Archives de catégorie : Dinky Toys

La trahison des images

La trahison des images

C’est le titre d’un article d’Anne Sinclair que j’ai lu au hasard d’un voyage, dans le Journal du Dimanche du 5 novembre 2017.

Elle même l’avait emprunté au peintre René Magritte. C’est en effet un de ses tableaux les plus célèbres.

L’artiste a peint, plein cadre, une pipe, et a légendé ainsi :

« Ceci n’est pas une pipe » .

Cela peut être vu comme de l’humour belge, l’artiste étant d’outre-Quiévrain. Plus sérieusement, Anne Sinclair explique que Magritte exprime l’idée que l’art n’est que la représentation du réel et non le réel lui-même.

Elle fait ensuite un parallèle avec une publicité pour la chaîne de télévision CNN. Ce média a choisi de montrer une pomme, « une reinette bien rouge » avec la mention « Ceci est une pomme ».

Cette chaîne poursuit-elle, a comme cible le nouveau président des États-Unis, Donald Trump et sa vision des faits. Elle continue le raisonnement  ainsi :

« Et cette pomme est la façon dont la chaîne américaine, désignée par le président comme son ennemi personnel, a choisi de proclamer que Trump pratique la trahison, non pas des images mais de la réalité elle-même ».

Je vais laisser aux grandes personnes le soin de philosopher sur le sujet. Mais cela m’a rappelé une anecdote.

Anne Sinclair parle d’une reinette bien rouge. Pour autant, est-elle sure qu’il s’agisse d’une vraie reinette et non une Canada grise, ou une Golden jaune transformée par photoshop ?

Si vous n’avez pas encore vu le livre de Thierry Redempt consacré à la série 500 en Dinky Toys France, je vous invite à l’ouvrir au chapitre consacré aux Dinky Toys Afrique du Sud, et plus particulièrement à la page où figure la photo de la Ford Thunderbird de couleur crème. Je dois vous avertir que j’ai réécrit la légende de la photo.

« Ceci ressemble à  une Ford Thunderbird Afrique du sud…mais ceci n’est pas une Ford Thunderbird Afrique du Sud ».

Comment puis-je en être sûr ? Eh bien je figure comme étant l’heureux propriétaire du modèle. Quand Thierry Redempt m’a offert le livre en remerciement pour service rendu, en ouvrant cette page, j’ai marqué un temps d’arrêt. J’ai douté même.

J’étais pourtant, à l’époque, certain de ne pas avoir cette variante de couleur crème. En regardant la page précédente, j’ai compris la supercherie. Photoshop ! le logiciel qui permet de retravailler les photos. C’est le modèle en photo à la page  précédente qui a servi de base et dont la couleur a été modifiée. Les petits défauts subsistent, il suffit de regarder.

Étonnant non ? A l’époque j’avoue avoir été déçu qu’on puisse employer un tel procédé. je pense qu’une légende appropriée aurait été la bienvenue. Je me suis donc amusé à parcourir le livre et j’ai ainsi débusqué une Fiat 1800 crème avec pavillon vert, dont l’unique exemplaire était la propriété de Jean-Michel Roulet.

Cette pratique me parait dangereuse. Ces livres spécialisés sont là pour éclairer les collectionneurs. Ils servent de référence, on parle de tel modèle vu dans tel ouvrage. Le collectionneur se projette, il rêve au travers de ces ouvrages.  J’ ai passé ma vie à rechercher les modèles que je voyais en photo dans les livres de Messieurs Nakajima ou Hedegard. Si j’avais appris que je courais après une chimère quelle n’aurait pas été ma déception ! C’est la trahison de l’image.

Dans le cas de la Ford, la couleur existe et était connue. Mais il fallait signaler le montage. Sinon, c’est la porte ouverte à tous les abus.

Dans certain cas cependant, le procédé peut se révéler intéressant. Dans les années 90, la maison de vente Christie’s faisait très régulièrement des ventes de jouets. Lors d’une édition mineure, constituée de  lots provenant de nombreux vendeurs, j’ai vu, au milieu d’un banal lot constitué d’une vingtaine d’autos, neuves et sans boîtes, une curieuse miniature. La collection devait contenir une centaine d’autos réparties en 5 lots.

Visiblement ces 5 lots venaient d’Afrique du Sud car on reconnaissait facilement quelques exemplaires de Dinky Toys anglais avec les couleurs spécifiques réalisées en Afrique du Sud.

Au  milieu d’un des lots trônait une Borgward Isabella de couleur crème. Je suis persuadé, sans pouvoir le prouver, que cette couleur a été produite en Afrique du Sud. Chronologiquement cela est tout à fait possible. La Borgward porte la référence 549. Les autres Dinky Toys France qui ont été produites à Johannesburg portent les références 553 pour la Peugeot 404, 554 pour l’Opel Rekord. De plus cette auto germanique est crédible. Je ne pouvais assister à la vente le jour suivant. J’avais laissé un ordre mais je n’ai pas eu le lot. Comme je le pressentais, c’est un marchand anglais avec qui j’avais l’habitude de batailler qui l’a eu. Lors de mon voyage suivant, je n’ai pas manqué de lui demander mais elle était déjà repartie. Il m’a donné l’identité de l’acheteur, mais ce dernier l’avait à son tour vendue. J’en ai perdu la trace.

Dans ce cas précis, le logiciel photoshop est une aide . Je ne suis pas choqué, en expliquant les faits qu’on recrée la couleur afin de faire avancer les recherches.

Depuis j’ai réussi à trouver la Ford Thunderbird dans sa variante crème. Dans la série des Afrique du Sud, la Ford Thunderbird a une place à part. C’est une belle et imposante auto. Ce modèle éphémère a connu quatre couleurs, aucune n’a été produite en grand nombre. La plus fréquente est la bleu métallisé. Les trois autres sont très rares, aussi rares que la Borgward.

 

 

Quelle couleur, dites-vous ?

Quelle couleur, dites-vous ?

C’est la question que j’ai posée à mon interlocuteur, et je suis encore tout étonné de sa réponse : « Argent ! » me dit-il. « Êtes-vous sûr ? » lui rétorquai-je . « Oui c’est la couleur que j’ai indiquée sur ma liste » me répondit-il.

Ce dernier avait travaillé toute sa vie au bureau d’étude de chez Meccano. C’est chez lui que j’ai pu récupérer le lot des 18 prototypes en bois réduits au 1/60 que Dinky Toys France avait étudié à la fin des années soixante (voir l’article consacré à ces miniatures) et le lot de plans originaux .

Notre homme avait mis sur la table du salon un certain nombre de miniatures dont il souhaitait se dessaisir. En fait, il s’agissait de modèles qu’il avait en plusieurs exemplaires, sachant qu’il voulait garder deux exemplaires de chaque modèle.

Quand j’ai pris la Ferrari 250 GT 2+2 de couleur rouge, ce dernier a regardé sa liste et m’a dit : « Oh, j’ai dû faire une erreur ! Il faut que je la garde. J’en ai conservé une de couleur argent, il faut que j’en garde aussi une rouge ».

C’est ainsi que j’ai découvert par hasard cette variante. Devant mon étonnement au sujet de la couleur décrite, nous sommes remontés à l’étage pour vérifier si la liste n’était pas erronée. Et là, à mon grand étonnement, l’auto était bien argent avec intérieur en plastique rouge, montée avec les fameuses jantes en plastique chromé qui n’équipent que les modèles de pré-série !

C’est la couleur de la Mercedes 230SL qui porte la référence suivante, 516.

Que dire, sinon qu’il faut rester bien modeste dans la connaissance des Dinky Toys. Ce même jour, après avoir expliqué à notre homme que ces modèles étaient destinés à ma collection et non à la vente, j’ai aussi pu acquérir une Matra 530 rouge avec un intérieur en plastique noir.

Il m’a confirmé qu’il s’agissait de la couleur choisie par le bureau d’étude pour injecter le plastique, quitte à la peindre ensuite pour faire des essais de couleurs.

Figuraient également dans le lot une Peugeot 504 berline bleu métallisé, comme l’Opel Rekord 1900 de série, un cabriolet Peugeot 504 bronze, identique à celui photographié dans le livre de Jean-Michel Roulet, confirmant ainsi l’existence d’une petite série.

Plus étonnante fut la découverte de la Peugeot 204 berline. Elle est rouge, comme celle qui figure sur l’affichette de présentation.

Encore plus surprenant est le châssis non gravé « SGDG » comme celui du modèle de couleur blanche offert par Peugeot lors de la présentation de la série. Il  est noir satiné et non mat. L’intérieur a été peint de couleur brun. Les poignées de porte ont été soulignées avec de la peinture argent.

J’ai expliqué à mon interlocuteur que j’essayais de regrouper le plus grand nombre de documents et de modèles afin de transmettre aux futures générations de collectionneurs toutes ces informations récoltées auprès de ceux qui avaient travaillé au bureau d’étude. Une relation de confiance s’est installée.

j’ai toujours eu un profond respect pour ces anciens du bureau d’étude.

J’écoute toujours avec intérêt leurs anecdotes, comme celle du mouliste du 43 rue Cavendish qui ne jurait que par les autos de sport et de course, et qui se moquait gentiment des gens du bureau d’étude de chez Meccano, quand ces derniers lui apportaient les plans de Moskvitch ou de Peugeot 504 à réaliser. (voir le blog consacré au mouliste du 43 rue cavendish)

Mon vendeur m’a confié le dossier de plans tel qu’il avait pu le sauvegarder à la fermeture. Il en avait cédé une vingtaine avant mon passage que j’ai pu récupérer. Il était ravi que je puisse avoir l’intégralité des plans sauvegardés.(voir le blog consacré aux plans)

Voici encore une petite page de la grande histoire des Dinky Toys . D’autres découvertes sont sans doute encore à venir.

140 plans Dinky Toys

J’ai réussi à obtenir près de 140 plans Dinky Toys auprès d’un ancien employé du bureau d’étude de Meccano.

Ce sont des originaux. J’ai décidé de faire un tirage de 18 de ces plans.

Il sont réalisés sur papier calque, au format d’origine (42 cm sur 29,5 cm). Chaque reproduction est tirée en 100 exemplaires numérotés.

Parmi les plans en ma possession, j’ai sélectionné les Peugeot 203, 404 et D3A.

Les Citroën 2cv’51, ID19 break et P55 laitier, la Simca Chambord, la Renault Dauphine, La Chrysler Saratoga.

La Lincoln Première (référence 24P), le car Chausson, le Berliet GBO saharien, l’Unic semi-remorque Boilot porte-autos, le Brockway, l’EBR et le Berliet T6 porte-char avec l’AMX13.

J’ai également choisi deux modèles jamais réalisés par Dinky Toys dont il subsiste les plans : la Facel Vega Facellia et un étonnant Renault 3,5T camion brasseur Coca-Cola.

Ces 18 calques numérotés à 100 exemplaires sont en vente à la boutique au prix de 30€  (les 18 plans) . Je peux les expédier en recommandé ( prévoir un supplément de 10 € car cela nécessite un emballage particulier homologué à la poste).

Merci d’établir les règlements à mon nom, Vincent Espinasse.

Vincent – pour me contacter : autojaune@orange.fr

www.autojauneparis.com

Un costume bien trop grand

Un costume bien trop grand

Les portes se sont ouvertes. En entrant dans la salle des ventes des Chartrons, à Bordeaux, située le long de la Garonne, mon regard a tout de suite été attiré par un homme, ou plus exactement par son costume. C’était un costume clair, bien taillé qui m’a immédiatement fait comprendre que l’homme était responsable du lieu. Comme il manipulait les objets, seul, avec une grande liberté, le doute n’était pas permis. En terrain inconnu pour ma part, je m’adressai à lui, afin de savoir si je pouvais aussi avoir en main certains lots proposés à la vente.

« Oh, mais je ne fais pas partie de l’équipe de vente » me répondit-il très gentiment. « C’est le costume qui vous a trompé. Dans mon métier, le costume est imposé. Je travaille à deux pas d’ici ».

Le commissaire-priseur est alors arrivé, qu’il avait l’air de bien connaître. Celui-ci lui demanda conseil à propos de plusieurs modèles. J’ouvrais grand mes oreilles, car on parlait de l’objet qui avait motivé mon déplacement.

« Quel dommage que le collectionneur ait repeint ou amélioré tant de modèles », se lamentait le commissaire-priseur. Il indiqua qu’il allait devoir lors de la présentation affiner et modifier la description des lots. Il avait l’air surpris de cette situation compte tenu de la provenance des lots. Je sentais une certaine déception de sa part,  il avait sans doute imaginé cette collection plus intéressante. Je supposais donc que le vendeur était connu de la salle des ventes.

Un autre collectionneur est alors arrivé qui s’est joint au groupe. Avec l’homme au costume clair, il s’est mis à examiner consciencieusement certains modèles. Les deux hommes mirent alors leur savoir en commun devant le commissaire-priseur et un parterre de collectionneurs tout à l’écoute.

Avides d’apprendre, atteints par la certitude communicative des protagonistes, tous venaient chercher un cours d’authenticité sur les Dinky Toys. C’est ainsi qu’une banale Citroën 2cv pompiers neuve en boîte fut d’abord suspectée puis définitivement écartée au motif que le vernis du décalcomanie était jauni.

Certes, il y avait quelques modèles restaurés. Mais ils étaient facilement identifiables. C’est leur présence au milieu d’une très grande majorité d’objets d’origine qui a jeté le trouble chez les amateurs bordelais. Une belle Citroën traction 11BL de couleur argent fut aussi condamnée sans appel. Je ne parle même pas du véhicule pour lequel je m’étais déplacé. En fait, la grande faute du collectionneur avait été d’ajouter pour les modèles anciens une petite touche de peinture blanche, à la gouache sur les phares. Il suffisait d’un peu de patience pour nettoyer ce petit ajout. J’avoue m’être amusé de la situation.

Il y a eu une surenchère d’avis entre connaisseurs, au point qu’à un moment  j’ai cru qu’ils allaient déclarer que tout était repeint !

Quand vint le moment des enchères, la surprise dans la salle fut grande. Par le biais d’internet, des amateurs enchérissaient, assurément connaisseurs, ayant bien vu que les modèles étaient d’origine. Une personne finit par m’aborder, un peu naïvement « Alors, elles étaient bonnes ???! »

Le commissaire-priseur lui-même sembla accuser le coup quand fut adjugé le modèle pour lequel je m’étais déplacé. Peut-être avait-il compris son erreur, regrettait-il d’avoir fait confiance à des gens peu compétents. Il s’agissait d’un rarissime Ford camion ridelles bâché aux couleurs « Esso ». Robert Goirand possède un exemplaire de couleur rouge en version type 1 avec des roues à pneus. Deux personnes m’avaient averti de la présence de cet objet rare, M. Prudent et M. Vignoles. Ce dernier a retrouvé sur un forum la trace d’un autre exemplaire, gris également.

La décalcomanie provient tout simplement du camion citerne 25 D de dernière génération.

Nous pouvons formuler deux hypothèses. La première serait que Dinky Toys ait trouvé là un moyen d’épuiser le stock de  décalcomanies quand le 25 D a été retiré de la production.

La seconde serait que le 25 J classique se vendant moins bien que les versions SNCF ou Calberson, Bobigny ait vu là un moyen de donner un coup de pouce à ce produit, qui, dépourvu de publicité n’attirait pas les jeunes acheteurs. C’est désormais l’inverse, les versions 25 J sont  bien moins fréquentes que les Calberson et autres SNCF. En attendant, c’était une pièce à ne pas laisser passer.

Je profite de l’occasion pour vous présenter une autre récente acquisition des plus intéressantes. Elle figure dans le livre de Jean-Michel Roulet accompagnée d’un texte savoureux. Je vous invite à aller le lire. Il s’agit d’une présérie du Ford camion ridelles bâché « Grands Moulins de Paris ». Il est en type 1 à pneus. Il semble qu’il ne soit jamais sorti ainsi en série.

Mais le plus intéressant est sa couleur vert métallisé qui sera remplacée par le gris sur la version définitive. Comme l’explique Jean-Michel Roulet, Dinky Toys a conservé le suffixe « V » précédé de la référence 25J pour le cataloguer. Chez Dinky Toys le suffixe accolé à la référence de base sert à identifier la couleur. « V » comme vert ! En toute logique Dinky Toys aurait dû modifier son suffixe par la lettre « G » comme gris, couleur conservée en production. Il est probable que la programmation dans les brochures était déjà lancée lors du changement de couleur du véhicule sur la chaîne.(voir l’autre article consacré au Ford 25 J)

Les deux modèles sont des pièces maîtresses dans une série de camions 25.

Nos deux amateurs ont peut-être été un peu blessés dans leur amour-propre au vu des résultats des enchères. L’habit ne fait pas le moine et le costume l’expert. C’est bien là le problème. 

La multiplicité des ventes grâce à internet ne doit pas masquer le vrai problème d’expertise. Les exemples se multiplient. Ainsi lorsque je vois la publicité à la une du journal « Le Figaro » pour interenchères avec le slogan « Profitez de notre expertise pour acheter aux enchères »  je me pose des questions. Peu de salles de ventes en France, deux pas plus, possèdent des experts pour les jouets automobiles sur lesquels on peut se reposer.  La crédibilité des salles des ventes nécessite d’améliorer au plus vite cette situation, s’il  n’est pas déjà trop tard.

N’oublions pas que les frais payés par les acheteurs, en sus de l’enchère sont très importants. Le minimum est désormais  20%, mais nous sommes  très souvent à 23%, voire 28%. Ce devrait être le prix d’une expertise sérieuse.

Passe le temps,il n’y en a plus pour très longtemps

Passe le temps,il n’y en a plus pour très longtemps

Au milieu  des années quatre-vingt, j’ai eu l’occasion de rencontrer un ancien membre du bureau d’étude de Meccano. Un jour, il me lâcha le nom d’un de ses collègues qui, comme lui, avait gardé des Dinky Toys. Pour diverses raisons, il ne souhaitait pas me donner  son adresse. En revanche, comme dans un roman d’espionnage, il m’indiqua une petite annonce  dans une revue réservée aux professionnels du jouet. Il s’agissait d’une recherche d’emploi.  J’ai écrit au journal un petit mot d’explications et j’ai joint un pli destiné à l’auteur de l’annonce ainsi qu’une enveloppe timbrée pour sa réponse.

Quelques semaines plus tard, le téléphone a sonné au magasin : c’était mon homme ! En fait, comme mon informateur, il avait été  licencié de chez Meccano  et recherchait du travail. La conversation s’engage et il m’explique en quoi consistait son travail chez Meccano : plutôt spécialisé dans l’élaboration des trains miniatures Hornby, il avait cependant participé à l’élaboration de bon nombre de Dinky Toys. Il m’indique qu’il a principalement gardé des trains Hornby et peu de Dinky Toys.

Il a tout de même conservé quelque chose  de très intéressant et de totalement méconnu. Il m’explique alors  que Dinky Toys France avait projeté de reproduire des miniatures au 1/70, comme les Matchbox, me précise-t’-il. Il a conservé ces miniatures. Pour l’instant,  il souhaite les garder. Fin du premier épisode.

Quand Jean-Michel Roulet fit son livre je lui parlai de cet entretien qui remontait déjà à bien longtemps. Je n’avais malheureusement plus de nouvelles.

Les hasards de la vie, l’aide de Jean-Michel Roulet,  et un heureux concours de circonstances ont fait que, quelques trente années plus tard, j’ai retrouvé ce Monsieur.

Comme je me rappelais bien notre dernière conversation, l’excitation était à son comble lorsque je me suis rendu chez lui.  Alignés dans une petite boîte, il y avait 18 prototypes au 1/75 environ.

Les modèles étaient en bois laqué. En les retournant, on distinguait une petite perforation laissant penser qu’ils étaient présentés sur un socle. A la vue de l’ensemble, on ne peut que penser aux Hot Wheels américains. D’ailleurs, la plupart sont équipés de roues Hot Wheels ! On voit bien que les fabricants s’intéressaient de près à ce que proposaient les concurrents. L’Abarth 2000 et la Carabo Bertone sont très facilement identifiables.

Il en est de même  pour l’Opel CD vue chez Politoys au 1/43. D’autres modèles sont purement et simplement sortis de l’imagination du bureau d’étude de chez Meccano.  Il s’agit donc de voitures de salon,  ou de projets de bureaux d’étude automobiles.

Après avoir acquis ces modèles, j’ai envoyé des clichés à Jean-Michel Roulet. Collectionneur éclectique et fin connaisseur de Hot Wheels, il a confirmé mon analyse, en me précisant que pour lui, ces autos dataient du début 70.

J’ai contacté M. Thibivilliers, qui a quitté Meccano  en février 1971. Il n’avait pas de souvenir  de ces modèles. Pourtant, mon interlocuteur est formel et se rappelle parfaitement avoir vu ces autos dans le « laboratoire » de Claude Thibivilliers. Ce dernier m’a promis qu’il consulterait ses cahiers dans lesquels il consignait ses travaux.

A cette occasion, Jean-Michel Roulet, me rappela le succès très rapide des toutes premières Hot Wheels. Elles reproduisent des  autos américaines de sport, dites aux USA « muscle car » (Corvette et Mustang).  Matchbox a  réagi assez vite en adaptant dans un premier temps  sa gamme existante et en l’équipant de roues rapides. Les « vraies » premières nouveautés, totalement inédites dites « Weirdies » datent de 1972.

La conclusion qui s’impose est que, en 1970, Dinky Toys France était dans le bon timing. On peut penser  qu’il est heureux que Meccano France n’ait pas  sorti ces modèles.

Ces miniatures ne sont pas très belles et supportent mal la comparaison avec les superbes modèles que cette firme a offert aux enfants et aux collectionneurs.

Cependant, cela allait dans le sens de la demande de la clientèle…Cela aurait-il pu aider Dinky Toys à survivre ?

(voir l’histoire d’une des dernières Dinky Toys France équipée d’axe aiguille)

Une chose est sûre, la découverte de cet ensemble est importante pour celui qui s’intéresse à l’histoire de Dinky Toys France. Cela donne un éclairage supplémentaire sur la période troublée que rencontrait alors Meccano France.

Vous pouvez participer à l’identification de ces autos.

(Solido a t’-il aussi succomber à cette simplification? lire la suite)