Archives par mot-clé : Raymond Loewy

Monsieur Alain et les Gasquy

Une des autres grandes passions de « Monsieur Alain » est bien évidemment la firme Gasquy. C’est à travers mes recherches sur cette dernière que je l’ai rencontré. Ces modèles « made in Belgium » n’avaient rien à envier aux autres productions étrangères.

Gasquy Studebaker Champion, palette de couleur
Gasquy Studebaker Champion, palette de couleur

Ce pays est encore aujourd’hui un carrefour économique. L’industrie du jouet n ‘a pas fait exception. Pendant très longtemps, ce pays ouvert sur le monde a vu défiler les importations de jouets américains, puis japonais sans oublier bien sûr toutes les productions européennes. Beaucoup de collectionneurs français ont découvert l’existence de productions de Dinky Toys anglaises lors d’un séjour dans le plat pays. Mercury, firme établie à Turin, a été très largement importée en Belgique, ce qui peut s’expliquer par la présence d’une forte colonie italienne.

De ce fait les productions belges de jouets furent assez restreintes. Ce phénomène d’importations non contingentées s’observe également dans le domaine automobile. Les automobiles Cadillac, Packard et Chrysler Packard faisaient partie du paysage bruxellois. Plus tard, Nissan et Toyota prirent le relai alors qu’en France les importations de ces marques étaient restreintes.

Gasquy Studebaker Champion
Gasquy Studebaker Champion, superbe couleur

La firme de jouets belge dont l’aura dépassera largement les frontières du Quiévrain sera bien sûr Gasquy. Au milieu des années soixante, un noyau de collectionneurs s’acharnera à dénicher à tout prix ces reproductions datant du début des années cinquante.

Elles étaient aussi prisées que les Märklin, ou que les Dinky Toys d’avant- guerre. Cinquante ans après, elles sont toujours aussi rares ! La production, établie à Herstal, prés de Liège fut de courte durée. La qualité était au rendez-vous, mais un prix de vente élevé freina la diffusion par rapport aux Dinky Toys d’importation. A part la Renault 4cv qui a été reproduite à une échelle supérieure, les modèles n’ont pas été dotés d’étuis individuels. Un détail que j’apprécie sur cette série est la mention « Englebert » sur les pneumatiques. Englebert était à l’époque un fabricant de pneumatiques de qualité, localisé en Belgique.

J’ai choisi en l’honneur de « Monsieur Alain » le modèle le plus mythique à mes yeux, la Studebaker Champion. Gasquy a eu le bon goût de reproduire le modèle de 1949, millésime le plus représentatif de ce chef-d’œuvre esthétique, dû au bureau d’étude de Raymond Loewy. Solido sera le seul à proposer une reproduction dans sa gamme Junior. Avec son pare-chocs rapporté et ses lignes bien rendues la Studebaker Champion, apparaît comme bien supérieure aux reproductions de Binns Road ou de Bobigny.

Mon van au Canada

La firme canadienne Real Types a conçu une gamme équilibrée de miniatures représentative du paysage routier nord-américain. Une camionnette de livraison y a naturellement sa place. Le choix s’est porté sur un véhicule de la marque Chevrolet. Le modèle P20/P30 :  remerciements à Steven Goodstein pour cette précision.

Real Types chassis "Made in Canada"
Real Types chassis “Made in Canada”

Il ressemble au modèle produit par la firme International qui, lui a a été conçu par Raymond Loewy, celui-là même à qui l’on doit les célèbres Studebaker des années d’après guerre. Raymond Loewy marqua de son empreinte le design des automobiles mais également des objets usuels. C’est lui qui créa, entre autre, la fameuse bouteille d’un soda venu d’outre-Atlantique. Le modèle aura une carrière très longue et connaîtra des évolutions, mais sa physionomie générale n’en sera pas modifiée. L’image qui vient à tous les amateurs est celle de la flotte de fourgons aux couleurs du célèbre service de livraison « UPS ». Il en existe de nombreuses reproductions mais, curieusement, aucun fabricant de jouets renommé ne mettra ce modèle à son catalogue.

C’est pourtant un véhicule très représentatif du paysage américain qu’on retrouve nécessairement dans les films et les séries télévisées.

Les versions proposées par Real Types sont superbes. Les décorations bicolores sont harmonieuse et flatteuses à l’œil : le fabricant canadien ne s’est pas contenté de livrées unicolores Rcomme le fera plus tard Hubley. Si les modèles produits à Lancaster pour Hubley possédaient parfois une planche de décorations à apposer soi-même, les versions Real Type étaient vendues toutes décorées.

J’ai découvert cette version TCA, une compagnie de fret canadien, portant la référence RT240, en visite chez Steve Butler. Elle m’était totalement inconnue.

J’ai pu m’en procurer un exemplaire quelque temps plus tard. Steve Butler par contre ne connaissait pas la version « Eaton’s of Canada » que nous possédions depuis longtemps. “Eaton’s of Canada” était une chaîne de grands magasins implantée au Canada. Cette enseigne a disparu il y a quelque temps bien qu’elle ait occupé très longtemps une place prépondérante dans le pays. Tootsietoys a également produit pour cette enseigne un « panel van » aux couleurs rouge et bleu caractérisant la chaîne de magasins. Il faut d’ailleurs signaler la présence de deux versions. La société avait certainement dû commander une nouvelle série, mais la firme “Real types” n’existant plus, il est probable qu’elle ait été dirigée vers Hubley. La deuxième mouture, à la nuance plus claire, possède en effet un châssis gravé « Made in USA ». L’existence d’autres versions est fort probable. Ainsi, sur un listing figurant au dos d’un emballage canadien un mystérieux « bread van » apparaît.

Je suis bien sûr preneur de toute information complémentaire : n’hésitez pas à me faire part de vos trésors !

1953 : 1ère ébauche de la Studebaker 24 Y

Dinky Toys a toujours eu beaucoup d’affinités avec la firme Studebaker. Cela commence à Liverpool avec la 39F Studebaker Commander de 1939 et se poursuit avec la Land Cruiser et enfin la Golden Hawk.

Prototype Studebaker 24 Y Dinky Toys
Prototype Studebaker 24 Y Dinky Toys

La collaboration ne se limite pas aux voitures mais s’étend aux utilitaires notamment une belle série de camions citerne, arborant des publicités différentes. Le marché américain était certainement la cible des décideurs.

En héritant de l’outillage de la 39F anglaise, Bobigny fera à peu de frais de la Commander une de ses nouveautés d’après guerre. Puis, pour accompagner le petit camion Ford Poissy, la direction choisira une camionnette Studebaker.

Ce véhicule est peu connu sur les routes de France mais il est le symbole des véhicules américains circulant sur les routes des années 50. Bref, Studebaker est souvent à l’honneur chez Meccano.

Dans la logique qui veut qu’un modèle dont la production est arrêtée soit remplacé par un modèle équivalent mais plus récent, la firme de Bobigny songe dès 1952-1953 à remplacer sa 24 0 dont la reproduction figure un modèle de 1939. Après guerre, grâce à son designer Raymond Loewy, la firme Studebaker bénéficie d’une aura. Meccano entreprend donc l’étude d’un modèle du millésime 1953.

C’est ce modèle que nous vous présentons. Il est réalisé en bois, peint de couleur vert foncé. Dinky Toys se heurte cependant à un problème : chaque année, à Detroit, à l’occasion du salon de l’auto, les fabricants automobiles américains modifient leurs modèles. Certes, ce sont des détails mais l’aspect visuel peu facilement s’en trouver bouleversé. Pour les constructeurs américains, il est primordial de susciter l’envie des clients par des effets de mode. L’Europe sera gagnée par ce phénomène, mais un peu plus tard et dans une moindre proportion. Ainsi, le temps de réaliser un prototype et les plans du modèle de 1953, celui-ci se trouve déjà périmé par l’apparition au salon du millésime 1954. Les stylistes de Studebaker sont visiblement plus rapides que les agents du bureau d’étude de Meccano ! Dinky Toys décide donc de remettre au goût du jour son modèle, et retouche la face avant tout en conservant les ailes arrière. Il procèdera de la même manière avec les retouches opérées sur l’Aronde Elysée au niveau également des ailes arrière.

Au final, c’est donc un modèle de Studebaker peu réaliste que Dinky Toys met sur le marché. Nous avions déjà évoqué la difficulté pour les producteurs de miniatures à suivre les évolutions des constructeurs avec les monoplaces Cooper de chez Solido.

A l’arrivée ce sera pourtant une belle auto qui remplacera avantageusement l’obsolète 24 O.