Archives de catégorie : souvenirs

les souvenirs de collectionneur de Vincent Espinasse

Elémentaire mon cher Watson !

Elémentaire mon cher Watson !

Il aura eu la bienséance de laisser partir la Reine Elisabeth II avant lui.  Robert Goirand nous a quittés le 10 septembre 2022.

Logique, me direz-vous, pour cet admirateur inconditionnel des productions de Frank Hornby, sujet de sa gracieuse majesté.

J’ai fait sa connaissance en 1978. Pour être précis, c’est à travers le récit que Jean-Michel Roulet avait consacré à leur relation de collectionneurs dans son premier ouvrage , déjà très réussi, que j’ai découvert Robert Goirand. J’ai compris la place centrale qu’il tenait dans l’univers des Dinky Toys.

Dans l’étude de la série 25, Jean-Michel Roulet fait un aparté pour expliquer la signification du suffixe accolé aux références des modèles publicitaires dérivés du 25J, le Ford ridelles bâché. Ainsi la version Calberson finie en jaune a hérité du suffixe « J » pour jaune et celle aux couleurs de la SNCF de la lettre « B » pour bleu.

Il fit tenir à Robert Goirand le rôle de Sherlock Holmes, le célèbre détective imaginé par Sir Conan Doyle pour la résolution de l’énigme du 25 JV. Le suffixe « V » accolé correspondait à la couleur verte.

Pourtant le Grands Moulins de Paris est fini en gris. Elémentaire mon cher Watson ! fit répondre Jean-Michel Roulet à Robert Goirand qui possédait le prototype récupéré lors de sa présentation au salon annuel du jouet sur le stand Meccano à Lyon.

Dinky Toys le fameux Ford ridelles bâché vert métallisé ...25 JV
Dinky Toys le fameux Ford ridelles bâché vert métallisé …25 JV

Ce prototype réalisé sur la base d’un type intermédiaire, crochet moulé et jantes à pneus, est fini en vert métallisé, couleur en vogue chez Meccano France durant cette période (Ford brasseur, Studebaker Commander puis Peugeot 203) , teinte qui, au dernier moment, ne fut pas retenue par la direction. Elle jugea qu’il était préférable de le repeindre en gris, quitte à laisser une référence à la signification erronée. Il aurait dû porter la référence 25 JG et non 25JV.

Ce passage m’a profondément marqué. Il a orienté mon intérêt de collectionneur pour tous ces Dinky Toys d’exception qui ont façonné la grande histoire. En cela, je poursuis aujourd’hui le travail de ces pionniers que furent Jean-Michel Roulet et Robert Goirand.

Ma première rencontre « physique » avec ce pilier de l’univers Dinky Toys se fera à la bourse de printemps à Villeurbanne. C’est une époque où l’on pouvait encore fumer dans les espaces publics. Je revois sa silhouette élancée , la pipe au coin des lèvres, son noeud papillon. Il dégageait une élégance toute britannique. C’est une époque où il était de bon ton de s’habiller avec soin pour les événements importants. Et les bourses aux jouets faisaient partie des moments très importants pour Robert Goirand qui consacra son existence aux jouets et plus particulièrement aux productions Meccano… mais pas que !

Sa fille Sandrine m’a raconté qu’il avait d’abord été passionné par les trains, surtout les Märklin.

Il aurait ainsi appris à lire avec le catalogue Märklin d’avant guerre qu’il promenait partout, à l’école comme à table.

Toute sa vie il a cherché à avoir l’intégralité de cette production d’avant 1940. Enfant, il n’avait pu voir ces jouets qu’à travers la vitrine du magasin : ils étaient financièrement inaccessibles pour sa famille. A la fin de sa vie son rêve était quasiment exaucé. Il ne lui manquait que la fameuse « crocodile » à l’échelle « O » !

Marklin "crocodile" HO
Marklin « crocodile » HO

J’ai eu l’occasion d’aller dans son appartement au début des années 90, alors que j’accompagnais Jean-Bernard Sarthe qui venait lui acheter son Citroën U23 dépanneuse de couleur verte. Nous venions de rentrer ce même modèle auprès de la famille Chaudey qui avait travaillé au bureau d’étude.

J’avais remarqué qu’il possédait une caractéristique particulière, un pavillon lisse que ne possédaient pas les modèles de série. Je me rappellerai toujours comment Robert Goirand avait été étonné de n’avoir pas relevé ce détail. J’ai ici gagné mes premiers galons face à cette légende de la collection.

Ce fut le début d’une relation basée sur un respect mutuel. Quand il réorientera sa collection dans le domaine ferroviaire, il n’oublia pas cette rencontre et me contacta pour me céder certaines de ses pièces, sachant qu’elles seraient mise en valeur.

je garderai longtemps en mémoire les anecdotes qu’il me contait avec malice, bien calé dans son fauteuil, lors de mes visites chez lui.

Je l’écoutais religieusement, assis sur le canapé. Il était si content qu’immanquablement, à la fin de nos conversations-transactions il me proposait toujours un « petit apéro ». Il faisait partie d’une génération qui scellait les pactes autour d’un verre.

Un jour, alors que nous évoquions le magasin du BB Lorrain, il me raconta comment, lors des repas familiaux il faisait répéter ses parents afin d’élargir leurs connaissances de l’univers Meccano.

Il s’agissait de préparer sérieusement les fameuses réunions du club du BB Lorrain et de rendre ses géniteurs incollables lors de leur participation aux jeux qui permettaient de gagner des cadeaux !

Il fallait tout connaître : la date d’anniversaire de Frank Hornby, le numéro de boîte de Meccano, le nom des rames célèbres chez Hornby ect…

Il me raconta également comment il avait aidé M. Goulon, le propriétaire de ce magasin, à poser les rubans adhésifs sur la fameuse 2cv fourgonnette grise. Il avait bien compris tout l’intérêt de nouer une solide relation avec cette institution. Etudiant aux beaux- arts, il avait réalisé deux frises à la gouache pour le magasin qui ont heureusement été conservées.

Cette bonne relation lui a ainsi ouvert les portes du stand Meccano où il a pu récupérer un certain nombre de pièces historiques, comme les Ford bâchés décrits plus haut ou ce Berliet GLR Marrel multibenne. Le prototype en bois, aux couleurs du Simca Cargo prouve bien que le multibenne était prévu avec une cabine Unic.

Comme l’explique Jean-Michel Roulet dans son livre, cette dernière n’étant pas prête pour le salon, le bureau d’étude bricola ce Berliet, récupéré par l’entremise de M Goulon après le salon.

Le dessinateur l’a sûrement eu en main avant le salon, à voir la façon dont il a traité l’illustration de ce 38 A dans le catalogue 1958 : pavillon arrondi et strié façon Berliet et face avant bricolée laissant clairement deviner le Berliet.

Vous imaginez la fierté pour lui de posséder cette pièce d’histoire.

Les années ont passé. Sa passion a résisté à toutes les épreuves. Je suis admiratif devant sa combativité pour obtenir jusqu’au bout les belles pièces qui pouvaient enrichir sa collection de trains. Cette passion nous a sans doute rapprochés.

Elle lui aura permis de traverser tous les coups durs de la vie. Il m’avait confié à quel point la perte de son épouse avait été une épreuve à laquelle il n’était pas préparé et comment la collection l’avait sauvé de la dépression.

Une dernière anecdote est révélatrice du personnage. Quand il m’a cédé sa série de modèles Poch il y a quelque temps, il m’a expliqué qu’il en gardait une : la 2cv furgoneta qu’il associait à beaucoup de souvenirs.

Lors d’un voyage en Espagne  en 1970 avec sa famille, il l’avait repérée dans la vitrine d’un grand magasin de jouets à Barcelone, « la casa del jugete » . C’était la première, et aussi la dernière fois, qu’il la voyait. Mais elle était en vitrine et les employés n’étaient pas prêts à démonter une partie de la présentation pour cette petite auto…il n’avait qu’à en prendre une autre sur le comptoir !

Il fit un esclandre dans le magasin pour l’obtenir, expliquant aux employés incrédules qu’elle était pour lui et pas pour un enfant.

Son épouse dut intervenir, et finalement, comme on achète un jouet pour calmer un enfant capricieux, passa à la caisse et paya l’auto.

Cette anecdote résume bien la vie de Robert Goirand. Il resta dans le monde de l’enfance toute sa vie. Ce ne fut pas toujours facile à comprendre pour son entourage. Mais je peux dire qu’il eut une existence hors du commun. Je suis fier qu’il m’ait confié ses modèles et ses souvenirs. Il m’appartient désormais d’en faire profiter les autres collectionneurs.

 

Vanité

Vanité.

Les publicités placardées sur le kiosque à journaux du rond-point de la place Gambetta, située sur mon trajet quotidien à vélo sont souvent source d’inspiration.

Aujourd’hui, c’est « la Gazette de Drouot », journal dédié aux ventes aux enchères qui a retenu mon attention. « Si à 50 ans t’as pas une horloge du 18 ème t’as raté ta vie ». En cela elle paraphrase Jacques Séguéla et sa malencontreuse déclaration de 2009 :  » Si à 50 ans on n’a pas de Rolex, on a raté sa vie ».

si à 50 ans t'as pas une horlogr du 18 ème t'as raté ta vie" Gazette de Drouot
si à 50 ans t’as pas une horlogr du 18 ème t’as raté ta vie » Gazette de Drouot

Dans ces années-là, en France, un courant politique libéral, incarné par le Président de la République Nicolas Sarkozy, tente d’imposer un modèle venant d’outre-Atlantique. Il s’agit de « décomplexer l’argent ». Il est de bon ton d’afficher sa réussite. La montre de luxe en est le symbole.

La phrase de Jacques Séguéla est révélatrice de la période. Elle a provoqué un raz-de-marée médiatique. Qu’est-ce que réussir dans la vie ou plutôt de réussir sa vie ? Pour ce mouvement libéral la réponse est claire : gagner beaucoup d’argent.

Pour le journal « La Gazette de Drouot », ce serait donc de posséder un objet rare, que l’on imagine forcément très cher. Bien sûr c’est un clin d’oeil. Cependant, on constate une fois de plus que le monde des enchères ne sait bien souvent communiquer que par le prisme de l’argent.

Dernièrement une salle des ventes française a publié sur Facebook une photo annonçant une de ses prochaines ventes de jouets. On y trouvait : une Citroën BB Lorrain, un Citroën Baroclem, des essais de couleur Dinky Toys , un C-I-J Saviem S7 brasseur Préfontaines….et j’en passe.

Le premier commentaire posté par un dénommé « Fab. Gallahan » était « Quelle photo à plusieurs milliers d’euros ! » Pas un seul mot par contre sur la rareté des pièces ou leur intérêt historique.

La firme la plus en vue dans les années cinquante, c’est bien sûr Dinky Toys. Lors du lancement de la Rolls-Royce Silver Wraith, la firme a communiqué sur les qualités de sa miniature : la suspension, le vitrage, et la calandre rapportée chromée.

On présenta la miniature comme une pièce hors du commun, à l’instar de l’auto qu’elle reproduisait. Cela fonctionna. Comme le raconte Jean-Michel Roulet dans son ouvrage consacré aux Dinky Toys France, l’auto équipée de son châssis « assemblé en France » fut rapidement épuisée et Bobigny se contenta ensuite d’importer la version « made in England » .

Pour le lancement de cette Rolls-Royce, auto symbolisant la réussite sociale, on aurait déjà pu utiliser le slogan:

«  Si vous n’avez pas encore votre Rolls-Royce Silver Wraith, spécialement importée de Grande-Bretagne, c’est que vous avez raté votre collection ! »

J’ai choisi le vouvoiement de politesse, car en 1959 Dinky Toys n’aurait jamais tutoyé son petit client ! Après 1968, cela devient possible.

Dinky Toys a mené une grande campagne pour annoncer ce « cadeau » de Liverpool. Partout en Europe, les importateurs ont communiqué sur le lancement de la Silver Wraith. Celui des Pays-Bas, par exemple, choisit d’utiliser la presse nationale. L’illustrateur a su mettre la miniature en valeur, pourtant, avec cette finition en deux tons de gris, elle est triste comme un jour sans pain.

Pendant ce temps, la course aux améliorations techniques entre les fabricants italiens, anglais et français s’intensifie, ce qui a pour effet de démoder très rapidement la miniature. Phares scintillants, portes ouvrantes, peinture métallisée, aménagement intérieur, capot ouvrant, moteur détaillé, dossiers de siège rabattables apparaissent très vite après la sortie de cette Silver Wraith qui n’a à offrir que sa calandre et son pare-chocs chromés.

Ce modèle fut à mes yeux révélateur de l’impuissance de Dinky Toys à réagir face à la concurrence. Le marketing gomma une partie des carences du produit. Mais face au raz-de-marée des nouveautés techniques le modèle a vite sombré dans l’oubli.

Dinky Toys France Rolls Royce Silver Wraith
Dinky Toys France Rolls Royce Silver Wraith

Quiralu osa à la même époque une autre solution. Dépassée sur le plan technique la firme de Luxeuil se démarqua en offrant à sa petite clientèle une Rolls- Royce, ici une Silver Cloud , hors du commun. Une version carrossée par Hooper : la Silver Cloud I Empress saloon.

Contrairement aux autres modèles de sa gamme qui connurent plusieurs types de finitions (avec ou sans vitrage, unicolore ou bicolore) la Rolls-Royce ne connut qu’une finition : de luxe, bicolore, mais sans vitrage !

Une version unicolore a  cependant été découverte, il y a peu de temps. Cette version est rare, je n’en connais qu’un exemplaire.

Quiralu n’était pas à une approximation près comme le dessin sur la boîte qui représente une version classique de la Silver Cloud et non la version Hooper, ou encore l’orthographe (Silver avec un y en place du i) sur la fiche publicitaire. (voir l’article consacré à Quiralu et à ses approximations) 

boîte de la Quiralu Rolls Royce Silver Cloud ...classique mais point du modèle que Quiralu créa carrossée par Hooper
boîte de la Quiralu Rolls Royce Silver Cloud …classique mais point du modèle que Quiralu créa carrossée par Hooper

S’agissant des couleurs, Quiralu offrit de nombreuses déclinaisons de teintes bicolores toutes plus joyeuses les unes que les autres, contrastant avec le modèle produit par Dinky Toys.

Le bas de caisse peut être fini de couleur crème ou gris clair. Le pavillon et le capot étant eux peints de couleur rouge, bleu canard, gris ardoise, ou vert. Il existe une version fort réussie en couleurs inversées : les flancs sont verts et le pavillon crème. Je ne connais pas d’autres schémas de couleurs inversées.

La firme de Luxeuil aurait pu communiquer auprès de sa jeune clientèle sur le pédigrée de l’auto. « Vous rêvez de devenir milliardaire ? commencez par acheter la Rolls-Royce Quiralu reproduisant celle carrossée par Hooper pour le milliardaire Nubar Gulbenkian »

Ce dernier possédait une Silver Wraith carrossée par Hooper assez similaire esthétiquement, mais avec le pavillon en plexiglass. Quiralu n’a sûrement pas eu les moyens financiers pour proposer cette version encore plus marquante.

La Rolls-Royce est bien évidement un symbole de la réussite sociale, tout comme la montre de luxe. Leur fonction première est détournée.

La montre n’est qu’un objet qui mesure le temps, comme un sablier. Les « Vanités » du XVII ème siècle avaient pour but de montrer la fragilité de la vie.

Georges de la Tour " Madeleine pénitente"
Georges de la Tour  » Madeleine pénitente »

Les artistes représentaient sur leur toile des objets symbolisant notre court passage sur terre. Le sablier, ou la flamme d’une bougie représentaient respectivement le temps qui passe, et le temps qui reste à vivre.

Un objet luxueux, comme un coquillage venant d’une lointaine contrée, symbolisait lui, la richesse, mais aussi la vanité.

Comme la montre de luxe ou l’horloge du 18ème.

Le marchand sa fille et le collectionneur

Le marchand sa fille et le collectionneur.

 

Tout homme par son métier doit bien gagner sa vie

mais le salaire n’émeut ni le coeur ni l’esprit

C’est avec des rencontres, des échanges des récits

Qu’on devient plus humain et que l’on s’enrichit.

 

Septembre 21 La Covid se retire,

Nous en sommes ravis, on pourrait presque dire

Que tout est comme avant car je suis à Milan.

Tous les collectionneurs ont repris de l’allant

Et l’armée des novices et la troupe des pros

S’en vont soigner leur vice au marché Novegro.

Il y eut néanmoins à l’entrée de l’enceinte

Un moment de tension une petite crainte

Quand du passe sanitaire la demande fut faite.

Mais il en fallait plus pour troubler notre fête.

Covid -19
Covid -19

En poste depuis la veille le préposé nous dit :

 » Mais je vous reconnais, hier déjà je vous vis

Vous étiez semble-t-il sains de corps et d’esprit,

Libres de tout virus, passez donc je vous prie. »

Gérant comme il pouvait la file des chalands,

Ne voulant qu’elle grossisse il ne fut regardant

Oubliant que la veille, déjà sous la pression

Il s’était dispensé de vérification.

Tout fut dit et fut fait avec une belle humeur

Nous ne sommes pas en France, nous sommes en Italie,

et l’âme transalpine sait rire de bon coeur

Et trouve toujours prétexte à faire la comédie.

Nous sommes en italie et c’est bien un pluriel

Car ma fille m’accompagne qui m’emboîte le pas

Il me faut du métier lui donner les ficelles

Quelle gloire pour un père quel bonheur de papa !

Pour être revendeur encore faut-il savoir

Repérer, marchander, acheter sans déboire.

Henri-Edmond Cross Baigneuses, dit aussi La Joyeuse Baignade
Henri-Edmond Cross Baigneuses, dit aussi La Joyeuse Baignade

Et comme à la piscine on saute dans le grand bain

Il lui faut s’immerger dès le petit matin

Dans le monde du jouet, et de la collection

savoir mener sa barque et faire les additions.

La leçon commença par une belle trouvaille.

Une vitrine de fortune n’exhibait rien qui vaille,

Remplie de choses communes et des plus ordinaires

En apparence du moins, et pour qui manque de flair.

L ‘Alfa Auto chilienne y trônait tout en haut

Une volkswagen 1500 inspirée par Tekno

Avec jantes en acier, première génération,

Un vrai trophée pour ma petite collection !

Mais de cette journée c’est une autre émotion

Dont je me souviendrai à l’heure du départ ;

Celle de la rencontre avec un compagnon.

L’homme est d’un certain âge il a le cheveu rare,

mais la mine est affable, il parle aux acheteurs

Il discute des modèles, en explique la valeur.

J’attends qu’il ait fini pour demander le prix

D’une petite voiture, dont je me suis épris

et dont je cherche en vain à trouver l’étiquette,

Parfois en Italie le prix c’est devinette.

Son voisin qui nous a remarqué l’interrompt,

Le vendeur se retourne, sourit et me répond :

« Pour ce modèle mon prix est de 60 euros »

« 50, est-ce possible ? 60 c’est un peu trop ! »

Remarquant que nous sommes Français notre ami

plonge dans un carton, il sait qu’il y a mis

une Citroën  2 CV Bandaï, il la sort

D’un air canaille il la brandit, sourit très fort

Ses yeux brillent de malice, il est comme un enfant

« C’est ma première voiture, nous l’avions achetée

à trois, nous étions jeunes et c’était le bon temps !

Nous rêvions d’aventure et je peux vous confier

Qu’à ce jour ma Maman bien qu’elle soit très âgée

Ignore encore toutes nos folles escapades. »

Il est un peu ému, pense aux deux camarades.

« Et si vous pensez que 50 c’est mieux pour vous,

Donnez 50, les 5 € c’est rien du tout.  »

Les souvenirs sont là, il en est bouleversé

J’ai payé 55 sans plus tergiverser.

Voyant combien j’étais sensible à son histoire,

Oubliant la Covid, pour me dire au revoir

Il m’a tendu les mains en signe d’amitié

Que j’ai serrées bien fort, vraiment quel beau métier !

 

Une idée de Vincent mise en forme par Isabelle.

 

La loi du marché.

Episode. 5.   La loi du marché.

1958 est une année importante. La série 100 de chez Solido a été lancée il y a juste un an. Elle répond parfaitement à la demande qui a évolué depuis le début des années 50. Les clients veulent des reproductions de voitures de course ou de grand tourisme : monoplaces, cabriolets, coupés, bolides des 24 heures du Mans. C’est la vitesse qui fait rêver. Les berlines familiales ont perdu leur attrait.

La clientèle s’est élargie. En plus des enfants elle comprend désormais de jeunes adultes qui ont pour passion l’automobile.

Ces derniers souhaitent réunir un panorama de la production mondiale d’automobile en miniatures, et ils veulent rassembler les tout derniers bolides. Ils veulent également remonter le temps et aligner dans leurs vitrines les autos qui ont marqué l’histoire depuis le début de l’aventure automobile. Vaste programme.

C’est dans ce contexte qu’apparaît en France le club du CIAM sous l’impulsion de M. Geo-Ch Veran. Une révolution. Chaque année, au moment des fêtes de Pâques, le Club organise des expositions pour le grand public. Lors de la seconde exposition, le club publie le premier répertoire au monde recensant les miniatures automobiles par pays et par fabricant.

C’est à cette période que des industriels (Rami) ainsi que des artisans (Desormeaux) comprennent qu’il existe un marché pour les adultes collectionneurs. Le mot révolution n’est pas trop fort.

Pour illustrer cette période, j’ai choisi en huitième position de mon classement une RD Marmande car c’est à travers ces expositions du CIAM que Raymond Daffaure s’est fait connaître. Avec Desormeaux, c’est le début de l’artisanat français et même de l’artisanat mondial !

Ainsi, M. Dufour m’a raconté que c’est là qu’il avait découvert le produit et passé commande d’une Citroën 15cv présidentielle notamment. Raymond Daffaure proposait de créer les modèles à la demande. Au départ, Il proposait un catalogue, mais très vite, il a accepté des commandes particulières, quitte à les proposer ensuite à son réseau de clients qui a très vite grossi.

Les réalisations ont un côté artistique, elles ont la particularité d’être taillées dans du balsa. L’entreprise qui perdurera jusqu’à  son accident vasculaire e en 1978, a quelque chose d’utopique (Pour aller plus loin dans l’aventure RD Marmande, lisez le blog qui lui a été consacrée).

Puisqu’il faut choisir parmi les milliers de RD Marmande, j’ai privilégié une Panhard & Levassor 13,6L course de 1902 . Elle synthétise trois thèmes de la collection de miniatures qui me tiennent à coeur : c’est une auto française, de course, reproduisant un modèle du tout début de l’histoire automobile.

En neuvième position, je placerai la marque Safir Champion et sa Lola T70.

Le choix peut paraître surprenant. La première raison est l’association de deux matériaux : le plastique (carrosserie) et le zamac (châssis) permettant de donner de la consistance au jouet.

Je dis bien jouet. Le modèle est d’ailleurs équipé d’axes aiguilles, assurant un roulement parfait pour l’enfant et répondant ainsi aux standards de l’époque.

Mais le fabricant a également pris soin d’équiper ses jantes de pneus nylon, ce qui donne au modèle un aspect réaliste et permet au collectionneur de le mettre en bonne place dans sa vitrine. La seconde raison, c’est le positionnement de l’objet à la croisée des chemins : c’est encore un jouet mais déjà un objet de collection.

Le trait de génie de M. Juge est d’avoir été le premier au monde à décliner plusieurs versions sur une même base, six versions, toutes disponibles en même temps et déjà décorées lors de leur commercialisation.

Il a pu ainsi résoudre l’équation suivante : comment avoir un catalogue bien rempli quand on a peu de moules différents à sa disposition (lola T70, Porsche 917K, Porsche 917L et Ferrari 512M).

Un vrai tour de force. Chaque version réalisée est finie dans une couleur différente et réaliste . Ce concept de déclinaison de versions va faire école. Cela confirme l’importance du modèle dans l’histoire du modélisme français. Et pour preuve, Solido sera contrainte d’imiter Safir-Champion, en déclinant plusieurs versions de sa Porsche 917, et finira par comprendre l’intérêt de répondre à la demande des nouveaux clients : les collectionneurs. Petit à petit, la clientèle des enfants va être abandonnée.

Le dixième et dernier modèle de fabrication française dans mon panthéon est un modèle artisanal. Il a été produit par AMR.

Depuis le début des années soixante, à l’instar de ce qui se passe pour le modélisme ferroviaire, l’artisanat commence à s’intéresser à la reproduction de miniatures automobiles. L’arrivée des kits John Day est une première étape, mais il faut les monter, et les déceptions sont nombreuses. Les collectionneurs rêvent de ce type de produit qui serait vendu tout assemblé.

Evrat pour Modelisme sera le premier à offrir des modèles de grande qualité répondant à ces critères. Issus d’un moule, les modèles sont produits en résine, en petite quantité et sont réservés à un nombre réduit d’amateurs. La finition est supérieure à celle des RD Marmande, mais on devine que l’on peut aller bien plus loin.

Nous sommes en 1975. L’année précédente, la Porsche Carrera RSR turbo martini a failli créer la surprise au Mans. Elle termine à la seconde place mais c’est sa silhouette qui a marqué les amateurs.

L’auto préfigure ce que seront les autos du groupe V, du futur championnat silhouette de 1976 : des ailes larges, un aileron, un bouclier avant. L’auto ne peut laisser indifférent et elle ne laissera pas indifférent André-Marie Ruf. Il vient de quitter la Régie Renault, il est exigeant, doué. Il recherche la perfection. Il aime les autos qui ont des formes. La résine ne lui convient pas.

Il est attiré par le white metal, mais il trouve que les John Day et les FDS manquent de finesse, car trop chargées en plomb. Il s’alliera avec un fondeur français d’exception qui lui procurera des bases de grande qualité. La légende est lancée avec cette Porsche qui sera vite baptisée par les amateurs de miniatures la « 22 » du fait de son numéro de course. En 1975, vous faisiez partie ou non de ceux qui avaient la « 22 » .

L’homme sera toute sa vie durant à la recherche de la perfection, ne se contentant pas des acquis et allant toujours de l’avant. Il améliorera sans cesse ses produits, trouvant des innovations (décalques Cartograf, pièces chromées de qualité, pièces photodécoupées… )

Certains modèles, à juste titre, seront critiqués. André-Marie Ruf n’hésite pas quelquefois à interpréter les formes pour que le rendu à l’oeil soit plus agréable. Parfois l’échelle de reproduction est légèrement supérieure au 1/43. S’il a pu faire polémique, il a marqué son temps et ses modèles montés et ses kits sont une référence. Il a donné un côté luxueux à ses produits, notamment avec l’emballage et plus tard avec les plaquettes de présentation ou les coffrets.

Il vous appartient désormais d’établir votre classement. Il sera différent du mien, pour une simple raison, qui nous ramène au début de cette série de cinq épisodes. Nous collections tous de manière différente. Mais n’hésitez pas à envoyer vos classements avec vos commentaires surtout.