Archives par mot-clé : Karl Kling

Mercedes W196 Formule 1

Mercedes W196 Formule 1

Des étoiles du monde entier-2

Je dédie ces quelques photos à Monsieur Dufresne, notre correcteur hebdomadaire, à qui nous donnons bien du fil à retordre, et amateur entre autres, de cette belle auto. Cet article fait suite à celui publié précédemment.

  • Premier rang, photo en haut à gauche
    Norev dont l’exemplaire dédicacé par Karl Kling
  •  Premier rang, au centre:
    Fun Ho Nouvelle Zélande à gauche Marx Hong-Kong inspiré par le modèle produit par Dinky Toys, mais au 1/87. A droite Anguplas Espagne et devant le modèle de chez Eko produit aussi en Espagne
  •  premier rang à l’extrême droite: Möbius Allemagne de l’Ouest avec ou sans pilote moulé.
  • Second rang, photo en bas à gauche : “Allemagne de l’Ouest”, dont une version taille crayon, à droite.
    Premier plan modèle publicitaire pour la marque de cirage “Ca va seul” de couleur  jaune. Devant une production inconnue “Made in Germany”.
  • Second rang au centre :Minialuxe France dont le modèle offert par Delespaul chocolat de couleur bleu marine.
  • Second rang à l’extrême gauche
  • Enfin second rang à l’extrême gauche :
    Norev dont l’exemplaire dédicacé par Karl Kling

Ces modèles sont un échantillon parmi beaucoup d’autres reproductions de cette auto. Ce n’est en aucun cas une liste exhaustive. 

Deux poupées dans la pampa !

Des documents récemment exhumés et venant de chez M. Greilsamer mettent en évidence tout l’intérêt que ce négociant parisien a porté aux modèles Buby. Il est intéressant d’analyser les bons de commande qu’on a eu la chance de préserver. En regardant la lettre manuscrite écrite par M. Greilsamer le 5 Mai 1971, on s’aperçoit que pour une même auto ce dernier a commandé les versions compétition en bien plus grande quantité que les versions routière. Ainsi la Ford Falcon référence 1020 a été commandée en 75 exemplaires et sa déclinaison « carrera » sous la référence 1021 en 125 exemplaires. On constate le même écart pour la Torino. Les modèles bardés de décorations semblaient avoir sa préférence. Pour le prototype Cheetah compétition, il avait même d’emblée commandé 200 exemplaires, mais ce modèle ne verra malheureusement jamais le jour.

Ford El Corsario
Ford Fairlane El Corsario

La lecture de ces chiffres révèle combien la clientèle de collectionneurs a été friande de bolides exotiques. Elle permet de mesurer l’évolution des goûts : désormais il y a plus d’amateurs pour les versions tourisme que pour les versions compétition !

Les autos que je vous présente ce jour n’avaient pas été sélectionnées en 1971 par M. Greilsamer. En effet, elles avaient déjà pour la plupart dix ans d’existence et ce dernier souhaitait des nouveautés ou des autos inédites. La plus intéressante à mes yeux, au niveau de l’histoire du sport automobile est la Mercedes 220SE. Il faut parler du fameux exploit qu’accomplirent deux femmes, deux Suédoises, en s’adjugeant au nez et à la barbe de tous les concurrents masculins le VI Gran Premio Internacional Standard Supermovil YPF, épreuve phare en Argentine. Dans ce pays machiste, la victoire d’Ewy Rosqvist et d’Ursula Wirth eut un retentissement phénoménal. En Argentine, elles volèrent la une des journaux à la crise des missiles de Cuba. Le grand Juan-Manuel Fangio vint même féliciter les deux femmes au terme de l’épreuve de 4 626 km. Pourtant, au départ de l’épreuve, les deux femmes avaient été victimes des quolibets de la presse. Elles faisaient partie de l’équipe Mercedes officielle, dirigée par Karl Kling, qui avait engagé quatre autos. Elles ont battu le record de l’épreuve, et se sont adjugées toutes les étapes ! Les autres autos de l’équipe Mercedes ont dû abandonner à mi-parcours, et, bien que débutantes dans l’équipe Mercedes, elles se sont montrées dignes de la confiance que Karl Kling avait placée en elles.

La Ford Fairlane est un bon exemple des autos qui participaient à cette épreuve. Buby a réalisé plusieurs décorations différentes. J’apprécie en particulier un détail représentatif des décorations d’une époque où les pilotes baptisaient leurs autos. Elles portaient ainsi des diminutifs inscrits sur les ailes arrière : « El Corsario » ou « Relampago » que l’on traduit par le corsaire et l’éclair ! Des surnoms qui inspirent le respect !

La Pontiac GTO s’est vu équipée, dans cette version « carrera » de jantes en zamac peintes de couleur rouge. Buby a réussi à transformer son beau coupé en une bête de course. Ce choix n’avait pas été retenu quelques années avant sur la Mercedes 300SL. Seule la décoration, timide, évoque la compétition. Elle n’en reste pas moins une miniature intéressante.

Je vous conseille de visionner la superbe vidéo de chez Mercedes, ci-jointe. vertige assuré !