Archives par mot-clé : citerne

Toute une vie de combat.

Toute une vie de combat.

Ils sont là, impeccablement alignés, comme à la parade. Pas un capot ne dépasse.En regardant avec mon père ces camions citernes alignés les uns à côté des autres dans la vitrine, nous nous remémorons combien il a été difficile de les rassembler. C’est près de 40 ans de recherches Toute une vie, ou presque…

Chaque camion a une histoire. Je repense à l’espoir que je plaçais  dans les lettres contenant ma liste de recherche qu’avant chaque voyage j’envoyais systématiquement à mes contacts scandinaves.

Le moment le plus agréable, c’est celui où je pouvais rayer sur cette liste le modèle enfin déniché. Il a fallu beaucoup d’efforts et de patience pour les réunir. Cela m’a permis d’appréhender la rareté de chacun d’eux, à la mesure de la difficulté que j’avais eu à me les procurer, et au nombre d’exemplaires que j’avais ou non revus. C’est ce qui forme “l’expérience”.

Le vocabulaire employé pour qualifier cette quête peut se comparer à celui des militaires. Il y a eu des duels, des batailles et des conquêtes. Il a fallu des heures de repérage, de la stratégie et des alliances opportunes.

Peut-on dire pour autant que durant quarante ans ma vie a ressemblé à celle d’un militaire ? Certes non, mon objectif bien pacifique ne visait qu’à ramener dans notre vitrine, les précieuses petites citernes. Il est agréable aujourd’hui de se rappeler les batailles gagnées mais aussi les batailles perdues qui ont sû renforcer notre combativité.

Pour faire suite aux articles consacrés aux autres Scania-Vabis produits par Tekno, voici, dans un premier temps, un article consacré aux versions avec semi-remorque citerne et cabine 75-76.

(voir l’article consacré aux premières versions du Scania-Vabis semi remorque frigo)

(voir l’article consacré aux versions  Scania-Vabis semi remorque frigo)

(Voir l’article consacré  aux versions Scania-Vabis porteur bâché) (voir l’article consacré aux versions  Scania-Vabis porte autos).

Si l’obtention des versions “Esso”,”Gulf” et “Scania-Vabis” (orange et kaki) ne pose pas de difficulté particulière, autant dire qu’il en est pas de même pour toutes les autres !

On peut scinder en deux groupes les autres versions publicitaire avec tracteur Scania-Vabis 75-76 : dans le premier groupe, les modèles réservés à un marché particulier et dans le second groupe les modèles promotionnels.

Commençons par les versions qui étaient destinées à un pays particulier, celui où le pétrolier était implanté. Elles ont notamment été distribuées dans les stations service de ces compagnies pétrolières. Les boîtes réalisées aux couleurs de chaque société semblent l’attester. Citons pour la Suède “Koppartrans et Uno X”, pour les Pays Bas “Orion”, pour le Danemark “Ora”, pour les USA “Mobil”, Caltex/ Aviation fuel et enfin pour la Finlande “OY Hercofinn”.

 

Toutes ces versions sont difficiles à se procurer, en particulier la finlandaise. Lorsque l’exemplaire connu qui avait servi au référencement du livre sur les Tekno était mis en vente, il ne fallait pas le laisser passer ! les deux versions américaines m’ont aussi donné pas mal de fil à retordre.

Le second groupe est constitué des véhicules qui ont été réalisés pour la marque Scania-Vabis et qui ont été diffusés comme cadeaux dans son réseau de concessions. Ils se reconnaissent aux harmonies de couleurs rouge et blanc et aux deux tons de bleu qui les habillent. Il est intéressant de constater que ces couleurs seront conservées sur la deuxième variante, le Scania 110, qui suivra le 75-76.

J’ai trouvé des exemplaires de ces variantes à marquage « Scania-Vabis » en France. En effet, ces camions ont été diffusés dans notre pays dès l’ouverture du marché commun.

Le tracteur 75-76 ne reçoit jamais d’aménagement intérieur. La citerne est toujours équipée de trappes de citerne moulées en zamac. Comme les jantes, elles seront d’abord peintes de couleur argent, puis ensuite montées brutes.

 

Désormais le marché a bien changé. Si internet a facilité les contacts et les échanges, il a malheureusement permis de diffuser des faux. Les voyages permettent d’apprendre et de comprendre l’histoire de la fabrication des modèles. Lors des manifestations, les faussaires ne se seraient pas risqués à mettre sur la table des produits refaits : ils auraient été bien vite démasqués par les collectionneurs. Internet a ouvert la voie à leur coupable commerce.

Tout dernièrement, visitant une collection en Italie, j’ai demandé l’autorisation au collectionneur de prendre en main un Tekno dans sa vitrine. Il me semblait étonnant qu’un tel modèle puisse atterrir dans une vitrine en Italie. Certes cela peut arriver je vous rassure. Mais mon doute était justifié. J’ai expliqué à la personne les raisons pour lesquelles son Tekno n’était qu’une reproduction. Il l’avait acquis sur Ebay. Le travail était soigné mais avec un peu de “métier” il était facile de repérer l’imposture.

 

D’autres versions promotionnelles ont surement existé. Prochainement, la suite des l’histoire des citernes mais avec pour tracteur  le modèle qui a remplacé le 75/76 , le Scania 110.

Un écureuil dans votre moteur !

Les collectionneurs ont parfois des attirances qui peuvent paraître étranges. Pour ma part, je dois confesser une faiblesse pour les stations-services. Ainsi, lors de mes nombreux voyages à l’étranger, j’essaie toujours de privilégier les marques d’essence qui sont propres au pays où je me trouve et qui ont un rapport avec ma collection.

Esso
Esso

Aux USA, j’ai beaucoup de plaisir à faire le plein chez Phillips 66 ou chez Sunoco. Ces compagnies ont gardé un lien avec leur passé au niveau des logos et des couleurs.

Tel un touriste japonais devant la Joconde, je n’hésite pas à sortir mon appareil photo afin d’immortaliser ces stations, provocant un regard, au mieux interrogateur, au pire soupçonneux, du pompiste.

Si je lui demande de surcroît s’il n’a pas un petit sticker que je pourrais joindre à mes miniatures en vitrine, je sais que je le laisse pour la journée dans une grande perplexité ! J’aime surtout faire le plein dans des stations représentatives. Au milieu du mois d’octobre, je me suis rendu en Allemagne. Aral, l’enseigne locale, y est aussi connue que Total chez nous. Je m’interroge cependant sur un point. Certes, ces marques que je viens de citer dominent leur marché national, mais il y a des pétroliers que vous retrouvez aux quatre coins du monde : Esso, Shell, BP. Il est intéressant de voir comment ces firmes ont réussi à pénétrer la plupart des marchés, bien avant la mondialisation actuelle.

Prenons le cas d’Esso. Les collectionneurs français que vous êtes ont déjà remarqué que cette enseigne se retrouve sur un très grand nombre de jouets des années 50-60, notamment les garages Depreux, les boîtes Starlux et vos Dinky Toys. Bien avant l’apparition de « l’enfant prescripteur » ces firmes cherchaient déjà à conditionner les plus petits. Le logo avec le tigre fait partie de cette démarche.

Ainsi, sur le marché allemand, Esso fut aussi très actif, et c’est le sujet de notre rubrique. Gama fut un des partenaires de la firme américaine et ce durant de nombreuses années. Un des modèles les plus fameux est la reproduction au 1/30 environ de la bonne vieille BMW 1800. Sous des allures de berline familiale, un décalque sur la malle arrière conseille de mettre un tigre dans le moteur (dans la langue de Goethe, évidemment !).

Un ingénieux mécanisme permet à la malle arrière de pivoter et faire apparaitre le terrible félin en plastique qui ressemble en l’occurrence fortement à un gros chat… succès garanti auprès des enfants…

J’avoue que chaque fois que je rencontre ce jouet en Allemagne, je ne peux m’empêcher d’actionner le mécanisme, au prétexte de vérifier simplement, en tant qu’acheteur éventuel, le bon fonctionnement du modèle !

Gama prolongea jusque dans les années 80 son partenariat avec Esso. Siku partagea sa production entre la compagnie nationale Aral, et Esso. Le modèle de camion citerne Esso que je vous présente est particulier.

Il ne s’agit pas du modèle de série, qui est rouge, mais d’une version promotionnelle très peu fréquente et plus tardive. La cabine est dénommée Struver par Siku. Il s’agit d’une mécanique Man et d’une cabine Henschel. Ce modèle était uniquement disponible dans le réseau Esso comme l’autre modèle de la photo, issu de chez Riegel. La cabine est celle du Man. Le texte sur la boîte vante la capacité de la citerne. La reproduction de la miniature est au 1/60, comme les Siku. Pour le détail, observez le logo “Esso” gravé dans la calandre. Enfin, ce fabricant peu connu n’a pas hésité à donner la référence “1003” ce qui laisserait présumer une fabrication antérieure importante!

A voir le sourire du pompiste Esso sur la publicité présentée, on se plait à imaginer qu’il vient d’offrir à un bambin une petite reproduction miniature du semi-remorque, comme celle que je vous montre. Epoque bénie, où il y avait encore des pompistes …. En 2010, Esso a automatisé sa distribution, et de pompiste il n’y en plus…. comme de cadeaux d’ailleurs, et même, en ce mois d’octobre, d’essence !

Devant les files d’attente qui créent des bouchons à l’entrée des stations services, on pense avec un sourire nostalgique à Jacques Brel, « emmerdeur » splendide qui préfère tomber en panne d’essence plutôt que de faire le plein dans une station service qui ne distribue pas les cadeaux collectionnés par son neveu…..

La station Shell de Saint Lupicin

Cette chronique s’articule autour d’un thème commun, l’entreprise pétrolière Shell, décliné autour de la production d’un fabricant français… c’est en fait l’histoire de 2 petites firmes française Vapé et Bourbon.

Les modèles présentés sont généralement identifiés dans les ouvrages sous le label Bourbon. Ce point mérite d’être éclairci

Shell
Shell

A l’origine ces véhicules sont produits sous le label Vapé. Cette firme n’a produit en réalité qu’ un Peugeot D3A et un Berliet GLR porteur équipé en citerne. Ces véhicules sont facilement identifiables. Au niveau du marche pied avant gauche, figure aussi bien sur le fourgon que sur la citerne, en lettres déliées, le logo Vapé. A priori, cette firme, spécialisée dans la plasturgie n’a réalisé que ces 2 moules de miniature automobile parmi la grande quantité d’objets divers et variés en plastique produits,notamment des ustensile de cuisine

Ces miniatures ont été conçues dans le cadre de campagnes publicitaires. Le plastique permettait de proposer des séries de véhicules promotionnels à des prix bien inférieurs à ceux des véhicules en zamac. De plus, il est facile d’imaginer la souplesse de production, tant au niveau des couleurs que de l’application des publicités (décalque mais aussi ,plus économique, gravure à chaud ).

Notre Berliet est intéressant. Cette variante de publicité, Shell, n’est pas trés connue sur ce type de véhicule. Il possède une particularité qui mérite une explication. Le logo avec le coquillage ne figure que sur le flanc gauche, et n’a jamais figuré que sur ce côté : la publicité étant gravée dans le plastique, nous sommes certains qu’elle n’a pu disparaître. La raison de cette asymétrie est assez simple. Des commerciaux de chez Vapé avaient prospecté les stations services dans le but de proposer aux gérants de ces relais de faire apparaître leur raison sociale sur le flanc droit du petit camion.

C’est pourquoi vous avez dû croiser ces petits utilitaires avec le nom de stations implantées aux quatre coins du pays. On peut penser que les commandes pouvaient porter sur de petites quantités.

Le même principe a été utilisé aux Etats- Unis, mais sur un autre support publicitaire : des pompes à essence, reprenant fidélement le design caractérisant chaque compagnie pétrolière. J’ai constitué, lors de mes voyages outre Atlantique une petite collection de ces pompes à essence. Au dos de chacune d’elles figure, comme pour nos petits Berliet le nom du relais, de l’état, ainsi que le numéro de la route sur laquelle se situe le relais… la particularité de ces pompes est qu’elles font office de salière et de poivrière !

Le cas du Peugeot est plus énigmatique. Il s’agit certainement d’un cadeau distribué par Shell… ce qui est intriguant car pour un pétrolier, une citerne aurait constitué un vecteur publicitaire plus attendu. Mais il ne s’agit pas d’un cas unique, puisque C-I-J a produit un modèle équivalent, sur la base d’un Renault 1000 kg à l’effigie de la marque Shell.

Ces fourgons étaient utilisé pour entretenir les pompes du réseau. Le fourgon présenté est estampillé Vapé. Comme le Berliet, il est équipé d’un poussif moteur à friction. Les modèles portant le logo Vapé sont plus anciens et moins fréquents que les modèles Bourbon. Il est assez logique de penser que Vapé a cédé son outillage à Bourbon… ou que Bourbon ait absorbé Vapé… je ne sais dire… j’avais entretenu une correspondance avec la firme Bourbon, dans les années 80. J’ai ressorti ces documents qui contiennent finalement peu d’informations sur l’histoire de ces 2 firmes car le personnel qui avait connu la période qui nous intéresse n’était plus là.

Pour l’histoire l’entreprise était bassé à Saint Lupicin dans le Jura. Mes correspondants avaient cependant eu la gentillesse de me faire parvenir un petit colis avec une dizaine de modèles, qui trainaient dans un coin !

Le Berliet Tak est un un produit Bourbon. Il est équipé d’un moteur à friction. Bourbon fut le seul, avec JRD à proposer une reproduction de ce véhicule pourtant assez répandu. L’ensemble est fort réussi à mes yeux. C’est certainement la variante la plus difficile à se procurer parmi les autres modèles faisant la promotion des compagnies pétrolières (Elf, Esso, Total…).

Bourbon a également réalisé un porteur Gak en citerne, mais je n’ai jamais vu une version arborant le logo Shell.

La station Shell de Rumilly et son Berliet

Voici l’histoire peu commune d’un camion Berliet que l’on peut attribuer à deux fabricants Mont-Blanc et Miniature  Je ne connais pas d’autre situation de cette nature. Ce  jouet est le fruit d’une association de 2 firmes ayant comme point commun la localisation dans les Alpes.

Mont-Blanc basé à Rumilly (74) produisit un superbe Berliet GLR à une échelle supérieure à celle du modèle présenté. Berliet fut séduit par cette superbe reproduction

Citerne Shell
Citerne Shell

Il est fort possible que la firme Lyonnaise s’adressa à Mont-Blanc pour étudier la réalisation d’un modèle similaire, mais de taille inférieure, pour d’évidentes raisons de coûts de fabrication.

Le choix se porta sur une association de 2 matériaux le plastique et la tôle. le plastique utilisé pour la cabine et le châssis facile d’utilisation permet de reproduire fidèlement les lignes particulières (courbures délicates) de ce superbe camion. La tôle lithographiée, technique fort utilisée avant la guerre montre ici ses limites : s’il est possible de réaliser une benne avec un résultat satisfaisant, la citerne qui nécessite des pliages plus complexes est moins convaincante.

Pour des raisons que j’ignore, Mont-Blanc s’adressa à Minialuxe pour fournir les parties injectés en plastique ce qui est paradoxal puisque Mont-Blanc deviendra, quelques années plus tard un spécialiste de l’injection en plastique, reconnus par les professionnels de l’automobile (Citroën notamment).

Minialuxe, localisé à Oyonnax, produisit l’ensemble cabine et châssis. Le plastique utilisé n’est pas d’une très grande qualité. Il est cassant. La gravure est bonne mais pas exceptionnelle comparé avec ce que Wiking proposait en Allemagne à la même époque pour le même type d’objets. Il est possible, comme très souvent à cette époque que ces véhicules aient été assemblés à domicile, par des personnes payés à la pièce.

La finition laisse à désirer : souvent, des traces de colle apparaissent sur la cabine. La reproduction est agréable de prime abord. Un regard critique conduit cependant à relever le manque d’homogénéité entre les matériaux entrant dans la composition de ce jouet.

On voit clairement que le véhicule provient de deux unités de fabrication différentes, voire de deux conceptions différentes. Au final, demeure un superbe camion en harmonie avec sa livrée Shell.

Ces firmes proposèrent aussi une version ridelles et une autre en benne (il s’agit en fait la même pièce articulée à l’extrémité du châssis). Une version pour Berliet, arbore la célèbre locomotive sur les flancs et à l’intérieur de la benne.

Signalons pour finir la dernière particularité de ces modèles : sur les boîtes figure d’un côté au niveau de la languette le nom Minialuxe, et sur la languette opposée le nom de Mont-Blanc

Des Cam cast à la station service

Des Cam cast à la station service – 2

Voici la suite de notre série sur les Cam cast entamée avec les Dodge fourgons : voir Les embouteillages dans l’Ohio. Nous avions quitté notre petit fabricant de l’Ohio avec sa série de fourgons.

De conception similaire, monobloc, moulé dans un zamac très dense, voici donc la citerne. Sa réalisation a nécessité un nouveau moule. Il est probable que Cam cast n’avait pas envisagé la création d’un autre support publicitaire que le fourgon.

Citernes Cam cast
Citernes Cam cast

Il aurait été alors plus simple et moins couteux de mouler la cabine avec le châssis et d’adapter ensuite un fourgon, une citerne ou bien d’autres carrosseries. La ligne harmonieuse de la cabine a été conservée. Le traitement de la citerne est minimaliste. Les orifices de remplissage ne sont pas reproduits. L’essentiel pour ce fabricant était de symboliser une citerne.

Comme pour les fourgons, le modèle a surtout concerné une clientèle locale : Marathon marque distribuée dans l’Ohio et Farm bureau qui devait être une laiterie. Mais, et c’est logique pour ce genre de produit, figurent aussi des marques nationales (Shell, Gulf Sunoco). Il est plus difficile de se procurer ces citernes que les fourgons. Cam cast a t-il produit d’autres miniatures ? le mystère reste entier.

Nous y reviendrons prochainement pour un dernier épisode…