Archives par mot-clé : Ford mustang

Du temps que j’étais jeune.

Du temps que j’étais jeune.

Si vous me demandez quel est le véhicule qui m’a plus marqué dans ma vie, je vous répondrai sans hésiter, le vélo que j’utilisais pour aller à l’école tous les jours. Il symbolise mes premiers moments de liberté, d’aventure.

La route était bordée de grand arbres protecteurs. Mon école était distante d’environ un kilomètre. C’est sans doute la proximité de la forêt qui donnait à ce parcours un côté aventureux, surtout l’hiver, quand il faisait encore nuit le matin à 8 heures.

Durant les vacances, avec mon frère, nous allions en vélo de concession automobile en concession automobile afin de collecter des catalogues. Vous l’avez sûrement fait aussi ! Si le garage Simca était situé en ville, le garage Citroën, chose assez rare au milieu des années soixante-dix, était délocalisé sur l’ancienne route nationale menant à l’autoroute A1.

Y aller en vélo constituait déjà un petit périple. J’avais un sentiment étrange en amassant ces catalogues. En 1974, le catalogue d’une Citroën DS21 passait déjà pour une antiquité. J’appréciais pourtant à sa juste valeur ce document que je savais obsolète. Je comprenais aussi en feuilletant celui de la CX, tout juste disponible, que comme celui de la DS21, il serait dépassé lorsqu’un autre modèle la remplacerait dans la gamme.

Ainsi va l’histoire d’une marque automobile avec le lancement puis l’arrêt d’un modèle. Chaque année, lors du salon rémois « Les belles champenoises » je souris en voyant les amateurs de véhicules anciens mais aussi les visiteurs s’enthousiasmer devant les CX.

Je comprends aussi que j’ai pris un coup de vieux !

La CX, c’était ma génération, et elle est entrée au musée. Dans 20 ans ce sera la XM. Je serai bien âgé alors.

Les collectionneurs de miniatures sont très sensibles aux modèles de leur génération, ceux qu’ils ont connus. Certains ont eu la chance qu’on les leur offre, d’autres les ont simplement contemplés dans les catalogues ou dans les vitrines des magasins de jouets.

Dans mon activité professionnelle ce sont sûrement la Mercedes 230SL et la Jaguar Type E de chez Tekno qui semblent avoir marqué le plus les enfants de ma génération.

Ce sont bien sûr leurs nombreux gadgets qui ont donné à ces miniatures cette aura particulière : les sièges basculants et réglables, la direction, la roue de secours et toutes les parties ouvrantes.

Il y a du luxe dans les détails : garniture de portes, vitres de portières à moitié ouvertes. C’est aussi le poids de la miniature qui donne un sentiment de qualité hors du commun. Pourtant, au risque de vous décevoir, je ne suis pas sensible à ces éléments. Je ne suis pas amateur de jouets sophistiqués.

Il me semble que le jouet finit par y perdre de son âme. D’ailleurs, ces miniatures trop lourdes ne roulent pas très bien et l’excès de gadgets nuit à la pureté de la ligne. La Mercedes est souvent affectée d’un problème de jonction entre le châssis et la carrosserie.

Cependant, j’ai trouvé depuis peu un intérêt dans cette série, et c’est grâce à mon ami José Andrade et à ses connaissances dans les productions ibériques que mon intérêt pour cette gamme Tekno est apparu. Il m’a fait découvrir un grand nombre de variantes toutes plus intéressantes les unes que les autres.

C’est à travers la branche Dalia que je les ai découvertes. Un petit rappel s’impose. Depuis les années trente Dalia avait noué des liens commerciaux avec Solido.

Et quand Tekno a signé avec Solido un contrat portant sur la diffusion réciproque de produits dans leurs réseaux commerciaux, Dalia a été impacté. Comme elle le faisait avec Solido, Dalia a importé des carrosseries et accessoires de chez Tekno afin de les assembler et de les diffuser en Espagne.

Tekno était déjà mal en point et peu de modèles ont été concernés. Il s’agit du camion Ford D800, du Ford Taunus fourgon, de la MG 1100, de la Lincoln Continental, de la Ford Mustang, de la Corvair Monza, de la Jaguar Type E et et de la Mercedes 230SL.

Les couleurs diffèrent souvent de celles des modèles danois. Il en est de même pour les jantes. Ainsi, si vous voyez une Lincoln Continental affublée de jantes de forme conique en zamac brut, il y a une très forte probabilité pour que vous soyez en présence d’une Dalia.

Cela peut aider en l’absence de la boîte en carton plein. C’est dans le domaine du boîtage que José m’a appris l’existence de rares boîtes vitrine. Elles reprennent le format des boîtes Dalia Solido tardives mais elles sont de type vitrine : elles sont en carton et reçoivent un film en rhodoïd transparent. Le plus important est le tampon correspondant  au numéro de catalogue Tekno   sur les languettes (834 Ford Mustang, 829 Lincoln Continental….)

Les boîtes sont estampillées Tekno Dalia. Les Lincoln ainsi condtionnées reçoivent des jantes en acier concave. On retrouve ce type de boîte pour la Mercedes 230SL, la Ford Mustang et la Chevrolet Monza.

Avec ce type de boîte, le modèle prend un tout autre intérêt à mes yeux.

Finalement, sans José, je n’aurais pu réunir tous ces modèles avec ces boîtes spécifiques. Je regarde désormais ces miniatures avec un autre œil. Les avoir toutes est loin d’être facile. Elles sont bien plus rares que beaucoup d’autres Dalia Solido. Elles font partie d’un ensemble des plus intéressants dont le point commun réside dans les boîtages spécifiques réalisés pour l’exportation.

Quel courage !

Quel courage !

“C’est beau quand même d’envoyer un télégramme comme ça… il faut avoir du culot, hein ? C’est vrai, non, c’est extraordinaire qu’une femme belle vous envoie un télégramme comme ça : c’est merveilleux ! Moi, jamais j’aurais fait un truc comme ça. C’est formidable, de la part d’une femme, c’est formidable ! Quel courage !

Bon, si je tiens cette moyenne, j’arrive à Paris vers… six heures, six heures et demie, ….Six heures, six heures et demie, elle va être couchée, bien sûr. Qu’est-ce que je fais, je vais dans un bistrot, je l’appelle d’un bistrot. Ou je vais chez elle… Une femme qui vous écrit sur un télégramme “Je vous aime”, on peut aller chez elle… Oh oui ! je vais aller chez elle, pourquoi pas ? “

 

Vous avez peut-être reconnu ce monologue. Il est extrait du film de Claude Lelouch,” Un homme et une femme” Palme d’Or au festival de Cannes 1966. Au volant de sa Ford Mustang, Jean-Louis Trintignant part dans la nuit rejoindre à l’autre bout de la France la femme qui lui a écrit qu’elle l’aimait.

Ces mots synthétisent la passion. La passion amoureuse. La passion qui permet de rouler toute la nuit, de rester éveillé, de calculer sans cesse le nombre de kilomètres qu’il reste à faire et l’heure approximative d’arrivée.

On peut lui trouver des points communs avec notre passion pour les miniatures automobiles. J’en ai parlé récemment avec Jean-Michel Roulet. Nous nous remémorions les années soixante-dix /quatre- vingt et évoquions le souvenir de mon père.

“Les collectionneurs étaient des vrais passionnés” disait-il. “Ils vivaient à cent à l’heure” et il ajouta “C’est une forme de passion un peu folle qui s’éteint et c’est aussi un âge d’or qui prend fin.” J’ai trouvé ces mots très justes.

J’ai aussi repensé à cela en recevant le dernier ouvrage de Claude Wagner. Quel courage de sortir en 2019 un tel ouvrage (481 pages) !

C’est un livre de passionné. Loin de tout calcul commercial, très loin de toutes les publications racoleuses offrant en pâture aux collectionneurs les résultats des salles des ventes, avec les chiffres pour toute analyse.

Avec mon père nous avons parfois fait l’amer constat de la perte de connaissance des produits de la part des collectionneurs, malgré les dizainesd’ ouvrages à leurs disposition .

Hasard du calendrier, j’ai reçu l’ouvrage de M. Wagner, la semaine où étaient programmées plusieurs ventes aux enchères en France. Les Dinky Toys France ont le vent en poupe. Les résultats sur les variantes inhabituelles ou les essais de couleurs le démontrent. Les enchères à 4 chiffres et plus ont été nombreuses.

Dans ce tourbillon de prix, l’ouvrage vient à point nommé. Ni prix, ni référence à l’argent.

Il s’agit simplement de la description méticuleuse, par chapitres, de l’univers Dinky Toys : les présentoirs, les affichettes, les catalogues, les publications d’encarts publicitaires dans les journaux comme Le Journal de Mickey et Le Journal de Tintin, les modèles hors-commerce.

C’est un travail de bénédictin qu’a fait là M. Wagner afin d’être le plus complet possible. On ouvre le livre  et on ne le referme plus, tant il y a à découvrir. J’ai moi-même appris beaucoup de choses que j’ignorais.

Ce travail a été guidé par la passion pour la marque. Cette passion, M. Wagner l’a depuis sa plus tendre enfance, comme beaucoup d’entre nous me direz-vous. Mais lequel d’entre-nous peut se targuer, comme M. Wagner d’avoir été lauréat du concours Dinky Toys de 1962 et de voir son nom figurer dans la liste des vainqueurs ?. (document page 400).

Et combien de ceux qui figurent dans la liste des vainqueurs ont su garder leur passion pour la marque et préserver leur âme d’enfant ?

Devant un tel travail, aussi complet, on ne peut qu’être admiratif. M. Wagner l’a fait pour que les prochaines générations de collectionneurs puissent raccrocher leurs modèles réduits à l’histoire de la marque. C’est ainsi que les modèles prendront leur juste valeur, et c’est grâce à ce genre de travail que les gens continueront à s’intéresser à la marque et à la valoriser.

Je vous encourage donc vivement à acheter cet ouvrage, qui constitue un vrai bol d’air dans ce monde où l’argent domine tout. Je joins l’adresse électronique de monsieur Wagner pour commander son ouvrage:

contact@manoirdelacroix.com.

 

Claude Wagner

MANOIR  DE  LA  CROIX

50530  MONTVIRON   SARTILLY  BAIE  BOCAGE

Le livre est disponible au prix de 64,90€  et de 8 € d’envoi.

L’ami portugais.

L’ami portugais.

Absorbé par mon travail, je ne l’avais pas entendu entrer. “Ah ! vous êtes là aujourd’hui” me lança le facteur, et avec un immense soulagement j’ai compris qu’il me livrait le colis que je n’osais plus espérer.

Notre père, Bernard Espinasse 2/09/1939- 29/08/2019
Notre père, Bernard Espinasse 2/09/1939- 29/08/2019

Le collectionneur a un rapport émotionnel avec les objets convoités.

Quelques jours de retard pour un colis prennent vite des proportions inquiétantes. Il faut dire que je tenais beaucoup à ce colis qui contenait bien plus que des modèles, il contenait une histoire ou plutôt des histoires.

Ce colis avait été posté la veille de la disparition de mon père, le 28 août. Il est arrivé le 12 septembre et je n’ai pas eu l’occasion d’annoncer à mon père cette acquisition.

Face à quelqu’un de malade, on attend parfois le moment opportun, le léger mieux, pour parler “d’autre chose”. Ce moment n’est jamais arrivé. Ces miniatures marquent donc un moment charnière de ma vie de collectionneur.

Le colis contenait 14 Solido Buby issues de la série 100. Connaissez-vous ces produits ? J’ai eu le temps depuis 1975 d’en apprécier la rareté..

Dans le livre consacré aux Solido étrangères, celui avec la jaquette de couleur jaune, Bertrand Azéma fournit peu d’informations concrètes sur le sujet.

On peut même dire que ses propos sont assez confus. Ils ne sont d’ailleurs illustrés que par 4 modèles photographiés. C’est un indice qui permet au collectionneur de mesurer la rareté du produit.

Ce sont les productions étrangères de Solido les plus rares, et de très loin. Grâce à ce lot, nous avons pu compléter notre collection.

Ces modèles résultent d’un accord entre Solido et Buby.

Buby est une firme argentine qui dès le milieu des années cinquante a développé sa propre gamme (voir les blogs consacrés à ce sujet). Afin d’étoffer son offre sur le marché local, elle a signé un accord avec Solido qui voyait là un bon moyen de gonfler ses ventes à l’exportation.

Les Argentins ont toujours été amateurs de sport automobile, et Solido avait dans son catalogue de quoi satisfaire largement cette demande. Pour bénéficier d’avantages fiscaux (droits d’importation réduits), l’accord portait sur une importation de carrosseries et châssis bruts.

La peinture et le montage s’effectuaient sur place, à Buenos-Aires. Outre les boîtes et les couleurs, on peut identifier les Solido Buby grâce à leurs jantes, souvent différentes de celles utilisées sur le marché français.

Ainsi, l’Alfa Romeo 2600 est équipée de jantes en zamac concaves peintes, conçues pour recevoir un enjoliveur. Les mêmes jantes sont utilisées sur d’autres modèles de compétition, comme la Porsche, mais sans l’enjoliveur. Je trouve le résultat final très réaliste.

Quelques modèles reçoivent une petite décalcomanie de forme rectangulaire sur fond jaune indiquant la provenance argentine de la fabrication car les châssis d’importation française ont conservé leur marquage “made in France”, comme ceux de nombreuses Dalia d’ailleurs. Ceux en zamac reçoivent une finition noire mate très différente de celles des modèles français.

Ce colis me tenait à coeur pour une autre raison, et non des moindres. Il m’était envoyé par un très grand collectionneur portugais, José Andrade, amateur de pièces rares, et qui réorientant sa collection, souhaitait que ces autos viennent enrichir la nôtre.

C’est un choix généreux de sa part. Connaissant notre vif intérêt pour la marque, il a préféré les céder en bloc, sachant qu’elles allaient rejoindre nos vitrines, plutôt que de les voir dispersées aux quatre coins du monde. De par sa longue expérience, il sait combien il est difficile de réunir cette série complète

C’est un des plus beaux moments de la vie d’un collectionneur que de se voir confier de la part d’un ami quelques modèles. Ces miniatures resteront à tout jamais attachées à son souvenir. Merci José de me les avoir confiées.

Petit bonheur

Petit bonheur

Le contraste est saisissant. Violent même. La lumière artificielle et surexposée des spots renforce cet effet. C’est presque aveuglant.

Vous avez passé non sans mal le contrôle de sécurité de l’aéroport et vous débarquez dans le royaume du “Duty free”. Tout y est luxueux, cela brille, l’or jette ses feux.

A ce moment vous vous demandez même si vous ne vous êtes pas trompé de chemin. Mais non, la route est imposée. Obligé de traverser ce pays de Cocagne pour rejoindre l’avion.

Comme Ulysse vous devez résister aux sirènes du monde du luxe. Elles sont toutes là, plus belles les unes que les autres, rivalisant d’ingéniosité afin de se démarquer des voisines.

Je résiste à la tentation de m’arrêter quand soudain j’entrevois comme une échappatoire, une faille, une ouverture… Une pancarte indique que l’entrée est libre : j’y vais.

Vous n’avez pas rêvé, des oeuvres d’art sont là. Offertes au regard des voyageurs, comme une récompense après les différentes épreuves que vous venez de traverser. Un vrai bol d’air. Je m’y engouffre avec délice.

Cette petite exposition est consacrée à Dina Vierny. Elle fut le modèle d’ Aristide Maillol puis de Bonnard, Matisse et Dufy.

C’est beau et c’est touchant de découvrir la même femme à travers le regard de plusieurs artistes. Chacun avec le style qui lui est propre. Plus tard cette femme ouvrira une galerie à Paris. Saluons donc cette heureuse initiative des aéroports de Paris. Cette exposition était visible dans le terminal 2E hall M.

Vous l’avez compris c’est ce hall que j’ai emprunté afin d’embarquer pour la bourse d’Allentown aux Etats-Unis comme chaque année à pareille époque.

La-bas j’ai eu aussi,  comme à l’aéroport mon lot de désagréments avant l’éclaircie.

Deux camions semi-remorque couchés sur la chaussée, dont un coupé en deux, bloquant le Highway. Plus de 3 heures d’embouteillage pour rejoindre mon hôtel en Pennsylvanie. Plus de connection avec mon téléphone. Puis plus tard une panne de secteur éléctrique : plus de lumière, plus d’ascenseur, d’internet ni de feux de  circulation ! Bref, il a fallu faire face.

Tout est déjà oublié quand la bourse débute ce vendredi. Beaucoup de tables sont encore vides, la bourse commence lentement. Soudain, un éclair. Un exposant que je n’ai jamais vu. La présence devant sa table d’un collectionneur américain de 1/43 de mes connaissances me fait comprendre que le marchand propose sûrement ce type de produits.

J’en ai la confirmation en m’approchant. Dans une vitrine plate sont placées des miniatures de qualité. Ce sont toutes des Corgi Toys. Au vu des prix demandés, le vendeur est un connaisseur.

Placé dans le coin inférieur de sa vitrine plate j’aperçois un intrigant tube en carton  gris. Je n’y aurais sûrement pas prêté attention, s’il  n’avait choisi de le placer avec ses modèles de premier choix. C’est ce détail qui m’a poussé à être curieux et à lui demander ce que contenait le tube.

Le cylindre de  carton est fermé par deux couvercles métalliques. Rien d’excitant. Un papier collé à en-tête commercial et le nom d’un destinataire me font comprendre qu’il s’agit d’un emballage d’expédition.

En l’ouvrant, la surprise est de taille. Le tube coulisse et à l’intérieur se trouvent une Corgi Toys, une petite boite ronde et surtout un ensemble de papiers, catalogues et documents enroulés autour de l’étui du modèle réduit. Une lettre accompagne l’ensemble.

Il s’agit du modèle que Corgi Toys envoyait en cadeau à tout nouveau membre de son club, section américaine. Un certificat numéroté officialisait l’entrée du nouveau membre dans la communauté Corgi Toys.

Sans oublier un catalogue (1969) afin que ce dernier ne se trompe pas de marque de miniatures lors de son prochain achat.

La petite boîte ronde contient le badge que l’heureux propriétaire pouvait arborer à l’école. Un petit livret explique, entre autres, le cheminement d’un modèle, du bureau d’étude à la production.

Venait enfin une petite lettre de bienvenue du secrétaire du club expliquant le choix de la Ford Mustang comme cadeau de bienvenue. Ce dernier rappelait à juste titre, les deux succès de l’auto en championnat Trans-Am (qu’il a rebaptisé Trans America) .

C’est la période d’or des « muscle cars ». Tous les constructeurs automobiles possédant ce type d’auto à leur catalogue  participeront à ce championnat qui intéressa un très large public.

C’est un superbe ensemble. Bien que n’étant pas un grand amateur de Corgi Toys, j’ai été sensible à ce produit, à son exceptionnel état de conservation et à surtout à sa fonction.

C’est un produit des plus originaux. Je ne le connaissais pas .

Il faut reconnaître que commercialement parlant, Corgi Toys était extrêmement habile. Le voyageur que je suis le confirme. C’est le seul fabricant de miniatures automobiles à avoir diffusé ses produits dans le monde entier. Il suffit de regarder les catalogues : la production pouvait s’adapter à tous les marchés. Le succès que rencontre la firme auprès des collectionneurs du monde entier en est la meilleure preuve.

J’en profite pour mettre en avant d’autres types de boîtage  originaux qui, comme ce tube en carton, donnent un intérêt supplémentaires à des modèles classiques.

Voici par exemple quelques variantes de boîtage concernant la série des Morris Mini Cooper Monte Carlo. j’apprécie aussi beaucoup ce boîtage promotionnel pour Dunlop  et cette boîte “temporaire” réalisée en attendant que le réassortiment n’arrive. C’est à ce genre de détails que l’on comprend le succès des Corgi Toys !