Cofalu, Starlux, Aludo

« Poète… vos papiers ! » Léo Ferré

 

« Poète… vos papiers ! » Léo Ferré

“Il faut que ce que l’on appelle la police soit une chose bien terrible disait plaisamment Madame de… puisque les Anglais aiment mieux les voleurs et que les Turcs aiment mieux la peste ». 
(Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort, “Maximes et pensées – Caractères et anecdotes”)

Quiralu plaquette avec Simca Ariane
Quiralu plaquette avec Simca Ariane

Le français a un rapport complexe avec les forces de l’ordre. Il me semble que cela a toujours été le cas, tout au moins depuis la révolution. Il n’aurait pas été judicieux sous Louis XIV de railler le maintien de l’ordre. Cela revenait à mettre en cause l’autorité royale, on risquait de se retrouver embastillé. Molière ne s’y est pas risqué.

C’est dans les spectacles de rue, les spectacles de cabarets, que vont apparaître bien plus tard les railleries contre les représentants des forces de l’ordre. Dans Guignol, le gendarme  (Chibroc, Flageolet, La Ramée…) est rarement à son avantage.

Quiralu Simca Versailles
Quiralu Simca Versailles

Depuis près de deux cents ans, la littérature et les arts plastiques raillent la profession, écrivains et artistes acceptent mal l’ordre qu’elle est supposée faire respecter, comme l’indique l’historien Jean-Marc Berlière. Pour ce dernier le malaise s’est accentué depuis le régime de Vichy. C’est ce dernier qui a unifié et étatisé les polices de France, à l’exception de la préfecture de police de Paris, qui conserve aujourd’hui encore un statut particulier.

Vichy a donc conçu une police d’Etat centralisée dont la vocation est plus la protection de l’Etat que celle du citoyen. Il en est résulté une modification des rapports du citoyen et de sa police. Il semble qu’aujourd’hui un fossé important se soit creusé.

Pour ma part, je constate que je n’ai pas le même ressenti en France et à l’étranger devant les représentants des forces de l’ordre. Il m’est arrivé une fois d’être arrêté en Grande-Bretagne pour vitesse excessive sous la pluie. Le policier m’a d’abord demandé si je comprenais la langue de Shakespeare. Logique me direz-vous. Il m’a ensuite sermonné sur le fait que je mettais ma vie en danger et plus grave encore, celle des autres. Il m’a demandé si j’approuvais son discours. J’ai acquiescé. Il m’a autorisé à repartir en me demandant de respecter les consignes de sécurité. Cet épisode m’a beaucoup marqué. En France, on constate que l’Etat a choisi la répression. Le représentant des forces est là pour réprimer toute atteinte à la loi, il n’y a pas d’espace pour la pédagogie. Dans ce contexte, il est alors bien évident que la profession n’est pas appréciée.

Pourtant si l’on se réfère à notre passion de la collection de miniatures automobiles, les fabricants de jouets français ont largement contribué à essayer de donner à l’enfant une image positive de cette profession.

On ne compte plus les reproductions de policiers, gendarmes motorisés en miniature. En plomb, en aluminium, en plastique que ce soit Cofalu, Aludo, Metallix, Starlux, tous ont mis sur le marché des représentants des forces de l’ordre. Il est intéressant de constater que ces reproductions ont eu un grand succès dans les années cinquante à soixante-dix.

Ensuite, les fabrications ont disparu en même temps que les miniatures. Une question me taraude tout de même. Auraient-elles actuellement le même succès auprès des acheteurs de jouets ? Je me souviens bien de la reproduction au milieu des années soixante dix du coffret Solido avec les figurines Starlux et surtout la reproduction du radar et du buisson tous les deux en plastique ! A l’époque cet outil était rare !

Ces personnages décorent agréablement nos vitrines. Je suis sensible aux poses de ces petites figurines : il y a de la poésie dans les attitudes. J’apprécie celle du policier et de sa grande cape au vent. Même l’agent de police dressant un procès  verbal me rebute pas, tant que ce n’est pas moi qui suis concerné ! (voir lhttps://autojauneblog.fr/2015/11/30/dinky-toys-ford-galaxie-police/e “Gendarme à bobigny”)