Archives par mot-clé : police

Le Blues de la police.

Le Blues de la police.

Une prison. Des murs infranchissables, des barbelés, des miradors, des gardiens armés jusqu’aux dents. Voilà le décor du début du film “The Blues Brothers”. Rien de très original me direz-vous.

Un prisonnier, Jake Blues, va être libéré pour bonne conduite. Une voiture l’attend aux portes de la prison. Image connue et déjà vue… sauf qu’ici, c’est dans une voiture de police que son frère Elwood est venu le chercher. Jake ne manque pas de lui faire remarquer que ce choix manque de tact, et de s’étonner qu’il ait pu troquer la Cadillac aux couleurs de leur groupe de musiciens contre une Dodge Monaco aux couleurs de la police de Chicago !

Elwood ne tarde pas à démontrer le bien fondé de cet échange. Quelques kilomètres plus loin, un pont mobile. Les feux clignotants sont rouges, le pont se lève. C’est alors qu’il donne un grand coup d’accélérateur, les roues patinent, l’auto s’envole au dessus du vide et atterrit de l’autre côté du pont.

Le ton est donné. Le film est une suite de séquences toutes plus loufoques les unes que l’autre, entrecoupées de scènes musicales où l’on pourra reconnaître James Brown, Ray Charles, Aretha Franklin, Cab Calloway au sommet de leur art… (voir et écouter un extrait du film) .

L’auto servira de fil conducteur au récit. Elle se désintégrera à la toute fin du film comme le carrosse de Cendrillon disparaît à minuit.

Avant cela, le spectateur aura assisté à un nombre de carambolages frôlant l’indigestion. The Blues Brothers détiendrait le record du nombre d’autos détruites pour un film. Un vrai jeu de massacre dans lequel les autos de police s’auto-détruisent dans des chorégraphies ridiculisant parfois les représentants des forces de l’ordre. Le spectateur reste abasourdi par tant de tôles froissées.

Le film est un pastiche, une parodie qui puise son inspiration dans des films comme “French connection”.

J’imagine comment vos petits enfants pourraient avoir envie de recréer une scène du film chez vous en puisant dans vos vitrines garnies de miniatures. Afin de les détourner de cette entreprise qui s’avèrerait sans doute dommageable pour la bonne conservation de vos modèles, racontez-leur plutôt une histoire, celle de vos autos de police, plus précisément l’histoire de leur représentation en miniature. Vous allez voir cela est plus intéressant qu’il n’y paraît.

Observez vos vitrines. Vous n’avez quasiment que des véhicules de police datant du milieu des années cinquante, alors que vous avez des miniatures de bus, d’ambulances, de camions de pompiers qui datent de près d’un siècle.

Même dans ma vitrine de cast-iron américaines aucune trace de représentations de voitures de police. Chez Tootsietoys, doyenne des marques mondiales il faudra attendre les années quatre-vingt pour voir apparaitre un tel produit ! Hubley a été un peu plus précoce et en présente dès 1960.

Il y a quelques très rares exceptions : Barclay (USA) qui a créé une voiture police patrol et Best Toy (USA) une auto futuriste sans aucun lien avec la réalité. La conception même de ces miniatures (injection monobloc) a obligé les deux marques à créer un moule spécifique afin d’incorporer le projecteur et surtout les marquages latéraux (radio police).

On peut avancer une première explication. Avant la première mondiale, seuls les fourgons destinés au transport des prisonniers sont identifiables comme véhicules de police. C’est le type de véhicule popularisé sous le vocable de “panier à salade” ou “Black Maria” dans les pays anglo-saxons.

Les unités de police ont certes des autos mais peu d’accessoires les distinguent d’un véhicule ordinaire : un projecteur, souvent latéral et une sirène. Cela n’incite guère un fabricant de jouets à les reproduire.

Quant aux fourgons cellulaires, facilement identifiables par l’enfant grâce à leur couleur foncée et surtout à leurs grilles latérales imitant les barreaux des prisons, ils symbolisent la privation de liberté et sont très peu représentés. Il faut dire qu’ils sont peu avenants. Les fabricants se sont surtout interrogés sur l’intérêt qu’un enfant aurait à jouer avec un tel véhicule.

Aucune comparaison avec les ambulances : la guerre de 1914 les a sacralisées. L’ambulance vient sauver celui qui a risqué sa vie pour la patrie. Les reproductions d’ambulances, mais aussi d’infirmières seront légions, que se soit en Allemagne ou en France.

J’avance aussi ici une autre proposition pour expliquer l’absence de fourgon pénitentiaire. Est-ce moral de faire jouer un enfant avec un tel véhicule? Peut-on laisser l’enfant s’identifier à celui qui a mal tourné ? Il me semble qu’il y a eu un tabou sur ce type de véhicules comme il y en a un sur la représentation des corbillards.

Le plus ancien fourgon cellulaire que je possède est l’oeuvre de Savoye fabricant américain. Plus tard Tommy Toy  s’en inspirera pour en proposer une autre version. Ils datent du milieu des années 20. Ils seront vite modifiés et transformés en ambulance.

Ils sont pourtant des plus intéressants. Les fabricants ont même reproduit le policier qui se tient debout sur le marche-pied, image popularisée dans les films . Le personnage sera conservé sur la version ambulance qui connaitra  même une autre  copie en Grande-Bretagne chez Charbens !

Avant-guerre, les fabricants danois Micro, Birk, NS, et quelques autres non identifiés vont briser le tabou. Après-guerre, Tekno et Lego leur emboîtent le pas.

Ces fabricants ont pris le risque de créer de toutes pièces des moules spécifiques ou alors de les adapter, comme Birk, avec sa camionnette Graham, en gravant des barreaux, ne laissant aucun doute sur la fonction du modèle !

Après-guerre, Lego et Tekno utiliseront la décalcomanie pour transformer leurs modèles en fourgon cellulaire. Aucun des véhicules décrits ne reçoit la mention politi (police en danois). Il se peut que dans la réalité ces véhicules en étaient dépourvus. Cependant, pour sa version export, Tekno appliquera une décalcomanie “black maria”. Tekno utilisera sa Mercury berline pour décliner une version ” politi patrulievogn” comme indiqué sur la boîte. Un voile de peinture noire suffira et un dessin sur l’étui.

Etrangement, c’est ce même pays qui interdit dans les années soixante certains jouets comme les reproductions d’armes à feu.

Dans la même logique, une des firmes majeures, Tekno, préférera décliner des versions UN (nations-unies, blanches) que des versions “guerrières” de couleur kaki. Le Danemark est un petit pays mais qui a beaucoup innové dans le secteur du jouet.

La Scandinavie a compris très tôt le rôle du jouet dans l’éveil et l’éducation de l’enfant ainsi que dans le développement de sa personnalité. Tout le monde connaît le succès des briques Lego danoises ou des jouets en caoutchouc du norvégien Tomte.

Je profite de l’occasion pour vous présenter un modèle rarissime, qui m’était inconnu il y a peu. On ne sait identifier le fabricant. Ce dernier a aussi réalisé un camion de pompiers et une fourgonnette moulée de manière monobloc affublée de barreaux. C’est une copie de la Graham Birk. je possède une version de couleur rouge (déclinaison en ambulance  carcérale ? ). On peut imaginer qu’elle existe de couleur verte, en version police.

Le véhicule  suivant  m’a été vendu par mon ami Jacob Remien.  Il reproduit un engin paramilitaire transportant des policiers, de type section anti-émeute. Ce type de véhicule a été popularisé dans l’Allemagne nazie et même reproduit par Erzgebirge.

L’engin s’apparente à un char à banc transportant des élément de la milice SA, le genre de véhicule qui participait au maintien de l’ordre lors de manifestations. C’est un véhicule intrigant, dérangeant, qui correspond bien à cette période agitée, celle de l’immédiat avant-guerre.

Enfin j’ai trouvé une autre auto, plus paisible, moins angoissante, toujours de fabrication danoise inconnue. Là aussi, l’injection monobloc a contraint le fabricant à une utilisation unique de son moule. Il s’agit d’une berline équipée de deux panonceaux sur le pavillon, recevant chacune une étiquette en  papier collé “patruille”et une antenne. Elle reçoit une belle peinture noire. Elle est rare.

Elle restera longtemps le seul exemple de voiture de police danoise…Tekno attendra  avant de proposer des autos de police identifiables au premier regard.  Et encore ce sera pour le marché d’exportation, la Suisse et l’Allemagne.

 

Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

Les collectionneurs qui s’intéressent aux plombs américains sont vite confrontés à un problème : celui de l’authentification des modèles. Connaître l’origine d’un modèle est souvent plus difficile que de savoir si la peinture est ou non d’origine.
Le collectionneur est ainsi fait : il aime comprendre, analyser, classer et dater. Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

C’est une des raisons qui m’ont poussé à lancer ce blog il y a déjà quelques années. Outre le plaisir de partager des anecdotes, il y a un intérêt à diffuser l’histoire des miniatures. Le but semble atteint.

J’ai eu beaucoup de retours qui m’ont notamment permis de corriger certaines inexactitudes. L’intérêt de la démarche, c’est qu’elle conduit à la vérité.

Moi aussi, j’ai été confronté à l’identification des plombs américains et je le suis encore. Il n’y a pas d’ouvrage spécifique consacré à ce thème. Pourtant, des collectionneurs ont écrit des ouvrages sur la production des jouets américains. Ainsi, les modèles promotionnels, les “Rubber” (caoutchouc), les Hubley et les Tootsietoys ont leur ouvrage de référence. Il est intéressant de constater que certains auteurs comme Dave Leopard ont édité une seconde mouture de leur ouvrage qu’ils ont été amenés à compléter à la suite des informations recueillies après la publication du premier volume. Le supplément d’informations et les rectifications apportées incitent à acheter le second ouvrage. Il en est ainsi du livre sur les Tootsietoys qui a connu trois éditions.

Malheureusement les plombs dits “Slush” n’ont pas eu cet honneur. Pourtant je connaissais “le spécialiste” du sujet, Ferdinand Zegel de Washington. Sa maison était un incroyable capharnaüm : il y avait des jouets partout, jusque dans la salle de bain.

Ferdinand étant célibataire, cela ne gênait pas sa femme. Victime d’un petit accident de la route alors qu’il se rendait à une bourse aux USA, il est mort peu de temps après. Il nous reste sa participation à une série d’ouvrages recensant les fabricants de jouets et donnant les cotes de ces jouets. Je parle de série d’ouvrages, car des éditions révisées sont régulièrement publiées. Il faut alors naviguer dans ces pavés qui comptent des centaines de pages. Cela demande du temps car le classement aléatoire ne facilite pas les recherches. Il faut s’aider des clichés en noir et blanc. Un autre ouvrage parle de ces plombs, c’est celui de Paolo Rampini. Une fois n’est pas coutume, je ne louerai pas cet ouvrage qui contient beaucoup d’erreurs. Il faut reconnaitre que si l’on ne va pas régulièrement sur place, il est difficile de référencer ces jouets.

Je vais donc revenir à plusieurs reprises sur ces plombs. (voir:https://autojauneblog.fr/2016/04/10/investissement/). J’ai choisi de les classer par thème. Cette semaine vous découvrirez des ambulances, des autos de police, des semi-remorques et des véhicules de travaux publics.

Ces derniers ont énormément de charme. Ils symbolisent bien l’essor industriel du pays. A la même époque, ce thème est assez peu fréquent en Europe. C’est le sort des utilitaires qui n’ont jamais vraiment suscité l’intérêt des fabricants européens dans les fabrications avant-guerre. (voir aussi : https://autojauneblog.fr/2014/08/30/camions-du-futur/ )

J’accordera une mention particulière pour cette superbe ambulance Metal cast. Je n’en ai rencontré qu’une seule. Le modèle est rare, c’est certain. !

(sur le même sujet: https://autojauneblog.fr/2011/06/22/sur-l-ovale-d-indianapolis/https://autojauneblog.fr/2011/06/20/y-a-cent-ans-lovale-dindianapolis/ )

Dinky Toys Ford Galaxie police

Dinky Toys Ford Galaxie police

Le gendarme de Bobigny

Lors d’un arrêt dans une station service cet été, j’ai été surpris par la couverture d’un magazine. A la une de ce dernier, on voyait l’animateur de télévision Michel Drucker entouré de policiers en tenue d’intervention, avec ce titre « Ma vie avec les flics ».

 

Pour ma part, j’ai l’impression que Michel Drucker est né avec la télévision. J’ai plus de cinquante ans et je pense l’avoir toujours vu dans la boîte à images. L’article relatait une émission qu’il avait animée au ministère de l’intérieur en l’honneur de la police et de la gendarmerie. J’étais perplexe.

 

Dinky Toys Renault 8 police et Ford galaxie
Dinky Toys Renault 8 police et Ford galaxie

Au vu de sa carrière interminable n’aurait-il pas été plus judicieux qu’il animât une émission en direct du ministère du travail ou des affaires sociales pour vanter les mérites du report de l’âge légal du départ à la retraite ?

Bref, je n’ai pu m’empêcher de feuilleter le magazine. L’émission se déroulait place Beauvau. Estimant sans doute qu’il était urgent de réconcilier la population et la police, le ministre de l’intérieur officiait en grand prêtre de cette étrange soirée à la gloire des forces de l’ordre. Le procédé, un brin racoleur dans sa volonté de nous faire partager le quotidien difficile de cette profession, est bien dans l’air du temps. Dans les années soixante la série de films « le gendarme de Saint-Tropez » de Jean Girault avait donné une image de la gendarmerie qui avait fait l’unanimité. Ne faudrait-t’il pas refaire un « gendarme version 2015 » pour que la population ait une meilleure image des forces de l’ordre ? On pourrait ainsi envisager « Le gendarme de Bobigny ».

Dinky Toys Renault 8 et Ford Galaxie police
Dinky Toys Renault 8 et Ford Galaxie police

Nous pourrions suivre les aventures rocambolesques de notre sympathique gendarme dans les rues du 93 : entre le loustic de banlieue, l’indic de la cité et la course poursuite en mobylette, les rebondissements ne manqueraient pas. Il y a là sans doute la possibilité de dédramatiser des relations qui ne sont pas au beau fixe, et de recréer un peu de proximité.

Afin de promouvoir cet  utopique scénario, restons à Bobigny et regardons ensemble quelques projets de voitures de police de la firme Dinky Toys, qui comme chacun sait, possédait son unité de fabrication avenue Henri Barbusse.

Pour les fabricants de jouets, les voitures de police sont pain bénit. Elles permettent de réutiliser un moule existant sans frais. L’application d’une peinture bicolore, l’adjonction d’un gyrophare et éventuellement d’une antenne suffisent à les différencier des versions de base.

Voici deux véhicules qui n’ont jamais vu le jour en série. Le plus intéressant est la Renault 8. Cette auto a remplacé la Dauphine à la préfecture de Paris. L’idée semblait excellente mais le projet n’a pas abouti. Il reste au moins cet exemplaire qui provient de monsieur Michel Vieville qui travaillait à Bobigny. L’auto est rivetée et finie au pochoir. C’est un excellent modèle au pédigree indiscutable.

Le second modèle que je présente ce jour, la Dinky Toys Ford Galaxie police est d’une autre origine. J’ai eu le loisir d’en acquérir deux en vingt ans. La première a été acquise auprès d’un collectionneur qui s’approvisionnait chez Modelisme, boulevard Sébastopol. Il y a eu d’autres autos issues de cette même veine, une petite série hors commerce, dont le magasin s’était fait une spécialité.

La direction de Dinky Toys était -elle au courant ? Je ne m’engagerai pas avec certitude mais j’en doute fortement. On peut s’interroger sur les personnes à l’origine de ces séries. Il s’agit peut-être d’employés du bureau d’étude qui voyaient là le moyen de diffuser des projets non retenus par la direction.

Ces autos étaient diffusées de manière confidentielle. C’est de cette série que provient la Simca 1500 police. A ce niveau de notre récit il faut relever un point important. Lors de la dispersion des modèles que Dinky Toys stockait rue du Maroc, un exemplaire de la Simca 1500 police a été retrouvé. Ce qui prouve que ce modèle avait été bien soumis à la direction de Meccano. En toute logique, on peut donc penser qu’une Dinky Toys Ford Galaxie police avait également été proposée. J’ajouterai un seul bémol à cette hypothèse. Tout au long de ma vie de collectionneur, j’ai eu du plaisir à retrouver la trace de tous les véhicules à l’échelle 1 qu’avait reproduit Dinky Toys France. Le plus fantastique fut le Berliet Gazelle lance-missile. Ce véhicule a bien existé et même l’immatriculation du drone est exacte. Bref, on peut considérer que tous les véhicules sont la reproduction exacte d’un véhicule à l’échelle 1.

Or, cette Ford Galaxie police aux couleurs pie de la préfecture de Paris me semble hautement improbable ! ()https://autojauneblog.fr/2015/12/06/poetes-vos-papiers-leo-ferre/voir la suite sur ce thème de police en France