Archives de catégorie : France

Le filon de la gendarmerie.

Le filon de la gendarmerie.

Les fabricants de jouets français ont mis du temps avant de reproduire des miniatures de la police ou de la gendarmerie.

Lors d’un précédent blog, j’avais souligné les scrupules des industriels du jouet à reproduire ce type de véhicules dont l’image est associée à celui qui a mal tourné. (lire le blog « le blues de la police »).

La C-I-J va être la première en France, à briser ce tabou (voir le blog les deux harengs). Devant le succès rencontré par ces modèles police et gendarmerie, tous les fabricants, qu’ils injectent du zamac ou du plastique (Minialuxe sera le premier dans cette matière) vont lui emboîter le pas.

Norev, leader français des fabrications de miniatures en plastique, ne pouvait rester sans réagir devant l’évident succès de Minialuxe, son concurrent d’Oyonnax, dans cette niche des véhicules de la gendarmerie.

Elle comprit tout le bénéfice qu’elle pouvait tirer auprès de la clientèle en déclinant sa Citroën DS21, et surtout sa berlinette Alpine. Pour l’occasion elle conçut pour ces deux modèles un gyrophare convaincant, ainsi qu’une petite antenne.

Pour sa Land Rover châssis court, elle a créé une antenne fouet. Une fois de plus, on comprend tout le bénéfice que le fabricant pouvait tirer de cet accessoire. En ajoutant un gyrophare et des décalcomanies papier, le tour était joué. Une version de couleur sable, tout à fait crédible, a été produite..

Bien plus tard dans la série jet car, L’ Alpine A310 a également été déclinée en gendarmerie.

Dinky Toys France est d’abord passé totalement à côté de ce type de véhicule et c’est bien dommage. Equipée d’une antenne fouet, la Peugeot 403 familiale aurait été parfaite.

Il faut dire qu’à cette époque tout allait encore bien à Bobigny et l’entreprise n’éprouvait pas le besoin de se remettre en question.

Plus tard sur les conseils de Claude Thibivilliers, arrivé en 1965, elle se laissa convaincre de produire un tel modèle. La Renault Sinpar gendarmerie illustra parfaitement l’attente de la clientèle. Une antenne en plastique, un support en acier la maintenant courbée, deux personnages en pleine action, un poste-radio, une capote, un pare-brise repliable, voilà bien le type de modèle qui répondait à la demande. Il connaîtra deux références et perdra son filin en acier dans le temps. Le véhicule est une belle réussite . Il me procura, enfant, beaucoup de plaisir.

Dans un effet entrainant, Solido, comprit qu’il fallait aussi sacrifier à cette mode « gendarmerie ». Mais comment faire ?

En 1967 l’entreprise n’avait à son catalogue aucun modèle susceptible de remplir cette mission. Une fois n’est pas coutume, le fabricant d’Oulins proposa une auto totalement imaginaire : une « Alfa Romeo GTZ tubolare police des autoroutes ».

Cette dénomination fantaisiste, « police des autoroutes », colle bien à la miniature. Ne la cherchez pas en photo ! Mais elle aurait sûrement ravi les apprentis pilotes de la gendarmerie.

Elle permettra à Solido d’amortir son moule qui ne semble pas avoir rencontré un vif succès en version compétition. Une peinture bleue, des décalcomanies sur les portes, le capot avant et le pavillon, une antenne bien sûr, et, surtout, un petit gyrophare créé spécialement. C’est un jouet, mais il a fière allure.

Le modèle symbolise tout à fait ce type de véhicule d’intervention rapide qui venait juste d’apparaître en France sur les autoroutes.

Autre particularité, la voiture ne fait pas partie de la série 100, comme la version sportive dont elle est déclinée, mais appartient à la gamme militaire (série 200). Elle a connu les deux variantes d’aménagement intérieur qui se caractérisent par la présence d’une roue de secours rapportée puis moulée. Pour l’occasion, la tonalité de la couleur bleue évolue (plus foncée à la fin) et ses phares en plastique passent du cristal transparent au jaune.

Elle connaîtra deux boîtages, preuve d’un certain succès et d’une pérennité. Enfin, il existe une variante plus rare qui empruntera durant quelque temps (1968) la teinte bleu-marine foncé (et non noire comme décrit par erreur dans le livre de Bertrand Azéma) du Renault 4×4 Gendarmerie sorti cette année là.

En1968, année prémonitoire, Solido va élargir son offre avec un joli coffret, à l’intérieur de la gamme militaire. Il est constitué du Renault 4×4 décoré à l’aide d’une grenade, symbole graphique de la gendarmerie, d’une moto BSA , de deux figurines et deux cônes de Lübeck.

Le socle en plastique et la cartouche de protection en carton sont communs aux deux autres coffrets proposés simultanément. Le modèle est fabriqué par Monovac, à Monaco. Monovac est la propriété de Ferdinand de Vazeilles, père de Jean qui, au milieu des années cinquante, a laissé l’ entreprise Solido à ses enfants, avant de créer cette firme spécialisée dans l’injection plastique (maquettes…)

Bien plus tard, au milieu des années soixante-dix, au moment de la cession de l’entreprise par la famille de Vazeilles, Solido se souviendra de ce coffret.

Elle réutilisera la moto et les deux gendarmes. La Renault 12 break remplacera le 4×4. Pour l’occasion elle recevra un gyrophare.

Ce coffret est devenu culte par la reproduction, la première, d’un accessoire qui venait de faire son apparition à la suite des premières limitations de vitesse , un radar.

Pour l’occasion Solido a créé un vilain buisson en plastique qui servait à maintenir le radar en place.

Dans ces années soixante-dix, Solido avait un catalogue plus diversifié. Depuis la disparition de Dinky Toys, berlines et breaks avaient fait leur apparition au catalogue au milieu des coupés sportifs et des voitures de compétition. Il fut donc facile de trouver une remplaçante à la GTZ « police des autoroutes ». Ce fut l’Alpine Renault A310.

La miniature est fort réussie. Un gyrophare, une petite antenne, bien sûr, des, décalcomanies sur les portières. Cette fois, les clients ont eu droit à un modèle réaliste.

Il existe au moins trois couleurs, sans compter les nuances différentes. L’Alpine Renault sera suivie d’un break Peugeot 504 bénéficiant du même équipement et …d’un panneau « halte » inséré dans la cale de blocage de la boîte carton. La miniature a belle allure, elle bénéficie d’une qualité de fabrication héritière de la série 100.

Dans les années quatre-vingt-dix, comme un clin d’oeil au passé, Solido ressortira un coffret Gendarmerie. Le coffret contient une Peugeot 205 sur laquelle Solido s’est contenté d’une tampographie gendarmerie. Le modèle n’apporte pas grand chose. Seul le Saviem VAB est original. Ce n’est plus le grand Solido innovant même si le graphisme du coffret est réussi.

Pour rester dans le thème, signalons qu’à cette époque des hélicop-tères de belle qualité ont été déclinés en version Gendarmerie (Alouette et Gazelle).

L’effervescence créative du milieu des années soixante a disparu. Mais il y a bien eu chez les fabricants de jouets français un mouvement tendant à proposer des modèles « Gendarmerie ».

Le lien entre ces modèles est l’adjonction d’une antenne et d’un gyrophare. A part la Renault Sinpar de chez Dinky Toys, toutes ont été des déclinaisons de modèles au catalogue, permettant au fabricant de proposer à peu de frais des modèles différents. Au regard du nombre de modèles fabriqués, le filon semble avoir été rentable. Merci donc à C-I-J d’avoir créé cette antenne fouet qui a montré la voie aux autres fabricants français.

 

PS: Abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire complément du blog de l’Auto Jaune. Des informations chaque semaine abonnement newsletter.

Cette semaine découvrez le Saviem JL20 dépanneuse dans la la newsletter.

 

 

Les deux harengs.

Les deux harengs

C’est l’histoire d’une amitié. Une amitié entre deux hommes, deux artistes. L’un a connu la reconnaissance assez rapidement tandis que l’autre ne la connaitra jamais. C’est sa disparition qui ouvrira les yeux des critiques, puis ceux du public. Cette amitié se cristallisera à travers un objet, un tableau.

Paul Signac a connu Vincent Van Gogh en 1887 sur les bords de la Seine. Il a été séduit par le travail du peintre hollandais, son utilisation des couleurs pures appliquées en larges touches.

Deux ans plus tard, en mai 1889, Paul Signac se trouve dans le midi lorsqu’il apprend que Van Gogh a demandé a être interné à Saint-Rémy-de-Provence. Par amitié, il décide d’aller lui rendre visite. Il subsiste une lettre de Van Gogh à son frère Théo dans laquelle ce dernier raconte tout le bien que cette visite lui a procuré et surtout l’escapade que les deux amis ont fait ce jour là.

En effet, Van Gogh voulut retourner dans la chambre qu’il occupait à Arles mais les gendarmes avaient condamné l’accès de la pièce, et malgré tous leurs efforts, les deux apprentis cambrioleurs n’arrivèrent jamais à pénétrer dans le lieu. De retour à l’asile, en mémoire de ce bon moment ,Van Gogh offrit une toile à Signac.

Comme il l’écrivit à son frère Théo : »Je lui ai donné en souvenir une nature morte qui avait exaspéré les bons gens d’armes de la ville d’Arles, parce que cela représentait deux harengs fumés, qu’on nomme gendarmes comme tu sais. […]  »

Ce tableau est à l’image de la connivence des deux amis. Paul Signac, sympathisant du mouvement anarchiste, apprécia le geste et garda le tableau chez lui toute sa vie.

D’autres peintres ont eu la malice de présenter des harengs séchés sur leur toile. Louis Léopold Boily y ajouta même un chat noir, prêt à s’offrir le butin.

Louis Leoplod Boily Un trompe l'oeil avec un chat et une buche de bois à travers une toile
Louis Leoplod Boily Un trompe l’oeil avec un chat et une buche de bois à travers une toile

Encore aujourd’hui, dans le langage populaire, le hareng saur est appelé « gendarme » car sa rigidité évoque celle du gendarme figé dans son autorité, appliquant aveuglément la loi sans complaisance ni souplesse.

La mission de la maréchaussée, nom premier attribué au Moyen Âge à ce corps de militaires chargé de la police et de la justice à l’intérieur de l’armée, a évolué. La Gendarmerie nationale est une des plus anciennes institutions françaises. Désormais, elle exerce un rôle de police (sécurité des personnes) en milieu rural et sur les voies de communication.

L’image de ce corps auprès la population a bien évolué. La série des films de Jean Girault racontant les tribulations de la gendarmerie de Saint-Tropez, et la chanson de Bourvil, « la tactique du gendarme », qui connut un grand succès dans les années cinquante, y sont peut être pour quelque chose. Elles ont donné un côté plus humain à l’institution . (écouter la chanson de Bourvil)

Les gendarmes sont nos anges gardiens sur les routes et les autoroutes. Leur image ne peut être dissociée de celles de nos voyages.

Paradoxe : on les redoute, mais on apprécie leur présence en cas de problèmes. Enfant, j’étais impressionné et admiratif quand assis sur la banquette arrière de la berline familiale, nous croisions sur l’autoroute une Citroën SM ou une berlinette Alpine, navires amiraux de la flotte de la gendarmerie.

C’est C-I-J qui comprit le premier l’intérêt de proposer à ses petits clients un véhicule de ce corps d’armée. Cela permit à la firme de Briare d’amortir le moule de sa Renault 300Kgs Dauphinoise.

Le trait de génie de C-I-J est d’avoir reproduit l’accessoire qui caractérise ce type de véhicule rural : l’antenne fouet lui permettant d’être relié à un centre décisionnel.

C-I-J a su parfaitement résoudre l’équation consistant à reproduire cet accessoire de manière réaliste, fonctionnelle et fiable. Une tige d’acier, boudinée à sa base, fixée à l’arrière du pavillon et à son extrémité une boucle façonnée se fixant sur un crochet en acier inséré sur l’avant du capot moteur. C’est simple mais il fallait y penser.

Ce modèle va donc ouvrir la voie à toute une série de miniatures équipées d’antennes. Ce petit accessoire va se révéler un élément déterminant pour la jeune clientèle au moment de l’achat d’une nouvelle miniature. Minialuxe, Norev, Solido vont emboîter le pas. Dinky Toys le fera, bien plus tard, de manière convaincante, avec la Renault Sinpar Gendarmerie.

C-I-J a choisi la couleur bleue pour décorer sa miniature. Pourtant, à cette époque, la flotte des véhicules de la Gendarmerie était peinte en noir. Cette teinte est plus délicate à appliquer sur un modèle réduit (les imperfections sont immédiatement visibles). Il se peut aussi que cette couleur, liée aux véhicules funéraires, ait rebuté la direction de Briare.

Une partie de cette flotte de Renault 300Kgs livrée à la gendarmerie eut un rôle bien particulier. Ces autos servaient à venir en aide aux automobilistes en difficulté. Elles ont été conjointement utilisées par le Secours Routier Français et la Gendarmerie. Elles étaient même équipées d’un brancard et de matériel de premier soin. C’est peut être ce type de véhicule que C-I-J a choisi de reproduire, d’où la couleur bleue qui sera bien plus tard celles des véhicules de la Gendarmerie.

Elle récidivera plus tard avec la Renault Estafette dans sa gamme Europarc, réutilisant la fameuse antenne fouet en acier. En 1963 pourtant, la miniature aurait aussi dû être peinte en noir. Le jouet est plein de charme.

Le second fabricant à comprendre l’intérêt qu’il y avait à proposer des miniatures de la Gendarmerie fut Minialuxe. La firme d’Oyonnax commença avec son fourgon 1400Kg.

Comme C-I-J, elle trouva là un moyen de réutiliser et d’amortir son moule. Il s’agit de la seconde mouture, reconnaissable à son plastique de qualité qui ne se déforme pas. Outre la décoration avec la fameuse grenade, symbole de cette institution, et le gyrophare, c’est l’antenne fouet, de taille démesurée qui attire en premier lieu le regard. C’est bien cet accessoire, créé spécifiquement, qui permet au jouet de se démarquer dans la gamme.

Plus tard, l’Estafette prendra le relais. Pour l’occasion l’antenne perdra de sa superbe. Dans un souci de standardisation, Minialuxe équipera ses différentes déclinaisons d’Estafette de la même antenne, et même plus tard, ses autos au 1/43 .

Le thème « Gendarmerie » rencontra un vif succès auprès de la clientèle. Le nombre de modèles et de coffrets crées en est la preuve. Après les deux fourgons c’est la Matra Djet qui fut proposée. La gendarmerie l’utilisa sur les autoroutes qui au milieu des années soixante commençaient à se développer. Les modèles sont finis en bleu France ou en bleu marine.

Elle sera suivie par d’autres véhicules puisés dans la gamme existante : une Citroën SM, et même une Simca 1100, sûrement un peu juste pour poursuivre sur l’autoroute les contrevenants ! un coffret fut créé où la brave Simca 1100 est épaulée par deux motards, sûrement plus à même de remplir cette mission !

L’on verra que cette idée de moto accompagnatrice donnera des idées à un autre fabricant.

Lire la suite dans un mois. Désormais, le blog paraitra tous les premiers dimanches de chaque mois.

 

Pour 19€ tu peux avoir le livre…

Pour 19€ tu peux avoir le livre…

« L’éminent marchand d’art, grand collectionneur et richissime David Nahmad, dont la fortune est estimée à 1,8 milliard de dollars selon le magazine Forbes, a constitué avec son frère Ezra l’une des plus importantes et prestigieuses collections d’art privées du monde. La collection de la famille Nahmad est riche de plusieurs milliers d’oeuvres et chefs-d’oeuvre, signés des grands noms de l’art moderne, depuis les maîtres du pré-impressionnisme et de l’impressionnisme » . Voilà comment le site de vente en ligne, Amazon, présente le livre « Matisse collection Nahmad » édité chez Lienart à l’occasion de l’exposition temporaire au Musée Matisse de Nice 2021/2022.

Musée Matisse à Nice
Musée Matisse à Nice

Ce type de présentation a le don de m’indisposer. Désormais, pour vendre un livre, ou tout autre produit, on ne sait parler d’autre chose que d’argent. Avait-on besoin de parler de la fortune de cette famille pour vendre un livre à 19 euros ? cette présentation rend-elle plus beaux les tableaux et surtout quel lien a-t-elle avec l’exposition ?

le livre à 19€ " Matisse collection Nahmad"
le livre à 19€  » Matisse collection Nahmad »

Après avoir acheté l’ouvrage, dans une « vraie » librairie et lu l’interview croisée entre Claudine Grammont, la directrice du musée Matisse à Nice, et les deux frères David et Helly Nahmad , le sourire m’est revenu.

Loin des propos de la présentation de l’ouvrage par le site de vente en ligne que je qualifierais de vulgaire, David Nahmad se confie sur son métier de marchand d’art et sa passion de la peinture, prouvant bien que les deux ne sont pas contradictoires. Je cite David Nahmad :

« L’art doit être accessible, un tableau se destine au public. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt d’acheter une oeuvre si c’est pour la garder chez soi. La possession, c’est la pire des choses. Le tableau en lui-même n’a pas de valeur, c’est avant tout un document. »

Que dire de plus ? Il faut beaucoup d’expérience et d’humilité à un marchand/collectionneur pour tenir ce type de propos.

Les deux frères n’éludent pas la question de l’argent. Après tout, ils sont marchands. C’est leur métier d’acheter et de revendre. Comme tout commerçant d’ailleurs.

Leur passion pour la peinture de Matisse est palpable dans toutes les réponses faites aux question de la directrice du musée Matisse de Nice. Et si leur savoir est grand, il n’est jamais écrasant pour le lecteur néophyte.

Ils parlent de leurs tableaux avec passion, soulignant les points forts, les détails qui les ont touchés, que ce soit l’exécution du carrelage du tableau « Sur la chaise longue » ou l’importance de la couleur de la ceinture verte de la « Femme au fauteuil ». Ces détails révélés sont comme des confidences que l’artiste nous aurait glissées à l’oreille.

Ces quelques lignes aident le visiteur de l’exposition à mieux appréhender les toiles de Matisse.

Dans la formulation d’une de ses questions la directrice du musée rappelle que les deux frères ont une conception ancienne du métier basée sur la connaissance des oeuvres, historique et esthétique.

Et lorsqu’il faut parler d’argent c’est au travers d’une anecdote ou de l’ histoire d’un tableau et de l’évolution de son cours.

Une crise politique, énergétique, un putsch militaire et le marché s’effondre au grand dam de ceux qui vendent à ce moment-là. David Nahmad rappelle l’effet catastrophique qu’à eu sur le marché de l’art en 1979 la prise d’otage à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran

Il raconte l’histoire d’un tableau de Matisse « Les coucous, tapis bleu et rose,1909 » demeuré invendu en cette année 1979. Après la vente, il le rachète avec un Renoir pour £240 000 pour le revendre à Pierre Bergé et Yves Saint Laurent en 1981. Le tableau sera remis sur le marché lors de la vente de cette prestigieuse collection en 2009, et sera cédé à 35 millions d’euros.

Il est tentant de faire le rapprochement avec le marché du jouet ancien et ses fluctuations. J’ai par exemple suivi l’évolution dans le temps de la cote d’un jouet de fabrication française.

Mon point de départ est l’acquisition par mon père. Depuis 1975, date du début de la collection nous avons toujours consigné nos achats manuellement sur des fiches bristol…

Mon choix s’est arrêté sur un jouet produit par JRD, l’Unic Izoard tracteur semi-remorque-porte wagon Kronenbourg. C’est un modèle tout en contraste. Si la version de base est très fréquente, il existe trois variantes rares.

Le jouet reproduit un véhicule qui a réellement existé. Le wagon et la remorque ne sont pas à la même échelle que le tracteur Unic qui est lui au 1/50. Il faut donc regarder ce jouet avec des yeux d’enfant et non de maquettiste. L’ensemble est cependant fort original.

Décrivons le modèle de base. Sur la première version du porte-wagon, la cabine est finie en deux tons, ivoire et rouge. La remorque peut être de couleur rouge ou argent. Il manque souvent la petite barre qui servait à bloquer le wagon sur sa remorque plateau. Elle se fixe entre le hayon et le crochet d’attelage du wagon. JRD a pris le soin d’imprimer une notice. Les pneus de la remorque souffrent souvent de déformations. Il faut, je pense l’accepter et les laisser plutôt que les changer.

Ce modèle nous l’avions payé 200 Francs le 4 septembre 1980. A titre de comparaison, deux semaines plus tard, le 24 septembre nous avions enrichi notre collection de JRD avec le peu fréquent Berliet Gak feux de forêt, payé 850 Francs et la Peugeot 404 de couleur bleu pâle, acquise elle pour 100 Francs.  Cela vous donne une échelle des valeurs de l’époque.

A ce stade de l’étude, il faut souligner un point qui va sans doute étonner de nombreux collectionneurs actuels. La différence entre un modèle en boîte ou un modèle sans boîte était minime. Le phénomène de la plus value de la boîte va apparaître en France bien plus tard.

En 1984, le 6 juin, mon père a acheté à un marchand parisien, M. Neut, la très rare version promotionnelle réalisée en 1964 pour le tricentenaire de la brasserie. L’harmonie des couleurs est superbe. Le modèle reprend les couleurs Kronenbourg, le rouge et le bleu pour le tracteur et le wagon.

Le décalcomanie utilisée est celle qui était apposée sur les flancs du tracteur semi-remorque Berliet. L’ensemble est superbe. Nous en avions entendu parler, mais ne l’avions jamais vu. Le modèle était neuf en boîte et mon père a cassé la tirelire : 13 000 Francs.  Nous sommes bien loin des 200 Francs de la version de base.

On se rend compte de l’engouement suscité par certains modèles. Un autre élément doit ici être souligné. La génération des collectionneurs précédents s’intéressait surtout aux automobiles. Il suffit de feuilleter les magasines Modélisme pour comprendre.

Encore une fois, les ouvrages de Mr Nakajima ont ouvert les yeux des collectionneurs des années 70-80 et la cote des utilitaires va grimper en flèche.

le 1er décembre 1995 nous avons acquis une autre version, rare, qui n’était pas référencée. Elle emprunte la finition de peinture argent et rouge de la cabine réservée à la version transport de liquide « 60 hectos ».

JRD a sans doute trouvé là le moyen de liquider les cabines prépeintes et non utilisées d’un modèle qui venait d’être abandonné. Je n’ai revu qu’un autre exemplaire ainsi assemblé.

Nous l’avions payé 1 600,00 Francs. Dix mois avant nous avions payé 4 250,00 Francs une Citroën 2cv camionnette Comap neuve en boîte. Nul doute qu’aujourd’hui ce type de variante rare a pris de la valeur.

Plus tard, le 22 février 1984, c’est la version produite par C-I-J qui est entrée dans notre collection. A la fermeture de l’usine, le stock de pièces, les décalcomanies et les boîtes ont été cédés à la C-I-J.

Visiblement le stock de jantes en zamac était peu important et la firme de Briare a dû utiliser ses propres jantes en plastique sur les modèles JRD qu’elle distribuait. Elles peuvent être de couleur rouge ou rose, comme sur le Berliet Gak benne à ordures Genève provenant aussi de chez JRD.

Sur certains exemplaires elles sont même panachées ! La teinte de la cabine est plus claire. C-I-J utilisera les étuis JRD qu’elle surchargera d’une petite étiquette collée sur les côtés. Cela sent la fin. Ce modèle est très peu fréquent. Nous l’avons payé 800,00 Francs le 27 février 1984.

Le 6 juin de la même année, nous avons acquis deux autres C-I-J qui comme ce porte-wagon étaient d’origine JRD. Le Citroën 1200 kg police (version petite décalcomanie) avec sa rare boîte spécifique pour 1 700 Francs et le Berliet Gak benne à ordures cité plus haut, variante à jantes de couleur rose pour 350 Francs.

Il m’a semblé intéressant de m’inspirer du discours des deux frères sur l’évolution dans le temps de la cote d’un tableau et de le transposer dans le monde de la collection de miniatures.

Il faut être un marchand ou un collectionneur averti, avec de l’expérience, pour analyser et comprendre les évolutions du marché. On saisit aussi toute la difficulté de prévoir à moyen terme. Les deux frères n’auraient-ils pas dû garder le tableau de Matisse « Les coucous, tapis bleu et rose de 1909 » qui avait été invendu en 1979 ?

La comparaison avec le monde du jouet s’arrête vite. Nous ne sommes pas dans le domaine de l’art. Même très rares, nos jouets ne sont pas uniques. Comme les deux frères Nahmad, les salles des ventes et les marchands, devraient davantage communiquer sur l’intérêt des objets qu’ils vendent, expliquer leur rareté et leurs intérêt, plutôt que de communiquer sur les prix de vente. Mais il faut pour cela, comme les frères Nahmad, être amoureux des objets qu’on présente.

 

 

 

Vanité

Vanité.

Les publicités placardées sur le kiosque à journaux du rond-point de la place Gambetta, située sur mon trajet quotidien à vélo sont souvent source d’inspiration.

Aujourd’hui, c’est « la Gazette de Drouot », journal dédié aux ventes aux enchères qui a retenu mon attention. « Si à 50 ans t’as pas une horloge du 18 ème t’as raté ta vie ». En cela elle paraphrase Jacques Séguéla et sa malencontreuse déclaration de 2009 :  » Si à 50 ans on n’a pas de Rolex, on a raté sa vie ».

si à 50 ans t'as pas une horlogr du 18 ème t'as raté ta vie" Gazette de Drouot
si à 50 ans t’as pas une horlogr du 18 ème t’as raté ta vie » Gazette de Drouot

Dans ces années-là, en France, un courant politique libéral, incarné par le Président de la République Nicolas Sarkozy, tente d’imposer un modèle venant d’outre-Atlantique. Il s’agit de « décomplexer l’argent ». Il est de bon ton d’afficher sa réussite. La montre de luxe en est le symbole.

La phrase de Jacques Séguéla est révélatrice de la période. Elle a provoqué un raz-de-marée médiatique. Qu’est-ce que réussir dans la vie ou plutôt de réussir sa vie ? Pour ce mouvement libéral la réponse est claire : gagner beaucoup d’argent.

Pour le journal « La Gazette de Drouot », ce serait donc de posséder un objet rare, que l’on imagine forcément très cher. Bien sûr c’est un clin d’oeil. Cependant, on constate une fois de plus que le monde des enchères ne sait bien souvent communiquer que par le prisme de l’argent.

Dernièrement une salle des ventes française a publié sur Facebook une photo annonçant une de ses prochaines ventes de jouets. On y trouvait : une Citroën BB Lorrain, un Citroën Baroclem, des essais de couleur Dinky Toys , un C-I-J Saviem S7 brasseur Préfontaines….et j’en passe.

Le premier commentaire posté par un dénommé « Fab. Gallahan » était « Quelle photo à plusieurs milliers d’euros ! » Pas un seul mot par contre sur la rareté des pièces ou leur intérêt historique.

La firme la plus en vue dans les années cinquante, c’est bien sûr Dinky Toys. Lors du lancement de la Rolls-Royce Silver Wraith, la firme a communiqué sur les qualités de sa miniature : la suspension, le vitrage, et la calandre rapportée chromée.

On présenta la miniature comme une pièce hors du commun, à l’instar de l’auto qu’elle reproduisait. Cela fonctionna. Comme le raconte Jean-Michel Roulet dans son ouvrage consacré aux Dinky Toys France, l’auto équipée de son châssis « assemblé en France » fut rapidement épuisée et Bobigny se contenta ensuite d’importer la version « made in England » .

Pour le lancement de cette Rolls-Royce, auto symbolisant la réussite sociale, on aurait déjà pu utiliser le slogan:

«  Si vous n’avez pas encore votre Rolls-Royce Silver Wraith, spécialement importée de Grande-Bretagne, c’est que vous avez raté votre collection ! »

J’ai choisi le vouvoiement de politesse, car en 1959 Dinky Toys n’aurait jamais tutoyé son petit client ! Après 1968, cela devient possible.

Dinky Toys a mené une grande campagne pour annoncer ce « cadeau » de Liverpool. Partout en Europe, les importateurs ont communiqué sur le lancement de la Silver Wraith. Celui des Pays-Bas, par exemple, choisit d’utiliser la presse nationale. L’illustrateur a su mettre la miniature en valeur, pourtant, avec cette finition en deux tons de gris, elle est triste comme un jour sans pain.

Pendant ce temps, la course aux améliorations techniques entre les fabricants italiens, anglais et français s’intensifie, ce qui a pour effet de démoder très rapidement la miniature. Phares scintillants, portes ouvrantes, peinture métallisée, aménagement intérieur, capot ouvrant, moteur détaillé, dossiers de siège rabattables apparaissent très vite après la sortie de cette Silver Wraith qui n’a à offrir que sa calandre et son pare-chocs chromés.

Ce modèle fut à mes yeux révélateur de l’impuissance de Dinky Toys à réagir face à la concurrence. Le marketing gomma une partie des carences du produit. Mais face au raz-de-marée des nouveautés techniques le modèle a vite sombré dans l’oubli.

Dinky Toys France Rolls Royce Silver Wraith
Dinky Toys France Rolls Royce Silver Wraith

Quiralu osa à la même époque une autre solution. Dépassée sur le plan technique la firme de Luxeuil se démarqua en offrant à sa petite clientèle une Rolls- Royce, ici une Silver Cloud , hors du commun. Une version carrossée par Hooper : la Silver Cloud I Empress saloon.

Contrairement aux autres modèles de sa gamme qui connurent plusieurs types de finitions (avec ou sans vitrage, unicolore ou bicolore) la Rolls-Royce ne connut qu’une finition : de luxe, bicolore, mais sans vitrage !

Une version unicolore a  cependant été découverte, il y a peu de temps. Cette version est rare, je n’en connais qu’un exemplaire.

Quiralu n’était pas à une approximation près comme le dessin sur la boîte qui représente une version classique de la Silver Cloud et non la version Hooper, ou encore l’orthographe (Silver avec un y en place du i) sur la fiche publicitaire. (voir l’article consacré à Quiralu et à ses approximations) 

boîte de la Quiralu Rolls Royce Silver Cloud ...classique mais point du modèle que Quiralu créa carrossée par Hooper
boîte de la Quiralu Rolls Royce Silver Cloud …classique mais point du modèle que Quiralu créa carrossée par Hooper

S’agissant des couleurs, Quiralu offrit de nombreuses déclinaisons de teintes bicolores toutes plus joyeuses les unes que les autres, contrastant avec le modèle produit par Dinky Toys.

Le bas de caisse peut être fini de couleur crème ou gris clair. Le pavillon et le capot étant eux peints de couleur rouge, bleu canard, gris ardoise, ou vert. Il existe une version fort réussie en couleurs inversées : les flancs sont verts et le pavillon crème. Je ne connais pas d’autres schémas de couleurs inversées.

La firme de Luxeuil aurait pu communiquer auprès de sa jeune clientèle sur le pédigrée de l’auto. « Vous rêvez de devenir milliardaire ? commencez par acheter la Rolls-Royce Quiralu reproduisant celle carrossée par Hooper pour le milliardaire Nubar Gulbenkian »

Ce dernier possédait une Silver Wraith carrossée par Hooper assez similaire esthétiquement, mais avec le pavillon en plexiglass. Quiralu n’a sûrement pas eu les moyens financiers pour proposer cette version encore plus marquante.

La Rolls-Royce est bien évidement un symbole de la réussite sociale, tout comme la montre de luxe. Leur fonction première est détournée.

La montre n’est qu’un objet qui mesure le temps, comme un sablier. Les « Vanités » du XVII ème siècle avaient pour but de montrer la fragilité de la vie.

Georges de la Tour " Madeleine pénitente"
Georges de la Tour  » Madeleine pénitente »

Les artistes représentaient sur leur toile des objets symbolisant notre court passage sur terre. Le sablier, ou la flamme d’une bougie représentaient respectivement le temps qui passe, et le temps qui reste à vivre.

Un objet luxueux, comme un coquillage venant d’une lointaine contrée, symbolisait lui, la richesse, mais aussi la vanité.

Comme la montre de luxe ou l’horloge du 18ème.

« Qui parle anglais ici ? »

« Qui parle anglais ici ? »

Vous connaissez sans doute cette réplique si vous avez vu le film de Claude Zidi, « Le pistonné ». C’est le maréchal des logis Ferraci, interprété par Georges Géret qui promet de mater les jeunes recrues les plus rebelles, et qui prévient :

« Un conseil, ne jouez pas au plus con avec moi, vous n’êtes pas sûr de gagner ».

Sur sa lancée, il continue et demande « Qui parle anglais ici ? » un jeune appelé, interprété par Guy Bedos lève timidement le doigt, c’est le seul de la chambrée à se manifester. Le maréchal des logis lui demande alors s’il le parle « bien ». Ce dernier répond par l’affirmative. Cela lui vaudra d’effectuer la corvée de nettoyage des water closet !

le maréchal des logis ponctuant la scène par un « j’aime pas les vantards » devenu culte.

la corvée !
la corvée !

La scène est truculente et rappellera bien des souvenirs à ceux qui ont fait leur service militaire.

En règle générale, le français n’est pas très doué pour l’apprentissage des langues. Le graphiste de chez Quiralu qui a réalisé la notice du catalogue 1959 et l’étui de la Simca Marly devait lui aussi être un peu fâché avec la langue de Shakespeare.

Il faut dire que Luxeuil, siège de la firme de figurines et de miniatures, située entre Vesoul et Belfort, dans la France profonde, est bien éloignée de la perfide Albion.

T'as voulu voir Vesoul ! et Jacques Brel
T’as voulu voir Vesoul ! et Jacques Brel

Ce dernier a en effet orthographié « Rolls Royce Sylver Cloud » sur la notice et « Simca Marly breack » sur l’étui de la miniature en place de « silver » et « break ».

Dans le feuillet publicitaire glissé dans les boîtes pour promouvoir la gamme, les responsables ont préféré choisir comme dénomination « la fourgonnette Marly », qui ne correspond d’ailleurs pas à ce modèle. Avaient-ils un doute sur l’orthographe de « break » ?

D’autres détails interrogent. La boîte de la Marly décrit « une voiture avec roue de secours amovible ». Ne la cherchez pas, il n’y en a pas.

Il semble que Quiralu ait présumé de ses capacités d’innovation. Sur les étuis suivants la mention sera surchargée.

Autre curiosité qui nous ramène en Grande-Bretagne, le dessinateur a représenté sur une des faces de la boîte, une Simca Versailles avec le volant à droite !

Son interprétation de la Simca Marly sur l’étui est également assez libre: le break Marly fait plus penser à un bolide filant dans les Hunaudières qu’à un break paisible et luxueux.

La qualité du carton utilisé est déroutante par sa médiocrité, comme les couleurs d’impression utilisées. On comprend que ces modèles ont plutôt été distribués dans les bazars et les marchands de couleurs.

Le prix de vente des Quiralu, élevé, correspondait-il au standard de ces boutiques ?

Si la firme excellait dans la reproduction des figurines, sachant leur donner vie, il faut avouer que la qualité de reproduction des deux Simca est assez quelconque.

Les lignes de la Marly et surtout celles de la Versailles sont approximatives. Elles ne peuvent soutenir la comparaison avec les Dinky Toys ou les Norev.

publicité Quiralu glissé dans les étuis individuels annonçant fièrement "l'exactitude de leur reproduction" ...
publicité Quiralu glissé dans les étuis individuels annonçant fièrement « l’exactitude de leur reproduction » …

Pourtant la publicité glissée dans les premières boîtes Quiralu relève comme atout : « L’exactitude de leur reproduction, les dessins étant fournis par les constructeurs » (sic) « .

Je me suis demandé si les constructeurs, en dehors des dessins, avaient aussi fourni les plans avec les cotes.

Après ce tableau peu flatteur, vous allez peut-être vous demander quel intérêt on peut trouver à rassembler ces modèles en 2022 ?

Plus de 60 ans après leur création il s’en dégage un charme certain. Dans les années 80-90, pour les raisons décrites ci-dessus, les collectionneurs ont d’abord boudé ces miniatures.

Pourtant, une poignée d’amateurs ont suivi le chemin tracé par M. Nakajima qui n’a pas n’hésité à consacrer des pages de ses ouvrages à cette firme, au même titre que les Dinky Toys ou C-I-J.

Avec Jean-Bernard Sarthe et quelques autres, mon père  a été parmi  les premiers à s’intéresser aux variantes de couleurs, très nombreuses, des Quiralu. Il faut dire que les prix étaient bien modestes. Désormais, elles ont acquis leurs lettres de noblesse, même si les rééditions dans les années 1990-2000 ont marqué un arrêt temporaire dans la hausse des prix.

Comme pour les modèles Mercury, il est quasiment impossible de lister les teintes réalisées par Quiralu sur les Simca Marly ou Versailles. En cette année 2022, j’ai encore trouvé plusieurs Simca Marly dont une originale, argent avec un pavillon vert.

De sa grande expérience dans les figurines la marque a gardé son sens de la décoration. Elle maîtrise parfaitement les teintes bicolores et les détails. Les argentures sont nombreuses mixant la technique du pochoir à celle du pinceau.

Les étuis sans pareil participent désormais au charme du jouet ancien.

Afin d’étoffer son catalogue de miniatures, Quiralu avait choisi de multiplier les variantes de finitions. Au départ elle jette son dévolu sur les berlines françaises. La Peugeot 403 sera disponible simultanément en 4 finitions, avec 4 tarifs différents : unicolore ou bicolore, avec ou sans vitrage.