Archives de catégorie : camions

Le rêve bleu

Le rêve bleu

Vous souvenez vous du nom du magasin de jouets de votre enfance ? Celui devant lequel vous restiez, le nez collé à la vitrine, pour essayer d’apercevoir pour de vrai la dernière nouveauté annoncée par l’affichette collée sur la porte du magasin.

A Compiègne où j’ai grandi deux enseignes se partageaient les principales marques de miniatures : “Au Petit Quinquin” rue Saint-Corneille, la rue même où se trouvait la boutique de mes parents et “Le Nain d’Or” avenue Solférino, situé également à quelques encablures de ce dernier. Rien de très original dans le choix de ces enseignes.

Mon épouse se rappelle très bien qu’à Calais, où elle a grandi, c’était la “Tour du jouet”…du fait de l’emplacement de la boutique située près de la fameuse Tour du Guet à proximité de l’entrée du port. Choix bien plus original.

Un facétieux marchand de jouets.

J’aime regarder les noms des magasins imprimés sur les catalogues de jouets. Il m’arrive de remplacer dans ma collection un catalogue par un autre parce que le nom du magasin imprimé sur la couverture me plaît davantage. Il y’a quelques années j’avais été séduit par celui ci : “Au rêve bleu”.

En fait pour être plus précis c’est le tampon tout en longueur qui m’avait plu. J’avais aimé ce petit détail : l’adresse du magasin était à Lyon, au 155 avenue de la Croix Rousse. Tout le monde sait qu’il y a un tunnel à cet endroit. Le facétieux marchand de jouet avait placé son tampon à la sortie du tunnel qui figurait sur la couverture du catalogue.

Devinette

La boutique s’appelait “Au rêve bleu”. Quelle curieuse coïncidence. Regardons de plus près le dessin de la couverture du catalogue : que voyons-nous ? un beau camion bleu qui pointe son capot à la sortie du tunnel. Observez le bien.

C’est fait. Maintenant , allez à la dernière page du catalogue. C’est bien le même camion, celui de la couverture du catalogue qui sortait du tunnel. Il porte la référence 39 A.

Il est annoncé pour la fin de l’année 1957. La couleur du modèle dessiné rappelle bien sûr le Bedford “O” tracteur semi-remorque porte-autos de Liverpool, en version unicolore (tracteur et remorque).

Vous avez sûrement cet Unic semi-remorque porte-autos dans votre collection. . Vous savez donc qu’il n’est pas sorti en série dans cette couleur. Je ne vous apprends rien si je vous dit qu’il est fini en couleur argent avec les ailes du tracteur peintes de couleur orange. L’affichette annonçant la sortie du jouet le montre également avec cette finition.

Si vous êtes observateurs, en dehors de la couleur bleue, facilement identifiable, vous pouvez trouver quatre autres détails qui diffèrent par rapport au modèle de série. Je vous laisse quelques instants.

Réponse

1/ Commençons par le tracteur.

Il a un étonnant pare-brise panoramique, sans montant central.

C’est une interprétation de la réalité par le bureau d’étude. Cette nouvelle cabine Unic apparue en 1954 a donné un coup  de vieux aux poids lourds existants. Le pare-brise de type “panoramique” est large et seul un très léger montant central le divise. Il se peut que la direction de Meccano pour des raisons techniques (injection et répartition de la matière lors de l’injection) ait opté pour un montant central, certes assez discret.

2/ L’ensemble est équipé de jantes en acier chromé.

Sur les modèles de série, Dinky Toys reviendra aux traditionnelles jantes en zamac peintes. On peut penser que ces jantes chromées devaient avoir pour effet d’accentuer le côté luxueux d’un modèle dont la taille était exceptionnelle. La création de cette remorque fut tout de même une petite prouesse technique pour Dinky Toys qui dut en être assez fier, même si l’échelle de reproduction de la remorque (1/43) est différente de celle du tracteur (1/50).

3/ Les deux plateaux de la remorque sont lisses, à l’image du Bedford “O” anglais.

Ce détail est des plus intéressants. On y trouve la trace du lien encore très fort entre Liverpool et Bobigny. La couleur du véhicule, le traitement des plateaux en sont de petits indicateurs. Que pensez  vous enfin du quatrième point ?

4/ Plus surprenant, la manivelle de levage est située sur le côté gauche et non sur le côté droit comme elle le sera pour le modèle de série.

Pour un camion prévu pour le marché français c’est une erreur grossière. En jouant, les enfants reproduisent le sens de la circulation auquel ils sont confrontés tous les jours dans les rues. Or, avec cette manivelle, on imagine les tracas que les gamins allaient rencontrer pour faire se croiser un Unic Boilot et un Willeme fardier !

“LA” remorque bleue

L’exemplaire qui a servi aux dessins du catalogue subsiste heureusement. Cette “fameuse” remorque en laiton, je la connais depuis près de 35 ans. Je l’ai récupérée il y a quelques années seulement avec bien d’autres trésors.

Elle correspond trait pour trait au dessin du catalogue. C’est un produit de toute beauté, le fruit d’un travail artisanal qu’il était impérieux de préserver. La rampe fonctionne.

Par contre, le tracteur manquait jusqu’à ce qu’il refasse surface tout récemment.

J’ai peut être réussi à reconstituer son parcours. Une personne qui travaillait comme dessinateur chez Meccano a récupéré dans les années quatre-vingt un nombre important de pièces. Au départ, il n’avait aucune idée de l’intérêt de ces dernières. Il a ainsi laissé partir une dizaine d’exemplaires dans la nature. Et c’est devant l’insistance de la personne a qui il avait cédé ces quelques premières pièces qu’il a pris conscience de l’intérêt de tout ce qu’il avait récupéré. C’est à ce moment que j’ai fait sa connaissance. Il s’est écoulé près de trente ans avant qu’il me cède l’intégralité de son trésor, moins les quelques pièces éparpillées dans la nature. C’est bien ces dernières qui sont réapparues en salle des ventes en 2018.

L’Unic bleu ainsi que l’Acmat lance-missiles dont il m’avait parlé m’ont permis d’identifier avec certitude le lot de 9 pièces arrivé chez Collectoys. Le résultat de ces enchères fut pour moi des plus surprenants. Ce camion Unic, certes endommagé au niveau du châssis était “LA” pièce. Ayant la remorque, comment passer à travers une occasion totalement inespérée de reconstituer l’ensemble ? Ce fut le modèle qui réalisa le plus petit score.

Je terminerai par un avis de recherche

Gilles Scherpereel m’avait cédé un exemplaire de la remorque finie en bleu soutenu, très différent du bleu pâle. Il s’agit du moule définitif. Dans la même logique que celle décrite plus haut, Bobigny s’était aligné sur la nouvelle couleur choisie par Liverpool pour redécorer son Bedford “O”. Comme une malédiction qui se répète, le tracteur a été égaré. Alors je lance donc un appel à celle ou celui qui possèderait le tracteur  bleu soutenu.

L’hypothèse improbable

L’hypothèse improbable.

Est-il bleu ou vert ? C’est la question que je posai à mon interlocuteur lors du salon des “Belles Champenoises”. Je complétai en riant : “Ou alors, il est de couleur rouge mais dans ce cas je ne l’ai jamais vu ” .

Mon interlocuteur c’était Fabrice Hot qui venait de m’informer qu’il souhaitait vendre son Berliet GBO fardier de chez Quiralu. Il marqua un temps de réflexion puis me répondit que le fardier était dans un carton et qu’il ne se souvenait plus de la couleur.

Pour moi il ne pouvait être que bleu ou vert. J’ai compris plus tard que mon affirmation avait troublé sa mémoire.

Rouge, pair et gagne

Le salon passé, je lui téléphonai pour lui reparler de son fardier. Il m’expliqua son embarras : son camion était rouge, avec les ranchers de couleur assortie, couleur inconnue jusqu’ici. J’avais évoqué cette teinte comme une boutade lors de notre premier entretien.

J’étais bien attrapé. Ayant désormais pleinement conscience de la rareté de l’objet, Fabrice Hot fort gentiment me le céda, sachant que le camion irait intégrer ma vitrine.

Ce qui est fort intéressant dans l’histoire c’est la logique de fabrication révèlée par cette version inconnue jusque là. La couleur rouge est celle qui a été le plus souvent utilisée sur la version bâchée. Il est donc logique de la trouver en version benne Marrel, et aussi en fardier comme le prouve ce modèle.

Finalement, Quiralu a utilisé 4 couleurs pour peindre son camion, rouge, beige, bleu et vert et il existe trois déclinaisons, bâché, benne Marrel et fardier. Cela nous donne donc 12 possibilités de combinaisons.(voir l’article consacré aux Berliet GBO de chez Quiralu)

A ce jour, seuls ceux peints de couleur rouge ou verte ont connu les trois carrosseries. Celui fini en bleu ne semble pas exister en version bâchée. Enfin, la version finie de couleur beige n’aurait existé qu’en bâché. Mes pages vous sont ouvertes si vous possédez ces versions inconnues.

Rouge !

On peut faire le rapprochement avec une autre firme qui s’est également distinguée par une absence totale de stratégie dans l’utilisation des couleurs avec pour conséquence la découverte de temps en temps de variantes de teintes des plus surprenantes

Il ne s’agit pas de  Mercury, j’ai déjà eu l’occasion d’aborder dans un blog précédent ce type de production (voir le blog consacré à Mercury).

Aujourd’hui, c’est de Spot-On dont je vais parler et qui n’a rien à envier à Mercury dans la multiplicité des variantes.

Ces variantes ont une logique chronologique. Il serait intéressant de connaître les dates d’utilisation de chaque couleur car Spot-On a très régulièrement renouvelé sa palette.

Pourquoi ? Je l’ignore. Si l’on se réfère au magnifique ouvrage sorti il y a quelques temps chez “In house publication”, “The ultimate book of Spot-On models LTD”, on constate l’existence d’innombrables couleurs. Collectionner cette marque en recherchant les variantes est un chalenge qui risque de prendre plus d’une vie !

Bien avant la publication de cet ouvrage, j’avais été fort surpris de trouver une déclinaison de couleur bleu pâle du camion Austin 503 Artic tracteur semi-remorque plateau avec caisse contenant la fameuse MG”A” au lieu de la traditionnelle couleur bleu soutenu.

La présence de tous les accessoires habituels et notamment la fameuse ridelle amovible de la même couleur située à l’avant de la remorque ne pouvait que confirmer l’authenticité. Idem pour la décoration. Et puis cette couleur est familière aux amateurs de camions Spot-On car elle habille la version semi-remorque ridelle qui est plus fréquente.

J’avais donc acquis ce beau véhicule neuf en boîte et quand plus tard je trouvai une version déclinée de couleur rouge ce fut la stupéfaction.

La couleur bleu pâle pouvait être interprétée comme une déclinaison du bleu soutenu, mais quelle était la logique de la couleur rouge? Aucune !

Mieux. Cette association de couleurs, rouge clair (cabine et remorque) et gris (châssis) l’amateur de Spot On que je suis l’a retrouvée sur plusieurs cabriolets de la marque.

Pour l’instant ce beau camion est donc répertorié en 3 couleurs mais je ne serais pas surpris de le voir en orange par exemple, teinte qui fut aussi utilisée sur la version semi-remorque ridelles. Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse.

D’ailleurs j’en ai profité pour vous photographier les couleurs de mes MG “A” . Surprise. J’ai une  version orange qui n’est pas dans le livre pourtant fort bien documenté.

Cela prouve bien qu’avec cette firme beaucoup de choses sont encore à découvrir et c’est tant mieux.

 

 

 

La vision des Appalaches selon Copland

La vision des Appalaches selon Copland

La vie est faite de hasards et de petits riens. Un mot, perdu au milieu d’une phrase, un simple mot et vous voilà parti ailleurs. C’est le titre d’une oeuvre qui a éveillé mon imagination.

Cela s’est produit en écoutant France Musique, en l’occurence la passionnante émission d’Anne-Charlotte Rémond, “Musicopolis”. L’émission du jour prenait pour sujet l’histoire d’une commande passée à Aaron Copland, compositeur américain, un des premiers à avoir été reconnu comme tel par la critique internationale.

le compositeur Aaron Copland
le compositeur Aaron Copland

Aaron Copland a fait ses classes de compositeur en France entre 1921 et 1924, auprès de la grande Nadia Boulanger.

L’œuvre en question est devenue une de ses compositions les plus célèbres : «Appalachian Spring». j’avais déjà entendu des extraits de cette suite pour orchestre et elle m’avait marqué.

Comment ne pas voir dans ce titre et à l’écoute de cette musique, les grands espaces, la nature, mais aussi les premiers habitants, les indiens. C’était en tout cas ma vision personnelle.

Peu de temps avant cette émission, j’avais acquis une miniature des plus singulières, et je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec cette oeuvre.

C’est une des dernières pièces que j’ai acquises auprès de mon vénérable confrère Gilles Scherpereel. Il s’agit d’une torpédo (peut- être de la marque Mors) avec un indien au volant. M. Scherpereel m’a expliqué que ce modèle faisait partie d’un ensemble. Il connaissait également une version avec la figurine de Buffalo Bill. C’est une fabrication ancienne. En la voyant, vous allez sans doute penser qu’il s’agit d’une caricature.

Pourtant, Buffalo Bill a bien importé en Europe un spectacle dénommé “Wild West Show” qu’il avait rodé aux Etats-Unis. La première représentation eut lieu en 1889 année de l’exposition universelle. Il reviendra en 1905 pour une grande tournée dans toute la France. Il se mettait en scène avec des indiens et des centaines de figurants. A lire les commentaires de l’époque, le spectacle était haut en couleurs. Il était précédé d’une parade à cheval.

Il est fort possible que des automobiles aient été utilisées lors de cette cavalcade. Le fabricant de jouets, malheureusement inconnu, n’a pu avoir une imagination telle qu’il ait placé un sioux au volant. On imagine la surprise des passants dans les rues où défilait le cortège annonçant le spectacle.

Au moment de la diffusion de  l’émission d’Anne Charlotte Rémond, fruit du hasard, j’avais trouvé un article, que j’avais précieusement conservé ainsi qu’une photo faisant un lien parfait avec cette miniature. L’article portait sur une tribu d’indiens, les Osages, dont plusieurs dizaines de membres avaient été assassinés dans les années 20, provoquant une enquête fédérale et l’arrestation du commanditaire des meurtres, un important homme d’affaires local qui voulait faire main basse sur leurs biens..

A l’origine ces indiens occupaient un territoire dans l’actuel Kansas. Ils avaient été déplacés vers des terres situées  dans l’actuel Oklahoma, infertiles en surface, mais qui par la suite s’étaient révélées riches en pétrole .

Ces indiens avaient prospéré et vivaient, à en croire les colons blancs, comme “des rois du pétrole”.

Tootsietoys Ford T devant la pompe à essence
Tootsietoys Ford T devant la pompe à essence

La photo m’avait beaucoup plu. On voyait une Ford T conduite par un indien de la tribu avec une femme assise à l’arrière. Des légendes couraient pour discréditer cette tribu. On racontait que les Osages n‘hésitaient pas à changer d’auto lorsqu’un des pneus était crevé !

Fort de cette intrigante photo, je vais vous présenter quelques représentations de la Ford T, mythique automobile. Elle fut la première voiture a avoir été produite en grande série.(voir le blog consacré à l’arrivée de cette auto en Europe).

Tootsietoys Ford T
Tootsietoys Ford T

Pour faire mentir Henry Ford qui avait donné comme choix de couleur aux acheteurs le noir et …le noir, Tootsietoys a décliné sa miniature en de multiples couleurs. Une telle fantaisie n’est possible que dans le domaine du jouet.

 

Le petit coffret “Baby Ford and outfit” , sous-traité par Tootsietoys pour la firme H.F & Co est exceptionnel. C’est l’histoire qui est là sous vos yeux. Combien de coffrets sont parvenus jusqu’à nous et combien d’entre eux étaient complets avec tous les accessoires ? Ce sont sûrement des invendus de magasins.

En Grande-Bretagne, après avoir importé les Tootsietoys, Jo Hill Co les produira en série, sur place, à Londres. Datant d’avant la seconde guerre mondiale, elles sont tout de même très postérieures aux modèles fabriqués à Chicago. Les grandes roues monobloc peintes de couleur grise sont très reconnaissables. Ces modèles ne sont pas rares mais il est peu fréquents de les trouver en bel état de conservation.

SR, a également reproduit de manière convaincante cette auto. Est-ce l’importance historique du modèle qui a fait que cette firme française ait choisi de la livrer de couleur or ?

Bref, voilà comment j’avais établi un lien entre un morceau de musique et une miniature. Tout s’écroula lors de la diffusion de l’émission d’Anne-Charlotte Rémond. Voici donc le récit que la journaliste donna à l’antenne.

« Appalachian Spring » était une commande de la chorégraphe américaine Martha Graham. Cette dernière avait présenté l’argument suivant à Aaron Copland : une ferme, un jeune couple de fermiers américains, quelques habitants de la petite ville perdue, un pasteur.

Le compositeur se mit au travail et livra la partition. L’œuvre ne portait pas encore de nom. C’est Aaron Copland lui même qui livre l’explication aux auditeurs de la BBC. Quand Martha Graham donna à Aaron Copland le nom du ballet qu’elle avait choisi pour la partition celui-ci s’esclaffa « Oh ! Appalachian Spring, quel joli nom. Où l’avez-vous trouvé ?” Elle lui répondit qu’il s’agissait du titre d’un ouvrage de Hart Crane qu’elle venait de lire et qui l’avait marqué. Aucun lien donc avec les Appalaches.

Aaron Copland explique encore que le ballet eut un grand succès et que ses admirateurs  lui confiaient très souvent que lorsqu’ils écoutaient sa musique, ils voyaient les Appalaches ! Avec un humour au diapason il concluait que lui aussi désormais commençait à voir les Appalaches.

 

J’ai beaucoup aimé cette émission. Moi, j’y voyais des indiens, d’autres auditeurs y ont vu des montagnes.

Chacun livre sa version en fonction de son histoire, de son imagination, et de sa culture. L’important est que chacun y trouve une émotion.

Dans le mur !

Dans le mur !

L’actuel président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, n’a pas son pareil pour se faire remarquer. C’est devenu sa marque de fabrique. Difficile en ce 10 janvier 2019 d’échapper à ses nouvelles déclarations depuis McAllen (Texas) au sujet de la construction du mur entre le Mexique et son pays. Elles ont fait le tour du monde.

Voici le fameux discours

“On dit qu’un mur c’est médiéval. Eh ! bien, une roue aussi ! La roue c’est plus vieux que le mur. Et, j’ai regardé toutes les voitures, même celles vraiment chères des services secrets, et croyez moi , elles sont chères. Je me suis demandé : Est-ce qu’elles ont toutes des roues ? oui. Oh! je pensais que c’était médiéval. La roue est plus vieille que le mur. Vous saviez ça ? Et il y a certaines choses qui fonctionnent. Vous savez quoi ? une roue cela fonctionne et un mur aussi.”

Avec des mots et des images simples le Président américain s’adresse à ses concitoyens pour les convaincre de l’intérêt de la construction d’un mur. Comme l’opposition lui reprochait d’utiliser un moyen d’un autre âge afin de contenir l’immigration il fait la comparaison avec d’autres inventions, comme la roue, plus ancienne encore que celle du mur et qui a toujours son utilité.

Effectivement, on ne peut qu’acquiescer à la remarque du Président américain, toutes les autos ont des roues comme le confirment les photos de ce camion Ford F2 que l’on pourrait croiser sur la frontière mexicaine.

La plus ancienne représentation d’une roue pourrait être celle de jouets en terre cuite vers la fin du Néolithique.

réplique d'une tablette de Nabû-usallim (Babylone) racontant les éventuelles avatars d'un voyage en char d'un prince
réplique d’une tablette de Nabû-usallim (Babylone) racontant les éventuelles avatars d’un voyage en char d’un prince

Longtemps les archéologues ont pensé que la roue était apparue au IV millénaire avant J.C en Mésopotamie. Elle apparait aussi, gravée sur une tablette et “pourrait” être un dérivé d’un tour de potier. Je laisse les experts débattre. Ce que j’ai retenu c’est le jouet en terre cuite.

J’ai pensé que le service de communication du Président aurait pu conseiller à ce dernier d’illustrer son discours en sortant de sa poche une petite miniature. L’apparition de cette dernière aurait sans doute eu plus d’impact que les développements sur les roues des autos des services secrets qui ont introduit beaucoup de confusion.

Ertl Iowa...Made in China !
Ertl Iowa…Made in China !

Mais quelle petite auto choisir ? S’il avait sorti une petite auto de fabrication actuelle de sa poche, ses détracteurs n’auraient pas manqué de lui faire remarquer qu’elle était fabriquée en Chine ! un comble.

Du solide, de l’américain…

Alors pourquoi de pas choisir un jouet automobile de fabrication ancienne, d’une marque américaine ? Dans l’histoire du jouet automobile, les Américains se sont singularisés en proposant des jouets injectés en fonte, dénommés “Cast Iron””.

Ces jouets possèdent les caractéristiques du pays : solides, invulnérables mais pas toujours très fins. Ce matériau n’autorise pas toutes les finesses de gravure que l’on peut obtenir avec des produits injectés en plomb et surtout en zamac.

Arcade et Hubley furent les deux fabricants les plus connus. J’ai sélectionné quelques exemples caractéristiques. La technique de fabrication est particulière : deux coques sont assemblées et maintenues la plupart du temps entre elles par une calandre. Le résultat est assez grossier : la jointure jamais parfaite des deux coques laisse apparaître un vide. Cela déconcerte certains collectionneurs européens peu habitués à ce type de produit.

Ce style de fabrication ne connaîtra pas de succès ailleurs qu’aux Etats-Unis. La seule exception est la firme suédoise AB Skodlund & Olsen, qui malgré une belle dextérité dans la fabrication, n’arrivera pas à convaincre la clientèle suédoise, pourtant très sensible aux produits de style américain.

Notre Président américain risquerait donc également avec ce type de jouets de déclencher railleries et quolibets de la part d’observateurs étrangers.

Made in …Mexico !

Tootsietoys GMC car "Trans America" et Graham
Tootsietoys GMC car “Trans America” et Graham

J’ai pensé alors à une Tootsietoys. Voilà bien une firme américaine qui a rivalisé, avec brio, avec les productions européennes et ce bien avant la seconde guerre mondiale. De plus, elle synthétise la conception américaine de l’industrie.

Baisser les coûts de fabrication en produisant en masse des modèles simples. L’emballage a très tôt fait l’objet d’économies d’échelle. Cela n’a pas empêché la firme de Chicago de nous proposer de beaux jouets.

Oui, mais voilà, bien avant les autres firmes de jouets américaines, Tootsietoys a délocalisé au Mexique pour produire moins cher ! L’entreprise a créé une firme presque homonyme “Tutsitoys” qui reprenait une partie des modèles du catalogue des années soixante.

Les modèles produits ont du charme avec leurs couleurs un brin criardes, et aussi leurs publicités typiquement mexicaines ( par exemple Pemex le pétrolier mexicain ).

Mais au regard de la tension entre les deux pays, cela ne me semble pas un bon choix.

Le plastique “made in USA”, grandeur et décadence.

Alors finalement, pourquoi ne pas sortir devant les journalistes un jouet automobile injecté en plastique ? L’industrie américaine a très tôt utilisé ce matériau dérivé du raffinage du pétrole. Avant la guerre on trouve déjà des modèles en plastique.

Des firmes comme Renwall ou Allied ont produit de superbes modèles en plastique, un brin futuristes, d’une qualité de fabrication digne de jouets en zamac.

Cette technique de fabrication est assez facile à exporter car moins contraignante que celle consistant à injecter du zamac. De ce fait, Marx et d’autres grands distributeurs américains vont très rapidement se tourner vers le Canada  au départ puis vers l’Asie pour produire à bas coût ces jouets en plastique qui iront inonder le marché américain.

Ce sont donc des compagnies américaines qui seront responsables de l’importation massive. Cette déferlante aura pour effet de faire disparaître la plupart des fabricants américains de jouets en plastique.

Renwall, un des plus connus se tournera vers l’injection en zamac, puis disparaitra.

S’il n’en reste qu’une…

Pourtant, il existe des firmes américaines qui ont résisté à la tentation de la délocalisation. Ce ne sont pas les plus importantes, mais Winross est un bon exemple. D’ailleurs sur ses boîtages la firme américaine revendique fièrement: “made in USA” et ce savoureux texte, expliquant  que le modèle reproduit un véhicule circulant sur les routes de “notre grand pays”.

Winross (USA) White 3000 fourgon "Maine Public Service Co" avec boîte "our great country"
Winross (USA) White 3000 fourgon “Maine Public Service Co” avec boîte “our great country”

Ses concurrents américains pour les modèles publicitaires, comme Ertl, ont déserté le pays depuis longtemps. Ertl a suivi Hot Wheels et Road Champ en Asie.

Le Président Trump aurait donc pu sortir de sa poche un camion Winross, c’était un bon choix.

Winross avait d’ailleurs déjà mis un pied dans la politique en 1972, lors de la campagne présidentielle qui avait vu s’affronter les candidats Nixon et McGovern. Elle avait alors édité une série de camions White aux couleurs des deux candidats et de leurs partis respectifs.

Dans une autre logique nationaliste, elle avait produit pour le bicentenaire de l’indépendance du pays en 1976, une série de 50 camions aux couleurs de chacun des Etats qui forment le pays.

L’industrie du jouet est à l’image des autres secteurs de l’économie. La délocalisation de la fabrication des jouets, en Asie, a ainsi fait disparaître une partie des acteurs aux Etats-Unis mais aussi chez nous. C’est ainsi. Tootsietoys produira ce beau produit pour U-Haul  à Hong Kong et  Blue Box cette Oldsmobile indiqué “Cadillac” sur la boîte. On pouvait se permettre ce genre d’approximation dans ces années-là.

Que faire ? Baisser les coûts et augmenter le profit telle est l’équation d’un patron. Tous les moyens sont bons. Certains résistent courageusement. Il fallait juste le souligner.

J’aurais pu commencer par un détail. Regardez la casquette du Président américain. Tout son programme est résumé sur l’avant de sa casquette “Make America great again”. On peut donc sous-entendre que l’Amérique a perdu sa splendeur et qu’il lui faut la regagner.

 

Des Gak à l’infini

Des Gak à l’infini

Le Berliet Gak, ce populaire camion qui a sillonné les routes durant les années soixante et qui symbolisait cette période de forte croissance a logiquement connu  un beau succès  chez les fabricants de jouets français.  Il prend la suite du Berliet GLB qui pour le grand public était “le camion” par excellence. Le “Gak” prend la relève pour la génération suivante.

Fort logiquement, les fabricants de jouets ont compris l’intérêt d’inscrire le Berliet Gak à leur catalogue.

Solido est le seul fabricant français de jouets à n’avoir pas cédé aux charmes du Berliet Gak.

Il faut dire que la firme d’Oulins avait déjà inscrit à son programme d’autres Berliet, dont le TBO (voir le blog consacré à ce camion) puis le révolutionnaire Stradair  avant de conclure, au début des années 70 avec le TR300.

Berliet ne refusait jamais de fournir les plans de ses véhicules aux  fabricants de jouets. Paul Berliet trouvait là une reconnaissance et une publicité à moindres frais, fort valorisante pour ses produits. Il n’hésitait pas à commander des séries, reconnaissables à leur boîtage, et distribuées dans son réseau de garages.

Dans un article précédent, nous avons vu les versions reproduites en zamac (voir l’article consacré au Berliet Gak en zamac). Le Berliet Gak a également eu droit à de très nombreuses versions injectées en plastique. Le choix du matériau, et donc du prix de vente, dépendait de la clientèle visée.

Le plastique avait un coût de revient très inférieur au zamac. Pour cette même raison c’est en plastique qu’a été réalisée la grande majorité des modèles promotionnels.

Passons sur le Norev qui reproduit la superbe grande échelle. Le choix de la carrosserie “double cabine” de Norev a interdit toute réutilisation du moule. En tout état de cause le fabricant de Villeurbanne avait déjà un camion de tonnage équivalent au Berliet Gak à son catalogue, un Saviem. Il se dispensera logiquement de tomber dans le piège du doublon.

Minialuxe a décliné de très nombreuses versions du Berliet Gak, de facture honnête. Certaines sont venues garnir de jolis coffrets.

J’ai sélectionné celui qui fut réalisé pour la société “Bâches Saint Frères”. Les couleurs sont particulièrement harmonieuses. On appréciera le boîtage qui valorise l’ensemble. Le fabricant de bâches se devait de présenter son produit sous le meilleur jour. Minialuxe a donc conçu cette bâche en simili toile plastifiée qui a un rendu satisfaisant. La bâche “plastique” de la version Dinky Toys a un rendu inférieur.

Le budget alloué à ce produit promotionnel devait être limité, et de toutes les façons le modèle de Bobigny ne serait sûrement pas rentré dans le budget de cette entreprise picarde.

Je ne pouvais passer sous silence la version créée lors du lancement de ce camion avec sur la boîte la photo du camion à l’échelle 1 et les caractéristiques techniques. Il est fort possible qu’il ait également été distribué dans le réseau Berliet.

Vapé-Bourbon proposa aussi un Gak. Il remplaçait avantageusement le GLR et modernisait ainsi l’offre de ce fabricant. Pour l’occasion Bourbon a repensé sa conception. Le modèle précédent, le GLR n’existait qu’en version citerne car il s’agissait d’une version monobloc. Ceci limitait considérablement la possibilité de voir appliquer sur ce type de carrosserie une publicité d’un commanditaire qui ne soit pas dans les produits pétroliers.

Pour diversifier son offre, Bourbon a donc créé une cabine et plusieurs moules de carrosserie : tracteur, porteur, plateau brasseur, citerne, ridelles sur lesquelles on peut appliquer une bâche.

Cependant, le plus grand nombre de modèles publicitaires est consacré aux versions citernes, héritage sans doute de la version précédente. On appréciera tout de même la version équipée d’une benne aux couleurs de la marque d’engrais “Engrais azotés”.

ll y a bien sûr des publicités rares sur les versions citernes, notamment celle réalisée au Portugal pour “Sonap”.

Mais ma préférée est celle aux couleurs de …BP…Calais ! Plus précisément la station BP Socoda située au 8/10 boulevard Lafayette à Calais , ville de mon épouse.

On sait que Bourbon démarchait astucieusement les stations-service de France et de Navarre afin que chaque gérant commande une série de véhicules arborant la raison sociale et l’adresse de la station service qu’il tenait. Le coût ne devait pas être bien important. L’adresse est toujours figurée d’un seul côté. Cela peut constituer un thème de collection !

Plus sérieusement, il m’est arrivé d’en acquérir au seul motif que l’adresse figurant sur la citerne était celle d’ une ville qui m’est chère et ce doit être la même chose pour tous les amateurs de ce type de produit !

Si vous aimez le Berliet Gak, c’est bien avec la série Sésame que vous pourrez vous laissez aller aux variantes.

Ce n’est pas, loin s’en faut, la meilleure reproduction de ce camion. Mais avant de commencer vous devez savoir que vous n’arriverez jamais au bout de la collection car il est impossible d’établir une liste exhaustive. C’est un aspect  intéressant de la collection de miniatures, cela rend modeste.

Les versions de base sont assez faciles à se procurer et sont aussi très peu onéreuses. Ces modèles étaient distribués sur les marchés et dans les bazars. Ils sont restés à vendre jusque dans les années 80, quand j’ai commencé à m’intéresser à la collection. J’avais l’impression de remonter le temps en traquant ces modèles !

Une fois lancé dans l’aventure, ce sont les versions hors commerce qui vont séduire l’amateur. Le type de support de la publicité, lithographie ou décalcomanie, donne une indication sur la quantité produite : tôle lithographiée pour une quantité importante et au contraire décalcomanie pour une petite production.

Il semble que le fabricant devait toujours avoir en stock une quantité de véhicules de couleur blanche (plastique pour la cabine et le châssis et tôle pour la caisse). C’est cette couleur qui domine nettement dans ce type de modèles avec publicités en décalcomanie.

J’ai le souvenir d’avoir partagé avec M. Dufour un très important lot lors du salon Rétromobile il y a une vingtaine d’années. Nous étions heureux comme des enfants avec toutes ces versions qui nous étaient pour la plupart inconnues et que nous n’avons quasiment jamais revues !

Un dernier aspect me séduit particulièrement avec ces camions Sésame. C’est qu’ils véhiculent les enseignes de petites firmes ou de magasins de taille réduite qui n’auraient jamais pu espérer voir appliquer leurs noms sur un autre modèle réduit. Pas besoin de gros budget publicitaire. Ce sont des publicités locales et cela change de “Coca Cola” ou de “Nestlé”.

Comme pour le modèle Bourbon, un camion Sésame portant le nom d’une ville qui vous est chère ou évoquant des souvenirs peut prendre une importance démesurée à vos yeux de collectionneur. Ce côté subjectif est à prendre en considération dans les recherches.

Le Berliet Gak de chez Sésame, équipé ou non d’une friction en fonction du budget du commanditaire, reste un produit assez soigné. L’alliance du plastique et de la tôle lui confère un petit côté luxueux, par rapport à des productions de jouets tout en plastique. Cet aspect a dû peser bien des fois chez les commanditaires.

Ce camion peut largement occuper une vie de collectionneur, elle sera  compliquée et semée d’embûches

PS: le nouveau Pipelette (5) est disponible à la lecture sur la page d’accueil du site de l’Auto Jaune Paris. Bonne lecture.