Archives par mot-clé : camion

Le Ford 25 H du bougnat

Le Ford 25 H du bougnat

Pour continuer avec mon père et sa série favorite, je me devais de vous parler également de ses origines. La famille est originaire du Cantal, plus précisément de l’arrondissement de Mauriac, entre Saignes et Sauvat.

les cinq couleurs de base
les cinq couleurs de base

C’est là qu’est né mon père. Si sa famille avait déjà émigré en région parisienne au début du siècle, elle avait gardé une maison de famille en Auvergne. Spécialisée dans le commerce de la chaussure, elle déroge sur ce point à la tradition qui veut que les auvergnats s’installent dans la capitale en qualité de marchands de charbon, de bois et de spiritueux.

Les bougnats, comme les dénommaient les parisiens dans une habile contraction de charbonnier et auvergnat, étaient en majorité originaires de l’Aveyron. Le bougnat livrait à domicile le charbon et le bois, l’épouse tenait le café. Une grande entraide existait entre les membres de la communauté.

Le camion proposé par Dinky Toys France portant la référence 25 H pouvait parfaitement convenir à cette utilisation polyvalente. Dans son catalogue de 1949, Meccano a choisi de le dénommer « plateau brasseur ».

catalogue avec la Simca 5 installée sur le plateau du 25 H
catalogue avec la Simca 5 installée sur le plateau du 25 H

Sur la frise décorant la couverture du catalogue en question, on l’aperçoit utilisé en camion plateau transportant une Simca 5, tirant une remorque plateau (référence 25 G), sur laquelle trône une autre Simca 5. Ces dessins sont repris au dos de la couverture : il y a là, de la part de Meccano, une bien étrange utilisation de son plateau brasseur. Il faut dire que Meccano n’avait prévu ni casiers ni tonneaux.

Si l’on reprend le slogan de ce même catalogue « Donnez de la vie à vos modèles Mecano et à vos réseaux Hornby en utilisant les miniatures Dinky Toys », on comprend que notre petit camion Ford faisait triste figure sans chargement. C’est pourquoi l’idée de l’utiliser en version bougnat me séduit bien et j’y vois plus de cohérence que de l’utiliser en transporteur de voitures !

Ce camion, tout comme la version 25J (bâché) que nous avons étudiée précédemment (article sur le Ford bâché) n’a existé qu’en première série, avec un crochet moulé en zamac. Il possède les caractéristiques de moulage des premiers Ford de la série 25. Comme le 25J, il connaîtra des roues en zamac peintes de couleur noire puis des jantes zamac peintes et des pneus en caoutchouc. Le hayon est amovible. Parfois, avec le temps, il est devenu impossible à désolidariser du plateau.

Nous présentons ici un échantillon des couleurs disponibles à l’époque.

Ford 25 H de couleur bleu
Ford 25 H de couleur bleu

Certaines couleurs sont moins fréquentes que d’autres. Ainsi, nous avons mis du temps à acquérir la version bleue. Cette version semble avoir eu une courte existence car elle n’existe qu’avec la première combinaison, c’est à dire avec des roues moulées en zamac peintes de couleur noire. Il s’agit du même bleu que l’on rencontre sur la Packard 24 P. S’agissant de la nuance turquoise, il me semble à l’expérience que Meccano a utilisé durant la période de cette couleur une peinture d’une qualité différente. Elle donne l’impression d’être chargée en vernis. Avec le temps ce dernier vire légèrement, de manière plus ou moins prononcée, certainement en fonction de l’endroit où l’objet a été exposé. Ainsi la couleur turquoise peut avoir des nuances importantes, le bleu et le rouge aussi. Vous rencontrerez ces variantes sur toute la gamme de la série 25, mais uniquement sur les premières séries, que l’on peut dater de 1949 à 1952 environ.

Cette carrosserie brasseur n’a pas eu son pendant à Liverpool. Une série 30 a certes été créée à Liverpool, mais la maison mère s‘est arrogé le droit de créer une cabine différente pour chaque référence. L’échelle de reproduction étant quasi similaire, on peut facilement faire un lien entre les deux séries, française et anglaise. On peut se poser la question de l’intérêt de cette gamme à une époque où les premiers camions Foden et Guy sortaient des chaînes de Binns Road à l’échelle du 1/50. Je ne vois dans cette série qu’une raison économique. Ces véhicules au prix plus raisonnable devaient contenter les acheteurs moins fortunés, ceux qui rêvaient devant les Foden et les Guy mais ne pouvaient financièrement se les offrir. Cette série 30 a pris la suite de celle d’avant-guerre.

Parallèlement, à partir de 1949 sont apparus un camion Austin ridelles (30J), un Dodge camion benne basculante (30M), un Dodge maraîcher (30 N), un Studebaker citerne (30P), un Fordson plateau (30R), un Austin camion bâché (30S) un chariot électromobile (30V) et enfin un Hindle Smart camion electromobile (30W). Ces véhicules auront une longue carrière mais ils n’auront jamais le charme de la production de la rue Rebeval, dans le 19eme arrondissement.

Les boîtes de six de 1949 à 1952 environ portent encore la mention « Meccano Paris ». Après 1952, on lit sur le flanc des boîtes de 6 la mention « Meccano Bobigny »). On peut donc facilement les dater.

A suivre (voir la suite de l’article  sur les Ford brasseur

Tekno : le viking conquérant

Tekno : le viking conquérant

Cette semaine je vous emmène en Scandinavie. Enfant, familier de l’autoroute du Nord, j’étais déjà fasciné par les imposants camions nordiques : leur lointaine destination fièrement arborée sur les flancs des remorques me faisait rêver. C’était une invitation aux voyages. J’enviais les chauffeurs routiers qui bravaient tous les temps le long des rubans d’autoroutes. J’imaginais des périples semés d’embûches.

Tekno Scania
Tekno Scania

Aujourd’hui encore, lorsque je suis sur le point d’entreprendre une longue route, je ressens le même plaisir que le marin avant la traversée. Aussi, lorsque la passion de la collection m’a pris, les modèles Tekno ont toujours eu une place à part.

Fort logiquement, Tekno a inscrit les deux grandes firmes suédoises de poids lourds que sont Scania et Volvo à son catalogue.

La firme de Copenhague a conçu de nombreuses déclinaisons de carrosseries (bâchées, ridelles, citernes, fardiers, bennes de chantier) qu’elle a attelées indifféremment aux deux types de cabines.

Il me semble cependant que certaines combinaisons de carrosseries sont plus appropriées à un type de cabine qu’à l’autre. La cabine du camion Scania est au carré. Le capot moteur et les angles de la cabine semblent coupés à la serpe.

Le Volvo est lui tout en rondeurs. L’extrémité du capot moteur forme une courbe harmonieuse. Le haut des portes de la cabine est également galbé, imprimant au pavillon un doux arrondie.

Sous des aspects similaires, ces deux camions aux capots longs ont chacun une personnalité bien distincte.

La benne de chantier, avec sa casquette à angle droit habille mieux le Scania. De même, Le chargement de la remorque du fardier, tout en parallélépipèdes, convient parfaitement aux angles droits de la cabine de ce dernier. A l’inverse, avec son arrondi, la semi-remorque tôlée présentée ce jour semble plus harmonieuse avec le Volvo. Cette dernière est en tôle pliée.

C’est une technique que Tekno maîtrisait parfaitement pour avoir débuté son activité avec ce type de matériau. La forme de cette semi-remorque n’est pas familière chez nous. Il semble qu’il s’agisse d’une remorque frigorifique. Tekno a en fait réutilisé une remorque qui était destinée à être attelée au début des années cinquante à un tracteur d’entrepôt. Les deux éléments, le tracteur et la remorque, étaient vendus séparément. Un petit escabeau en tôle était fourni avec la remorque : il va sans dire qu’il est très souvent manquant.

Deux décorations avaient été choisies par Tekno, dont une avec un magnifique poisson. C’est l’indice qui me permet de penser qu’il s’agit d’une remorque frigorifique. Il faut également constater le grand décalage entre la modernité des cabines de ces camions du milieu des années cinquante et cette semi-remorque d’une dizaine d’années antérieure. Sous le charme des décorations on pardonne ce petit anachronisme.

Le premier Tekno que nous avons acquis fut le Cold O Matic. Je m’en souviens comme si cela était hier et j’avoue avoir ressenti de l’émotion en le sortant de la vitrine pour le photographier.

L’harmonie des teintes est très subtile. Avec l’autre version, « NC Kloster » se sont les deux piliers de la série. Tekno exportait beaucoup de sa production. Assez vite, il a compris qu’il y avait peu d’intérêt à livrer des « Cold O Matic » à des Américains ou des Italiens qui ne connaissaient ni cette société, ni les villes indiquées sur le camion. Des versions génériques ont ainsi vue le jour sur lesquelles on appliquait simplement le nom du fabricant de camions. Ainsi naquirent les versions « Scania » ou « Scania Vabis ». Une partie des modèles fut également utilisée à des fins publicitaires dans le réseau de concessionnaires. Il existe des combinaisons de couleurs bien plus rares que d’autres.

Nous verrons la semaine prochaine le cas de deux versions hors du commun. Les premiers modèles portent le logo « 75 » sur le plat du capot, remplacé plus tard par un « 76 », sans que l’on dénote de variation majeure. Cela correspond à l’évolution de la gamme du constructeur. Ils sont invariablement équipés de jantes à 10 écrous. Ces dernières sont toujours peintes (orange ou argent). Plus tard, sur la série estampillée « 76 » les jantes ne comporteront plus que 8 écrous. Elles sont invariablement en zamac brut.

(voir le blog consacré au  aux autres versions du Scania Vabis  semi remorque fourgon)

La guerre est toute proche

Berlin 1er Août 1914

Nous avons lu dans les journaux , l’assassinat, hier, de Jean Jaurès, lui qui était un ardent défenseur de la paix . Cela n’augure rien de bon dans les relations de nos pays. Notre empereur vient de lancer un ultimatum à votre pays. Cela risque d’entraîner une mobilisation générale. Ici, la guerre paraît inévitable, et nos armées se préparent. Que dire? Tout cela est allé tellement vite depuis votre visite. Nos prochaines correspondances risquent de s’espacer. Nos enfants, que vont- ils devenir dans ce tumulte? Les vôtres ont-ils revêtu l’uniforme? Notre Heinrich, lui est parti dans son régiment.

Amicales salutations

Hansel et Gretel

Ernst Plank: à la parade
Ernst Plank: à la parade

Sur ces clichés de véhicules, Ernst Plank vous apercevrez un camion plateau équipé de ses deux embarcations, à moins qu’il ne s’agisse de pontons permettant de soutenir un pont provisoire. Autre véhicule très intéressant, la cantine ambulante. En fait, pour être très précis, il s’agit plutôt du four à pain. En effet, Fisher produisit , dans sa gamme militaire, avec le même châssis, une version cantine, de forme cubique, avec une ouverture sur le dessus et une version four à pain, composée d’un tube et d’une ouverture frontale. C’est un ami Allemand, qui m’a expliqué la différence. La cantine est sous la forme d’un attelage hippomobile, de même que le fourgon sanitaire.

Nous sommes en 1914, et le cheval est encore très présent, dans les conflits armés.

Ralstoy Autocar semi remorque citerne

Ralstoy Autocar semi remorque citerne

Pour les amateurs, voici une liste complémentaire de firmes ayant commandé à Ralstoy des modèles Autocar publicitaires sur la basse de semi-remorques citernes. Ce sont des modèles que nous venons d’acquérir, mais que nous n’avons pas eu le temps de photographier.. la liste est loin d’être exhaustive.

A vous de chercher !

  • Fleet Gasoline (blanc/rouge)
  • Inland Petroleum Transportation Co (gris)
  • O’ boyle tank lines (ivoire)
  • Orr-Shaw Oil Corp./ Atlantic (blanc)
  • P.I.E (Pacific Intermountain Express) (3 couleurs argent; jaune; ou blanc)
  • Sunnyside/Atlantic (blanc)

Permis poids lourd à Tel Haviv

Permis poids lourd à Tel Haviv

Non ce n’est pas le titre d’un roman d’espionnage ! Quelle imagination fertile chez Gamda à l’époque.

Nous ne connaissons pas d’autres exemples de camions « auto-école ». La thématique des auto-écoles est elle-même peu fréquente.

Bedford auto-école Gamda
Bedford auto-école Gamda

Il y a souvent été recouru pour amortir à moindre coût un moule en fin de carrière. Norev et Minialuxe ont utilisé ce filon. Au cas présent, Gamda n’avait pas utilisé son moule pour une version préalable. Ce moule était en fait d’origine anglaise et avait été utilisé par Kemlow puis Automec pour la reproduction de ce Bedford.

Eux- mêmes s’étaient inspirés de celui reproduit par Dinky Toys. Les dimensions sont communes aux deux moules. Certains détails révèlent bien la similitude des deux modèles. Par contre, comme souvent en pareil cas, quelques détails diffèrent : la roue de secours est absente sur la copie ainsi que le crochet. Il est intéressant de voir les liens qui ont uni Gamda à certaines petites firmes britanniques.

Ainsi les moules relatifs à la gamme produite par River Serie, devenue DCMT, ont transité par la Nouvelle Zélande chez Lincoln industries (qui produira les Micro Models en Nouvelle Zélande) avant d’arriver dans la jeune nation qu’était Israël à l’époque. Ce pays qui venait de naître après le second conflit mondial avait gardé des liens avec la Grande Bretagne qui occupait la région auparavant.

Les moules qui devaient déjà être bien fatigués furent donc réutilisés une dernière fois. Nous avons précédemment étudié le cas de la Vanguard qui sera transformée en ambulance, voici donc le bâché qui va trouver un emploi en véhicule d’auto école ! Pour être honnête c’est l’inscription, côté droit, en anglais : “driving school” qui m’a permis d’identifier la fonction du modèle. Il est intéressant de constater que le décalque sur lequel est représenté un feu rouge sera repris sur le graphisme de la boîte. Ces versions sont très peu fréquentes.

Nous avouons n’avoir jamais revu d’autre Bedford auto-école. De par leurs décorations, ils étaient de toute évidence destinés au marché local.

Ils sont dorénavant très prisés par la communauté juive éparpillée dans le monde entier, notamment aux Etats-Unis. Ils sont représentatifs de l’essor et de l’histoire de cette jeune nation.