Archives par mot-clé : Porsche 917

Minialuxe et la télévision

Minialuxe et la télévision

400ème

Nous y sommes. Voici le 400ème article publié. Je ne suis pas attaché aux chiffres, mais le tableau qui permet de mettre en ligne les articles est formel : à l’issue de cette dernière mise en ligne le compteur affichera 400 articles publiés.

J’ai pensé qu’il était temps de revenir un peu en arrière. La création de ce « blog » correspondait au besoin de faire partager ma passion pour le monde de la miniature automobile et de faire découvrir aux collectionneurs sous un angle original, des autos qu’ils pensaient parfois bien connaître.
Le démarrage a été laborieux. Je me souviens de la tête de mon épouse lorsque je lui ai demandé de lire et de corriger les premiers textes. Ils étaient manuscrits et copieusement raturés, sans doute illisibles pour tout autre que moi. L’exercice m’a été salutaire. J’ai appris à composer ces textes en me mettant à la place du lecteur. Mon épouse est ma première lectrice. Comme elle n’est pas du tout collectionneuse, elle est exigeante au regard du critère d’intelligibilité.
Il y a deux ans, nous avons dû évoluer : le langage (HTML) servant à mettre en ligne ces écrits était devenu obsolète. Patrick, l’informaticien qui travaille avec moi a dû reformater et remettre en ligne les textes un par un. Aujourd’hui, je dispose d’un outil moderne qui tient le compte des articles en cours d’écriture, de correction ou de relecture. J’ai environ 30 articles d’avance. Certain attendront deux ans ou plus avant d’être publiés, d’autres le seront tout prochainement.

Charbens Caravane de gitan
Charbens Caravane de gitan

J’ai profité de cet événement pour faire un bilan et une sélection de mes trois articles préférés. Je vous invite, sur le portail du site à me communiquer votre préféré. Sur la troisième marche du podium figure « Mon pote le gitan ». Ce texte a été écrit en très peu de temps. Il collait à l’actualité politique. S’agissant des reproductions de caravanes de gitans, j’avais trouvé intéressant sociologiquement de confronter l’approche des fabricants anglais et des fabricants français.

Vient ensuite l’article sur la Porsche 917 de chez Dinky Toys. La première raison est l’attachement que mon père et moi vouons aux bolides de la firme de Züffenhausen. Nous avions commencé la collection de miniatures automobiles en rassemblant des autos de course et notamment des Porsche. Cela perdure et depuis le départ de ma fille de la maison, j’entasse dans sa chambre les nouveautés Spark et Minichamps.

Il faut donc imaginer quelle a été mon émotion lorsqu’au milieu des années quatre-vingt, dans l’étroit couloir d’un appartement parisien, j’ai découvert trônant dans une petite vitrine murale au milieu d’autres prototypes Dinky Toys, cette Porsche 917. C’était l’extase de l’explorateur découvrant un trésor.
Il nous faudra près de trente ans pour acquérir ces pièces. Une fois l’affaire conclue, le propriétaire m’a fait partager ses souvenirs. C’est un scénario qui s’est souvent reproduit lorsque j’ai traité avec des personnes qui avaient travaillé chez Meccano. Triant ses archives Dinky Toys, ce dernier avait trouvé une photo prise durant les essais des 24 heures du Mans 1969 : il était immortalisé avec son frère devant la Porsche 917. Etudiant, sans le sou, tous les moyens étaient bons pour admirer les bolides de près et ils étaient rentrés grâce à la complicité de mécaniciens de chez Matra. (Relire le texte sur la Porsche 917 Dinky Toys). Cette anecdote dota le modèle d’une aura toute particulière.

Enfin, notre article préféré à mon épouse et à moi-même est celui intitulé « La quiche et l’équipe » (relire le texte « La quiche et l’Equipe »). Il fut écrit très vite, sur un sujet qui m’irrite. C’est la tendance de la presse à ne savoir parler que d’argent pour intéresser et captiver le public. Cela touche malheureusement tous les domaines. C’est un angle très réducteur mais c’est aussi celui qui demande au journaliste le moins de travail de recherche. Plusieurs fois, j’ai été approché par des médias. Après une petite discussion, je les ai invités à lire ce texte, cela m’a permis ensuite de mieux cadrer les choses.
Ces reportages ont beaucoup fait pour mon activité, je le reconnais volontiers bien que j’en sois assez détaché. Je n’ai jamais démarché qui que ce soit pour les obtenir et, fait qui surprend toujours, je n’ai jamais voulu voir les documentaires. Je préfère entendre les commentaires des tiers.

En souvenir de ces bons moments et puisque nous parlons télé, je me suis rappelé que nous avions acquis un original présentoir Minialuxe qui n’avait jamais été utilisé par la boutique à laquelle il avait été offert.

notice du présentoir
notice du présentoir

En effet, nous l’avions trouvé dans son carton d’origine, jamais déballé, avec sa notice d’utilisation. Cette dernière stipule qu’il est formellement interdit de placer des miniatures autres que les Minialuxe sur les côtés du présentoir.

Comme vous pouvez le voir il reproduit un poste de télévision, luxe suprême dans les années cinquante. Ne reculant devant rien, Minialuxe avait demandé à la société prestataire de concevoir ce présentoir de manière à ce que l’écran puisse s’éclairer. J’ai un souvenir particulier lié à la prise électrique de ce dernier, celui d’avoir fait sauter les plombs de la maison.

C’est peut être la raison pour laquelle le propriétaire du magasin laissa l’objet dans sa boîte, à moins que ce dernier n’ait rompu toute activité commerciale avec Minialuxe au regard de la qualité perfectible des produits diffusés. Avouons que ces modèles avaient cependant un certain charme et qu’ils étaient originaux. Ces qualités font cruellement défaut aux modèles sortis sous le même nom il y a quelques années et fabriqués en Chine.

Un dimanche à Keimola

La création d’un championnat du monde d’endurance en 1953 a conduit à organiser les différentes manches dans divers pays. A l’origine, les 24 heures du Mans en étaient l’épreuve phare. L’ACO qui organisait cette épreuve, en faisait ou non une manche du championnat en fonction de ses accords ou désaccords avec la fédération internationale du sport automobile.

Un dimanche à Keimola
C’est son allure futuriste qui a fait incorporé cette auto dans la série « course »

La Targa Florio en Italie, le Tourist Trophy en Grande-Bretagne ou les 1000 km du Nürburgring en Allemagne étaient également des manches incontournables.

Mais il a existé d’autres épreuves moins connues. L’une d’elles se déroulait en Suède. C’était l’épreuve de sport automobile majeure en Scandinavie. Elle s’appelait d’ailleurs le Grand Prix de Suède, bien qu’en général l’appellation Grand Prix soit réservée aux courses de monoplaces. D’autres pays scandinaves ont organisé des courses sur circuit, bien que les conditions atmosphériques locales soient plus propices aux rallyes sur terre ou sur neige. La Finlande connue pour son rallye des mille lacs a vu au milieu des années soixante apparaître un circuit nommé Keimola. Ce circuit a permis au pilote local, Léo Kinnunen de remporter plusieurs courses au volant de sa Porsche 917. La Finlande aura de nombreux autres pilotes dont certains seront sacrés champions du monde. La vocation est-elle venue à ces futurs champions alors qu’enfants ils jouaient avec des autos de course distribuées avec les chocolats et caramels Panda ?

La série comporte 10 autos qui portent chacune un numéro de 1 à 10 permettant de les répertorier. La plus rare est la numéro 10, qui n’est pas une auto de course mais un prototype de salon, la Firebird, qui arbore des formes futuristes.

Un dimanche à Keimola
Porsche 718RSK et Morgan

La série comporte quelques modèles très intéressants comme la Porsche 718RSK qui fut totalement oubliée des fabricants de jouets, hormis les reproductions destinées aux circuits électriques. La Morgan est originale. Si les amateurs de belles autos de sport peuvent regretter de la voir affublée d’un numéro de course, il ne faut pas oublier qu’elle remporta la catégorie « deux litres » aux 24 heures du Mans 1962. Le résultat était inespéré au départ, mais la course fut très éprouvante cette année là, et seules 13 autos franchiront la ligne d’arrivée. Sur ces 13 autos, la seule de la catégorie 2 litres à franchir le drapeau à damier sera cette Morgan !

La surprenante Scarab monoplace est un autre modèle totalement oublié par les fabricants. Apparue en 1960, elle ne se qualifia qu’à deux occasions, mais elle permit à Richie Ginther de faire ses débuts en Europe. Stirling Moss l’essaiera à Monaco, sans pouvoir établir un temps lui permettant de se qualifier car elle était dépassée de conception, avec son moteur à l’avant. Ne boudons pas notre plaisir cependant car c’est la seule reproduction qui a existé jusqu’à la période des kits à assembler. La Mercedes W196 est digne d’intérêt car les fabricants se sont plutôt intéressés à la version carénée. La Cooper mérite attention en raison de la version choisie. Il s’agit de celle qui fut championne du monde, avec son capot arrière et son arête verticale, équipée du moteur 2,5l. La Maserati 250F reproduit une version tardive. Elle est ici dotée du capot avant long et des deux stabilisateurs derrière les roues avant. Pour le reste, les autos proposées reflètent bien le palmarès des courses de l’époque. Nous trouvons les classiques Jaguar Type D, Aston Martin DBR ou Ferrari Testa Rossa. On notera l’absence d’autos françaises. Il faut dire qu’à cette époque les autos tricolores ne brillaient guère sur les circuits !

Un dimanche à Keimola
peu fréquente sont ces 3 modèles

La dernière vignette est illustrée avec des découvertes récentes. Il s’agit d’une série plus tardive. La conception est aussi assez différente, notamment au niveau du maintien des roues. Elles sont indépendantes. Il n’y plus d’axes pour les relier. Le Challenger est particulièrement intéressant, car totalement inédit en jouet. On peut s’interroger sur le choix de la W196 carénée.

Quant à la lotus XI, elle est quasiment au 1/43. Il existe aussi, mais je ne l’ai eu qu’après avoir fait ces photos un Bluebird-proteus. Ces quatre modèles sont rares.

Grand Prix au pays du Soleil-Levant

La vision de la grille de départ du premier Grand Prix du Japon en 1963, sur le tout nouveau circuit de Suzuka, propriété de Honda, est éloquente : elle révèle le fossé qui existe entre les productions nippones et les autos occidentales.

Départ du Grand Prix du Japon (boîtes Cherryca Phenix)
Départ du Grand Prix du Japon (boîtes Cherryca Phenix)

A partir du moment où Honda s’est aventuré en formule 1, les autres constructeurs japonais ont eu un réel besoin de montrer leur savoir faire. Un parallèle peut être fait avec l’engagement de Ford pour la conquête de la victoire en terre mancelle. Les Japonais apprendront très vite. Comme Ford, ils auront rapidement recours à des châssis européens qu’ils équiperont de mécaniques performantes « made in Japan ». Si Ford emprunta à Lola son châssis, Prince choisira un châssis Brabham, et dominera pendant un temps ses adversaires.

Entre les constructeurs nippons, l’émulation pour la conquête de la victoire est vive. Elle aura pour effet d’accélérer leur apprentissage. Très vite, les lourdes berlines qui s’alignaient sur la grille de départ sont remplacées par des prototypes performants. Comme pour Ford, l’enjeu de la domination est celui des retombées publicitaires.

Les modèles que je vous présente sont ceux du deuxième Grand Prix du Japon, disputé en 1964.

Sur la première ligne figure une Porsche 904, fine et racée. A ses côtés des berlines, pataudes ou à l’allure citadine. L’alignement fait davantage penser à une course de club qu’à un Grand Prix national. Cependant, au-delà des apparences, au baisser du drapeau, la Porsche aura bien du mal à se défaire des Prince et des Toyota. Les mécaniques nippones sont redoutables et donneront bien du fil à retordre à la voiture de Stuttgart. Les berlines sont surtout handicapées par leur poids qui rend la tenue de route aléatoire : glissades et dérapages se multiplient aux quatre coins du beau circuit. Finalement, la Porsche s’imposera devant cinq Prince.

Dans la catégorie inférieure ce sont les Toyota qui vaincront. La marque tirera une excellente publicité de ce succès national. Ce sera le point de départ d’une course à la puissance et à la modernité : dès 1966 apparaissent les premiers prototypes (l’édition de 1965 a été annulée). Le règlement inspiré de la fameuse Can-Am (Groupe 7) engendre de véritables monstres. Pour preuve, en 1969, David Piper sur sa toute nouvelle Porsche 917 ne peut que s’incliner face aux productions locales.

Cherryca Phenix n’aura aucun mal à reproduire les quatre autos ayant participé au Grand Prix de 1964 : elles existaient déjà à son catalogue, sous la forme de paisibles routières.

Un jeu de décalcomanies approprié, se composant des numéros de course et des plaques correspondant à leur homologation, élément indispensable pour donner aux modèles un côté compétition. Si le fabricant s’est appliqué pour apposer les bons numéros, il n’a eu aucun souci de fidélité quant aux couleurs des autos reproduites. Ainsi, certains modèles existent en plus de deux couleurs.

Ce Grand Prix avait été divisé en deux courses, ce qui explique la présence du même numéro sur deux autos. Les boîtes sont excessivement intéressantes. Elles représentent les autos en action pendant ce fameux Grand Prix. A l’intérieur de chacune d’elles, un prospectus écrit en japonais vante les mérites de la gamme, et, on le suppose, les brillants résultats de chacune des voitures.

Enfin, pour finir, je me dois de vous rapporter une petite anecdote concernant l’acquisition de la dernière auto. Nous possédions les trois premières depuis 25 ans. Ces autos sont peu fréquentes en France et même en Europe. Il y a 3 mois, par le biais du site, j’ai été contacté par un client Japonais. Il m’a proposé de me céder la Prince. Sachant que ces autos sont onéreuses au Japon, je lui ai répondu que je devais d’abord vérifier s’il s’agissait bien du modèle qui me manquait. Il m’a répondu du tac au tac qu’il en était certain car il possédait des photos de nos vitrines qu’un ami japonais avait photographiées il y a plus de 20 ans !

Ainsi, il connaissait mieux que nous notre collection. Nous avons conclu l’affaire par un échange qui fut satisfaisant pour chacun d’entre nous. Nous pouvons ainsi vous présenter aujourd’hui les quatre modèles.

PS : remerciements particuliers à Adrien qui a apporté son concours technique au blog et nous permet ainsi de visionner le Grand Prix de 1964. Si le début de la vidéo révèle surtout le manque de maîtrise du caméraman, le tournage gagne en assurance au fil des tours. Ne ratez pas la chasse au lapin en bonus dans la seconde course, ni la cérémonie du drapeau à damiers toute empreinte de tradition nipponne.