Archives par mot-clé : Claude Wagner

Quel courage !

Quel courage !

“C’est beau quand même d’envoyer un télégramme comme ça… il faut avoir du culot, hein ? C’est vrai, non, c’est extraordinaire qu’une femme belle vous envoie un télégramme comme ça : c’est merveilleux ! Moi, jamais j’aurais fait un truc comme ça. C’est formidable, de la part d’une femme, c’est formidable ! Quel courage !

Bon, si je tiens cette moyenne, j’arrive à Paris vers… six heures, six heures et demie, ….Six heures, six heures et demie, elle va être couchée, bien sûr. Qu’est-ce que je fais, je vais dans un bistrot, je l’appelle d’un bistrot. Ou je vais chez elle… Une femme qui vous écrit sur un télégramme “Je vous aime”, on peut aller chez elle… Oh oui ! je vais aller chez elle, pourquoi pas ? “

 

Vous avez peut-être reconnu ce monologue. Il est extrait du film de Claude Lelouch,” Un homme et une femme” Palme d’Or au festival de Cannes 1966. Au volant de sa Ford Mustang, Jean-Louis Trintignant part dans la nuit rejoindre à l’autre bout de la France la femme qui lui a écrit qu’elle l’aimait.

Ces mots synthétisent la passion. La passion amoureuse. La passion qui permet de rouler toute la nuit, de rester éveillé, de calculer sans cesse le nombre de kilomètres qu’il reste à faire et l’heure approximative d’arrivée.

On peut lui trouver des points communs avec notre passion pour les miniatures automobiles. J’en ai parlé récemment avec Jean-Michel Roulet. Nous nous remémorions les années soixante-dix /quatre- vingt et évoquions le souvenir de mon père.

“Les collectionneurs étaient des vrais passionnés” disait-il. “Ils vivaient à cent à l’heure” et il ajouta “C’est une forme de passion un peu folle qui s’éteint et c’est aussi un âge d’or qui prend fin.” J’ai trouvé ces mots très justes.

J’ai aussi repensé à cela en recevant le dernier ouvrage de Claude Wagner. Quel courage de sortir en 2019 un tel ouvrage (481 pages) !

C’est un livre de passionné. Loin de tout calcul commercial, très loin de toutes les publications racoleuses offrant en pâture aux collectionneurs les résultats des salles des ventes, avec les chiffres pour toute analyse.

Avec mon père nous avons parfois fait l’amer constat de la perte de connaissance des produits de la part des collectionneurs, malgré les dizainesd’ ouvrages à leurs disposition .

Hasard du calendrier, j’ai reçu l’ouvrage de M. Wagner, la semaine où étaient programmées plusieurs ventes aux enchères en France. Les Dinky Toys France ont le vent en poupe. Les résultats sur les variantes inhabituelles ou les essais de couleurs le démontrent. Les enchères à 4 chiffres et plus ont été nombreuses.

Dans ce tourbillon de prix, l’ouvrage vient à point nommé. Ni prix, ni référence à l’argent.

Il s’agit simplement de la description méticuleuse, par chapitres, de l’univers Dinky Toys : les présentoirs, les affichettes, les catalogues, les publications d’encarts publicitaires dans les journaux comme Le Journal de Mickey et Le Journal de Tintin, les modèles hors-commerce.

C’est un travail de bénédictin qu’a fait là M. Wagner afin d’être le plus complet possible. On ouvre le livre  et on ne le referme plus, tant il y a à découvrir. J’ai moi-même appris beaucoup de choses que j’ignorais.

Ce travail a été guidé par la passion pour la marque. Cette passion, M. Wagner l’a depuis sa plus tendre enfance, comme beaucoup d’entre nous me direz-vous. Mais lequel d’entre-nous peut se targuer, comme M. Wagner d’avoir été lauréat du concours Dinky Toys de 1962 et de voir son nom figurer dans la liste des vainqueurs ?. (document page 400).

Et combien de ceux qui figurent dans la liste des vainqueurs ont su garder leur passion pour la marque et préserver leur âme d’enfant ?

Devant un tel travail, aussi complet, on ne peut qu’être admiratif. M. Wagner l’a fait pour que les prochaines générations de collectionneurs puissent raccrocher leurs modèles réduits à l’histoire de la marque. C’est ainsi que les modèles prendront leur juste valeur, et c’est grâce à ce genre de travail que les gens continueront à s’intéresser à la marque et à la valoriser.

Je vous encourage donc vivement à acheter cet ouvrage, qui constitue un vrai bol d’air dans ce monde où l’argent domine tout. Je joins l’adresse électronique de monsieur Wagner pour commander son ouvrage:

contact@manoirdelacroix.com.

 

Claude Wagner

MANOIR  DE  LA  CROIX

50530  MONTVIRON   SARTILLY  BAIE  BOCAGE

Le livre est disponible au prix de 64,90€  et de 8 € d’envoi.

La passion selon Dinky

La passion selon Dinky ou le chemin de croix du collectionneur de Dinky Toys Simca Cargo.

Pour toute une génération, en France, le terme Dinky Toys sert à qualifier une petite auto en métal reproduite à l’échelle du 1/43. C’est devenu un terme générique comme le « Bic » pour qualifier un stylo bille ou le « Frigidaire » pour une armoire réfrigérante. Il est donc fort logique qu’en France la marque soit chérie des collectionneurs. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas d’amateurs d’autres marques.

Ainsi, à titre personnel, comme j’ai beaucoup d’autres centres d’intérêt, je ne me considère pas comme un collectionneur de Dinky Toys.

L’engouement pour la marque Dinky Toys est ancien. Dans ses catalogues, Meccano prévenait déjà ses clients du retrait de certaines références et les incitait à compléter au plus vite leur collection. Dinky Toys a toujours été une référence.

Ainsi pour les enfants nés entre les années trente et les années soixante, il a existé une ligne de partage entre ceux qui avaient eu des Dinky Toys et ceux qui, souvent faute de moyens, n’en avaient pas eu.

Dans les années quatre-vingt, les prix ont commencé à atteindre des sommets. Cela est dû à l’arrivée de spéculateurs. Il s’agit d’une catégorie de collectionneurs qui ont cherché à faire des placements, le rendement primant sur l’intérêt de l’objet. Le processus s’est inversé : c’est son prix qui fait l’intérêt de l’objet. Cela a conduit à d’importantes dérives.

A l’inverse, au fil des années, la collection de Dinky Toys a fédéré de fins connaisseurs, des gens allant très loin dans les variantes, à un point totalement inimaginable il y a encore 20 ans.

L’ouvrage de Jean-Michel Roulet était déjà très complet. Certains sont allés encore plus loin. Ainsi, M. Claude Wagner a consacré un ouvrage aux moules Dinky Toys d’avant guerre et à leurs dérivés après guerre. C’est un projet ambitieux et un sujet complexe dont l’auteur s’est admirablement sorti, grâce à de patientes et minutieuses recherches. Ceci l’a conduit à élaborer des planches colorées représentant toutes les possibilités de variantes des productions de cette époque. Son travail a été récompensé par un beau succès en terme de ventes.

D’autres amateurs ont une approche que je qualifierai de philatélique. Il traquent la moindre variante, cherchent à la comprendre, à l’analyser et à la classifier. M. Gougeon appartient à cette catégorie de collectionneurs dont la quête est quasiment scientifique.

Prenons par exemple la référence 25 D, la Citroën 2cv camionnette de pompiers. Saviez-vous que la porte arrière, une fois ouverte peut comporter trois variantes ? Elle peut être lisse, porter le numéro un ou le numéro deux.

Il faudra combiner cette variante avec les variantes de jantes, notamment les jantes concaves, puis les variantes de pneus. Ainsi, les pneus en nylon gravés « Dunlop » qui équipent les jantes en aluminium peuvent avoir un dessin lisse ou cranté au niveau de la bande de roulement.

Pour ma part je m’arrête bien avant ces variantes. Je me contente des variantes de teintes, et de type de jantes et de moules. C’est en cela que je ne me considère pas comme un collectionneur de Dinky Toys.

Lorsqu’on consulte Le Robert, la première définition de « passion » est celle de la passion du Christ, de la souffrance, du chemin de croix. La passion est également une vive inclination vers un objet que l’on poursuit.

Enfin, passion peut aussi être employé dans un sens extrême, celui du fanatisme : « Affectivité violente qui nuit au jugement, déchaîne les passions ». Avec ce petit mot, je crois que nous avons cerné les liens qui unissent les collectionneurs aux Dinky Toys !

Pour illustrer ces propos, voici quelques variantes de Dinky Toys. Un modèle sans histoire, le Simca Cargo miroitier. Le modèle est classique. Pourtant avec les variantes de marchepied en creux ou en relief, les jantes en zamac convexes puis en acier concaves, les plateaux vissés puis rivetés, les versions pour l’exportation sans marquage publicitaire il est facile de remplir les vitrines. La plus rare à mes yeux est celle peinte de couleur jaune et équipée de jantes concaves.