Archives par mot-clé : Mercedes Benz

Mercedes W196 Formule 1

Mercedes W196 Formule 1

Des étoiles du monde entier-2

Je dédie ces quelques photos à Monsieur Dufresne, notre correcteur hebdomadaire, à qui nous donnons bien du fil à retordre, et amateur entre autres, de cette belle auto. Cet article fait suite à celui publié précédemment.

  • Premier rang, photo en haut à gauche
    Norev dont l’exemplaire dédicacé par Karl Kling
  •  Premier rang, au centre:
    Fun Ho Nouvelle Zélande à gauche Marx Hong-Kong inspiré par le modèle produit par Dinky Toys, mais au 1/87. A droite Anguplas Espagne et devant le modèle de chez Eko produit aussi en Espagne
  •  premier rang à l’extrême droite: Möbius Allemagne de l’Ouest avec ou sans pilote moulé.
  • Second rang, photo en bas à gauche : « Allemagne de l’Ouest », dont une version taille crayon, à droite.
    Premier plan modèle publicitaire pour la marque de cirage « Ca va seul » de couleur  jaune. Devant une production inconnue « Made in Germany ».
  • Second rang au centre :Minialuxe France dont le modèle offert par Delespaul chocolat de couleur bleu marine.
  • Second rang à l’extrême gauche
  • Enfin second rang à l’extrême gauche :
    Norev dont l’exemplaire dédicacé par Karl Kling

Ces modèles sont un échantillon parmi beaucoup d’autres reproductions de cette auto. Ce n’est en aucun cas une liste exhaustive. 

L’étoile du pacha

C’est dans les galeries des musées, devant les représentations de la bataille navale de Lépante qui opposa la flotte ottomane à une coalition chrétienne composée de navires vénitiens, espagnols et pontificaux que j’ai réalisé la puissance de l’empire ottoman. Cette bataille faisait suite à la prise par les Turcs de Chypre et de ses comptoirs commerciaux à Venise. Il faut dire que la Méditerranée était soit sous le contrôle des Turcs, soit sous le contrôle de Venise. Tout l’essor de cette dernière reposait sur le commerce en méditerranée alors que les Turcs faisaient régner la terreur sur les mers.

Mercedes Meboto
Mercedes Meboto et ses nombreuses parties ouvrantes

Après la défaite de Lépante, la puissance de l’empire ottoman déclina. Plus tard, sous le règne de Joseph II, en Autriche, la Cour se passionna pour le mode de vie oriental. Le faste et le mystère des harems la faisaient fantasmer. Mozart composa alors « l’enlèvement au sérail » son premier opéra en langue allemande, commandé par Joseph II empereur mélomane. Dans les lettres adressées à son père, il évoque son travail et sa joie de composer des « turqueries ». Il dirigea lui-même la première représentation devant la Cour. A la fin de celle-ci, l’empereur aurait eu cette phrase célèbre (sans doute apocryphe), reprise par Milos Forman dans son film « Amadeus » : « Mozart, c’est trop beau pour nos oreilles. Il y a trop de notes ! ».

Encore un peu plus tard, en 1971, à Istanbul sur les rives du Bosphore, cette même phrase aurait pu être détournée par les grossistes en jouets de la capitale turque pour s’adresser au patron de Meboto : « Vos miniature sont trop belles et trop fragiles pour nos gamins. Il y a trop de parties ouvrantes ! ». Meboto venait en effet de reprendre une partie de l’outillage de la firme italienne Edil Toys. Cette dernière s’était fait remarquer en 1965, lors de sa création en proposant des miniatures très détaillées et très soignées. Elles possédaient tous les ouvrants, même les berlines. Pour l’époque, il s’agissait d’une prouesse, d’autant plus que l’ensemble était ajusté de manière parfaite.

La firme arrêta sa production en 1969. L’Opel Commodore programmée ne sortira jamais. Aujourd’hui encore, des collectionneurs pensent que la Mercedes n’a pas eu le temps de sortir de l’usine milanaise et que Meboto a récupéré l’outillage de cette Mercedes vierge. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette méprise. Les versions turques portent encore sur le châssis le logo Edil. Cependant, sur les versions produites à Istanbul la mention « made in Italy » a été surchargée. Les boîtes et les teintes choisies sont quant à elles sans rapport avec les fabrications milanaises.

Toutefois, nous pouvons affirmer qu’Edil Toys, avant sa fermeture a bien eu le temps de produite la Mercedes 250SE. Le châssis de cette dernière est bien estampillé « made in Italy » et les couleurs retenues sont empruntées à la gamme Edil Toys traditionnelle : bleu métallisé et anthracite. La boîte du modèle enlève enfin les derniers doutes. Il y a bien eu une production milanaise. Elle est particulièrement rare.

L’instinct du chasseur

Je me souviens fort bien de l’instant où je me suis aperçu que ma vue avait commencé à faiblir. J’étais dans la banlieue de Stuttgart, et d’importants travaux m’avaient conduit à dévier de mon itinéraire initial. A l’époque je n’avais pas de GPS, et j’avais du plaisir à tracer ma route sur une carte en papier. Nous étions en décembre, il faisait nuit, et m’arrêtant sur le bord de la route afin de visualiser ma position, je me suis aperçu que ma vue mettait un certain temps à s’adapter à la lumière du plafonnier de l’auto.

Mercedes-Benz 180 Tekno
Mercedes-Benz 180 Tekno

Ce constat m’a contrarié. Dans l’exercice de ma profession, il est essentiel d’avoir le regard perçant afin de repérer sur un étal un objet sortant de l’ordinaire. Tel un chasseur traquant sa proie, le collectionneur doit affronter des tables couvertes de miniatures afin de dénicher « le » modèle. Dans les grandes manifestations comme les bourses de Birmingham ou de Chicago, dans les années 90, il était amusant de voir toutes les camionnettes, et même les camions chargés de jouets attendant l’ouverture des grilles. Trouver dans cet ensemble la pièce convoitée s’apparente à chercher une aiguille dans une botte de foin, mais avec une telle quantité de marchandises, il est très rare de ne pas trouver quelques bons modèles. Encore faut-il être au bon endroit au bon moment, avec la bonne personne. C’est là que réside la clef du succès. Il est souvent plus intéressant de repérer un vendeur que l’on apprécie pour la qualité de ses produits que de chiner au hasard des allées. Les belles pièces sortent rarement par hasard.

Lors de la dernière manifestation de Göteborg, justement, je me trouvais avec un marchand de Jönköping, une figure familière des manifestations nordiques. Son stand est le genre de stand où je vais m’arrêter afin d’examiner consciencieusement les modèles offerts à la vente. En bon professionnel, ce dernier avait classé sa marchandise par fabricant de miniatures. Pour celui qui veut vendre ses produits, il est déterminant d’aider l’éventuel acheteur par un classement rigoureux. Beaucoup l’oublient.

Alors que mon regard balayait son étal, j’ai remarqué une peu fréquente Mercedes 180 taxi de chez Tekno. C’est une miniature que j’affectionne et mes nombreux voyages en Scandinavie m’ont appris combien les versions taxi (Suède) étaient peu fréquentes et bien plus rares que la version taxa (Danemark). Bien sûr, la plus désirée est la version promotionnelle pour la compagnie Ring Billen. L’auto était neuve mais son prix ne permettait pas de l’acheter en vue d’une revente en boutique. Comme j’avais déjà cette couleur en collection, je passai mon tour. La bourse avait lieu sur deux jours et notre homme m’avait invité à repasser le lendemain afin de visualiser l’ensemble de ses modèles. C’est toujours plus facile pour un marchand de faire un prix pour un ensemble que pour un modèle. Le lendemain donc, mon choix se porte sur deux camions Tekno et un Volkswagen Kombi. Je voyais toujours du coin de l’œil cette belle Mercedes taxi sur le stand. Je calculai alors un prix pour les trois modèles et lui soumis mon offre. L’homme était vendeur. Du coup je repris en main la Mercedes taxi afin de l’inclure dans une nouvelle proposition englobant les quatre modèles. Et là, en la prenant en main je me suis aperçu d’un détail qui avait échappé à tout le monde, y compris à moi-même la veille. L’auto était équipée d’un aménagement intérieur, ce qui est très peu fréquent sur la Mercedes 180. Cela je l’avais déjà remarqué. Mais elle était équipée d’un volant installé à droite ! Il faut savoir que la Suède, pays à qui ce modèle était destiné ne passa à la conduite à gauche qu’en 1961. Le plus drôle, et les souvenirs me sont immédiatement revenus, c’est que mon ami avait acheté cette auto lors de la fameuse vente à Copenhague où j’acquis de nombreux prototypes. Elle faisait partie d’un lot de plusieurs modèles et personne n’avait remarqué ce détail. Il y a fort à parier que ce modèle est une présérie. Le bureau d’étude a volontairement souligné le jante du volant afin que d’éventuels décideurs puissent mieux visualiser ce détail lors des réunions. Après avoir acheté le modèle j’ai montré à mon vendeur ce détail fort intéressant. Je l’ai finalement gardé pour ma collection. J’ai eu la confirmation de la provenance quelque temps après.

Le projet utopique

Les fabricants de modèles réduits se sont adaptés aux modes et aux désirs de leur clientèle. Si le début des années 60 a vu émerger une forte demande pour les bolides de course, la fin de la décennie a vu apparaître un phénomène nouveau, celui des voitures de « style ». On parlerait aujourd’hui de design automobile.

Solido Toujours les meilleurs modèles pour les vrais Collectionneurs
Solido Toujours les meilleurs modèles pour les vrais Collectionneurs

Ces autos étaient sensées montrer au public ce que serait l’auto de demain. C’était une époque où les automobiles devaient faire rêver. Cette vision de l’automobile vient des États -Unis où dès les années 40 les constructeurs ont su mettre en appétit une clientèle toujours friande de nouveautés. Ainsi, à partir du milieu des années soixante, chaque salon de l’auto, particulièrement celui de Paris, mais également celui de Genève, était le prétexte à une débauche d’exercices de style. Tous les bureaux de style italiens étaient sur le pied de guerre. L’on vit ainsi, jusqu’à la première crise du pétrole, une multitude de carrosseries extraordinaires. La devise semblait être « toujours plus ».

Les fabricants de jouets ne pouvaient pas rester insensibles à ce phénomène. Ils se devaient d’offrir à leur jeune clientèle ces exercices de style. On devine cependant la difficulté rencontrée par les industriels : comment amortir un outillage alors que l’on ne pourra pas proposer d’autres versions à partir du moule créé ?

Solido va, encore une fois être en avance sur les autres fabricants. Le catalogue 1970 annonce la couleur. Sur la couverture, un joli dessin de Paul Bracq, célèbre styliste automobile, montre une auto sportive, à quatre places, dessinée de profil. Elle ressemble à une Lamborghini Marzal qui aurait été équipée de portes classiques. Au dos de la couverture, une photo présente des dessins tout droits sortis d’un bureau d’étude et des maquettes signées Paul Bracq. La signature apparaît clairement sur le document. En légende de la photo, le catalogue annonce qu’en « nouveautés mondiales » Solido va proposer deux coffrets pour apprenti styliste. Le coffret « style 80 » comporte selon la légende : table de travail, portique de traçage, châssis mannequin, outils spéciaux, jeu de gabarits, notice détaillée, plan complet, cire spéciale. Le tout est rangé dans une boîte mesurant 38,6 cm sur 48,6 cm. Il est intéressant de voir que ces dimensions correspondent à celles des coffrets PL4, Major III ou artillerie B. Il y avait une logique de standardisation. Au vu de la liste annoncée, faire entrer tous ces objets dans ce coffret semble un tour de force ! On remarque que le second article de la série, intitulé « accessoires n°1 » ne comporte pas de dimensions.
On peut imaginer que M. de Vazeilles a été attentif à l’intérêt croissant du public pour ce type d’automobiles et y a vu l’occasion d’être encore le premier à proposer un nouveau produit. En demandant à Paul Bracq, styliste français reconnu, de collaborer à cette aventure, il avait fait le bon choix. Ce dernier est l’auteur du dessin de l’intemporelle Mercedes 230SL pagode et aussi des premières BMW 320,520, 630 et de la BMW Turbo.
Le projet était séduisant mais somme toute irréaliste. On ne transforme pas n’importe quel gamin en apprenti styliste. Par ailleurs un enfant bricoleur, débrouillard et imaginatif pouvait avec de l’Araldite et du Sintofer s’affranchir de ce coffret. Cette fois, M. de Vazeilles avait vu trop loin.
Bertrand Azema a réussi à sauver deux autos sur les trois qui figurent sur le catalogue. Celle de couleur bleue, sur le portique est en fait la même que celle de couleur turquoise, mais tronçonnée en deux. Ces autos sont sculptées dans du bois et peintes. Celle de couleur rouge manque à l’appel. Si vous observez bien la photo, on peut reconnaître les formes et la couleur de la fameuse future BMW Turbo de 1972 de Paul Bracq.

Deux poupées dans la pampa !

Des documents récemment exhumés et venant de chez M. Greilsamer mettent en évidence tout l’intérêt que ce négociant parisien a porté aux modèles Buby. Il est intéressant d’analyser les bons de commande qu’on a eu la chance de préserver. En regardant la lettre manuscrite écrite par M. Greilsamer le 5 Mai 1971, on s’aperçoit que pour une même auto ce dernier a commandé les versions compétition en bien plus grande quantité que les versions routière. Ainsi la Ford Falcon référence 1020 a été commandée en 75 exemplaires et sa déclinaison « carrera » sous la référence 1021 en 125 exemplaires. On constate le même écart pour la Torino. Les modèles bardés de décorations semblaient avoir sa préférence. Pour le prototype Cheetah compétition, il avait même d’emblée commandé 200 exemplaires, mais ce modèle ne verra malheureusement jamais le jour.

Ford El Corsario
Ford Fairlane El Corsario

La lecture de ces chiffres révèle combien la clientèle de collectionneurs a été friande de bolides exotiques. Elle permet de mesurer l’évolution des goûts : désormais il y a plus d’amateurs pour les versions tourisme que pour les versions compétition !

Les autos que je vous présente ce jour n’avaient pas été sélectionnées en 1971 par M. Greilsamer. En effet, elles avaient déjà pour la plupart dix ans d’existence et ce dernier souhaitait des nouveautés ou des autos inédites. La plus intéressante à mes yeux, au niveau de l’histoire du sport automobile est la Mercedes 220SE. Il faut parler du fameux exploit qu’accomplirent deux femmes, deux Suédoises, en s’adjugeant au nez et à la barbe de tous les concurrents masculins le VI Gran Premio Internacional Standard Supermovil YPF, épreuve phare en Argentine. Dans ce pays machiste, la victoire d’Ewy Rosqvist et d’Ursula Wirth eut un retentissement phénoménal. En Argentine, elles volèrent la une des journaux à la crise des missiles de Cuba. Le grand Juan-Manuel Fangio vint même féliciter les deux femmes au terme de l’épreuve de 4 626 km. Pourtant, au départ de l’épreuve, les deux femmes avaient été victimes des quolibets de la presse. Elles faisaient partie de l’équipe Mercedes officielle, dirigée par Karl Kling, qui avait engagé quatre autos. Elles ont battu le record de l’épreuve, et se sont adjugées toutes les étapes ! Les autres autos de l’équipe Mercedes ont dû abandonner à mi-parcours, et, bien que débutantes dans l’équipe Mercedes, elles se sont montrées dignes de la confiance que Karl Kling avait placée en elles.

La Ford Fairlane est un bon exemple des autos qui participaient à cette épreuve. Buby a réalisé plusieurs décorations différentes. J’apprécie en particulier un détail représentatif des décorations d’une époque où les pilotes baptisaient leurs autos. Elles portaient ainsi des diminutifs inscrits sur les ailes arrière : « El Corsario » ou « Relampago » que l’on traduit par le corsaire et l’éclair ! Des surnoms qui inspirent le respect !

La Pontiac GTO s’est vu équipée, dans cette version « carrera » de jantes en zamac peintes de couleur rouge. Buby a réussi à transformer son beau coupé en une bête de course. Ce choix n’avait pas été retenu quelques années avant sur la Mercedes 300SL. Seule la décoration, timide, évoque la compétition. Elle n’en reste pas moins une miniature intéressante.

Je vous conseille de visionner la superbe vidéo de chez Mercedes, ci-jointe. vertige assuré !