Archives par mot-clé : Berliet Gak

Des Gak à l’infini

Des Gak à l’infini

Le Berliet Gak, ce populaire camion qui a sillonné les routes durant les années soixante et qui symbolisait cette période de forte croissance a logiquement connu  un beau succès  auprès chez les fabricants de jouets français.  Il prend la suite du Berliet GLB qui pour le grand public était “le camion” par excellence. Le “Gak” prend la relève pour la génération suivante.

Fort logiquement, les fabricants de jouets ont compris l’intérêt d’inscrire le Berliet Gak à leur catalogue.

Solido est le seul fabricant français de jouets à n’avoir pas cédé aux charmes du Berliet Gak.

Il faut dire que la firme d’Oulins avait déjà inscrit à son programme d’autres Berliet, dont le TBO (voir le blog consacré à ce camion) puis le révolutionnaire Stradair  avant de conclure, au début des années 70 avec le TR300.

Berliet ne refusait jamais de fournir les plans de ses véhicules aux  fabricants de jouets. Paul Berliet trouvait là une reconnaissance et une publicité à moindres frais, fort valorisante pour ses produits. Il n’hésitait pas à commander des séries, reconnaissables à leur boîtage, et distribuées dans son réseau de garages.

Dans un article précédent, nous avons vu les versions reproduites en zamac (voir l’article consacré au Berliet Gak en zamac). Le Berliet Gak a également eu droit à de très nombreuses versions injectées en plastique. Le choix du matériau, et donc du prix de vente, dépendait de la clientèle visée.

Le plastique avait un coût de revient très inférieur au zamac. Pour cette même raison c’est en plastique qu’a été réalisée la grande majorité des modèles promotionnels.

Passons sur le Norev qui reproduit la superbe grande échelle. Le choix de la carrosserie “double cabine” de Norev a interdit toute réutilisation du moule. En tout état de cause le fabricant de Villeurbanne avait déjà un camion de tonnage équivalent au Berliet Gak à son catalogue, un Saviem. Il se dispensera logiquement de tomber dans le piège du doublon.

Minialuxe a décliné de très nombreuses versions du Berliet Gak, de facture honnête. Certaines sont venues garnir de jolis coffrets.

J’ai sélectionné celui qui fut réalisé pour la société “Bâches Saint Frères”. Les couleurs sont particulièrement harmonieuses. On appréciera le boîtage qui valorise l’ensemble. Le fabricant de bâches se devait de présenter son produit sous le meilleur jour. Minialuxe a donc conçu cette bâche en simili toile plastifiée qui a un rendu satisfaisant. La bâche “plastique” de la version Dinky Toys a un rendu inférieur.

Le budget alloué à ce produit promotionnel devait être limité, et de toutes les façons le modèle de Bobigny ne serait sûrement pas rentré dans le budget de cette entreprise picarde.

Je ne pouvais passer sous silence la version créée lors du lancement de ce camion avec sur la boîte la photo du camion à l’échelle 1 et les caractéristiques techniques. Il est fort possible qu’il ait également été distribué dans le réseau Berliet.

Vapé-Bourbon proposa aussi un Gak. Il remplaçait avantageusement le GLR et modernisait ainsi l’offre de ce fabricant. Pour l’occasion Bourbon a repensé sa conception. Le modèle précédent, le GLR n’existait qu’en version citerne car il s’agissait d’une version monobloc. Ceci limitait considérablement la possibilité de voir appliquer sur ce type de carrosserie une publicité d’un commanditaire qui ne soit pas dans les produits pétroliers.

Pour diversifier son offre, Bourbon a donc créé une cabine et plusieurs moules de carrosserie : tracteur, porteur, plateau brasseur, citerne, ridelles sur lesquelles on peut appliquer une bâche.

Cependant, le plus grand nombre de modèles publicitaires est consacré aux versions citernes, héritage sans doute de la version précédente. On appréciera tout de même la version équipée d’une benne aux couleurs de la marque d’engrais “Engrais azotés”.

ll y a bien sûr des publicités rares sur les versions citernes, notamment celle réalisée au Portugal pour “Sonap”.

Mais ma préférée est celle aux couleurs de …BP…Calais ! Plus précisément la station BP Socoda située au 8/10 boulevard Lafayette à Calais , ville de mon épouse.

On sait que Bourbon démarchait astucieusement les stations-service de France et de Navarre afin que chaque gérant commande une série de véhicules arborant la raison sociale et l’adresse de la station service qu’il tenait. Le coût ne devait pas être bien important. L’adresse est toujours figurée d’un seul côté. Cela peut constituer un thème de collection !

Plus sérieusement, il m’est arrivé d’en acquérir au seul motif que l’adresse figurant sur la citerne était celle d’ une ville qui m’est chère et ce doit être la même chose pour tous les amateurs de ce type de produit !

Si vous aimez le Berliet Gak, c’est bien avec la série Sésame que vous pourrez vous laissez aller aux variantes.

Ce n’est pas, loin s’en faut, la meilleure reproduction de ce camion. Mais avant de commencer vous devez savoir que vous n’arriverez jamais au bout de la collection car il est impossible d’établir une liste exhaustive. C’est un aspect  intéressant de la collection de miniatures, cela rend modeste.

Les versions de base sont assez faciles à se procurer et sont aussi très peu onéreuses. Ces modèles étaient distribués sur les marchés et dans les bazars. Ils sont restés à vendre jusque dans les années 80, quand j’ai commencé à m’intéresser à la collection. J’avais l’impression de remonter le temps en traquant ces modèles !

Une fois lancé dans l’aventure, ce sont les versions hors commerce qui vont séduire l’amateur. Le type de support de la publicité, lithographie ou décalcomanie, donne une indication sur la quantité produite : tôle lithographiée pour une quantité importante et au contraire décalcomanie pour une petite production.

Il semble que le fabricant devait toujours avoir en stock une quantité de véhicules de couleur blanche (plastique pour la cabine et le châssis et tôle pour la caisse). C’est cette couleur qui domine nettement dans ce type de modèles avec publicités en décalcomanie.

J’ai le souvenir d’avoir partagé avec M. Dufour un très important lot lors du salon Rétromobile il y a une vingtaine d’années. Nous étions heureux comme des enfants avec toutes ces versions qui nous étaient pour la plupart inconnues et que nous n’avons quasiment jamais revues !

Un dernier aspect me séduit particulièrement avec ces camions Sésame. C’est qu’ils véhiculent les enseignes de petites firmes ou de magasins de taille réduite qui n’auraient jamais pu espérer voir appliquer leurs noms sur un autre modèle réduit. Pas besoin de gros budget publicitaire. Ce sont des publicités locales et cela change de “Coca Cola” ou de “Nestlé”.

Comme pour le modèle Bourbon, un camion Sésame portant le nom d’une ville qui vous est chère ou évoquant des souvenirs peut prendre une importance démesurée à vos yeux de collectionneur. Ce côté subjectif est à prendre en considération dans les recherches.

Le Berliet Gak de chez Sésame, équipé ou non d’une friction en fonction du budget du commanditaire, reste un produit assez soigné. L’alliance du plastique et de la tôle lui confère un petit côté luxueux, par rapport à des productions de jouets tout en plastique. Cet aspect a dû peser bien des fois chez les commanditaires.

Ce camion peut largement occuper une vie de collectionneur, elle sera  compliquée et semée d’embûches

PS: le nouveau Pipelette (5) est disponible à la lecture sur la page d’accueil du site de l’Auto Jaune Paris. Bonne lecture.

 

lettre au père Noël

Lettre au Père Noël

Je n’ai pas souvenir, enfant, d’avoir écrit au Père Noël afin de formuler une demande particulière ou de l’orienter vers le jouet de mes rêves. Cela ne se faisait pas. Par contre, je me souviens bien lui avoir écrit pour lui préciser que, malgré quelques petits dérapages, j’avais été assez sage. Ce jugement n’engageait que moi, mais ainsi, j’étais bien certain de lui avoir rappelé que je méritais un petit paquet sous le sapin. La lettre avait eu l’effet escompté.

J’ai grandi. Par la suite, je n’ai plus rendu de comptes à ce Monsieur sur ma conduite.

La technique a d’ailleurs évolué. Désormais on ne formule plus ses demandes par courrier postal, on utilise le courrier électronique.

Dernièrement, Monsieur Malric m’a donc adressé un mail, un peu comme on s’adresse au Père Noël, en m’expliquant qu’il serait “opportun” de consacrer un article à “son camion préféré”, celui de son enfance, le Berliet Gak, en cette année anniversaire. Ce camion a en effet été lancé en 1958. Moi aussi je l’aime bien. Comme pour Monsieur Malric, il synthétise ma découverte du monde des poids lourds.

Je m’interroge cependant sur l’opportunité de présenter ce camion. Il me semble en effet que trop d’articles de la presse spécialisée sont réalisés sur des sujets qui n’apportent rien car ils ont déjà été traités de nombreuses fois. Comment éviter le piège de la redondance ?

Je vais donc vous présenter des Berliet Gak qui, chacun, pour des raisons qui lui sont propres présentent une originalité. J’ai sélectionné un ensemble de modèles “made in France”. J’ai scindé en deux parties cette étude, la première partie traitera des modèles injectés en zamac et la seconde partie des modèles en plastique.

Prenons le modèle réalisé par Dinky Toys, en zamac. C’est une superbe reproduction. Cela tout le monde le sait. Mis à part la version dépanneuse, peu crédible, à laquelle on a greffé l’arrière du Bedford TK provenant de Liverpool, tous les modèles sont des réussites.

Mon préféré est la grande échelle…je n’ai jamais pu l’avoir enfant et, dans la vitrine du marchand de jouets située à quelques mètres de la boutique de chaussures de mes parents, sa boîte richement illustrée me fascinait. Je revois très bien la vitrine murale située à l’extérieur du magasin. Je m’étais contenté de la version produite par Norev, qui est, ma foi, fort réussie. Il faut dire que le “vrai” camion était en service là où j’habitais.

Il y a également la version distribuée chez Tafanel, le brasseur parisien, aux couleurs de “Kronenbourg”. Je me souviens , il y a quelques années, avoir eu entre les mains un catalogue  qu’éditait ce brasseur, contenant les articles aux couleurs “Kronenbourg” distribués à travers son réseau de vente (blousons, tee-shirts, cendriers…).  Figuraient  aussi le Dinky Toys mais également le Berliet Stradair de chez FJ. Ces modèle étaient donc en vente à travers le réseau de distribution  “Kronenbourg”.

Je ne peux vous présenter qu’un seul modèle qui sort de l’ordinaire. Il s’agit de la pré-série de la benne basculante. Ce modèle possède une benne entièrement lisse. On peut imaginer que Dinky Toys a rencontré des problèmes avec son moule et qu’un nombre important de rebus a conduit la direction a le modifier rapidement. Les rainurages ont facilité l’injection du zamac lors de la fabrication. J’ai eu cet exemplaire auprès de M. Chaudey, avant d’en trouver un second, bien plus tard dans une salle des ventes. Il était en vrac avec d’autres modèles en état d’usage. Logiquement d’autres exemplaires devraient finir par apparaître un jour. En effet une certaine quantité a dû être réalisée avant la modification du moule (rainurage).

Chez JRD, si je dois retenir un modèle, ce serait le très original tracteur Tak semi-remorque panier avec ses 90 bouteilles de gaz, à installer une à une : elles étaient livrées dans un sachet. A chaque fois que j’ai eu à installer ces bouteilles, j’ai pu constater que JRD, généreusement en mettait deux de plus. Il faut dire que l’on cassait facilement les anses en les installant.

Bien évidemment ce sont les couleurs rares (argent ou bleu métallisé) qui sont les plus convoitées. Mon père et moi, nous les avons traquées avec assiduité. Cela a pris du temps.

Celle de couleur rouge, la plus fréquente, est aussi la plus réaliste et la plus réussie. La flotte des véhicules aux couleurs d’Antar était ainsi décorée.

Appréciez celle équipée de pneus en caoutchouc blanc, au dessin si particulier. La couleur des ces pneus n’est certes pas crédible mais ils s’harmonisent parfaitement avec les décalcomanies. Je ne me lasse pas de voir en vitrine ces objets acquis il ya près de 40 ans.

A Marseille, FJ a logiquement inscrit ce populaire camion à son catalogue. L’échelle de reproduction est atypique dans le paysage des productions françaises de jouets de l’époque. Il est reproduit au 1/60 environ. Celui qui me paraît le plus intéressant, et le plus rare est le brasseur aux couleurs de Coca-Cola.

Le plus original est bien sûr la version porte-fer. Il faut savoir qu’ FJ produisait ces modèles en tronçonnant aux 2/3 la cabine d’un modèle de base. Il y a là un côté artisanal qui sied bien à cette petite entreprise provençale. Une pièce en tôle permettait de fermer la cabine.

Le brasseur “Coca-Cola” a un charme désuet. Il est fini dans la couleur jaune orangé qui avait été choisie par la firme d’Atlanta après la guerre pour habiller sa flotte de véhicules.

C’est assurément de cette même couleur qu’aurait été peint le Renault 3500kg de chez Dinky Toys de 1961. Ce projet dont il ne reste que le plan n’a pas abouti. (voir le blog consacré aux plans Dinky Toys). Dans le milieu des années soixante, la livrée rouge et blanche a remplacé la couleur jaune. A voir le nombre important de jouets aux couleurs de Coca-Cola on réalise que dès l’après-guerre le service marketing de Coca-Cola avait compris l’importance de conditionner les jeunes clients.

Pour une raison que j’ignore la version “Coca-Cola” avec le Berliet Gak est rare. Je crois bien ne l’avoir revue que deux fois. FJ transfèrera cette déclinaison “brasseur” sur sa nouveauté le Berliet Stradair. Comme ce dernier , le Berliet Gak est équipé de jantes en plastique, ce qui est rare pour ce camion.

Il faut dire que le Stradair, dans la réalité, avait une suspension “Airlam”. Il était tout destiné au transports de marchandises fragiles.

Cette version benne à ordures distribuée à Lille aux couleurs de la capitale nordiste me semble être digne d’intérêt. Monsieur Dufour en possède également un exemplaire.

La version pompier est peu crédible. Cependant le jouet a un charme certain.

Enfin, il semble opportun de citer dans un article consacré à ce camion les versions publicitaires aux couleurs du” savon pâte  Arma”. La localisation  géographique de cette firme, Marseille, comme FJ  explique surement la réalisation de ce modèle. Il est fort réussi. Je pense qu’il a connu une distribution promotionnelle .

Finalement M. Malric a bien fait de faire sa demande en amont de Noël. Il a été entendu. Je vous invite également l’année prochaine à faire vos commandes d’articles bien en avance pour permettre au Père Noël d’étaler sa charge de travail.

 

Dépanneuse heureuse

Dans la vie de tous les jours, il est rarement agréable de devoir faire appel à une dépanneuse. L’appel est synonyme de panne, de frais et souvent d’emploi du temps bouleversé.

avec grues non ajourées
Dinky Toys France avec grues non ajourées

Paradoxalement, les collectionneurs de miniatures ont une attirance particulière pour ce type de reproductions. On peut penser qu’ils se souviennent de leurs jeux d’enfants. C’est un véhicule à forte capacité ludique.

Tout le monde connaît l’influence que la maison mère de Meccano, établie à Liverpool, exerçait sur sa filiale française, installée rue Rebeval à Paris puis transportée à Bobigny. L’analyse des gammes des miniatures Dinky Toys est révélatrice de cet état de fait. Il fallait à tout prix éviter qu’un modèle fasse double emploi. Dans son ouvrage sur les Dinky Toys, Jean-Michel Roulet explique comment le projet de la Peugeot 203 ambulance fut abandonné parce qu’aux yeux des dirigeants de Liverpool elle faisait double emploi avec la Daimler. Il se peut aussi que le potentiel de vente du véhicule n’ait pas été estimé suffisant au regard des résultats enregistrés par la Daimler.

Pourtant, la direction française a parfois su influencer le pouvoir décisionnel de Liverpool. En cela, l’histoire des camions dépanneurs, est révélatrice.

Avant guerre, Meccano France, par l’intermédiaire de sa filiale Dinky Toys, a déjà compris l’intérêt de proposer ce type de véhicule à ses petits clients. Elle a ainsi créé une dépanneuse à partir d’un classique camion de la série 25 carrossé en plateau à ridelles équipé d’une grue.

Cette grue a été astucieusement empruntée à la série ferroviaire où elle équipait un des wagons du coffret « train de marchandises ». Le résultat est probant. Il faut souligner que, très longtemps, dans la réalité, les dépanneuses ont été bricolées dans les garages à partir de châssis d’occasion, quand ce n’était pas à partir de châssis accidentés. En cela Meccano n’a fait que traduire un état de fait. Curieusement, Liverpool a accepté le projet. Il faut dire que cet ajout n’avait occasionné aucun investissement.

Durant cette période d’avant la guerre, à Liverpool, le choix se portera sur la transformation d’un camion de la série 30. Cette série est hybride et regroupe des autos (Chrysler, Rolls Royce, Daimler), une caravane et un camion ridelle. Ce dernier se verra affublé d’un équipement comprenant une grue, une caisse à outils et un projecteur. Le moule de ce camion sera réutilisé après la guerre.

Dépanneuse heureuse
Dinky Toys série 25 R

Après la guerre, Dinky Toys France va offrir deux dépanneuses à peu d’intervalle à ses petits clients. Elles portent la même référence, 25 R et sont peintes de la même couleur rouge. Cependant, les modèles sont de conception tout à fait différente. Je m’explique. En 1949, c’est d’abord la Studebaker qui est proposée à la vente en version dépanneuse. C’est une heureuse initiative que ce modèle, tout à fait réaliste et crédible. Elle fait partie de la série des camionnettes Studebaker, conçues selon un schéma de fabrication intelligent avec, d’une part un châssis cabine monobloc et d’autre part une carrosserie interchangeable.

Plus tard (en 1953), afin d’étoffer le catalogue sans doute, Meccano réutilise l’accessoire en tôle ajourée faisant office de grue équipé d’un crochet en acier et l‘installe à l’arrière d’un camion Ford équipé en benne entrepreneur. Ainsi, à peu de frais, Meccano peut s’enorgueillir de proposer deux dépanneuses à ses clients. La conception du camion Ford est pourtant radicalement différente du Studebaker. Tout d’abord, les deux modèles ne sont pas reproduits à la même échelle, bien qu’ils utilisent des éléments communs. Le camion Ford est moulé d’une pièce pour les versions à châssis long : brasseur, citerne et bien sûr le camion équipé de ridelles hautes qui servira de base à la dépanneuse. Pour être tout à fait complet il faut savoir qu’un deuxième moule verra le jour, doté d’un châssis court. Ce dernier reprend le schéma du Studebaker, c’est à dire un châssis cabine moulé d’une pièce et un élément de carrosserie interchangeable en usine.

Pour les camions suivants Dinky Toys va reprendre son schéma de fabrication classique, destiné à amortir l’outillage. Ainsi le Berliet GLB et le Simca Cargo vont être conçus sur le même schéma que le Studebaker. Les clients verront ainsi apparaître trois versions du Simca Cargo (fourgon, benne et plateau miroitier), toutes conçues sur la même base. Vient alors le moment de proposer une nouvelle dépanneuse. Le choix se porte sur le joli Citroën U23, véhicule très populaire à l’époque. J’ose ici avancer une hypothèse. En toute logique, le bureau d’étude aurait dû concevoir son Citroën de la même manière que les deux véhicules précédents, d’autant que ce petit camion s’y prêtait facilement. On peut penser que Liverpool a proposé la caisse arrière vue sur le camion Commer dépanneuse. Mais les deux camions ne sont pas à la même échelle et cette caisse ne peut pas s’adapter. Le bureau d’étude s’en inspire nettement car on est frappé par la similitude des deux parties arrière de ces dépanneuses. Par ailleurs, je n’ai pas le souvenir d’avoir vu dans des ouvrages consacrés aux poids lourds en France, des caisses de ce type.

Cette carrosserie me semble typiquement britannique. Confronté à l’impossibilité de réutiliser cet élément, Meccano optera pour injecter d’une pièce la cabine et la carrosserie. Le fait que le prototype retrouvé soit bien conçu en deux parties atteste de ce revirement de dernière minute.

Dépanneuse heureuse
prototype en bois du Citroën U23

Au moment de renouveler sa gamme, afin de moderniser son offre, Dinky Toys va de nouveau se tourner vers Liverpool. De l’autre côté de la Manche, Meccano offre un joli camion depuis 1964, le Bedford TK, qu’elle a décliné en plusieurs versions, dont bien sûr une dépanneuse. Le modèle est réussi. La caisse équipant cette dépanneuse est moulée d’une pièce. Son dessin est typiquement britannique, mais plus moderne que celui du précédent Commer dépanneuse qu’elle est censée remplacer. Il est possible qu’échaudée par l’épisode du Citroën U23, la direction de Bobigny se soit fait confier cette caisse afin de l’adapter à son Berliet Gak, pendant en France du Bedford TK, du moins dans la gamme Dinky Toys. L’échelle de reproduction commune aux deux modèles réduits favorise l’adaptation. Il est important de remarquer que la dénomination de la carrosserie, gravée sous la caisse, est restée en langue anglaise. Cette version du Berliet me semble la moins réussie de la gamme. En effet, cette caisse, d’origine britannique n’est pas crédible pour un véhicule circulant en France.

Faisons un dernier constat. Depuis 1949, la direction française a gardé le rouge comme fil conducteur pour ses dépanneuses. Seule une version bis du Berliet Gak, créée pour compléter l’offre « autoroutes » au catalogue vient contrarier cette logique. Le dernier véhicule en version dépanneuse proposé par Dinky Toys France, la Jeep Willys, gardera cette robe rouge.

Tube sans fond

Le Citroën HY n’a pas connu le succès international qu’il méritait. Ce manque de reconnaissance est confirmé par le peu d’intérêt des fabricants étrangers qui n‘en n’ont reproduit qu’un nombre réduit.

Citroën HY
coffret Osul

C’est au Portugal que l’on trouve la trace d’une fabrication en plastique, à l’échelle du 1/32 environ. De prime abord, on pourrait facilement croire à l’exploitation d’un moule ayant déjà été utilisé en France. J’y ai pour ma part longtemps cru. Pourtant, c’est bien Osul qui a fabriqué ce HY. Le modèle aura d’ailleurs une assez longue carrière.

Il est facilement reconnaissable car la calandre ne possède pas de chevrons ! Il est envisageable qu’Osul se soit abstenu de demander l’autorisation à Citroën ou même que cette autorisation lui ait été refusée. En effet, un examen minutieux du modèle produit par Minialuxe en France, à l’échelle équivalente de la reproduction offerte par Osul, révèle la mention « avec l’autorisation Citroën ». A cette époque, les constructeurs signaient assez facilement des exclusivités de reproduction. L’échelle de reproduction, mais aussi les matériaux choisis entraient en ligne de compte. On peut donc imaginer que Minialuxe ait bénéficié d’une exclusivité pour reproduire ce véhicule à l’échelle du 1/32 en plastique. Cette hypothèse expliquerait la disparition du modèle produit par Musy.

Le modèle Osul du Citroën HY est plus particulièrement connu dans sa version transport de chevaux. Il se singularise par l’adaptation d’une rampe à l’arrière du véhicule, en place des portes à battant.

L’intérieur a reçu un aménagement avec l’installation d’une cloison centrale. L’étui est imposant et l’inscription qui y figure m’a intrigué. José Andrade, grand collectionneur portugais m’a gentiment traduit cette dernière, qui signifie : « Vu à la télévision ». En effet au milieu des années 70 Osul avait fait une campagne de publicité à la télévision. Il est amusant de constater que sur les flancs de la boîte figure la silhouette d’un Berliet Gak van à chevaux. Osul s’est donc contenté de réadapter le HY qu’il a produit dès le milieu des années 50 en transport de chevaux plutôt que de créer un nouvel ensemble.. J’ai pu ainsi acquérir d’autres reproductions de ce véhicule, bien avant ce coffret, sans savoir qu’il s’agissait d’une version portugaise. Ainsi, il existe une version mécanique très intéressante. Le fabricant a choisi de pratiquer une ouverture sur le flanc gauche afin de pouvoir introduire la clef servant au remontage du moteur. Aucune indication ne figure sous le châssis.

Une autre version a également intrigué mon ami José. Je l’ai acquise auprès d’une personne qui l’avait trouvée en Espagne. La boîte est très belle. Sur les côtés de cette dernière figure la mention « furgon ». José m’a expliqué que ce terme est adapté du français. Le logo sur les languettes est inconnu à toutes les personnes à qui je l’ai présenté. José penche pour un enfant en uniforme. Les roues, en plastique monobloc, sont de couleur argent. Plus tard, au milieu des années soixante-dix, ces véhicules seront vendus sans étui individuel. Monsieur Dufour se souvient bien en avoir acheté un exemplaire en magasin durant un voyage au Portugal. Les roues seront alors en plastique noir.

Enfin, José m’a signalé l’existence d’un prototype en ambulance militaire qui n’aurait pas été commercialisé.

CIJ Renault 1000Kgs Boucherie

Le morceau du boucher

La campagne relative à l’élection présidentielle nous a récemment offert une belle polémique sur les modalités d’abattage du bétail, selon qu’elles obéissent ou non à un rituel, et sur les obligations d’étiquetage en la matière.

Renault 1000 kg en version boucherie
Renault 1000 kg en version boucherie en pleine livraison !

Je me suis souvenu que certains fabricants de miniatures avaient proposé des reproductions de véhicules sur le thème du transport de la viande et je n’ai pu m’empêcher de trouver dans l’actualité un prétexte pour vous les présenter.

S’il existe des reproductions de camions bétaillères qui permettent d’amener sur pied du bétail, les reproductions de véhicules transportant les carcasses et les morceaux de viande après l’abattage sont bien moins nombreuses.

Il faut avouer qu’il est commercialement plus facile de présenter une ou deux vaches bien portantes dans une bétaillère que des carcasses dans un camion frigo !

Ainsi, peu de fabricants de miniatures étrangers se sont penchés sur le thème du transport de viandes : à part le fils du boucher, quel enfant pourrait avoir envie d’acquérir un véhicule de ce type ? Corgi Toys reproduira pourtant des morceaux de viande dans un coffret « the lions of Longleat ». Il faut dire que ces derniers étaient destinés au repas des fauves ! Le coffret est d’un réalisme troublant.

Sur la base de son Bentam Karrier, Corgi Toys, toujours lui, produira un véhicule de vente de viande ambulante. France Jouets, fabricant atypique de Marseille, ne va pas hésiter à proposer à sa jeune clientèle un tel véhicule. Cette entreprise dont les fabrications sont pleines de charme n’a jamais hésité à sortir des sentiers battus. C’est ainsi qu’elle équipera un camion GMC d’une caisse avec des volets roulants. Ce fabricant avait pour politique commerciale de décliner sur un châssis commun de nombreux équipements. Grâce à cette politique économique, il réussira à se faire un nom auprès d’une clientèle fidèle. En effet, après le GMC, suivront un Berliet GAK puis un Berliet Stradair équipés de la même manière. Bien que l’échelle de reproduction des trois cabines soit différente, l’aspect de ces véhicules équipés de cette caisse est agréable à mes yeux. La finition « luxe »du GMC équipé de pneus blancs crantés est du plus bel effet.

C-I-J, autre fabricant français plein de charme, déclinera son superbe Renault 1000 kg fourgon en version boucherie. La rareté certaine de ce modèle permet de penser qu’il n’aura rencontré qu’un succès limité. Sa finition est superbe. Cette version est apparue vers la fin de l’utilisation de ce moule. C’est le type même de produit qui servait à amortir l’outillage. Le Renault 1000 kg est pour moi la plus jolie miniature produite de tous les temps. Il est amusant de constater que même les fabrications actuelles n’ont jamais pu offrir à la clientèle un modèle aussi fidèle que celui de la C-I-J. Techniquement, les portes arrière en tôle et le marchepied repliable sont de petits chefs- d’œuvre.

C’est le moment de prendre le temps d’aller chercher un Renault 1000 kg dans vos vitrines et de l’admirer !