distribution  “Kronenbourg”.

Je ne peux vous présenter qu’un seul modèle qui sort de l’ordinaire. Il s’agit de la pré-série de la benne basculante. Ce modèle possède une benne entièrement lisse. On peut imaginer que Dinky Toys a rencontré des problèmes avec son moule et qu’un nombre important de rebus a conduit la direction a le modifier rapidement. Les rainurages ont facilité l’injection du zamac lors de la fabrication. J’ai eu cet exemplaire auprès de M. Chaudey, avant d’en trouver un second, bien plus tard dans une salle des ventes. Il était en vrac avec d’autres modèles en état d’usage. Logiquement d’autres exemplaires devraient finir par apparaître un jour. En effet une certaine quantité a dû être réalisée avant la modification du moule (rainurage).

Chez JRD, si je dois retenir un modèle, ce serait le très original tracteur Tak semi-remorque panier avec ses 90 bouteilles de gaz, à installer une à une : elles étaient livrées dans un sachet. A chaque fois que j’ai eu à installer ces bouteilles, j’ai pu constater que JRD, généreusement en mettait deux de plus. Il faut dire que l’on cassait facilement les anses en les installant.

Bien évidemment ce sont les couleurs rares (argent ou bleu métallisé) qui sont les plus convoitées. Mon père et moi, nous les avons traquées avec assiduité. Cela a pris du temps.

Celle de couleur rouge, la plus fréquente, est aussi la plus réaliste et la plus réussie. La flotte des véhicules aux couleurs d’Antar était ainsi décorée.

Appréciez celle équipée de pneus en caoutchouc blanc, au dessin si particulier. La couleur des ces pneus n’est certes pas crédible mais ils s’harmonisent parfaitement avec les décalcomanies. Je ne me lasse pas de voir en vitrine ces objets acquis il ya près de 40 ans.

A Marseille, FJ a logiquement inscrit ce populaire camion à son catalogue. L’échelle de reproduction est atypique dans le paysage des productions françaises de jouets de l’époque. Il est reproduit au 1/60 environ. Celui qui me paraît le plus intéressant, et le plus rare est le brasseur aux couleurs de Coca-Cola.

Le plus original est bien sûr la version porte-fer. Il faut savoir qu’ FJ produisait ces modèles en tronçonnant aux 2/3 la cabine d’un modèle de base. Il y a là un côté artisanal qui sied bien à cette petite entreprise provençale. Une pièce en tôle permettait de fermer la cabine.

Le brasseur “Coca-Cola” a un charme désuet. Il est fini dans la couleur jaune orangé qui avait été choisie par la firme d’Atlanta après la guerre pour habiller sa flotte de véhicules.

C’est assurément de cette même couleur qu’aurait été peint le Renault 3500kg de chez Dinky Toys de 1961. Ce projet dont il ne reste que le plan n’a pas abouti. (voir le blog consacré aux plans Dinky Toys). Dans le milieu des années soixante, la livrée rouge et blanche a remplacé la couleur jaune. A voir le nombre important de jouets aux couleurs de Coca-Cola on réalise que dès l’après-guerre le service marketing de Coca-Cola avait compris l’importance de conditionner les jeunes clients.

Pour une raison que j’ignore la version “Coca-Cola” avec le Berliet Gak est rare. Je crois bien ne l’avoir revue que deux fois. FJ transfèrera cette déclinaison “brasseur” sur sa nouveauté le Berliet Stradair. Comme ce dernier , le Berliet Gak est équipé de jantes en plastique, ce qui est rare pour ce camion.

Il faut dire que le Stradair, dans la réalité, avait une suspension “Airlam”. Il était tout destiné au transports de marchandises fragiles.

Cette version benne à ordures distribuée à Lille aux couleurs de la capitale nordiste me semble être digne d’intérêt. Monsieur Dufour en possède également un exemplaire.

La version pompier est peu crédible. Cependant le jouet a un charme certain.

Enfin, il semble opportun de citer dans un article consacré à ce camion les versions publicitaires aux couleurs du” savon pâte  Arma”. La localisation  géographique de cette firme, Marseille, comme FJ  explique surement la réalisation de ce modèle. Il est fort réussi. Je pense qu’il a connu une distribution promotionnelle .

Finalement M. Malric a bien fait de faire sa demande en amont de Noël. Il a été entendu. Je vous invite également l’année prochaine à faire vos commandes d’articles bien en avance pour permettre au Père Noël d’étaler sa charge de travail.

 

Miracle à Milan

Miracle à Milan

C’est le titre du film de Vittorio de Sica et de Cesare Zavattini qui remporta la palme d’or à Cannes en 1951. Dans ce conte fantastique empreint de poésie deux mondes s’opposent : celui des gens cupides et celui des pauvres. Le miracle s’accomplit à la fin du film quand la fée Lolotta vient chercher les habitants d’un bidonville promis à la destruction en raison de la découverte d’un gisement de pétrole et les emmène au paradis. La fin du film est célèbre : gueux et mendiants survolent la cathédrale  de Milan à cheval sur un balai.

Je vous rassure, je n’ai pas enfourché un balai pour survoler le Duomo. Non, c’est un miracle bien plus modeste qui m’est arrivé à Milan.

La Citroën Ami 6 de chez JRD est un classique. Ce n’est pas ma reproduction favorite de cette célèbre berline car je préfère celle de Solido (voir le blog consacré à la Citroën ami 6 de chez Solido).

Il faut dire que Solido a été pragmatique en renonçant à reproduire le capot ouvrant. Incurvé en son milieu, il représente un véritable casse-tête.

Il est quasiment impossible de le fermer correctement sans laisser d’espace disgracieux au niveau horizontal du capot et sur les côtés. Solido a su éviter un piège dans lequel Dinky Toys, Norev et JRD sont tombés. Parmi ces derniers c’est JRD, et de loin, qui s’en est le mieux sorti. Longtemps, deux combinaisons de couleurs ont été répertoriées.

La très classique et très conventionnelle bleu pâle avec pavillon blanc et la plus rare orange avec pavillon blanc.

La rencontre avec un ancien représentant de JRD m’a fait découvrir au milieu des années 80, une superbe et rarissime version vert tilleul avec pavillon blanc. Je n’en ai jamais revu d’autre .

Mais revenons à la bourse de Milan, édition de décembre 2016.La manifestation était bien entamée, elle commence pour les exposants à 6H30. Je détaillais les miniatures sur la table d’un vendeur. Manifestement, j’avais devant les yeux une petite collection constituée d’époque, composée des grands classiques de la miniature. Des Märklin, des Corgi Toys ,des Quiralu, des Mercury des Solido, les reproductions des principales autos européennes des années soixante. Le collectionneur avait semble- t-il acheté une seule reproduction de chaque auto. Pas de doublon.

Parmi les miniatures figurait une Citroën Ami 6 berline bleu très pâle unicolore. Il s’agit d’une couleur classique chez Solido. Cependant, l’échelle de reproduction du modèle posé sur la table m’a permis d’identifier très rapidement un autre fabricant de miniatures. La silhouette proche du 1/41 ne pouvait être que celle d’une JRD, la Solido respectant strictement, elle, le 1/43. Cette variante de couleur m’était inconnue jusque là.

Un examen approfondi me confirma l’authenticité du modèle. C’est un plaisir certain que de découvrir après 40 ans de collection des couleurs inconnues, qui plus est chez un fabricant avec lequel on a des affinités.

Quelques mois plus tard, toujours à la même manifestation , et toujours en fin de matinée, alors que j’étais dans l’allée centrale de la manifestation, quelle ne fut pas ma surprise de voir un Saviem LRS pelleteuse dans les couleurs du Renault 120cv.

Il y a quelques années j’avais récupéré la version équipée d’une flèche treillis de couleur orange équipée de cette cabine Saviem LRS. Nous sommes en présence de modèles de transition qui empruntent les couleurs du Renault 120cv, et sont équipés de la cabine Saviem. (voir le blog consacré  à ce Saviem C-I-J …le chainon manquant).

Un dernier élément est venu depuis éclairer ma lanterne. On sait qu’avec la Dauphine, la Régie Renault a rompu le contrat d’exclusivité qui la liait à la C-I-J (voir le blog consacré à ce sujet avec la Renault 4cv).

Récemment, j’ai eu la chance de récupérer deux documents destinés aux revendeurs avec des listes de prix. Un détail m’a profondément choqué. La mention “Renault” a disparu du nom de tous les modèles, sauf pour la 4cv et encore.

extrait du catalogue C-I-J Renault 4cv calandre à 3 barres
extrait du catalogue C-I-J Renault 4cv calandre à 3 barres

Celle-ci est décrite comme “4cv Renault “et non” Renault 4cv”. C’est subtil mais il faut le souligner, on sent que Renault n’est plus en odeur de sainteté chez C-I-J.

Le nom Saviem lui est bien présent dans les catalogues. C’est fort étrange, car Saviem était la branche poids lourd de Renault. Il se peut que la C-I-J ait négocié, non pas un contrat d’exclusivité mais au moins un contrat l’autorisant à reproduire des “Saviem”. Pour être complet sur ce sujet, on note que le nom Simca apparaît également dans ce catalogue, mais que tous les autres noms de constructeurs sont absents. Simca et Saviem avaient sûrement dû accepter que la “C-I-J europarc” reproduise leurs modèles.

J’avance donc l’hypothèse selon laquelle la “C-I-J Europarc” a utilisé au plus vite l’accord de Saviem. Pour ce faire elle a remplacé la cabine Renault par celle du Saviem LRS qu’elle avait déjà en production sans même attendre que la nouvelle cabine Saviem JM240 plus moderne soit prête.

Pour le collectionneur français que je suis, fort sensible à ces deux firmes, la JRD et la “C-I-J Europarc”, ce sont désormais deux petits miracles qui se sont accomplis à Milan. J’attends désormais le troisième.

 

La plus rare miniature “made in France” ?

La plus rare miniature “made in France” ?

Delahaye est une des plus anciennes firmes d’automobiles françaises. Sa création remonte à 1895.

Comme ses concurrents, Emile Delahaye a choisi le vecteur de la course automobile pour se faire connaître. A l’époque c’était le passage obligé. C’est ainsi que le 24 septembre 1896 deux autos Delahaye prennent part à une des toutes premières compétitions automobiles, le Paris-Marseille-Paris : 1710 kilomètres d’aventure. Seuls 14 véhicules terminent cette épreuve, dont les deux Delahaye. C’est une Panhard qui remporte l’épreuve à 25,250 de moyenne horaire.

Parmi les nombreuses péripéties, la plus savoureuse est celle où les Delahaye qui faisaient route ensemble ont été prises au  milieu d’une tempête en Côte-d’Or. Elles ont été immobilisées de longues heures, le temps que leurs équipages scient les arbres abattus en travers de la route !

Au fil des ans, la marque a trouvé sa clientèle, la grande bourgeoisie. Les Delahaye ont ainsi acquis une image d’autos cossues, solides. Chez Delahaye, on a toujours préféré les solutions éprouvées aux nouveautés. Pas de clinquant ni de tape à l’œil chez ce fabricant, juste de la belle ouvrage. Pendant des décennies cela va être la ligne de conduite de la firme installée rue du banquier à Paris, près des Gobelins.

Au début des années trente les Delahaye sont équipées de caisses carrées, très classiques. Et puis en 1935, la 135 est arrivée. C’est une auto bien plus sportive que celles produites précédemment.Elle peut se comparer aux Bugatti, Talbot et autres Delage de l’époque.(voir le blog sur les Peugeot 402)

Étrangement, ces belles autos n’ intéressent pas les fabricants de jouets qui semblent préférer les autos familiales, de course ou utilitaires. JRD sera donc le seul à produire une Delahaye 135 cabriolet en plastiline à l’échelle du 1/42 environ. Philippe Moro m’a signalé l’existence d’un coupé de couleur verte. Je ne l’ai jamais vu.

La version cabriolet est une des miniatures françaises les plus rares jamais produites.

Des copies ont été réalisées dans les années quatre-vingt. Elles sont bien plus lourdes que les originales et leur peinture est également très brillante.

C’est grâce à la dispersion d’une exceptionnelle collection de jouets français d’avant-guerre qu’un exemplaire a refait surface. Avec une copie également  ! 

A la fin de la vente, Gilles Scherpereel est venu me trouver et me dire que j’avais bien fait d’acquérir ce rarissime modèle. De la part de quelqu’un qui a eu entre les mains les plus rares jouets, et qui n’est pas familier de ce genre de commentaires, cela m’a confirmé la rareté de ce jouet.

L’aventure c’est l’aventure ou Brel et la Citroën DS19

L’aventure c’est l’aventure ou Brel et la Citroën DS19.

La balade de Jacques et Jojo.

C’est la tombée de la nuit. Un vrai crépuscule de carte postale. Le faisceau des phares de la voiture balaie une route de campagne. La scène est filmée depuis l’habitacle d’une DS : le volant et le tableau de bord sont tout à fait reconnaissables.

Il s’agit d’un passage du documentaire de Philippe Kohly intitulé “Jacques Brel, fou de vivre”. A l’aide d’images d’archives, de reconstitutions, de mises en situation et même de tableaux aquarellisés Philippe Kohly a retracé la carrière hors du commun de cet artiste hors-norme. Remontant aux racines même de l’enfance de l’artiste, le documentaire nous balade le long des plages du Nord, souvenirs des vacances d’été et nous assoit derrière les vitres embuées du tramway bruxellois que Brel empruntait pour traverser la capitale belge.

Le documentaire démontre combien Brel aimait se mettre en danger.

Très vite, il n’a plus supporté de vivre derrière le bureau de l’entreprise familiale de carton ondulé. Pour ne pas mourir d’ennui, il quitte le domicile conjugal, laissant une épouse et une fille et prend le train pour Paris. Suivront des années de galère, car celui que Brassens a surnommé l’abbé Brel ne trouve pas son public. Il doute, il est sans doute près de renoncer lorsqu’il trouve son personnage. En abandonnant sa guitare il libère enfin son corps et son talent d’interprète. C’est le début d’une course infernale, il est en tournée dix mois et demi par an.

C’est de cela dont il rêvait : se mettre en danger tous les soirs puis reprendre la route avec son fidèle Jojo, Georges Pasquier qui lui sert d’homme à tout faire et conduit la Citroën DS. Comme le relève le réalisateur, Jojo sera pour Brel le frère qu’il n’a jamais eu.

 Philippe Kohly a retrouvé de nombreuses images d’archives où l’on voit les deux hommes dans une DS noire immatriculée en Belgique. La voiture sert de bureau, Brel y écrit, y compose, et y donne même une interview, comme d’autres le feraient de leur bureau. Il explique son besoin d’être tous les jours sur la route.

Cela va durer des années, jusqu’à ce qu’il décide en pleine gloire de quitter définitivement la scène.

Pour illustrer ces propos, j’ai choisi ma Citroën DS19 préférée. Il s’agit de la reproduction proposée par le fabricant de Montreuil, JRD qui a eu un lien historique très fort avec Citroën. L’échelle de reproduction semble légèrement supérieure au standard du 1/43. Qu’à cela ne tienne, ce léger embonpoint va bien à cette berline du quai de Javel.
Rares sont les marques à avoir proposé des DS unicolores. Même les fabricants de jouets en plastique ont préféré les versions bi-ton, plus compliquées à produire mais plus esthétiques. Le nuancier Citroën a d’ailleurs longtemps privilégié les pavillons contrastés. Pour ce qui est de JRD, il faudra attendre les reproductions de 1986 pour voir sous son estampille des versions unicolores. Quant à la palette offerte par sa DS 19 réf. 116, elle est bien plus large que les collectionneurs ne l’imaginent. La version orange est peu fréquente mais, selon moi, les plus rares sont les bleues à pavillon ivoire ou argent

La palette offerte est bien plus large que les collectionneurs ne l’imaginent. La version de couleur orange est peu fréquente mais selon moi, les plus rares sont les versions de couleur bleue, avec pavillon ivoire ou argent.

Au contraire de la traction, du 1200 Kg et de la de 2cv camionnette, la DS 19 disparaît avec JRD. C-I-J qui rachète une partie du stock JRD ne semble pas avoir récupéré de caisses de Citroën DS19.