Lego Chevrolet ” panel van”

Lego Chevrolet ” panel van”

L’industrie automobile américaine a connu son apogée entre les deux guerres.  Elle a cherché à étendre son influence partout dans le monde,  s’engouffrant dans la moindre brèche pour conquérir de nouveaux marchés.

En Europe,  notamment en Belgique, aux Pays-Bas et dans  les pays scandinaves,  l’absence d’industrie automobile locale permit aux constructeurs américains  de pénétrer  facilement les marchés.

En toute logique, ce phénomène eut des répercussions chez les fabricants de jouets scandinaves notamment dans le choix des véhicules à reproduire.

Prenons la firme  danoise Tekno.  A ses débuts,  elle ne proposera à sa jeune clientèle  que  des Packard, des Buick, des Dodge, des Mercury, des Ford et des Harley-Davidson. On observe la même tendance chez Vilmer avec des Dodge et des Chevrolet. Lego n’échappera pas à la règle,  avec une petite particularité.

Bien souvent les véhicules industriels américains étaient livrés  en Europe châssis nus. Ils recevaient sur place chez un carrossier local un équipement spécifique. Ainsi la Packard  reproduite par Tekno a reçu une carrosserie  scandinave, tout comme les camions Ford, avec leurs bennes équipées de volets rabattables typiquement scandinaves.

Lego quant à lui optera pour la reproduction d’une carrosserie franchement américaine, dénommée aux Etats-Unis « panel van » (que l’on peut traduire par fourgon tôlé). La forme est bien particulière, simple et efficace, en un mot taillée à la serpe.

Elle est conçue à moindre coût et permet un chargement facile sans perte de place. Le seul lien avec la Scandinavie se trouve dans les publicités apposées sur ces fourgons : « Lys Kraft » (compagnie électrique), « Maelk  Flode» (laitier), « Brod Kager » (boulangerie) et autres dénominations nordiques. Le choix de Lego peut paraître curieux dans la mesure où cette camionnette n’entre pas dans la logique ludique de la marque qui consiste à offrir aux enfants la possibilité de permuter des éléments. Cette camionnette est de fabrication monobloc. Le seul côté ludique consiste dans l’ajout sur certaines versions d’une petite friction, comme cela se faisait beaucoup à l’époque. Signalons que ce type de gadget n’a jamais fait l’unanimité chez les enfants.

La friction se révèle très vite encrassée ce qui a pour effet de bloquer totalement la miniature. C’est un comble pour un accessoire qui devait lui permettre un meilleur roulement !

Sa courte existence explique sa rareté. Les décalcomanies sont très fragiles. C’est un très beau jouet, désormais difficile à se procurer.

Des Dalia en coffret

Des Dalia en coffret

Le coffret est en carton fort de très belle qualité. Il est habillé d’un papier brillant de couleur orange .

Au centre du couvercle est collée une étiquette à fond jaune . Les couleurs sont chaudes, assez inhabituelles pour un emballage de jouet. Elles renvoient à l’ensoleillement de la région où ces jouets étaient fabriqués : Barcelone. L’orange du luxueux papier d’habillage rappelle également la couleur fétiche du sellier Hermès

L’amateur de jouets anciens voit tout de suite le lien avec les fameuses Solido Major et Junior qui virent le jour un peu avant. Comme nous l’avons déjà souligné, à partir des recherches de Bertrand Azéma, des liens existaient déjà. Les deux firmes étaient en pointe dans l’injection en zamac de divers objets utilitaires. On peut donc en conclure que Dalia a suivi le chemin tracé par Solido dans cette orientation : pistolets, avions et automobiles. Dalia fut sûrement encouragé par le bon accueil que le public a réservé à ces jouets ludiques car démontables et de qualité.

Ces autos baptisées “aérodynamiques” n’ont rien de commun avec les Solido si ce n’est le principe d’être démontables, chromées, de posséder un chassis commun. Un examen attentif révèle que la taille des chassis de ces “aérodynamiques” est située entre celle des “Major” et celle des “Junior” Solido.

C’est une taille intermédiaire. Dalia a choisi de reproduire des formes bien plus aérodynamiques que Solido. Même les carrosseries de la camionnette ou du camion sont conçues afin d’offrir une moindre résistance au vent. Le chassis et le capot moteur sont toujours chromés. Les différentes carrosseries reçoivent des couleurs acidulées métallisées très caractéristiques.

Dalia a poussé le luxe jusqu’à équiper ces modèles de pare-chocs avant et arrière, ce qui n’est pas le cas de Solido.

Ces coffrets datent de 1935-1936. Il sont luxueux, bien plus que les coffrets de Solido Major vus à la même époque en France

coffret Dalia

Un Dalia dans les ronces de Guernica.

Qu’est-ce qui fait que certains spectacles sont inoubliables ? Selon le metteur en scène italien Giorgio Strehler, l’étincelle magique peut se déclencher à tout moment, durer une seconde ou tout le spectacle, ne pas se répéter d’un jour sur l’autre : cela dépend des acteurs mais aussi du public. De nombreux facteurs entrent en compte, cela ne s’explique pas forcément. Il s’agit d’une étrange alchimie, qui fait que ce jour là, un instant se transforme en un moment de grâce.

Avez-vous déjà réfléchi à la question de savoir pourquoi un modèle vous émeut plus qu’un autre ? Qu’est-ce qui provoque l’étincelle ? C’est la question que je me suis posée devant ce coffret Dalia, le jour où je l’ai acquis, il y a fort longtemps.

Car en effet, j’ai ressenti une émotion très particulière devant cet ensemble Dalia d’autos aérodynamiques démontables.

J’ai été conquis sur le champ. La première explication est purement esthétique. L‘emballage est luxueux, il contient des miniatures très bien finies aux formes avant-gardistes.

Le chromage des châssis et du capot est de superbe qualité, de même que les peintures aux teintes acidulées qui habillent les carrosseries. La qualité du zamac est également irréprochable. Il n’y a quasiment jamais de métal fatigue sur ce type de fabrication, ce qui n’est pas le cas des Solido contemporaines de ces mêmes coffrets. Ces modèles sont de véritables créations qui ne peuvent être confondues avec les Major et les Junior produites en même temps chez Solido. Dalia avait des liens commerciaux avec Solido bien avant que la firme française ne fabrique des jouets.

Devant ce type de produits, on ne peut que s’interroger. Avant guerre, les miniatures espagnoles sont rares. Il y a de très beaux jouets produits de l’autre côté des Pyrénées, mais le matériau utilisé est le plus souvent la tôle peinte ou lithographiée (Paya, Rico…). La conjugaison de deux éléments, la provenance ibérique et la date de production du coffret (1935-1936), attisent la curiosité et questionnent.

Le contraste est saisissant entre le luxe de ce coffret et la situation du pays au même moment.

Pablo Picasso Guernica
Pablo Picasso Guernica

Ce coffret est contemporain de la guerre civile espagnole qui débute en 1936. On pense tout de suite à Guernica  de Pablo Picasso ou à la fameuse photo de Robert Capa “Mort d’un soldat républicain”, où l’anarchiste républicain Federico Borell Garcia tombe en arrière, fauché en plein assaut. Avec le tableau de Picasso, cette photo symbolisera la guerre d’Espagne. Nous sommes bien loin de la futilité d’un coffret de jouets.

mort d'un milicien Robert Capa
mort d’un milicien Robert Capa

 

 

En Espagne, à cette époque, il y a une grande disparité de pouvoir d’achat entre la classe ouvrière et celle qui possède le capital. Ce type de jouet, luxueux était forcement réservé à l’élite dirigeante.

Le trouble que je ressens devant ce coffret vient de mon questionnement : comment des coffrets aussi luxueux ont-ils pu être diffusés dans une période aussi noire ? Ballotée entre les républicains et les nationalistes la population avait bien d’autres soucis que d’acheter des jouets. Pour certains, c’était plutôt de survie et d’exil dont il était question. Le coffret double, comprenant toutes les carrosseries fait figure de luxe absolu. Le prix de vente très élevé de ce genre d’article a dû limiter sa diffusion à la caste dirigeante. Il n’a pu en être autrement. Dans ce contexte, la production de ce type de jouets paraît incongrue, voire indécente.

Cependant, peut-être faut-il voir dans la volonté de produire de beaux jouets, même en période trouble, une vision optimiste de l’avenir, propre aux pays latins ?

Par opposition, je pense au catalogue du fabricant allemand Tipp co de 1939 que j’ai récupéré dans les archives de Jacques Greilsamer. Le catalogue est en noir et blanc. La majorité des pages est consacrée aux jouets de guerre. La couverture du catalogue est édifiante : l’aigle nazi figure à la une avec une croix gammée.

C’est presque un catalogue de propagande. On en oublie que Tipp Co est un fabricant de jouets. Nous sommes bien loin des chaudes couleurs du coffret Dalia.

Voici quatre coffrets que j’ai pu acquérir au fil des ans. Je me souviens fort bien de l’acquisition du premier. Un exposant de pièces automobiles de Rétromobile l’avait lui-même acquis dans les années 70 en Espagne à l’occasion d’une manifestation automobile où il exposait. L’objet l’avait séduit et il l’avait conservé jusqu’à ce moment où, voulant faire une autre acquisition, il avait été obligé de le remettre en vente. Vingt ans après, lors du salon champenois, il m’avait demandé si je l’avais toujours conservé. Il avait semblé content que je réponde par l’affirmative. Je pense qu’il était très attaché à l’objet.

Plus tard, j’ai acquis les coffrets de petite taille. L’un est consacré aux voitures particulières et l’autre aux utilitaires. Enfin, dernièrement j’ai mis la main sur le dernier coffret, plus modeste certes, mais non dénué d’intérêt.

 

Lego Chevrolet citerne BP

 

C’est du sapin ?

Tous les ans au mois de décembre revient la question de la nationalité du Père Noël. On assiste depuis plusieurs années à une lutte des pays scandinaves qui revendiquent être la nation d’origine du père Noël. Norvège, Groenland et Finlande chacun développe ses arguments.

A mes yeux, au vu des très nombreux fabricants de jouets issus de ce pays c’est le Danemark qui me semble être la patrie du vieil homme.

J’ai pu lors de mes nombreux séjours scandinaves constater qu’aucun pays ne connait un ratio aussi élevé de fabricants de jouets par habitant.

Comme explication logique on peut avancer que ce type d’industrie colle bien aux atouts du pays : tradition d’artisanat, petites structures industrielles, esprit novateur. Ce pays a le don de fabriquer du beau, et ce n’est pas un hasard si aujourd’hui encore il fait figure de pays innovant dans le domaine du design.

C’est notamment le bois qui a fait la renommée du pays dans le domaine du jouet. Nous autres collectionneurs de petites autos nous avons peu à faire avec ce matériau, surtout dans les échelles de modèles réduits proches du 1/43.

Pourtant il ne faut pas oublier que des grandes firmes comme Tekno, Lego ont commencé leur activité dans le jouet en travaillant le bois.

Les produits finis recevaient ensuite une finition laquée du plus bel effet, donnant aux jouets un charme inimitable. Tekno et Lego ont ainsi acquis un savoir faire dans le domaine de la juxtaposition des pochoirs.

Tekno se tournera vers le zamac et la tôle tandis que Lego choisira le plastique. La série de camions Chevrolet aux couleurs BP est une parfaite illustration de cette association de matériaux. Le camion est injecté en plastique, composé de deux parties et d’une calandre en tôle. La citerne est en bois, monobloc. Seule la partie recevant les axes a été cloué à la citerne. Le bois est présent également sur les versions ridelles, mais uniquement pour la réalisation des bidons d’essence. Le résultat est splendide.

Ces produits ont toujours été peu fréquents, et peu de collectionneurs ont su les acquérir quand il était temps, les trouvant peut-être trop naïfs. Il y a peu de temps, des amis danois m’ont indiqué qu’à Legoland un musée consacré à l’histoire de Lego exposait certaines de ces pièces