Archives par mot-clé : Renault 4×4 gendarmerie

Les deux harengs.

Les deux harengs

C’est l’histoire d’une amitié. Une amitié entre deux hommes, deux artistes. L’un a connu la reconnaissance assez rapidement tandis que l’autre ne la connaitra jamais. C’est sa disparition qui ouvrira les yeux des critiques, puis ceux du public. Cette amitié se cristallisera à travers un objet, un tableau.

Paul Signac a connu Vincent Van Gogh en 1887 sur les bords de la Seine. Il a été séduit par le travail du peintre hollandais, son utilisation des couleurs pures appliquées en larges touches.

Deux ans plus tard, en mai 1889, Paul Signac se trouve dans le midi lorsqu’il apprend que Van Gogh a demandé a être interné à Saint-Rémy-de-Provence. Par amitié, il décide d’aller lui rendre visite. Il subsiste une lettre de Van Gogh à son frère Théo dans laquelle ce dernier raconte tout le bien que cette visite lui a procuré et surtout l’escapade que les deux amis ont fait ce jour là.

En effet, Van Gogh voulut retourner dans la chambre qu’il occupait à Arles mais les gendarmes avaient condamné l’accès de la pièce, et malgré tous leurs efforts, les deux apprentis cambrioleurs n’arrivèrent jamais à pénétrer dans le lieu. De retour à l’asile, en mémoire de ce bon moment ,Van Gogh offrit une toile à Signac.

Comme il l’écrivit à son frère Théo : »Je lui ai donné en souvenir une nature morte qui avait exaspéré les bons gens d’armes de la ville d’Arles, parce que cela représentait deux harengs fumés, qu’on nomme gendarmes comme tu sais. […]  »

Ce tableau est à l’image de la connivence des deux amis. Paul Signac, sympathisant du mouvement anarchiste, apprécia le geste et garda le tableau chez lui toute sa vie.

D’autres peintres ont eu la malice de présenter des harengs séchés sur leur toile. Louis Léopold Boily y ajouta même un chat noir, prêt à s’offrir le butin.

Louis Leoplod Boily Un trompe l'oeil avec un chat et une buche de bois à travers une toile
Louis Leoplod Boily Un trompe l’oeil avec un chat et une buche de bois à travers une toile

Encore aujourd’hui, dans le langage populaire, le hareng saur est appelé « gendarme » car sa rigidité évoque celle du gendarme figé dans son autorité, appliquant aveuglément la loi sans complaisance ni souplesse.

La mission de la maréchaussée, nom premier attribué au Moyen Âge à ce corps de militaires chargé de la police et de la justice à l’intérieur de l’armée, a évolué. La Gendarmerie nationale est une des plus anciennes institutions françaises. Désormais, elle exerce un rôle de police (sécurité des personnes) en milieu rural et sur les voies de communication.

L’image de ce corps auprès la population a bien évolué. La série des films de Jean Girault racontant les tribulations de la gendarmerie de Saint-Tropez, et la chanson de Bourvil, « la tactique du gendarme », qui connut un grand succès dans les années cinquante, y sont peut être pour quelque chose. Elles ont donné un côté plus humain à l’institution . (écouter la chanson de Bourvil)

Les gendarmes sont nos anges gardiens sur les routes et les autoroutes. Leur image ne peut être dissociée de celles de nos voyages.

Paradoxe : on les redoute, mais on apprécie leur présence en cas de problèmes. Enfant, j’étais impressionné et admiratif quand assis sur la banquette arrière de la berline familiale, nous croisions sur l’autoroute une Citroën SM ou une berlinette Alpine, navires amiraux de la flotte de la gendarmerie.

C’est C-I-J qui comprit le premier l’intérêt de proposer à ses petits clients un véhicule de ce corps d’armée. Cela permit à la firme de Briare d’amortir le moule de sa Renault 300Kgs Dauphinoise.

Le trait de génie de C-I-J est d’avoir reproduit l’accessoire qui caractérise ce type de véhicule rural : l’antenne fouet lui permettant d’être relié à un centre décisionnel.

C-I-J a su parfaitement résoudre l’équation consistant à reproduire cet accessoire de manière réaliste, fonctionnelle et fiable. Une tige d’acier, boudinée à sa base, fixée à l’arrière du pavillon et à son extrémité une boucle façonnée se fixant sur un crochet en acier inséré sur l’avant du capot moteur. C’est simple mais il fallait y penser.

Ce modèle va donc ouvrir la voie à toute une série de miniatures équipées d’antennes. Ce petit accessoire va se révéler un élément déterminant pour la jeune clientèle au moment de l’achat d’une nouvelle miniature. Minialuxe, Norev, Solido vont emboîter le pas. Dinky Toys le fera, bien plus tard, de manière convaincante, avec la Renault Sinpar Gendarmerie.

C-I-J a choisi la couleur bleue pour décorer sa miniature. Pourtant, à cette époque, la flotte des véhicules de la Gendarmerie était peinte en noir. Cette teinte est plus délicate à appliquer sur un modèle réduit (les imperfections sont immédiatement visibles). Il se peut aussi que cette couleur, liée aux véhicules funéraires, ait rebuté la direction de Briare.

Une partie de cette flotte de Renault 300Kgs livrée à la gendarmerie eut un rôle bien particulier. Ces autos servaient à venir en aide aux automobilistes en difficulté. Elles ont été conjointement utilisées par le Secours Routier Français et la Gendarmerie. Elles étaient même équipées d’un brancard et de matériel de premier soin. C’est peut être ce type de véhicule que C-I-J a choisi de reproduire, d’où la couleur bleue qui sera bien plus tard celles des véhicules de la Gendarmerie.

Elle récidivera plus tard avec la Renault Estafette dans sa gamme Europarc, réutilisant la fameuse antenne fouet en acier. En 1963 pourtant, la miniature aurait aussi dû être peinte en noir. Le jouet est plein de charme.

Le second fabricant à comprendre l’intérêt qu’il y avait à proposer des miniatures de la Gendarmerie fut Minialuxe. La firme d’Oyonnax commença avec son fourgon 1400Kg.

Comme C-I-J, elle trouva là un moyen de réutiliser et d’amortir son moule. Il s’agit de la seconde mouture, reconnaissable à son plastique de qualité qui ne se déforme pas. Outre la décoration avec la fameuse grenade, symbole de cette institution, et le gyrophare, c’est l’antenne fouet, de taille démesurée qui attire en premier lieu le regard. C’est bien cet accessoire, créé spécifiquement, qui permet au jouet de se démarquer dans la gamme.

Plus tard, l’Estafette prendra le relais. Pour l’occasion l’antenne perdra de sa superbe. Dans un souci de standardisation, Minialuxe équipera ses différentes déclinaisons d’Estafette de la même antenne, et même plus tard, ses autos au 1/43 .

Le thème « Gendarmerie » rencontra un vif succès auprès de la clientèle. Le nombre de modèles et de coffrets crées en est la preuve. Après les deux fourgons c’est la Matra Djet qui fut proposée. La gendarmerie l’utilisa sur les autoroutes qui au milieu des années soixante commençaient à se développer. Les modèles sont finis en bleu France ou en bleu marine.

Elle sera suivie par d’autres véhicules puisés dans la gamme existante : une Citroën SM, et même une Simca 1100, sûrement un peu juste pour poursuivre sur l’autoroute les contrevenants ! un coffret fut créé où la brave Simca 1100 est épaulée par deux motards, sûrement plus à même de remplir cette mission !

L’on verra que cette idée de moto accompagnatrice donnera des idées à un autre fabricant.

Lire la suite dans un mois. Désormais, le blog paraitra tous les premiers dimanches de chaque mois.

 

Luxe, Riviera et Ami 6 break

Luxe, Riviera et Ami 6 break

Tout avait bien commencé. Un casting de rêve : Ferrari 500 Superfast, Lamborghini Miura, Maserati Mistral, BMW 2000CS  et Ford Mustang. Avec ses voitures de rêve, le catalogue Solido de 1966 ressemblait aux rues de la principauté de Monaco. Il présentait en effet le genre d’autos que l’on croisait dans la cité princière, sans qu’on ait même l’envie de se retourner, tellement elles semblaient faire partie du paysage.

En 1967, Solido surprit son monde. Sont-ce les prémices de l’année 1968 et des turbulences à venir ?   M. de Vazeilles a -t-il eu la prémonition du changement qui allait s’opérer ? Que voit-on dans ce  catalogue 1967.

Trois coffrets. Jusque là, rien d’extraordinaire. Collectionneurs, nous savons tous que les fabricants de jouets ont usé jusqu’à la corde l’astuce consistant à créer des coffrets dits ”coffret cadeau » afin d’écouler des modèles en fin de carrière.

Lesdits coffrets étaient présentés de manière avantageuse, dans des boîtes avec socle en plastique et couvercle en plastique cristal transparent (made in Monaco s’il vous plait !).

L’intitulé des coffrets est des plus sobres :

– 159 coffret cadeau « B » avec une automobile et un bateau hors-bord sur remorque L220 ;

– 158 coffret cadeau « C »  avec une automobile avec caravane, hayon relevable ;

– 215 coffret cadeau « G » avec un camion Renault 4×4 , une motocyclette et deux motards.

On remarque tout de suite que dans sa description Solido fait abstraction du nom des constructeurs automobiles, sauf pour le camion Renault de la gendarmerie, comme il le faisait déjà avec les modèles démontables Junior des années cinquante. La lettre accolée en suffixe à l’intitulé du coffret sert à identifier  le contenu : « B » comme Bateau, « C » comme Caravane et « G » comme Gendarmerie.

La surprise vient de la composition des coffrets. N’avez vous rien remarqué ? La placide ami 6 break, auto familiale est associée au hors-bord de luxe tandis que le pimpant cabriolet transalpin à deux places, icône de la séduction masculine est attelé à une caravane ordinaire. Etrange non ? Dans quel état d’esprit se trouvait-on chez à Solido pour constituer ces deux associations ? Un courant avant-gardiste, pré soixante-huitard parcourait-il les troupes ?

Je me rappelle fort bien que des amateurs qui possédaient ces rares coffrets dans leurs vitrines avaient  jugé bon de les remettre dans « le bon ordre ». Aujourd’hui encore, dans la conversation, les gens inversent  souvent la composition des coffrets, l’Alfa Romeo étant jugée plus plausible que la Citroën Ami 6 break pour tracter le hors- bord. Il est bien évident que Solido a conçu ces coffrets de manière consciente. Si le terme générique « automobile » utilisé dans le descriptif du catalogue laisse ouvertes toutes les suppositions, les dessins illustrant le carton protecteur du coffret plastique sont clairs et sans équivoque.

D’ailleurs j’aime assez l’image de cette Citroën Ami 6 break avec son canot à moteur au milieu des autos de luxe, perdue  dans la circulation de la Principauté. Comme une incongruité. Le luxe à Monaco  ne serait-il pas de tracter son Riva  au moyen d’un break Ami 6 plutôt que d’une banale Lamborghini Miura ? Les artistes de l’Ecole de Nice y auraient peut-être trouvé une source d’inspiration.

 

Quant à l’Alfa Romeo Giulietta spider, en 1967, c’est déjà une antiquité. Elle a 11 ans. Pour séduire les belles, il y a désormais la nouvelle Alfa Romeo Duetto sortie en 1966. Là, on imagine un ancien playboy rangé des affaires de cœur emmenant son ultime conquête au camping des flots bleus.

Finalement, le choix de Solido est osé mais plein de bon sens, c’est un choix anticonformiste qui sied  bien  à l’époque

Ces deux références sont, sans conteste, les plus difficiles à se procurer de toute la série 100.

L’antique bateau en plastique de la Citroën Ami 6 break vient des Junior des années 1955, tout comme la caravane en plastique équipant l’Alfa Romeo. C’est peut être là que réside le charme désuet des ces deux articles au milieu des fantastiques modèles de la série 100.

Solido reste fidèle à sa ligne de conduite.  Imperturbable. Ces coffrets de la série 100 ne sont que le prolongement de ces beaux coffrets apparus 15 ans plus tôt. Solido apparait comme une firme sachant à la fois innover et garder les recettes anciennes qui ont fait son succès.

Au plan technique, Solido s’est contenté de modifier astucieusement le moule du châssis sur les deux autos.

Solido coffret Alfa Romeo Giulietta avec crochet
Solido coffret Alfa Romeo Giulietta avec crochet

Le crochet d’attelage en acier, provenant aussi des modèles Junior est fixé lors du sertissage du châssis et maintenu droit grâce à un têton en zamac créé sur chacun des deux châssis. Signe de modernité, les deux autos et les attelages sont équipés des jantes moulées en zamac dénommées « standard » par BertrandAzéma.

Votre œil exercé aura remarqué l’étrange association des couleurs d’une des remorques tractées par l’Ami 6 break.On retrouve cette couleur sur les remorques des séries Junior. Dans le coffret de la série 100, elle est logiquement équipée des jantes « standard ».

Si l’Alfa Romeo est tout de même plus fréquente que l’Ami 6, la version de couleur bleu pâle est extrêmement rare.

 

 

 

Le collectionneur conservateur pourra se rassurer avec le troisième coffret. La lettre « G » est sans équivoque, c’est la lettre initiale de la gendarmerie.

Son numéro de catalogue le fait classer dans la série 200, constituée des modèles militaires On voit là toute l’habileté de Solido : après deux coffrets à destination d’une jeune clientèle contestataire, un troisième coffret empreint de bon sens s’adresse aux tenants de l’ordre public d’autant qu’un des gendarmes est en train de dresser un procès-verbal tandis que l’autre fait signe à un automobiliste de s’arrêter.