Archives par mot-clé : fourgon

Un déménagement chez monsieur le Comte Giansanti

Dynamique, le comte Giansanti va aller plus loin. Cet homme habile et charmeur avait su communiquer son enthousiasme pour les produits Mercury à M. Franz Carl Weber, pourtant plus habitué aux couleurs sobres des Märklin !

Camion de déménagement Saurer
Catalogue Mercury avec Saurer fourgons

Fort de son succès commercial, M. Franz Carl Weber n’hésitait pas à promouvoir son image en faisant réaliser des miniatures aux couleurs de ses magasins. Le marché suisse étant porteur, d’une manière générale, les fabricants de jouets n’hésitaient pas, sur la base des modèles existant dans leur gamme à décliner des versions réservées à ce marché. Mais de là à créer entièrement un modèle pour ce même marché, il y a là un pas que Le comte Giansanti va franchir avec Mercury.

Tout amateur de poids lourds a entendu parler de la firme Saurer. Cette firme prestigieuse finira absorbée par Mercedes dans les années 80. Elle a été un sujet de fierté pour les Suisses.

En raison de sa qualité d’importateur de Mercury, le Comte Giansanti va participer financièrement à la création du moule de ce camion. En contrepartie de son investissement il aura l’exclusivité de la diffusion de la version la plus spectaculaire, le fourgon de déménagement. Mercury aura le droit de vendre la version plateau et la version benne basculante. Remarquons qu’en gardant l’empattement de la version du fourgon, Mercury a produit deux modèles peu crédibles.

Le modèle reproduit est un Saurer C5 à cabine avancée de 1950. Le comte Giansanti fera réaliser quatre décorations de transporteurs qui existaient réellement.

  • Camions de déménagement Saurer
    Deux versions: décorations avec décalques ou au tampon

    La première version est aux couleurs de Kehrli&Oeler de Berne, la capitale administrative. Ce sera la seule version qui connaîtra une variante. La décoration d’abord réalisée en décalcomanie, assez fragile est ensuite remplacée par un lettrage blanc au tampon à chaud ombré de couleur en question. Le pavillon passera de la couleur argent à gris clair au fil de la production.

  • La deuxième version sera Natural Le Coultre de Genève. Welti-Furrer de Zürich constituera la troisième version.
  • Camions de déménagement Saurer
    portes ouvrantes

    La dernière sera Gondrand, dont le siège était à Turin. Il fallait bien honorer, avec une firme de taille conséquente, la partie italienne de la Suisse.

Toutes ces firmes existent encore aujourd’hui.

Monsieur Alain

En ce vendredi de janvier, le plat pays est recouvert d’un manteau blanc. La température extérieure frôle les -6°. Les canaux sont gelés, le soleil est pâle, on se croirait dans un paysage de Brueghel. C’est à la suite d’un coup de téléphone de « Monsieur Alain », citoyen bruxellois dont j’ai fait la connaissance à la fameuse bourse du Woluwe à Bruxelles il y a près de trente ans, que j’ai pris la route du nord.

Avec le porte clefs !
Avec le porte clefs !

Comme beaucoup d’autres collectionneurs, j’étais à la recherche des mythiques Gasquy quand Monsieur Alain se proposa de m’aider dans mes recherches. C’est ainsi qu’a commencé notre relation de collectionneurs.

La bourse avait lieu deux fois par an et nous avions pris l’habitude de correspondre entre les deux manifestations pour nous tenir informés de nos trouvailles respectives en vue de futurs échanges. Ils sont rares les collectionneurs passionnés avec qui il est possible de procéder ainsi. Pour procéder à un échange il faut une estime et une confiance réciproques. Je peux même affirmer que le plaisir de dénicher un modèle pour son correspondant est aussi important que le modèle que vous allez obtenir en échange.

Belgique Volvo N88 "chocolats Jacques"
Belgique Volvo N88 “chocolats Jacques”

Bien qu’il s’agisse sans conteste du plus grand évènement européen, la bourse du Woluwe a malheureusement périclité et nos rencontres se sont espacées, jusqu’à ce coup de téléphone inattendu. Monsieur Alain avait pris pour des raisons toutes personnelles la difficile décision de se séparer de sa collection. Il m’invitait à venir le voir, sans oublier de préciser que je ne le regretterais pas. Cela, je n’en doutais pas le moins du monde. Nos relations antérieures m’avaient appris à le connaître. Discret, modeste, je savais qu’il cachait quelques trésors amassés durant des décennies de chine.

Dès mon arrivée, nous sommes partis dans des discussions d’amateurs, comme au bon vieux temps de nos échanges. Il faut dire que l’accent bruxellois de mon interlocuteur est un ravissement pour l’oreille. C’est Jacques Brel au pays des miniatures !

Il m’ouvrit ses vitrines. Tout était disposé avec goût, avec passion. Il n’est pas si courant que les gens sachent mettre en valeur leur collection. La petite couche de poussière sur les modèles donnait un côté désuet à l’ensemble, comme celui d’un vieux et beau magasin de jouets où le temps se serait arrêté. Fin connaisseur, Monsieur Alain, savait bien repérer les modèles que je destinais à la revente et ceux qui iraient dans mes vitrines. Pas besoin de lui préciser. Il souhaitait d’ailleurs que certaines pièces rejoignent mes vitrines. Dans la vie d’un collectionneur ce sont de beaux moments que ceux de la transmission, d’un savoir, d’un patrimoine. C’est une petite partie de vous, Monsieur Alain que j’ai emmenée ce jour-là de Bruxelles.

Pour illustrer cette première partie j’ai choisi une sélection de modèles en plastique. C’est un point commun qui nous rapproche Monsieur Alain et moi. Nous avons toujours eu une grand attirance pour ce matériau, longtemps dénigré par d’autres collectionneurs. En rapport avec sa nationalité belge, voici des miniatures en plastique « made in Belgium ». Le Volkswagen Kombi réduit à l’échelle du 1/42 est rare. Monsieur Dufour en possède un, et, depuis que je l’ai découvert, j’avais vainement essayé d’en trouver un. C’est l’acquisition qui m’a donné le plus de plaisir dans la collection de « Monsieur Alain ». Il est de fabrication inconnue.

Les autres modèles forment un intéressant trio de véhicules réalisés pour le chocolat Jacques. Ils précèdent la série de miniatures produites par Sablon et estampillées « Jacques chocolat ». Les deux camions réduits à l’échelle du 1/42 environ sont peu fréquents. J’en profite également pour vous présenter l’album de vignettes que les enfants collectionnaient en achetant des tablettes de chocolat.

Espérons que l’envie d’acquérir de beaux camions n’aura pas entraîné surconsommation et crise de foie !

CIJ Renault 1000Kgs Boucherie

Le morceau du boucher

La campagne relative à l’élection présidentielle nous a récemment offert une belle polémique sur les modalités d’abattage du bétail, selon qu’elles obéissent ou non à un rituel, et sur les obligations d’étiquetage en la matière.

Renault 1000 kg en version boucherie
Renault 1000 kg en version boucherie en pleine livraison !

Je me suis souvenu que certains fabricants de miniatures avaient proposé des reproductions de véhicules sur le thème du transport de la viande et je n’ai pu m’empêcher de trouver dans l’actualité un prétexte pour vous les présenter.

S’il existe des reproductions de camions bétaillères qui permettent d’amener sur pied du bétail, les reproductions de véhicules transportant les carcasses et les morceaux de viande après l’abattage sont bien moins nombreuses.

Il faut avouer qu’il est commercialement plus facile de présenter une ou deux vaches bien portantes dans une bétaillère que des carcasses dans un camion frigo !

Ainsi, peu de fabricants de miniatures étrangers se sont penchés sur le thème du transport de viandes : à part le fils du boucher, quel enfant pourrait avoir envie d’acquérir un véhicule de ce type ? Corgi Toys reproduira pourtant des morceaux de viande dans un coffret « the lions of Longleat ». Il faut dire que ces derniers étaient destinés au repas des fauves ! Le coffret est d’un réalisme troublant.

Sur la base de son Bentam Karrier, Corgi Toys, toujours lui, produira un véhicule de vente de viande ambulante. France Jouets, fabricant atypique de Marseille, ne va pas hésiter à proposer à sa jeune clientèle un tel véhicule. Cette entreprise dont les fabrications sont pleines de charme n’a jamais hésité à sortir des sentiers battus. C’est ainsi qu’elle équipera un camion GMC d’une caisse avec des volets roulants. Ce fabricant avait pour politique commerciale de décliner sur un châssis commun de nombreux équipements. Grâce à cette politique économique, il réussira à se faire un nom auprès d’une clientèle fidèle. En effet, après le GMC, suivront un Berliet GAK puis un Berliet Stradair équipés de la même manière. Bien que l’échelle de reproduction des trois cabines soit différente, l’aspect de ces véhicules équipés de cette caisse est agréable à mes yeux. La finition « luxe »du GMC équipé de pneus blancs crantés est du plus bel effet.

C-I-J, autre fabricant français plein de charme, déclinera son superbe Renault 1000 kg fourgon en version boucherie. La rareté certaine de ce modèle permet de penser qu’il n’aura rencontré qu’un succès limité. Sa finition est superbe. Cette version est apparue vers la fin de l’utilisation de ce moule. C’est le type même de produit qui servait à amortir l’outillage. Le Renault 1000 kg est pour moi la plus jolie miniature produite de tous les temps. Il est amusant de constater que même les fabrications actuelles n’ont jamais pu offrir à la clientèle un modèle aussi fidèle que celui de la C-I-J. Techniquement, les portes arrière en tôle et le marchepied repliable sont de petits chefs- d’œuvre.

C’est le moment de prendre le temps d’aller chercher un Renault 1000 kg dans vos vitrines et de l’admirer !

Si Spot-On avait eu le temps …

Le fait est rare, et mérite d’être mis en valeur. Les fabricants asiatiques ne se sont pas toujours inspirés de ce qui se faisait par chez nous : la preuve en est avec ces beaux camions Morris.

Avouons que ces cabines très typées britanniques auraient mérité des reproductions chez les fabricants anglais. Elles ont eu un succès confidentiel chez les utilisateurs à l’époque.

l'étrange cabine du Camion Morris
l’étrange cabine du Camion Morris

Elles correspondent à la période, au milieu des années 60, où l’ouverture des marchés et des frontières en Europe va bouleverser le paysage routier. Ainsi de nombreuses marques vont fusionner afin de lutter plus efficacement contre la concurrence.

A titre d’exemple, des cabines très similaires à ces Morris seront adaptées en France, chez Willeme. Nous verrons ainsi des camions BMC d’origine anglaise arborant le monogramme Willeme BMC, mais aussi des Willeme AEC…le succès ne sera pas au rendez vous…l’industrie automobile anglaise, en perte de vitesse depuis la fin de la seconde guerre mondiale, aura beaucoup de mal à développer ses exportations.

Ces véhicules ne feront aucune percée commerciale en dehors des colonies ou des pays anciennement colonisés avec lesquels l’Angleterre a gardé des liens privilégiés. Ces modèles ont sans doute souffert d’un manque d’innovation technique qu’une originalité purement esthétique n’a pas pu pallier. Le fait est là, ces firmes seront balayées très rapidement.

Notre Morris est doté d’une cabine assez révolutionnaire. Avec de larges surfaces vitrées, son créateur a manifestement privilégié la vision. Emporté par sa fougue cet ingénieur a réussi à placer les deux portes dans un angle improbable, l’accès à la cabine se faisant par un marchepied situé sur l’angle arrière biseauté. Au niveau de l’originalité c’est réussi, quant à l’efficacité, la réponse est que ce système ne sera jamais plus réutilisé ! Il n’empêche que le modèle a fière allure en vitrine. L’échelle de reproduction est voisine du 1/43 (17cm). Il est à une échelle identique de celle des camions Spot-On.

Il est intéressant de constater que sur son dernier catalogue Spot-On avait programmé un fourgon Leyland dans une version ambulance et police. Un dernier mot sur le ou plutôt les fabricants de ce jouet. La benne et le fourgon portent gravés sur leur châssis le logo « TAT » made in Hong Kong. On rencontre souvent le nom de cette firme très active. Par contre sur les boîtes figurent deux noms différents.

Ainsi la version ridelles a été vendue sous le nom « Fairylite empire made » alors que la firme apparaissant sur la boîte du fourgon est « Merehall’s Noveltoys ».

Ceci ne fait que confirmer un fait familier aux collectionneurs de ces produits. Il semble que toute la production de miniatures de Hong-Kong n’a été en fait l’œuvre que de deux ou trois unités de fabrication. Un peu à l’image de ce qui se passe actuellement en Chine pour les miniatures.

Enfin n’oublions pas de mentionner deux détails. Le premier concernant la version ridelles. Celle-ci est équipée d’une petite remorque, qui doit se loger à l’intérieur de la benne du camion pour tenir dans la boîte ! Quant à la version du fourgon, elle arbore fièrement le nom de son commanditaire « Merehall’s Noveltoys ». On peut imaginer notre camion, comme dessiné sur la boîte remontant le motorway M1 empli de petites reproductions de chez« Merehall’s Noveltoys ».

Les embouteillages dans l’Ohio chez Cam Cast

Les embouteillages dans l’Ohio chez Cam Cast

Voici la suite de notre série sur les Cam cast toys entamée avec les Dodge fourgons puis les citernes. (voir l’article sur les camions fourgons Cam Cast) (voir l’article sur las camion citernes Cam cast)

C’est la dernière partie… il ne tient qu’a vous qu’il y ait une suite… si vous me trouvez d’autres modèles !