Archives par mot-clé : Jan Van Eyck

Des formes avantageuses

Des formes avantageuses.

Tous les goûts sont dans la nature. Il suffit d’arpenter les allées d’un musée comme Le Louvre pour constater qu’à travers les siècles, l’idéal morphologique a évolué.

Si l’on prend comme point de départ, tout à fait arbitraire, la Grèce antique, ce sont d’abord les hommes qui ont été représentés dans le plus simple appareil.

Au milieu du XV siècle, le statut des artistes évolue avec les commandes de riches marchands flamands. Les sujets ne sont plus uniquement religieux.

Adam et Eve sont prétexte à représenter le corps de la femme dénudée. Une des premières Eve, celle de Van Eyck en 1432 a dû choquer plus d’un fidèle.

Que dire de l’érotisme sous-jacent de celles de Lucas Cranach au milieu du XVI siècle? Bientôt la mythologie fournira d’autres arguments aux peintres mais aussi aux mécènes.

Même si vous n’êtes pas un amateur de musées, les nus de Rubens n’ont pu vous laisser indifférents. A regarder ces femmes bien en chair, à l’opposé des critères des stylistes de mode actuels on comprend que les critères de beauté ont évolué.

Pourtant dans l’éditorial du magazine Le Monde daté du 31 octobre 2020, la journaliste Marie-Pierre Lannelongue commence son papier ainsi:

“Sans mes fesses, je n’aurais jamais pu venir dans un endroit pareil”.

L’éditorialiste nous invite à lire l’article de la journaliste Ghalia Kadiri. On apprend qu’au Maroc, les cliniques de chirurgie esthétique se multiplient. Mieux, le Maroc serait en train de concurrencer les pays leaders, les Etats-Unis et le Brésil. Le phénomène s’explique par l’explosion d’audience des réseaux sociaux où de jeunes marocaines publient clichés et vidéos pour expliquer comment leur vie s’est métamorphosée depuis qu’elles ont eu recours à la chirurgie esthétique.

L’opération relève de l’investissement.

La journaliste raconte que certaines d’entre elles, entretenues par de riches hommes, “font même désormais vivre leur famille avec leurs fesses”. Le modèle est une certaine Kim Kardashian. Nombre de jeunes femmes rêvent d’en devenir le clone.

La journaliste nous emmène à la rencontre du chirurgien le plus célèbre, un certain “docteur Guess” (Mohamed Guessous). Son but explique t-il est de démocratiser la chirurgie esthétique. Il a rebaptisée l’opération consistant à prélever la graisse du ventre de la patiente pour la réinjecter dans les fesses “MBL” : Maroccan Butt Lift en place du traditionnel et labellisé “BBL” (Brazilian Butt Lift).

Ce dernier se targue de proposer à ses clientes plusieurs tailles de fesses: de “S” à “XL”, mais n’incite pas à la modération car “plus c’est gros plus ça marche !”.

Le docteur Guess a même inventé la silhouette “Ferrari”: “c’est un BBL auquel on a ajouté un côté latéral pour plus de féminité par rapport aux fesses bombées du Brésil, où sont préférées les silhouettes sportives.”

Si Enzo Ferrari était encore de ce monde, aurait-il été heureux de cette comparaison ?

J’ai cherché une Ferrari qui pourrait correspondre à cet idéal alliant rondeur, féminité et sex appeal.

Un modèle me parait assez bien correspondre : la Ferrari 275GTB.

Elle a, me semble t-il, une place particulière dans la généalogie des Ferrari de route.

L’auto est superbe, c’est évident, et elle a marqué les esprits à sa sortie. Pour s’en convaincre il suffit de lister les fabricants de miniatures qui l’ont mise à leur catalogue : Dinky Toys, Politoys, Edil Toys, Norev, et même le Tchèque Igra, sans compter les dérivés (Meboto, Mc Gregor)

Pourtant quand on regarde l’histoire, on peut se dire que Solido a bien fait d’attendre et de proposer celle qui a suivi et qui allait, de manière radicale donner un sérieux coup de vieux à la 275GTB, la Ferrari 365GTB4 Daytona. Avec ses formes anguleuses, cette dernière tranche radicalement. Finies les rondeurs de la 275GTB. Le modèle qui fait école c’est la Carabo et ses angles, suivie de toutes les productions italiennes de chez Bertone, Ital Design et autres Pininfarina.

Les Lamborghini Miura, puis les Maserati Indy, Lancia Stratos, Lamborghini Countach et autres pur-sangs italiens vont arriver et notre 275GTB va très vite se trouver démodée. Curieux destin pour cette auto qui marque pour moi la fin d’une période. Enfant, j’avais déjà ce ressenti. La 275GTB aussi belle soit-elle m’a toujours semblé tournée vers le passé. Un passé glorieux certes, mais le passé.

Dinky Toys a offert un modèle sublime. Sans chauvinisme aucun, c’est la plus belle reproduction industrielle de cette auto. Bobigny a fait de gros efforts. Admirez les lignes d’échappement en plastique chromé rapportées, bien proportionnées, n’alourdissant nullement le modèle et n’entravant  pas son roulement. C’est sûr, nous sommes en présence d’une maquette plus que d’un jouet.

Toutes les parties sont ouvrantes et les dessinateurs du bureau d’étude ont réussi la gageure de ne pas altérer la ligne du modèle. Les vitres des portières à demi baissées permettent d’admirer l’habitacle. Raffinement supplémentaire, des autocollants ont même été créés afin de cacher les disgracieuses fixations de vitres. Pare-chocs rapportés en plastique chromé, feux et clignotants en strass : le grand jeu. Elle supplante à mes yeux les fabrications italiennes (Politoys et Edil Toys) qui sont pourtant de très bon niveau.

Les couleurs choisies sont réalistes. J’ai un faible pour celle de couleur jaune, qui permet de rompre la monotonie dans une vitrine consacrée aux Ferrari où la couleur rouge domine.

Sachez que quelques exemplaires ont été réalisés en rouge-métallisé (rubino). Le résultat est superbe. J’ai récupéré la mienne chez Jean-Bernard Sarthe qui avait eu la vraie, avec laquelle il avait fait quelques rallyes régionaux et autres courses de côte.

La version bicolore mérite que l’on s’y attarde. Elle est d’origine. Il ne faut pas la confondre avec les modèles bariolés (Citroën DS19…) remontés par un vendeur établi au marché de Vanves dans les années 90 avec des pièces provenant de l’usine après sa fermeture. Cette Ferrari je l’ai récupérée chez un couple qui travaillait sur la chaîne à Bobigny. L’histoire est assez singulière. Peu de temps après mon installation en 1984, ils m’avaient contacté pour me vendre un lot de 150 pièces. Superbe. Ils m’avaient expliqué qu’ils avaient constitué pour chacun de leurs deux enfants une petite collection identique. Ils me proposèrent d’abord la collection de leur fille. Cette dernière n’ayant aucune affinité avec les Dinky Toys, elle les avait conservées dans un grand carton, dans leur boîte, sans les avoir jamais ouvertes.

C’est là que j’ai eu cette version bicolore ainsi qu’une R8S jaune avec bande blanche. Leur authenticité ne fait aucun doute.

On peut imaginer que les ouvriers travaillant sur la chaîne avaient été inspirés pour la Ferrari par ce que proposait Norev à la même époque dans son coffret Stock car et sur sa CD Peugeot.

La permutation des ouvrants avec un modèle fini dans une autre couleur permettait d’obtenir à peu de frais un modèle “course” bicolore rompant la monotonie.

Ces autos ont-elles eu l’aval de la direction ? Sont-elles juste des amusements d’ouvriers qui, profitant de l’absence du contremaître, se permettaient de tels montages à l’insu de la direction ? cela est fort possible.

Tout récemment chez un autre ouvrier ayant travaillé sur la chaine j’ai récupéré une Ferrari 500F2 tardive jantes concaves affublée de jantes kaki militaires rigoureusement matées chez Dinky Toys. Les ouvriers semblent avoir gardé ces objets comme des trophées.

Revenons à notre Ferrari bicolore. L’histoire ne s’arrête pas là. Un an après, ils sont revenus me voir. Ils avaient été contents de la première transaction, et m’ont proposé la collection du fils, rigoureusement identique, à un détail près : le jeune garçon avait soigneusement exposé les modèles dans sa chambre et avait jeté les boîtes…impossible pour moi d’acheter une telle collection au même prix qu’avec les boîtes. Déjà il y a 35 ans les boîtes ajoutaient une plus-value importante.La Ferrari 275GTB  était en contraste de la première…

J’ai récupéré cette seconde auto plus tard, au hasard d’un achat mais je ne l’ai pas conservée. Que penser de ces modèles ? Il sont à mon sens de simples témoignages de la vie sur la chaîne de Bobigny. Ils n’ont pas à mes yeux l’intérêt du modèle peint de couleur rouge-métallisé qui lui a eu l’aval de la direction et du bureau d’étude.

La Ferrari 275GTB a une place à part dans mon histoire de collectionneur. C’est la seule Dinky Toys France que j’ai acquise directement en boutique ! En 1975 les Nouvelles-Galeries de Compiègne avaient reçu un arrivage de Dinky Toys. Quand j’ai pu récupérer le catalogue général de 1975, quelle ne fut pas ma surprise de m’apercevoir que le modèle était encore en stock chez Dinky Toys en 1975 comme d’ailleurs quelques véhicules militaires !

Ce modèle a donc eu une longue vie. Nous avons été tout heureux d’acheter les 3 modèles proposés et nous nous en sommes servi de monnaie d’échange comme cela se faisait à cette époque.

Prochain blog le 20 Mars 2021.

 

 

Jean Blanche, une révolution optique

Jean Blanche, une révolution optique.

C’est le titre d’une exposition qui m’a inspiré le sujet du jour : Jean Blanche. Illustrateur de catalogues et de boîtes pour la firme Solido, Jean Blanche a enchanté plusieurs générations d’enfants puis de collectionneurs, grâce  à son style si particulier.

L’exposition en question avait lieu à Gand, en Belgique : ” Van Eyck, une révolution optique” .

Pour la première fois, la moitié des œuvres de ce peintre du 15 éme siècle (1390-1441) qui a bouleversé la peinture était réunie et exposée dans un même endroit.

La moitié, cela veut dire 10 tableaux attribués de manière définitive. On peut faire le rapprochement avec Léonard de Vinci, qui lui aussi nous a laissé bien peu d’oeuvres.

Jan Van Eyck : La Vierge à la fontaine
Jan Van Eyck : La Vierge à la fontaine

Johan de Smet, le conservateur du musée des beaux-Arts de Gand résume ainsi :” Van Eyck a été le premier à avoir cette manière révolutionnaire de regarder la réalité”.

Contrairement à la légende, colportée très tôt, notamment par Vasari dans son ouvrage publié en 1560 “Les Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes”, Van Eyck n’a pas inventé la peinture à l’huile. Il a par contre perfectionné cette technique grâce à l’utilisation de siccatifs réduisant le temps de séchage et donnant la possibilité de créer des glacis et des rendus jusque là inconnus. Au même moment, en Italie les peintres n’utilisaient que la détrempe à l’oeuf, limitant leur palette chromatique.

Si Filippo Brunelleschi (1377_1446) et Masaccio, au même moment appliquaient des effets de perspective mathématique dans leurs tableaux, Van Eyck, s’appuya lui sur le traité d’optique du mathématicien arabe Alhazen traduit en latin, pour introduire des effets de lumière et pour créer une perspective atmosphérique.

La lumière joue un rôle essentiel dans ses tableaux. De subtils jeux de reflet et d’ombre donnent vie aux objets. C’est une des facettes de la révolution optique de ce génie de la peinture.

C’est la concordance de temps, entre cette exposition à Gand et l’acquisition de gouaches de Jean Blanche qui m’a ouvert les yeux sur le subtil travail de ce dernier.

Il faut peut-être commencer par tenter de décrire son approche artistique. Quel dommage que Bertrand Azéma n’ait pas pensé à le contacter pour qu’il nous éclaire sur sa conception de la représentation d’une miniature en dessin.

Le point de départ de ma réflexion est une phrase de ce dernier dans son livre sur la série 100, où il explique qu’il n’y a jamais eu de prototype chez Solido comme il y en avait eu chez Dinky Toys.

Il veut sans doute parler des maquettes en bois qui servaient à visualiser, au milieu de la gamme existante, un projet de miniature. La direction de Dinky Toys avait besoin de réunions collégiales fréquentes pour prendre ses décisions.

Jean de Vazeilles connaissait bien ses produits, savait parfaitement ce qu’il voulait et n’avait pas besoin de telles réunions.

Les seuls prototypes qui semblent avoir été créés sont des déclinaisons de modèles existants comme cette Simca 1100 en version police.

On peut donc en déduire qu’à l’heure d’illustrer le nouveau catalogue et ses nouveautés Jean Blanche n’avait à sa disposition que les plans servant à la conception du moule.

Pas aisé pour un artiste de traduire en images des dessins techniques. Jean Blanche a donc eu recours aux photos des vraies voitures que Solido avait choisi de reproduire.

La magie de Jean Blanche est d’avoir su synthétiser les formes de la vraie voiture pour donner vie à l’image de la miniature .

On observe sur ses gouaches une simplification des formes. C’est là un des traits de génie de cet artiste. Il ne faut pas oublier que la miniature que l’enfant aura en main sera une réduction au 1/43. Tout doit être simplifié. Nous ne sommes pas dans le domaine de la maquette où le moindre détail a son importance. Même si les Solido sont de magnifiques reproductions, n’oublions jamais que ce sont des jouets. Cette remarque me semble importante.

Dans le premier catalogue couleur, quand Jean Blanche a commencé sa collaboration avec Solido, les premiers modèles de la série 100 étaient déjà sortis. Pour les illustrer il a bien sûr utilisé les miniatures et non des photos des voitures.

La jaguar type D mais aussi la Maserati 250F sont clairement inspirées des miniatures déjà existantes. Il suffit de regarder les jantes qu’il a dessinées, ce sont celles des modèles de la série 100. Les dessins possèdent les petites imperfections de ces modèles : face avant de la Jaguar qui n’est pas très réaliste avec sa gueule de squale (voir le blog consacré à la Jaguar Type D), le pot d’échappement proéminent de la Maserati 250F ou les formes un peu trop rondouillardes de la Ferrari Testa Rosa, où il a même reproduit l’intérieur de couleur verte, comme la miniature.

Dans ce même catalogue couleur, certaines miniatures sont à venir. Il ne les a pas eues devant les yeux. Il a créé ses gouaches à l’aide de photos, laissant parler son imagination et son génie. Cela se voit très bien avec la Cooper 1,5L. Sur le catalogue de 1960, l’artiste a représenté l’auto “haute sur pattes” (observez l’ombre sous la voiture). Sur les photos réalisées durant la saison 1959 cette observation est juste. Il a choisi de laisser le baquet vide, un comble pour un fabricant qui à l’époque équipait tous ses modèles d’un pilote. Si vous comparez avec le dessin retouché plus tard, l’ombre a été modifiée, et le personnage a fait son apparition.

Prenons le dessin de la Ferrari 312 de formule 1 de 1967. Jean Blanche a réalisé un travail de simplification, donnant l’illusion qu’on est devant la future miniature. Les détails superflus de la vraie voiture ont été gommés.

La photo qui a servi à Jean Blanche me semble être celle prise à Monaco. Elle est assez facilement identifiable.

Idem pour la Ford MKIV du Mans 1967. La grande majorité de ses dessins sont inspirés de photos publiées dans la presse.

On pourrait s’amuser à feuilleter la presse de l’époque et il serait aisé de retrouver les clichés, avec leurs angles de prise de vue particuliers : la plupart des autos tournaient dans le sens des aiguilles d’une montre et les photos prises du côté gauche sont plus fréquentes. Dans le catalogue de 1968 le dernier entièrement dessiné qui constitue la référence à mes yeux, Jean Blanche a créé un parfait équilibre.

Dans ce même catalogue, il n’a que très rarement mis en situation ses modèles. C’est un parti pris intéressant à souligner. Il y a que deux exceptions, dont ce dessin qui m’a beaucoup fait rêver enfant : le Berliet Aurochs sortant de l’eau avec ses soldats armés jusqu’aux dents et le Berliet TBO pétrolier et son derrick au milieu d’un décor saharien. C’est très peu. Tous les autres modèles sont isolés.

Jean Blanche joue sur la lumière. L’exposition est forte, générant des reflets et d’importantes zones d’ ombre qui donnent vie aux jouets.

Cette Alfa Romeo GTZ est un excellent exemple. Il s’est servi de la photo de la vraie voiture car il a fait figurer deux petits détails qui sont absents sur la miniature : les rétroviseurs et les montants verticaux des  portières.

Le reste est traité comme si l’enfant avait dans les mains la miniature. La ligne générale est fluide. La miniature n’est pas placée en décor naturel mais la lumière et ses reflets sont omniprésents.

Solido gouache originale signé Jean Blanche Alfa Romeo GTZ tubolare police des autoroutes(détails)
Solido gouache originale signé Jean Blanche Alfa Romeo GTZ tubolare police des autoroutes(détails)

Je n’avais jamais fait attention auparavant aux reflets sur les carrosseries dans les dessins de Jean Blanche avant d’avoir ces quelques gouaches originales.

Pas moins de cinq nuances allant du rouge au rose clair habillent les flancs de la GTZ. C’est impréssionnant.

L’autre caractéristique qui m’a frappé c’est la façon de délimiter le contour des autos à l’aide d’un trait noir dont l’épaisseur variera au fil de son travail. A la manière des Nabis, il a donc cloisonné ses dessins.

Un dernier détail vient confirmer le fait que Jean Blanche utilisait des photos pour composer ses illustrations de catalogues. Solido n’a pas réussi tous ses modèles, n’en déplaise aux amateurs de la marque.

Il y a deux grands loupés dans la série 100 : la Ford GT 40 et la Ferrari 156 F1. Observez les deux dessins de ces modèles dans les catalogues : on aurait aimé que Solido les réussisse aussi bien que Jean Blanche !