Archives par mot-clé : Tootsietoys

De l’importance de la documentation

Lors de mon dernier voyage aux USA, au hasard des déballages marchands j’ai trouvé un document qui m’a semblé extrêmement intéressant. Il s’agissait d’un catalogue dont la couverture à dominante rouge et jaune m’a attiré. Le concepteur de ce catalogue n’avait sûrement pas choisi au hasard ces couleurs.

Jean de Vazeilles qui dirigeait Solido, m’avait expliqué que l’utilisation de la couleur rouge permettait de gonfler les ventes. Quant à la couleur jaune, c’est celle que l’œil perçoit le mieux.

Catalogue Ralstoy
Catalogue Ralstoy

Le catalogue Ralstoy présenté ce jour affiche le visage réjoui d’un enfant, dont on devine que la joie résulte de la perspective d’acquérir un coffret Ralstoy. Ce petit personnage fait penser à ceux que Meccano utilisait pour ses promotions dans les années 50.

Mais regardons davantage la couverture. Lorsque l’on connaît les véhicules de la marque, on s’aperçoit rapidement que les véhicules ont été enjolivés. Ainsi, les béquilles des tracteurs sont surlignées par de la peinture blanche : les extrémités d’axe ont reçu un petit coup de peinture. Le semi-remorque porte-engin a quant à lui reçu un superbe chargement composé de deux bobines de câble maintenues par des cales et des câbles. On aurait aimé que Ralstoy offre un tel chargement au public. Le semi-remorque fardier a reçu des chaînes et un crochet pour fixer les billes de bois sur la remorque. Enfin, les décorations du semi-remorque fourgon et de la citerne, inconnues sur les modèles vendus, ont dû rester à l’état de prototype ! Ont-ils survécu ? La citerne est intéressante. Ralstoy a inscrit sur les flancs de cette dernière qu’elle est spécialisée dans tous les types de transport : pétrole, huile, produits alimentaires, d’aliments pour bétail et enfin « other liquids » (autres liquides…).

Pour qui connaît un peu la marque, il est facile de comprendre que Ralstoy cherchait des clients dans tous ces secteurs afin que ces derniers y apposent leur publicité.

On peut donc en déduire qu’il ne faut jamais se fier aux photos des catalogues de jouets. Les photos de ces derniers sont en général retouchées. Les pages suivantes sont également intéressantes. On comprend que ce document est rare parce qu’il n’a jamais été destiné à être distribué à une jeune clientèle mais aux professionnels. A l’intérieur figurent les prix par quantité et les compositions des coffrets ainsi qu’un bon de commande prétimbré. Il ne reste plus qu’à le remplir ! La personne qui vendait ce document proposait d’autres catalogues destinés aux professionnels, notamment ceux d’Hubley, et de Tootsietoys. Tous avaient été annotés par le marchand de jouets, qui avait dû passer commande, sauf celui de Ralstoy qui n’avait pas trouvé grâce à ses yeux !

Depuis très longtemps, les collectionneurs de Ralstoy se querellent gentiment au sujet de l’identité du camion à capot long. L’identité du « cabover » (cabine avancé) n’a jamais posé de problème. C’est un Ford. J’ai même eu la chance d’en voir un vrai il y a quelques années sur un parking de Chicago. C’est un petit tracteur, étroit et haut sur pattes. S’agissant du capot long, mon ami Steve Butler penchait pour un camion de la firme Autocar. C’est d’ailleurs ainsi que je l’ai nommé dans les articles consacrés à ce camion. D’autres amateurs américains parlaient de camion « generic » c’est-à-dire sans identité particulière. La réponse figure dans ce rare catalogue. Sous la référence 10 figure un camion double essieu de la firme Mack. Vous pouvez donc corriger vos fiches ! Le semi-remorque fourgon porte la référence 9. La version citerne porte la référence 6. Le catalogue propose également une version tracteur solo.

Je profite de l’opportunité pour vous montrer d’autres exemplaires des versions du Ford semi-remorque fourgon. D’après le catalogue, cette version, celle de la remorque fourgon n’était commercialisée qu’avec le Mack. Aucune référence n’apparaît pour le Ford tractant cette remorque fourgon. Il semble donc que Ralstoy ne l’ait produit qu’à usage promotionnel pour des entreprises qui n’étaient équipées que de Ford ou qui ne voulaient pas de camion Mack. Il est évident que le Mack (trois essieux) revenait plus cher que le Ford (deux essieux). Ce qui est confirmé par le catalogue : le Ford était vendu 0,79 cents et le Mack 1,19 $ ! (voir un autre article sur Ralstoy)

Vacances sur les bords du lac Michigan

Tootsietoys est une firme établie à Chicago dans l’Illinois. Cette firme a connu une étrange histoire. Ses créateurs sont issus de l’industrie de la presse ; on leur doit à ce titre la publication de « the National Laundry Journal ».

Tootsietoys remorque Uhaul
Tootsietoys remorque Uhaul

En 1893, alors qu’il visitait la World ‘s columbian exposition, l’un d’eux, Samuel Dowst, s’intéresse à une machine qui injecte des boutons en zamac. Il en fit l’acquisition et se lança dans ce type de production. Afin de rentabiliser ces machines, d’autres applications furent rapidement trouvées, notamment la production de petits jouets distribués dans les pochettes surprises.

L’usine connut un essor économique important. L’année 1914 vit la production de la Ford T chez Tootsietoys qu’on estime à 50 millions d’exemplaires ! (source David Richter).

Bien avant Dinky toys, la firme de Chicago eut un succès très important. Il faut aussi bien comprendre que contrairement à la firme de Liverpool, la qualité d’exécution n’était pas la motivation première de cette firme ; c’est plutôt la production de masse qui était le but.

Durant toute son existence la firme de Chicago inondera de ses modèles le marché américain. Le modèle que nous présentons se situe à une période où la concurrence étrangère commence à s’attaquer au marché prometteur que constituent les USA.

Notre Packard Patrician vit le jour sur les chaînes de Tootsietoys en 1955. Elle fait partie de la série « six inch ». Cette auto verra son destin lié à celui de la Cadillac 62 sedan. Toutes les deux seront d’abord vendues à la pièce puis recevront chacune un châssis en tôle lithographié et un étui individuel, fait peu fréquent chez ce fabricant. Enfin, elles seront associées à des attelages, le hors-bord, et la remorque Uhaul qui constitue le fil conducteur de notre petite chronique

Les américains ont toujours été attachés à leur mobilité : depuis l’arrivée des premiers immigrants, il est dans leur tradition d’accepter de se déplacer. Il est de coutume d‘évoquer la grande mobilité des salariés américains, qui n’hésitent pas à partir à l’autre bout du pays pour progresser dans leur carrière, contrairement aux français qui sont davantage attachés à leurs racines. Cette différence culturelle a favorisé l’émergence de très grandes sociétés de déménagement.

Pour notre grand plaisir de collectionneurs de miniatures ces entreprises ont d’ailleurs offert de nombreuses reproductions. On peut même dire qu’il s’agit d’un thème de collection à part entière. La société Uhaul est spécialisée dans la location de véhicules ou de remorques car bien avant que cette possibilité ne soit offerte en Europe il était possible aux USA de louer un utilitaire ou simplement une remorque pour un déménagement. Cette société existe encore aujourd’hui.

Il y a quelques années, un collectionneur louait des encarts publicitaires dans la revue Antique toy world pour faire savoir qu’il recherchait tous les produits en rapport avec ce thème (gadget, publicité, jouets). La vision de sa collection sur le thème de la marque Uhaul donnait le vertige. Des firmes comme Nylint et Buddy L ont apposé les couleurs Uhaul sur des véhicules de leur production. Ainsi de nombreux jouets de grande taille furent proposés sur le marché, dont un grand nombre à usage promotionnel.

Les deux remorques Uhaul sont une parfaite illustration de ce fait. Celle en carton fait même office de tirelire… symbole des économies que les utilisateurs de ces véhicules pouvaient réaliser… ce terme revient souvent sur les publicités Uhaul, qui n’hésitent pas à chiffrer le gain qui profite aux clients.

Le coffret présenté n’est pas à usage promotionnel. Il était livré de manière alternative avec la Cadillac ou la Packard dès 1959. Autre point commun de ces deux berlines, elles sont les seules à être équipées d’un crochet de remorquage. La remorque Uhaul a connu des évolutions chez Tootsietoys ; elle a ensuite été attelée à l’Oldsmobile convertible en 1960 puis à la Ford Sation wagon en 1962. Viendra ensuite toute une série d’attelages dont un très rare ensemble composé de la MGTF avec Tubby teddy un des héros de dessins animés américains. Cela résume assez bien la popularité de cette firme. Nous imaginons aisément notre Packard partant pour quelques semaines de congés bien mérités de Chicago vers le lac Michigan…. La remorque de location n’est pas de trop pour trois semaines de vacances et pour emmener les jouets des trois enfants piaillant d’impatience dans l’habitacle surchauffé de la berline. Et puis il ne faut pas non plus oublier le matériel de pêche et le barbecue pour les grillades le soir au coin du feu . Non, décidément, l’année prochaine, il faudra une remorque à double essieu…certes on a toute l’année pour y penser et si on se fie aux grilles de réduction d’Uhaul , le surcoût ne sera pas un problème.

Un Mack pompier dans les rues de Londres

Il est parfois des logiques industrielles qui échappent au premier abord. Le cas de ce camion Mack pompier semi-remorque grande échelle en est une. C’est en effet le fabricant britannique Moore qui est l’auteur de cette reproduction.

Que peut bien faire ce beau camion Mack d’origine américaine dans les rues de Londres ? Le Royaume uni s’est toujours singularisé avec des véhicules que l’on ne rencontre nulle part ailleurs à l’exemple de ses autobus et de ses taxis. Les véhicules d’incendie ne font pas exception à la règle.

Camions Mack pompier Tootsietoys et Moore
Camions Mack pompier Tootsietoys et Moore

Les Merryweather et les Dennis, constructeurs britanniques de véhicules spéciaux, dont bien évidemment des véhicules d’incendie, ont produit des véhicules aux formes typiques que l’on ne croise que dans les pays du Commonwealth.

Remontons le temps. Tootsietoys, firme qui vit le jour dans les années 20, à Chicago, avait implanté une unité de fabrication en Grande-Bretagne. Ce fait est peu connu. Il y a une vingtaine d’années, dans une bourse à Londres, nous avons acquis un coffret Tootsietoys composé de camions Mack bulldog. La présentation du coffret ainsi que l’étiquette était identique aux coffrets américains. Mais un examen minutieux révéla une surprise : la présence de la mention Made in England. Plus tard, lors de nos voyages outre-atlantique, nous avons eu l’occasion de converser avec de grands amateurs de Tootsietoys. Nous leur avons signalé cette variante étrange et nous nous sommes aperçu que peu d’entre eux avait eu connaissance de cette branche anglaise. Nous avons découvert ensuite bien d’autres Tootsietoys « made in England » : Ford A, Ford T, Yellow cab… et un splendide coffret ayant pour thème la poste aérienne et comprenant des avions trimoteurs et des camions Mack qui avaient troqué la livrée US air mail pour celle du royal air mail !

Après quelques recherches auprès de gens compétents nous apprîmes que Jo Hill co, en parallèle à sa propre production, avait fabriqué sous licence ces Tootsietoys. On peut penser que Tootsietoys avait expédié en Grande-Bretagne des moules utilisés pour la production de modèles qui n’étaient plus à son catalogue. Le moulage, en plomb est plus grossier, plus empâté, que les modèles américains. Nous aurons le plaisir de vous présenter plus tard ces coffrets. Il y a donc bien eu une tentative d’implantation de production en Europe. Enfin, en Grande Bretagne pour être précis. Il est clair que Tootsietoys USA essaya par le biais d’importateurs de diffuser ses produits “made in USA” en Belgique, Suisse, Suède et même en Angleterre par l’intermédiaire de l’entreprise Moore.

Il est assez fréquent de rencontrer des jouets provenant de Chicago dans ces contrées, mais en aucun cas des Jo hill co, qui n’ont jamais été exportées. L’histoire se répétera, mais dans l’autre sens, avec une série de Lone star exploitée outre atlantique par Tootsietoys

Concernant ce camion Mack, nous possédons très peu d’éléments. Au premier regard on peut penser à un modèle où la seule différence serait le boîtage. C’est d’ailleurs la présence de cette étrange boîte qui nous a attiré. Un examen comparatif avec la version américaine nous amène à conclure que de nombreux détails ont été retouchés. Nous vous laissons constater sur les clichés.

Le fabricant Moore n’est pas listé par Paolo Rampini. D’ailleurs est-ce un fabricant ? … en fait, Moore était l’importateur officiel de Tootsietoys en Grande-Bretagne. Avant la Guerre, il a donc vendu, parallèlement aux modèles Jo Hill co fabriqués en Angleterre des modèles made in USA. Après guerre, il s’est aventuré dans la production comme Jo Hill co en retouchant ce camion Mack : ce fut un essai unique et malheureux.