Archives par mot-clé : benne

Le cadeau de chez Euclid

Le cadeau de chez Euclid

16,5 cm ; roues en caoutchouc monobloc de couleur noir. Carrosserie monobloc ; les camions benne ont toujours attirés les collectionneurs …

Certainement des souvenirs d’enfance… Les bons moments passés au bac à sable à emplir et vider sans relâche le contenu de la benne.

Ce camion benne Euclid présenté est un modèle publicitaire pour la firme Euclid produit chez  National Toys aux Etats Unis. Cette firme travailla, à ma connaissance, uniquement pour les constructeurs automobiles. Les reproductions  de véhicules utilitaires à usage publicitaire étaient  moins fréquentes que dans celui de la voiture particulière. Mais une brèche s’est ouverte suite à l’importance du marché des véhicules de travaux publics. Il faut bien avouer qu’il s’agit d’un important marché, et on peut imaginer que parfois, après  d’âpres négociations, la distribution de petites miniatures pouvait détendre l’atmosphère !

Ces véhicules sont reproduits dans un alliage très chargé en plomb, qui leurs confère un poids certain. Ils devaient, sur un bureau,  servir de presse papier, vide poche, ou même, je l’ai déjà vu, de cendrier !

Souvent, ces véhicules arboraient des finitions couleur laiton, qui étaient en vogue à l’époque… N’oublions  pas que nous sommes en présence de modèles publicitaires.

J’avoue ne pas être attiré par ce genre de finition. Les versions peintes sont extrêmement rares…  

Le mystère du Cargo de Bobigny – 2

Le mystère du Cargo de Bobigny – 2

Description du modèle photographié:

Jantes en zamac convexes ; roue de secours vissée ; marchepied en relief. Caractéristiques identique au fourgon prototype, châssis sans la mention Ford, intérieur du pavillon lisse. Ceci confirme le modèle de pré-série.

Cargo
Cargo

Observons le système de levage de la benne : le diamètre de la tige en acier est plus petit que sur la version définitive et laisse supposer une certaine fragilité à l’utilisation.

Il sera renforcé sur le modèle de production de même que la clef qui sert de levier. Meccano venait d’abandonner le système de crémaillère que l’on trouvait sur les Ford de la série 25. Manifestement le bureau d’étude a dû tâtonner.

Le plus intéressant est peut être le hayon de la benne. Il est très inspiré de ceux de la série 25 qui le précède : c’est un morceau de tôle plat, peint de la couleur de la benne, et relié à celle-ci par un axe pincé. Le hayon du modèle série sera injecté en zamac avec moulures, monté sur une axe boutrelé le reliant à la benne.

Cela constituera un progrès certain. Ce modèle provient comme le Cargo fourgon de la famille Chaudey. (voir l’article  consacré au  Ford Cargo fourgon)

Ça sent le sapin !

Je ne peux m’empêcher de penser que pour Berliet ce camion fut une sorte de quitte ou double. La direction avait conscience que l’enjeu était crucial pour l’avenir de l’entreprise. En effet, au début des années soixante, les barrières douanières tombent et la concurrence étrangère est féroce. Elle s’engouffre dans la brèche. Dire que l’industrie du camion français a eu bien du mal à négocier ce virage est un euphémisme.

Berliet Stradair FJ
Berliet Stradair FJ

Berliet, sûrement inspiré par Citroën et le” coup ” de la DS19 (la fameuse suspension hydropneumatique) va miser sur l’innovation technologique pour concevoir son nouveau camion. Dans le cahier des charges, la direction demande au bureau d’étude de concevoir un camion moderne autour de ces deux priorités : la suspension et la cabine.
Dans le magazine « Charge Utile » consacré à l’étude de la production Berliet de l’année 1967, Jean François Colombet relate de manière très précise les péripéties de la mise en chantier de ce projet.
Au moment du lancement, la suspension n’est pas au point. Dès le départ, l’image de la fiabilité du camion s’en trouve écornée. Lorsque le sytème “Airlam” sera enfin efficace, les chauffeurs auront tendance à en abuser, au point de mettre à mal les coussins d’air
Quant à la cabine à fond plat, certes très spacieuse et confortable, elle contraint les ingénieurs à placer en porte à faux avant le moteur. Le bureau d’étude doit dessiner un capot interminable. Au vu de sa motorisation, le camion a vocation à être employé en milieu urbain. Les chauffeurs ont vite déchanté, face à un capot avant plongeant qui gêne les manœuvres en ville.

Une firme de jouets a su transcrire dans ses reproductions les multiples usages décrits dans le catalogue Berliet. Il s’agit de la firme marseillaise FJ. Cette petite entreprise avait su, au sortir de la guerre, constituer un réseau de revendeurs et trouver un public. Ses articles étaient le plus souvent distribués dans le milieu rural. Il était plus rare de trouver ces jouets chez les marchands établis en ville. Pourtant, FJ a habilement réussi à s’implanter sur le territoire, sans bruit, grâce à une politique intelligente de fabrication. Songez que depuis la création du camion GMC en 1959, l’entreprise utilisait les mêmes accessoires. Ainsi, la benne équipant le Stradair était déjà celle utilisée sur le GMC et ce bien que l’échelle de reproduction des deux camions soit exactement la même. On retrouve donc sur les Berliet Stradair les équipements déjà utilisés sur le GMC, puis sur le Berliet Gak : la caisse frigo, la benne basculante, la benne avec le palan et le plateau miroitier (rare en version GMC). Tout cela est logique car FJ continuera de produire en même temps les trois cabines. Il devait bien sûr y avoir une différence de prix en 1968 entre un GMC, sans aménagement ni vitrage et un Stradair tout équipé. La caisse brasseur, elle, n’a jamais équipé le GMC. Elle est apparue avec le Stradair. Signalons qu’une petite série de caisses brasseur équipera tout de même le Berliet Gak. C’est une version aux couleurs du géant d’Atlanta qui sera proposée aux enfants. Coca-Cola avait déjà retenu l’attention de FJ avec la reproduction d’une superbe Estafette, mais au 1/20. Il faut savoir qu’au moins deux Stradair de chez FJ ont reçu des livrées promotionnelles : Kronenbourg et Pierval. Le Kronenbourg a été distribué au même moment que la version commandée à Dinky Toys France. On pouvait trouver les deux versions dans le XIXème arrondissement, chez le grossiste en boisson Tafanel.
Le point commun du Stradair chez Berliet et chez FJ est qu’il va précipiter la fin de ces entreprises.
La carrière du Stradair, bien entamée, fut stoppée prématurément. Berliet sera obligé se s’allier à Michelin qui apporta de l’argent frais en échange de la prise de contrôle de l’entreprise. L’article de « Charge Utile » explique très bien comment Michelin laissa la direction en place pour une prise de contrôle en douceur. Mais le Stradair dut rogner son long capot et changer d’appellation.
Quant à FJ, le marché a considérablement évolué depuis ses débuts dans le monde de la miniature et du jouet. FJ couvrait une gamme très large de jouets : autos filoguidées, circuits électriques, flippers en plastique. Au début des années soixante-dix l’entreprise doit faire appel à Champion. Cela va mal. M. Juge, qui est le responsable de la fabrication chez Champion est envoyé sur place à Marseille avec son chef d’atelier. Pendant une semaine ils vont examiner et expertiser les moules FJ. Ils les emporteront tous, y compris ceux du Pacific qui malheureusement ne resserviront pas chez Champion. A la fin de la négociation, le propriétaire de FJ a informé M. Juge de la nouvelle activité de FJ. Pour bien lui faire comprendre, il l’a emmené dans un local jouxtant celui où étaient produit les jouets et là, la surprise fut de taille. Le patron s’était lancé dans la fabrication de cercueils ! Il faut dire qu’à cette période, la guerre des gangs sévissait à Marseille et l’on pouvait envisager un marché porteur et plein d’avenir !

Benne universelle

Cette référence 965 de chez Dinky Toys reproduit un grand classique de la firme américaine Euclid. Cette compagnie est née dans l’état de l’Ohio au milieu des années 20. En 1953 Euclid va être absorbé par GM, qui voulait mettre un pied dans le marché des engins de travaux publics. Une procédure judiciaire particulièrement longue opposant l’Etat américain à GM trouvera son aboutissement à la fin des années soixante. La loi anti trust obligera GM à démanteler son empire industriel dans le domaine des engins de chantier. En 1968, GM cédera Euclid à White et continuera à produire des engins sous la marque Terex. Nous verrons plus loin que Dinky Toys suivra cette actualité. Nous verrons aussi que si GM a cédé Euclid, elle a tout de même conservé la branche des camions de chantier.

Le modèle reproduit chez Dinky Toys est l’archétype du camion benne : celui que l’on rencontre dans les carrières.

Camion benne Dinky Toys
Camion benne Dinky Toys

Ces camions faisaient en continu le circuit entre les pelles mécaniques et les concasseurs. Circulant sur des voies privées ces véhicules sont souvent dépourvus d’immatriculation. Les bennes (dumper en anglais) qui doivent être d’une robustesse à toute épreuve se caractérisent par une casquette de taille imposante, l’absence de toute fioriture et une importante garde au sol.

Dinky Toys a parfaitement restitué ce bel engin. D’abord dépourvu de vitre, il recevra un vitrage au début des années soixante. La benne est mobile. Au fil de la production, Dinky Toys trouvera une astuce afin de rendre plus réaliste à l’œil le rendu des roues. Dans la réalité, l’essieu arrière est équipé de montes pneumatiques jumelées. Les roues arrière, inversées, font apparaitre un moyeux moulé qui donne l’illusion de roues jumelées. Cette astuce avait déjà été utilisée à Bobigny avec la référence 29 DS. Dinky Toys avait utilisé sur son autobus Renault des roues de la série 25 (camions à châssis croisillonné) mais inversées au niveau de l’essieu arrière.

Lors de la création de Terex, Dinky Toys suivra l’actualité économique, ce qui lui a peut-être été imposé par GM. A cette occasion, le moule va être retouché. Les mentions Euclid, présentes sur le radiateur mais également gravées sur le châssis vont disparaître au profit de celles de Terex. Un décalque sera appliqué sur les portes. Même l’étui en carton portera le patronyme Terex. Vu la date, 1968, on imagine bien que ce camion, obsolète ne passionne plus trop les enfants. Sa diffusion sera restreinte. Mais à ma connaissance, il ne s’agit pas d’un promotionnel pour Terex, mais d’une remise au goût du jour. Cette dernière version recevra simultanément des jantes de couleur jaune ou de couleur rouge. Il disparaitra en 1972 du catalogue après une vie bien remplie. Si l’on considère toutes les variantes existantes il peut à lui seul constituer un thème de collection.

La magie des chiffres

Enfant j’étais fasciné par les magiciens. Leur façon de faire apparaître un lapin dans un chapeau ou de faire disparaître un objet me laissait sans voix. Plus grand, je demeurais émerveillé lorsqu’ils faisaient disparaître leur partenaire et je n’étais vraiment rassuré que lorsque cette dernière réapparaissait, saine et sauve. Magique ! Je n’ai jamais souhaité connaître les ficelles de ces tours. J’ai toujours préféré rester dans le rêve.

Dinky Toys Euclid la brochure
Dinky Toys Euclid la brochure

Désormais nous avons affaire à d’autres tours de magie, moins poétiques : je veux parler des chiffres dont on nous abreuve chaque jour. Dans les journaux télévisés d’éminents spécialistes dans tel ou tel domaine nous présentent d’un air convaincu statistiques, courbes et diagrammes. Ils nous expliquent comment telle ou telle opération va nous faire économiser des centaines de milliers d’euros ou nous coûter des sommes astronomiques. Leurs capacités de prévision sont tellement précises que je ne comprends pas comment la crise peut perdurer. Comme la poésie des tours de passe-passe de mon enfance est loin !

Chez Dinky Toys aussi, les « magiciens » qui avaient su enchanter quelques générations en créant les séries 24, 25, 30, 36, 38, 39 et 40 ont disparu à l’aube des années soixante. Ils ont fait place à des dirigeants adeptes des économies de bouts de chandelles. Finis les modèles flamboyants qu’enviait une concurrence incapable de suivre. A Liverpool on va user les moules jusqu’au bout, pour les amortir au maximum, notamment ceux des poids lourds qui étaient plus onéreux. Prenons la référence 965. C’est en 1955 qu’apparaît pour la première fois au catalogue l’Euclid. Ce beau modèle va avoir une vie mouvementée, à l’image de la firme de Liverpool à partir du milieu des années cinquante. Tout commence bien pour ce véhicule atypique pour lequel Meccano crée des jantes spécifiques et des pneus à crampons. Les jantes sont particulières à ce type d’engin. Plus tard elles équiperont le lanceur de missile Corporal et le Foden benne de chantier avec lame. Il était bien normal, dans une logique de rentabilité, de vouloir équiper d’autres modèles de la gamme avec des jantes particulières.

Par contre, au milieu des années soixante, notre Euclid va se voir affublé de jantes de couleur rouge et même de couleur kaki (rare). Ces jantes viennent des deux modèles précités. Finir d’utiliser des jantes peintes dans une couleur spécifique en les montant sur un autre modèle, c’est oublier la rigueur de fabrication qui avait fait la réputation de Meccano. La décoration de l’Euclid subira des variantes au fil des années. Au départ, ces variantes étaient volontaires ; il en est ainsi du logo en couleur remplacé par un logo en noir et blanc. D’autres variantes paraissent accidentelles et semblent s’expliquer par des oublis ou des difficultés à s’approvisionner en décalcomanies : le texte est présent ou non. Un autre détail me paraît révélateur de la volonté de Dinky Toys de faire des économies. Regardez la manivelle qui actionne le levage de la benne : au départ, la tige coudée a une olive en acier. Au milieu des années soixante elle est en plastique de couleur argent, avant de disparaître en fin de production du modèle.

Quand une firme commence à se préoccuper de telles économies, on peut penser que sa survie est en jeu. Nous, collectionneurs, cinquante ans plus tard, nous sommes ravis de toutes ces variantes. Il faut dire que nos préoccupations ne sont pas les mêmes que celles de ceux qui dirigeaient l’entreprise à l’époque. Ils avaient déjà fini de rêver.