Tous les articles par Isabelle et Vincent Espinasse

L’affaire du triangle !

L’affaire du triangle !

Quand le bureau d’étude de Bobigny créa le fameux triangle isocèle pour figurer les montant verticaux encadrant le pare-brise de sa Simca 8, il ne savait pas qu’il s’agissait d’une petite révolution et qu’il allait inspirer Liverpool, de l’autre côté du Channel.

Une récente discussion avec un ancien du bureau d’étude m’a ouvert les yeux sur les relations et la tension qui pouvaient exister entre les deux bureaux. Comme l’a montré Jean-Michel Roulet dans ses livres,  Liverpool contrôlait ce que faisait Bobigny, surtout dans les années cinquante. Les exemples sont fort nombreux. Au fil des années,  Bobigny a acquis une certaine liberté dans la création des prototypes.

Mon interlocuteur du bureau d’étude louait la très grande  qualité d’exécution des graveurs  français. Il en résultait un de peu jalousie du côté de Liverpool.  On imagine bien que  le prototype de la Simca 8 y a fait sensation lors à son arrivée.

La découverte de quelques prototypes en bois “made in England” confirme cet état de fait.

Il y  a fort longtemps j’ai eu l’occasion de récupéré le prototype en bois de la Buick Skylark qui venait de Jean-Michel Roulet et qui était ensuite passé chez Jean Vital-Rémy.  La dispersion de la collection  de ce dernier a remis sur le marché bon nombre de raretés.

Curieusement, le modèle que je vous présente ce jour avait été écarté des ventes majeures de chez Christie’s. Je l’ai récupéré dans les fameuses et légendaires ventes “bis” opérées par une petite maison anglaise. L’auto est datée de 1952 avec l’annotation “cancelled” (annulé).

Ce que l’on retiendra, c’est bien sûr la présence de ces fameux  montants en forme de triangle isocèle. L’auto était intéressante. Elle a perdu sa traverse de pare-brise C’est un extraordinaire témoignage  qui confirme tout l’intérêt de Binns Road envers la petite Simca 8.(voir le blog consacré à la genèse de la Simca 8)

 

Un autre prototype en bois provenant d’une autre source, celui de la Packard Clipper, est également révélateur. On y retrouve  ces  fameux montants  de pare-brise verticaux. Ceux-ci seront abandonnés en série.

Entre-temps  Liverpool était passé à la réalisation de pare-brise en plastique transparent. On peut presque regretter qu’il n’ait pas été traité comme  celui de la Simca 8. Certes les enfants ont dû apprécier cet élément réellement transparent qui devait apparaitre comme une modernisation.

La miniature de Binns Road qu’on rapproche le mieux de notre Simca 8 sport est bien sûr l’Austin  l’Atlantic. Elle est postérieure à la Simca 8 Sport. Elle bénéficie aussi de  cette technique de fabrication  consistant à injecter   le pare-brise avec la carrosserie.

 

Sans chauvinisme aucun, il faut  bien reconnaître que le modèle n’est pas aussi fin que la Simca 8. La réalisation est plus empâtée. De plus, la traverse ressemble plus à un arceau de sécurité qu’à un élégant pare-brise de cabriolet. Pour sûr, elle pouvait encaisser les tonneaux !

Ceci dit, la miniature est plaisante. La vraie voiture fut réalisée pour le marché américain. Dans la même logique, Dinky Toys produira pour le compte de l’importateur  américain Hudson Dobson des couleurs  spéciales. Elles  sont rares et belles. Il y a la rouge et les deux bleu moyen.

La rose est une couleur du début de la production. Harmonieuse, elle était vendue par boîtes de six pièces, comme toutes celles équipées de jantes crème qui n’ont normalement été diffusées que sous ce conditionnement.

On sait que Liverpool mettra du temps à vendre ses miniatures avec des étuis individuels.

 

 

Les Cargo à tonton

Les Cargo à tonton

La famille cherchera à savoir. Et lors des repas de fin d’année un petit neveu osera peut-être cette question : “Alors Tonton, tu l’as cette 2cv ?”

C’est que le grand public a pu découvrir, ébahi, à la une du journal “Antiquité Brocante” du mois de septembre 2018, une magnifique Dinky Toys 2cv “Philips” et surtout son prix : 12 000 € …sans les frais précise-t’-on ! Le commentaire imparable qu’on trouve en couverture est ici reproduit :

“A  ceux qui estimaient que les collections de véhicules miniatures Dinky Toys évoluaient désormais tel un astre mort, la vacation du 5 juillet, à l’hôtel des ventes de Nîmes(30) a dû les faire tomber de l’armoire”.

Minialuxe panneau Philips
Minialuxe panneau Philips

C’est bien le genre d’article qui transforme le tranquille collectionneur de Dinky Toys en héros. Tous les collectionneurs de Dinky Toys ont finalement un morceau de cette 2cv.  Cette enchère a redoré le blason, un peu terni, de l’amateur de Dinky Toys.

Elle a donné un statut social à leur collection.

Pour beaucoup d’entre eux, les modèles «Chinois» (Atlas) avaient porté préjudice à l’image de leur collection de «vraies Dinky Toys».

Il faut bien trouver un responsable à la baisse de certaines cotes, même s’il serait plus judicieux, à mes yeux, d’évoquer, entre autres, la baisse du pouvoir d’achat des collectionneurs.

Revenons à notre repas de fin d’année. Vous pourrez toujours expliquer que cette 2cv  Philips vous l’avez en partie. Je m’explique. Ce fameux modèle, cette 2cv camionnette «Philips» semble bien avoir été réalisée sur la base de la version postale et décorée avec les décalcomanies empruntées au Citroën 1200Kg Philips. Qui n’a pas les deux modèles ?

Plus sérieusement, c’est bien ici que réside le manque d’intérêt de ce modèle, et ce malgré les commentaires enthousiastes du journal. Le Citroën 1200Kg Philips est sorti en 1964. C’est un produit sophistiqué. Tout le contraire de cette 2cv camionnette qui est en fin de carrière : elle n’a ni vitre ni aménagement intérieur. Quel contraste avec le 1200Kgs. J’avoue avoir du mal à comprendre la logique de la gestation de cette 2cv « Philips ». D’autre part, Philips aurait certainement souhaité pour sa promotion une fourgonnette un peu plus en phase avec l’actualité automobile.

On pouvait penser qu’il s’agissait d’un modèle réalisé par le bureau d’étude pour la firme Philips mais ce raisonnement ne tient plus dès lors qu’on a découvert un second exemplaire. Or le bureau d’étude n’a pas vocation à produire plusieurs exemplaires d’un modèle.

Hasard des trouvailles, au moment de la diffusion de l’article j’ai mis la main sur d’étranges modèles qui m’ont également laissé interrogateur. J’en ai tiré l’enseignement selon lequel, tout comme Dinky Toys, la marque Sésame possède aussi ses mystères.

De quoi s’agit-il ? de Simca Cargo. Jusque là, rien de particulier. Ce camion a marqué le début de l’histoire de la firme, mais les modèles dont je vous parle aujourd’hui se distinguent par une finition aléatoire. C’est le moins que l’on puisse dire.

Les parties vitrées sont mal ébarbées, les accessoires en tôle joignent mal et les couleurs sont inhabituelles.

Enfin, les châssis sont en plastique et portent la gravure «Volvo», ils ne sont pas en tôle comme ceux de la série de base et ne possèdent pas de moteur à friction. Il est facile de constater qu’ils n’ont pas les standards de qualité qu’arborent habituellement les miniatures de cette marque.

On pourrait, au premier regard penser à des modèles réalisés au Maghreb. Plus étrange encore, les versions citernes affichent des compagnies pétrolières inconnues chez Sésame France comme Mobil et Fina.

J’avoue ne pas en savoir plus. Philippe Cazaniga m’a cédé un exemplaire équipé d’une benne décorée aux couleurs “transsahara” comme les Sesame français. Cependant, l’intérieur de la benne est de couleur verte.

J’ai également trouvé une version ambulance qui est proche de la version française. En attendant d’éclaircir le mystère , je vais vous présenter quelques Sésame plus traditionnels, d’origine française.

Le Simca Cargo sera le premier camion choisi par Sésame. C’est à mes yeux le plus réussi. Les formes rondes de la cabine associées à celles, à angle droit, de la caisse en tôle lui vont à merveille.

Ainsi, vous pourrez répondre à vos amis ou à votre famille qui ne comprennent pas vos choix de collectionneur que Sésame est une firme à prendre en considération.

Et à la fin du repas, au lieu de montrer cette 2cv Dinky Toys que vous n’avez pas ( moi non plus je vous rassure) vous pourrez leur dévoiler votre incroyable collection de véhicules Sésame et leur expliquer tout l’intérêt de réunir cette série.

Et si le neveu persévère :

« Dis Tonton, pour le prix de la 2cv on a combien de camions Sésame? »

Il vous faudra prendre une calculatrice, pour ne pas faire d’erreur de calcul, mais vous arriverez à une quantité dépassant très largement le nombre de modèles existants.

« Oh là  là ! cela en fait beaucoup ! tu n’en as pas autant ! »

Et là, vous serez bien obligé d’acquiescer.

(voir le blog consacré  au Simca Cargo de chez Dinky Toys)

 

Avec le temps, va, tout s’en va

Avec le temps, va, tout s’en va

Dans 10 ans, en 2028, qui se souviendra avec précision des fabuleuses autos de course des années soixante ? Vous allez sûrement hausser les épaules. Impossible ne pas s’en souvenir. Et pourtant. Le temps qui passe fait son oeuvre et efface petit à petit les souvenirs de nos mémoires.

Pour illustrer ces propos, m’est revenue une petite histoire. Au milieu des années soixante-dix, animé d’une louable intention, le collectionneur suisse Michel Sordet publiait une revue qui cherchait à recenser les miniatures à travers une encyclopédie trimestrielle. Les articles de la revue “Ma collection” pouvaient traiter d’un fabricants de jouets, d’une marque automobile ou d’un autre thème. Je me souviens par exemple d’un intéressant et très documenté numéro consacré aux autos américaines.

Dans un autre article, qui portait sur la firme C-I-J, l’amateur de voitures de course que j’étais avait repéré une monoplace identifiée comme Mercedes. Ce modèle correspondait à l’exemplaire que j’avais acquis au marché aux puces de Saint-Ouen, chez M. Gilles Scherpereel.

Michel Sordet est un amateur de voitures de course, et pourtant, il avait confondu la Mercedes avec la Bugatti T59/50B. Juste avant la guerre et à la libération, cette monoplace avait marqué les esprits. Pas suffisamment, cependant, car 30 ans après sa dernière victoire, le 9 septembre 1945 lors de la coupe des prisonniers , plus personne ne savait l’identifier.(voir le blog consacré à la Delahaye  145 du GP du Million)

Inca, petit fabricant français, offrira une reproduction de la Bugatti qui avait participé au Grand Prix du Million. Avec son moteur de 4,5L, son appui-tête profilé et son radiateur avant caréné cette Bugatti T59 a effectivement des airs de Mercedes.

Cela entrainera de nombreuses confusions dans les années 80 chez les collectionneurs qui attribueront à Mercedes la paternité de cette miniature.(voir le blog consacré  aux Mercedes de Grand Prix)

Il faut dire que sa silhouette symbolise à la perfection la monoplace des années d’avant-guerre.

Il existe plusieurs tailles de reproductions de cette Bugatti. Comme souvent, il y a débat pour savoir s’il s’agit d’une  contraction  du matériau dans le temps ou de l’utilisation de plusieurs moules, ces derniers ayant eu une existence assez courte.

Enfin, signalons l’existence d’un dérivé de cette Bugatti, moins fréquent, qui possède un radiateur très différent.

Un exemplaire de cette Bugatti T59/50B, grandeur nature, est présenté au musée Schlumpf. Hasard de la présentation, elle est placée juste devant une fabuleuse Mercedes W125.

Dans les compétitions d’avant-guerre, bien souvent c’est la Bugatti qui voyait l’arrière des Mercedes et des Auto Union.

Je profite de cet article pour présenter une mystérieuse monoplace française, produite aussi en plastiline.  Qui pourra nous en dire plus? Une chose est sûr, elle est rare.

 

“Tant pis pour l’exactitude”

“Tant pis pour l’exactitude”

“C’est un effet de vignes que j’ai vu à Arles. J’y ai mis des Bretonnes. Tant pis pour l’exactitude”. Ces mots sont de Paul Gauguin dans une lettre qu’il adresse au peintre Emile Bernard qu’il avait rencontré à Pont-Aven.

Ensemble, ils avaient développé une théorie inspirée des estampes japonaises basée sur la simplification et les couleurs.

Pour Gauguin, l’important dans son tableau intitulé “Misères humaines” ou “Les vendanges à Arles” c’est l’effet de couleurs. Plus tard, dans sa période tahitienne, il prendra encore plus liberté. Ainsi le public le moquera pour son tableau “Ararea” l’un des plus célèbres, et pour le chien rouge placé au premier plan.

Dans l’histoire de l’art, nombreux sont les artistes qui ont suscité la polémique avant d’accéder à la reconnaissance. C’est inévitable. Le public a besoin de temps pour apprécier et comprendre ces évolutions. Le collectionneur russe Sergueï Chtchoukine, amateur éclairé dont nous avons pu admirer il y a peu de temps une partie de la splendide collection achetait notamment des oeuvres de Picasso.

Cependant il déclarait ne pas toujours le comprendre. Il avait eu cette phrase que j’aime beaucoup : “C’est probablement lui qui a raison et pas moi”.

“Tant pis pour l’exactitude” disait donc Paul Gauguin. Cent ans plus tart, on comprend la portée de la phrase tant le sujet est ailleurs dans son tableau.

Certes, il y a peut-être une forme de provocation chez l’artiste dans le fait de placer des bretonnes à Arles, pour faire les vendanges. Mais on sait que quelques mois auparavant il sillonnait les routes du Finistère et que ses carnets étaient remplis de croquis de paysannes pris sur le vif. Il est probable que la posture et l’authenticité des ces paysannes l’avaient inspiré au point qu’il ait souhaité les recycler et les replacer en Provence.

La direction des “Jouets Citroën” semble avoir tenu le même raisonnement quand elle a décidé d’offrir aux enfants des reproductions de Citroën T23 semi-remorque chenillé. “Tant pis pour l’exactitude, ils sont si beaux ces tracteurs semi-remorques !” aurait pu s’écrier le directeur commercial des Jouets Citroën.

J’ai cherché. J’ai questionné des amateurs. Nulle trace de ce type de véhicule dans la réalité.

On sait juste que l’ingénieur Kégresse a travaillé pour Citroën en adaptant son brevet d’autochenille qui finira d’ailleurs aux Etats-Unis et qui sera même à l’origine du fameux White Half-track de la seconde guerre mondiale.

LaCroisière Noire (1924-1925) et  la Croisière Jaune (1931-1932) rendirent populaires les autochenille, ces véhicules taillés pour l’aventure. En fait, ce sont les dérivés militaires de ces camions chenillés, notamment les tracteurs d’artillerie conçus pour tracter les lourds canons sur les champs opérationnels, qui connurent le plus de succès dans la réalité. Pourtant, “les Jouets Citroën” ne déclinèrent aucune version militaire. Il est assez intéressant de faire un parallèle avec la firme allemande Märklin qui à la même période consacre une page complète aux véhicules militaires. En France, les fabricants de jouets sont à l’image du pays et de ses dirigeants qui ne veulent pas voir arriver le conflit.

On connait cependant quelques rares exceptions dont la très drôle Citroën dite “Traction militaire”. (Voir le blog consacré à ce sujet).

Parmi les versions proposées par “les Jouets Citroën”, une seule semble crédible. J’ai d’ailleurs une belle anecdote au sujet de cette miniature. Dans les années quatre-vingt-dix, un monsieur âgé est venu me trouver au magasin. Il venait du Jura et avait emmené dans ses bagages quelques jouets à céder, tous issus de son coffre à jouets d’enfant.

Au milieu de son petit trésor, il y avait un superbe Citroën tracteur chenillé semi-remorque forestier.

Il m’a expliqué qu’il s’agisssait du jouet le plus cher à son coeur car, venant d’une région aux forêts profondes, il avait été bercé enfant par ces engins chenillés tractant les grumes. Il est bien évident que ce type de camion n’a d’utilité que dans ces conditions d’utilisation : adhérence précaire, terrain dénivelé, lourde charge à tracter.

Si la superbe version avec la remorque emplie de sable peut paraître crédible, il est bien évident que les autres déclinaisons sont assez farfelues.

J’ai un faible pour la rare version citerne arborant le décalque en papier issu des jouets Citroën “Mobiloil” en tôle.

La remorque chargée de caisses est d’une rare poésie. On l’imagine sur les quais du port de Marseille ou du Havre près d’une grue, prête à être déchargée. Idem pour celle transportant les tourets.

Il faut signaler ici que toutes ces versions existent aussi équipées “simplement” de jantes avec pneus “Michelin” en place des poulies et des chenilles. Trouver les modèles avec les chenilles d’origine est une véritable gageure.

On imagine que les “Jouets Citroën” ont assez vite retiré ces versions au profit de celles équipées de jantes à pneus. Les rassembler toutes m’a demandé près de 30 ans. Collectionneurs, ouvrez grands vos yeux devant ces jouets extraordinaires et poétiques.

Littérature scandinave

Littérature scandinave

Hans Christian Andersen, poète danois et auteur de célèbres contes comme La petite sirène et Le vilain petit canard mit beaucoup de temps avant d’être reconnu dans son pays, où il fut d’abord moqué.

C’est à l’étranger, en Grande-Bretagne, en Allemagne et même en France où il sera l’ami d’Honoré de Balzac qu’il sera apprécié. Nul n’est prophète en son pays !

Désormais, le parc de Tivoli en plein coeur de Copenhague le met à l’honneur et le célèbre en héros national. L’artère pénétrante de Copenhague qui arrive sur la splendide place de l’hôtel de ville porte son nom.

Lego et Tekno, les firmes danoises de jouets les plus représentatives dans les années cinquante seront à l’image des critiques et du public danois contemporains de l’artiste.

Ils ne sauront exploiter cette manne locale .

On aurait apprécié que ces entreprises réalisent des fourgons aux couleurs de Tivoli, décorés avec quelques-uns des personnages les plus représentatifs de ces contes. Ces articles ne viendront jamais. Vers la fin de sa production, Tekno réalisera bien un fourgon Ford Transit aux couleurs de Tivoli mais sans aucune référence au poète et à ses personnages .

Pire, Tekno préférera proposer une version aux couleurs de Anders, l’éditeur danois chargé des intérêts du grand Walt Disney au Danemark, décoré de Donald et sa bande. Cet hebdomadaire est l’équivalent de notre journal de Mickey.

Déjà, en 1960, la culture américaine prenait de plus en plus de place dans notre quotidien. La petite sirène d’Andersen connaitra un succès mondial grâce à ce même Walt Disney. Ma fille s’en souvient encore .

Tekno a réalisé un modèle splendide. Il a conçu une décalcomanie différente pour chaque face du fourgon, obligeant le collectionneur que je suis à en acquérir deux ! Ce n’est pas le plus rare de la série, mais son effet en vitrine est garanti.

Un autre magazine danois a eu l’honneur de voir ses couleurs apposées sur un Volkswagen fourgon de chez Tekno. Il s’agit du magazine “Familie Journal” concurrent direct de Anders. Là aussi, la décoration est des plus réussies. Tekno a utilisé toutes les surfaces disponibles sur le fourgon pour afficher les différents héros du journal. Superbe.

Ce magazine avait son pendant en Suède sous le titre “Allers” . Tekno reproduira aussi cette version destinée bien sûr au marché suédois. On peut ainsi voir les variantes linguistiques entre ces deux langues. La version suédoise est bien plus rare.

Dans une logique qui m’échappe un peu, Tekno apposera les décalcomanies de la version « Allers » sur le Volvo N88 ridelles bâché. On connaît plusieurs variantes d’assemblage de couleurs. On peut logiquement penser que Tekno trouvera ainsi dans cette version un débouché pour écouler ses décalcomanies.

Ces versions mythiques sont rares, mais doivent tout de même être appréciées avec un certain recul.

Le manque de cohérence dans l’assemblage des couleurs, en deux mots le manque de rigueur dans la fabrication de ces modèles font qu’à mes yeux ils ont moins d’intérêt que les deux Volkswagen fourgons.

D’autres journaux, des quotidiens cette fois, retiendront l’attention de Tekno. On y voit une certaine filiation avec ce qui se faisait en Allemagne ou aux Pays-Bas à la même époque.(voir le blog consacré à ces modèles).

“Jyllands Posten” journal édité dans le Jutland eut l’honneur d’une reproduction d’un fourgon Volkswagen à ses couleurs, jaune et vert. Il est superbe. Ce modèle a été distribué dans le réseau commercial traditionnel, même si on peut imaginer qu’il connut aussi un usage interne au journal.

Le grand journal « Berlinske Titende » avec ses couleurs si représentatives, vert et crème s’affichera sur une reproduction d’un Volkswagen Kombi, de premier type, sous la référence 413. Il bénéficiera d’une diffusion traditionnelle, en commerce.

C’est sûrement une des versions les plus courantes que Tekno réalisera. Le second moule, portant la référence 405, reconnaissable à son échelle de reproduction supérieure (1/43 environ), équipé de vitres et d’un pare-choc arrière connaitra également une reproduction aux couleurs de ce journal. C’est là l’une des plus rares versions réalisées par Tekno sur ce type de carrosserie. On a du mal à comprendre ce qui s’est passé. Lorsqu’on a le modèle en main, on s’apperçoit que Tekno a essayé une nouvelle technique pour  appliquer la décoration et que cela n’a pas été une réussite technique. On comprend du coup l’arrêt rapide de cette version.

Je n’en connais que 4 exemplaires.

La version réalisée pour « Aalborg Stiffstende » journal de cette ville côtière est promotionnelle. Les couleurs jaune et noir sont des plus attrayantes.

J’ai gardé pour la fin le Volkswagen fourgon aux couleurs de «Politiken Ekstra Bladet». Sa réalisation laisse songeur sur les capacités de Tekno a produire une version particulière. La miniature reprend les couleurs du vrai véhicule qui reçoit une décoration bicolore. En cela rien d’extraordinaire.

Cependant, au lieu d’avoir une découpe horizontale, elle est verticale et et en courbe. La réalisation d’une petite série a obligé Tekno a concevoir un atelier particulier où une personne aidée d’un pochoir appliquait la peinture de couleur bleue. On aurait aimé connaître le nombre d’exemplaires produits et surtout le nombre de rebuts.

C’est bien évidemment une version hors commerce. J’ai pu récupérer un autre objet, représentant le même Volkswagen avec les mêmes couleurs. Il est en papier plié. C’est la silhouette du fourgon qui est dessinée et articulée au sommet du pavillon. Un texte en danois explique au lecteur tout l’intérêt du journal. A défaut d’avoir la version réalisée par Tekno, c’est un excellent palliatif.

Il est intéressant de constater qu’un certain nombres de décorations réalisées par Tekno sont la reproduction fidèle de véhicules circulant dans les rues de Copenhague. Cette série publicitaire en papier, de Volkswagen et de Ford Taunus le confirme.

Bien plus tard, sur la base du Ford Transit, Tekno réalisera une autre version aux couleurs de ce même journal. Elle n’est pas rare. On est cependant frappé par la finesse de la reproduction des décalcomanies.

Une page du journal est reproduite sur un flanc et on peut parfaitement y lire le texte,…en danois bien sûr.

On constate que Tekno, ou tout du moins le fabricant de décalcomanies qui effectuait ce travail pour Tekno maîtrisait comme nul autre fabricant au monde cette technique d’impression. C’est bluffant. Plus tard, le fabricant italien Cartograf qui fera ses armes avec AMR  puis Solido égalera et dépassera même cette qualité vue au Danemark 20 ans plus tôt.

La renommée de Tekno vient notamment de ses décalcomanies extraordinaires.