Archives par mot-clé : Panda Muovo

Un dimanche à Keimola

La création d’un championnat du monde d’endurance en 1953 a conduit à organiser les différentes manches dans divers pays. A l’origine, les 24 heures du Mans en étaient l’épreuve phare. L’ACO qui organisait cette épreuve, en faisait ou non une manche du championnat en fonction de ses accords ou désaccords avec la fédération internationale du sport automobile.

Un dimanche à Keimola
C’est son allure futuriste qui a fait incorporé cette auto dans la série “course”

La Targa Florio en Italie, le Tourist Trophy en Grande-Bretagne ou les 1000 km du Nürburgring en Allemagne étaient également des manches incontournables.

Mais il a existé d’autres épreuves moins connues. L’une d’elles se déroulait en Suède. C’était l’épreuve de sport automobile majeure en Scandinavie. Elle s’appelait d’ailleurs le Grand Prix de Suède, bien qu’en général l’appellation Grand Prix soit réservée aux courses de monoplaces. D’autres pays scandinaves ont organisé des courses sur circuit, bien que les conditions atmosphériques locales soient plus propices aux rallyes sur terre ou sur neige. La Finlande connue pour son rallye des mille lacs a vu au milieu des années soixante apparaître un circuit nommé Keimola. Ce circuit a permis au pilote local, Léo Kinnunen de remporter plusieurs courses au volant de sa Porsche 917. La Finlande aura de nombreux autres pilotes dont certains seront sacrés champions du monde. La vocation est-elle venue à ces futurs champions alors qu’enfants ils jouaient avec des autos de course distribuées avec les chocolats et caramels Panda ?

La série comporte 10 autos qui portent chacune un numéro de 1 à 10 permettant de les répertorier. La plus rare est la numéro 10, qui n’est pas une auto de course mais un prototype de salon, la Firebird, qui arbore des formes futuristes.

Un dimanche à Keimola
Porsche 718RSK et Morgan

La série comporte quelques modèles très intéressants comme la Porsche 718RSK qui fut totalement oubliée des fabricants de jouets, hormis les reproductions destinées aux circuits électriques. La Morgan est originale. Si les amateurs de belles autos de sport peuvent regretter de la voir affublée d’un numéro de course, il ne faut pas oublier qu’elle remporta la catégorie « deux litres » aux 24 heures du Mans 1962. Le résultat était inespéré au départ, mais la course fut très éprouvante cette année là, et seules 13 autos franchiront la ligne d’arrivée. Sur ces 13 autos, la seule de la catégorie 2 litres à franchir le drapeau à damier sera cette Morgan !

La surprenante Scarab monoplace est un autre modèle totalement oublié par les fabricants. Apparue en 1960, elle ne se qualifia qu’à deux occasions, mais elle permit à Richie Ginther de faire ses débuts en Europe. Stirling Moss l’essaiera à Monaco, sans pouvoir établir un temps lui permettant de se qualifier car elle était dépassée de conception, avec son moteur à l’avant. Ne boudons pas notre plaisir cependant car c’est la seule reproduction qui a existé jusqu’à la période des kits à assembler. La Mercedes W196 est digne d’intérêt car les fabricants se sont plutôt intéressés à la version carénée. La Cooper mérite attention en raison de la version choisie. Il s’agit de celle qui fut championne du monde, avec son capot arrière et son arête verticale, équipée du moteur 2,5l. La Maserati 250F reproduit une version tardive. Elle est ici dotée du capot avant long et des deux stabilisateurs derrière les roues avant. Pour le reste, les autos proposées reflètent bien le palmarès des courses de l’époque. Nous trouvons les classiques Jaguar Type D, Aston Martin DBR ou Ferrari Testa Rossa. On notera l’absence d’autos françaises. Il faut dire qu’à cette époque les autos tricolores ne brillaient guère sur les circuits !

Un dimanche à Keimola
peu fréquente sont ces 3 modèles

La dernière vignette est illustrée avec des découvertes récentes. Il s’agit d’une série plus tardive. La conception est aussi assez différente, notamment au niveau du maintien des roues. Elles sont indépendantes. Il n’y plus d’axes pour les relier. Le Challenger est particulièrement intéressant, car totalement inédit en jouet. On peut s’interroger sur le choix de la W196 carénée.

Quant à la lotus XI, elle est quasiment au 1/43. Il existe aussi, mais je ne l’ai eu qu’après avoir fait ces photos un Bluebird-proteus. Ces quatre modèles sont rares.

La chauve souris et le panda

Il ne s’agit pas d’une fable de Jean de la Fontaine, je vous rassure. Certes le fabuliste a mis en scène quantité d’animaux. Si la chauve- souris fait bien partie de son bestiaire, à ma connaissance, le panda ne figure pas dans ses fables.

Panda Muovo
Panda Muovo Edsel et Plymouth

L’histoire du jour se passe encore en Finlande. Les modèles présentés relèvent d’une découverte très récente. A l’occasion d’une de nos rencontres, rythmées par les bourses d’échange semestrielles de Göteborg, mon ami Suominen, me parla de l’existence de cette petite série aux couleurs du héros de bande dessinée.

Vraisemblablement, c’est l’essoufflement de la série Panda qui a incité Muovo a proposer cette surprenante série Batman. L’entreprise, a peut-être trouvé là un moyen de diversifier et d’amortir à moindres frais son outillage en l’utilisant pour produire les autos du super-héros. Le choix des modèles aux couleurs de Batman laisse pensif.

Je conviens que le choix de la Jaguar Type E pour Batman reste crédible. Cette auto répond bien aux standings que l’on est en droit d’attendre d’un super-héros, mais le choix de la Hilman Super Minx ou de la Toyota Crown me laisse plus que perplexe !

Je doute que le pingouin, ennemi juré de Batman, ait pu trembler en voyant arriver Batman en Hillman Super Minx ou en Toyota Crown ! Je ne parle même pas du succès auprès de la classe féminine. Catwoman pouvait elle se pâmer en voyant arriver Batman au volant d’une auto familiale ? Rêvait-elle vraiment son Batman en bon père de famille ?

Mon ami Suominen m’a dit qu’il ne connaissait que ces trois autos, chacune dotée d’un étui individuel particulier, mais qu’il avait l’intuition qu’il existait d’autres modèles. La couleur grise et le décalque sur le pavillon constituent le point commun de ces modèles. Trouver une Hillman Super Minx n’est pas chose aisée, mais ces modèles sont particulièrement difficiles à se procurer.

Panda Muovo en sachets

La marque Muovo est en Finlande ce que Bourbon est en France : un spécialiste de la production d’articles en plastique. Tous les modèles distribués par l’intermédiaire des chocolats Panda ont été produits par cette firme.

Panda en sachets
Chymos Panda sachet avec liste de modèles

Pour mon ami Suominen, la pièce la plus difficile à se procurer lorsque l’on s’intéresse à Panda est le sachet en papier qui contenait la friandise et le cadeau. Nous n’avons pas connu chez nous ce genre d’article. On constate sur les photos que l’emballage était volumineux, ce qui devait poser des problèmes aux commerçants.

On imagine le bambin en train de tâter l’emballage papier afin d’essayer d’identifier le type d’auto à l’intérieur de ce dernier. On devine encore l’excitation qui précédait l’ouverture du sachet, d’autant qu’au dos de ce dernier figurait la liste des autos de la série.Il y avait là de quoi encourager la consommation de confiseries pour le plus grand bonheur des dentistes finlandais !

Plusieurs séries ont vu le jour ce qui atteste du succès de l’opération. On dénombre une gamme d’ancêtres automobiles (4 modèles), de voitures de course (10 modèles) de voitures de tourisme (plusieurs séries distinctes). Un constat s’impose. Plus les séries sont récentes, plus l’échelle de reproduction se rapproche du 1/43 et plus les modèles sont rares !

On peut en déduire que le succès s’est émoussé au bout d’un certain temps et que la dernière série a été produite en quantité moindre.

Panda en Finlande

Ne cherchez pas dans les livres consacrés aux animaux, vous ne trouverez pas la trace de cette variété particulière. Les seuls pandas qu’on peut rencontrer en Finlande sont au zoo ou dans les boulangeries ! C’est en effet sous cette marque que fut commercialisé un bonbon de chocolat.

Panda en Finlande
Peugeot 404

Ma première rencontre avec les “Panda(s)” remonte à 25 ans. Cela se passe à Göteborg. C’était bien le seul endroit où les collectionneurs finlandais s’aventuraient. Au début de mes expéditions nordiques, un collectionneur finlandais m’avait donné des informations sur la provenance de cette série.

Quelle surprise de trouver en Finlande la reproduction d’une Dauphine, d’une 403 d’une DS19 ou encore d’une 404. J ‘ai fait découvrir à quelques clients ces modèles totalement inconnus chez nous…et plus généralement en dehors de la Finlande !

Un événement a beaucoup contribué à la diffusion de ces jouets. Comme je l’ai déjà raconté avec le blog sur les véhicules aux couleurs Paulig, firme finlandaise, produits par Tekno, j’avais fait la connaissance au magasin d’un journaliste finlandais qui venait de temps en temps dans la capitale pour son travail. Je lui avais demandé d’essayer de me trouver ce type de jouets. Malheureusement, son travail l’amenait plus souvent à Londres qu’à Paris. C’est pourquoi il avait vendu quelques modèles à Michael Rooum qui tenait à Londres un très beau magasin de miniatures, permettant ainsi aux Anglais de découvrir ces jouets. Si chez nous les autos françaises emportaient logiquement l’adhésion des collectionneurs, les très nombreuses reproductions d’autos anglaises comblèrent les amateurs britanniques avides de modèles peu fréquents.

Il n’y avait pas internet à l’époque et l’accès à l’information était moins aisé. Il est toujours difficile de s’intéresser à une firme de jouets lorsque l’on a peu d’informations, et à l’époque, mes amis finlandais étaient bien incapables de me dresser une liste de la production ! Au fil de mes voyages j’ai fait des découvertes, ce qui est un des charmes de la collection. Pas plus tard que ce mois d’avril 2013, j’ai pu ajouter une autre auto dans mes vitrines en même temps que j’apprenais son existence !

Un dernier facteur entre en ligne de compte expliquant le fait que cette firme resta dans l’ombre. Il y a 25 ans, ce type de modèles se négociait à des prix bas, ce qui n’a pas stimulé les Finlandais dans la quête des modèles Panda.

Désormais, la notoriété est arrivée par l’internet et les prix ont bien monté. Comme souvent, lorsque les prix s’envolent, le matériel refait surface.

Panda répertoriés

Modèles Panda avec vitrage clair à l’échelle du 1/50 environ. Voici la description des paires photographiées :

  • Fiat 1300 grise et Alfa Romeo 2600 Bertone orange
  • Peugeot 404 orange et Renault Floride cabriolet grise
  • Jaguar 2,4l bleu violine et Rover 90 rouge orangé
  • Toyota Crown bordeaux et Citroën DS19 bleue
  • Wartburg rouge et Hillman Super Minx bleue
  • Saab 96 grise et Volvo 121 Amazon bleue
  • Triumph Herald 1200 rouge et Rolls Royce Silver Cloud rouge orangé
  • Rambler Classic rouge et Plymouth Valiant grise
  • Opel rekord 1963 orange et BMW 1500 brique