Archives par mot-clé : Musy

Tube sans fond

Le Citroën HY n’a pas connu le succès international qu’il méritait. Ce manque de reconnaissance est confirmé par le peu d’intérêt des fabricants étrangers qui n‘en n’ont reproduit qu’un nombre réduit.

Citroën HY
coffret Osul

C’est au Portugal que l’on trouve la trace d’une fabrication en plastique, à l’échelle du 1/32 environ. De prime abord, on pourrait facilement croire à l’exploitation d’un moule ayant déjà été utilisé en France. J’y ai pour ma part longtemps cru. Pourtant, c’est bien Osul qui a fabriqué ce HY. Le modèle aura d’ailleurs une assez longue carrière.

Il est facilement reconnaissable car la calandre ne possède pas de chevrons ! Il est envisageable qu’Osul se soit abstenu de demander l’autorisation à Citroën ou même que cette autorisation lui ait été refusée. En effet, un examen minutieux du modèle produit par Minialuxe en France, à l’échelle équivalente de la reproduction offerte par Osul, révèle la mention « avec l’autorisation Citroën ». A cette époque, les constructeurs signaient assez facilement des exclusivités de reproduction. L’échelle de reproduction, mais aussi les matériaux choisis entraient en ligne de compte. On peut donc imaginer que Minialuxe ait bénéficié d’une exclusivité pour reproduire ce véhicule à l’échelle du 1/32 en plastique. Cette hypothèse expliquerait la disparition du modèle produit par Musy.

Le modèle Osul du Citroën HY est plus particulièrement connu dans sa version transport de chevaux. Il se singularise par l’adaptation d’une rampe à l’arrière du véhicule, en place des portes à battant.

L’intérieur a reçu un aménagement avec l’installation d’une cloison centrale. L’étui est imposant et l’inscription qui y figure m’a intrigué. José Andrade, grand collectionneur portugais m’a gentiment traduit cette dernière, qui signifie : « Vu à la télévision ». En effet au milieu des années 70 Osul avait fait une campagne de publicité à la télévision. Il est amusant de constater que sur les flancs de la boîte figure la silhouette d’un Berliet Gak van à chevaux. Osul s’est donc contenté de réadapter le HY qu’il a produit dès le milieu des années 50 en transport de chevaux plutôt que de créer un nouvel ensemble.. J’ai pu ainsi acquérir d’autres reproductions de ce véhicule, bien avant ce coffret, sans savoir qu’il s’agissait d’une version portugaise. Ainsi, il existe une version mécanique très intéressante. Le fabricant a choisi de pratiquer une ouverture sur le flanc gauche afin de pouvoir introduire la clef servant au remontage du moteur. Aucune indication ne figure sous le châssis.

Une autre version a également intrigué mon ami José. Je l’ai acquise auprès d’une personne qui l’avait trouvée en Espagne. La boîte est très belle. Sur les côtés de cette dernière figure la mention « furgon ». José m’a expliqué que ce terme est adapté du français. Le logo sur les languettes est inconnu à toutes les personnes à qui je l’ai présenté. José penche pour un enfant en uniforme. Les roues, en plastique monobloc, sont de couleur argent. Plus tard, au milieu des années soixante-dix, ces véhicules seront vendus sans étui individuel. Monsieur Dufour se souvient bien en avoir acheté un exemplaire en magasin durant un voyage au Portugal. Les roues seront alors en plastique noir.

Enfin, José m’a signalé l’existence d’un prototype en ambulance militaire qui n’aurait pas été commercialisé.

Le Tub du lundi – 3

L’échelle retenue pour ce Citroën HY sera le 1/38 environ. De par sa dimension on peut confondre le modèle avec celui produit par Minialuxe. Tout comme Norev, ou Minialuxe, le matériau utilisé, le plastique, a permis à ce fabricant de proposer une version avec la porte coulissante, ce qui était le minimum, mais également les ouvrants arrière. Ils sont d’une très grande fragilité. Les phares et le pare-chocs avant, rapportés, sont très souvent manquants.

Musy Citroën 1200Kgs
Musy Citroën 1200Kgs

Il n’y a pas de trace visible d’identification du fabricant pour ce modèle. Ce sont les roues, particulières à cette petite firme, qui nous aident dans notre démarche. Musy fut démarché par quelques annonceurs qui souhaitaient faire appliquer leur raison sociale sur les panneaux du Citroën HY. La version la plus spectaculaire est celle « coiffée » d’une cuisinière de la marque Sougland. Plusieurs versions existent. Sur l’une d’entre elles figure l’adresse d’un concessionnaire de la marque. Je ne serais pas surpris de trouver un jour la photo de ce véhicule à l’échelle 1. Il ne peut être sorti de l’imagination des fabricants de jouets ! La plaque d’immatriculation mentionne, outre le département de l’Aisne, siège de Sougland, les lettres BS.

Il y a une possibilité que Mussy ait cédé son outillage à cette firme dynamique, située à l’époque, à quelques centaines de mètres de ma boutique, avenue Jean-Jaurès, dans le 19ème arrondissement.

Un dernier commentaire s’impose sur cette série. Il existe une étrange version, d’origine, aux couleurs des « créations Vallée ». Je me suis longtemps demandé si cette firme n’était pas liée avec Musy. Je n’ai aucune preuve, juste une intuition. Il y a souvent une confusion entre le fabricant réel et le distributeur du jouet. Ces derniers ont souvent fait appel aux premiers pour concevoir des jouets et profiter de la grande expérience de petites firmes dans le domaine de la plasturgie. Certains ont ainsi alterné la fabrication de bassines en plastique, de manches à balai, et de jolis petits jouets.

La suite, prochainement avec quelques surprises à venir !

Le Tub du Lundi – 2

J’ai grandi en province, là où le lundi était une journée particulière pour un fils de commerçant. En effet, les commerces étaient traditionnellement fermés le matin de ce jour de la semaine. Les commerçants en profitaient pour aller se réapprovisionner chez les grossistes en région parisienne.

Musy était spécialisé dans les jouets premier âge...comme ce hochet
Musy était spécialisé dans les jouets premier âge…comme ce hochet

L’école publique où j’allais n’avait pas de cantine et mes parents me confiaient à des amis, qui exerçaient la profession de « brocanteur antiquaire ». Leur échoppe proposait de beaux objets, peut-être pas assez exceptionnels pour qu’ils bénéficient du qualificatif d’antiquaire. Un vague lien familial nous unissait.

Elevé dans les références du commerce traditionnel, le métier de brocanteur avait pour moi le charme inquiétant d’un métier de saltimbanque. Pas de stock, pas de vision à moyen terme. Pour mes grands-parents, la réussite d’un commerce se mesurait encore à l’importance du stock.

Le brocanteur doit se débrouiller seul pour approvisionner son commerce : il ne peut pas compter sur les grossistes ou les représentants pour faire rentrer la marchandise. L’idée même de vivre dans cette incertitude, de ne jamais savoir quand et comment acquérir des produits intéressants, me paraissait un obstacle définitif à ce qu’on puisse choisir d’exercer une telle profession. Je ne me doutais pas que cela serait mon métier 10 ans plus tard !

Monsieur Schryve avait fait l’acquisition d’un superbe Citroën 1200 kg de couleur argent. Assis à côté de lui dans son véhicule, j’appréciais beaucoup le retour à l’école. A l’intérieur, la capacité de chargement était impressionnante. Je revois bien les battants ouvrants à l’arrière et j’entends encore le bruit métallique de la targette servant à les fermer. Pour l’enfant que j’étais, la hauteur sous plafond avait de quoi donner le vertige, je me sentais petit dans cet espace. Les ingénieurs de Citroën avaient conçu un outil formidable pour ceux qui avaient des objets encombrants à transporter. Cela n’a peut-être pas été suffisamment mis en valeur. Ce n’est pas dans un Kombi Volkswagen que l’on aurait pu loger des armoires normandes.

Si l’on compare les deux véhicules, on comprend que le succès de la camionnette allemande a davantage reposé sur le marketing que sur de réelles qualités pratiques.

Le Tub du Lundi – 1

Afin d’illustrer ces beaux souvenirs, j’ai cherché quelques reproductions originales du Citroën 1200 kg.

publicité pour les jouets Musy
publicité pour les jouets Musy

Commençons par Dinky Toys qui a offert une très belle reproduction au 1/50 environ, suivi par JRD, puis C-I-J dans une échelle légèrement supérieure au 1/43. Norev proposera au 1/43 une version du  Citroën 1200 kg avec toutes les parties ouvrantes, c’est une véritable performance. La marque inscrira le fourgon à son catalogue, au 1/48 puis au 1/64.

Nous en trouvons également une version chez une autre firme française peu connue, Musy, créée par Hector Musy et installée à Géovreisset, dans l’Ain.

Ce fabricant, qui destinait sa production à une clientèle de marchands forains, de marchands de couleur ou de bazars de campagne, était référencé à la rubrique “Jouets du premier âge” dans le Catalogue des jouets et jeux de France, édité annuellement.

Une des spécialités de Musy était, en effet, les hochets.