Archives par mot-clé : Simca Océane

Nouvelle vague et vieille Simca

Nouvelle vague et vieille Simca

Elle apparait à l’écran vrombissante et se jouant de la circulation parisienne. On ne peut pas dire que son conducteur la ménage. Elle dérape. Il la mène à train d’enfer. D’ailleurs, à y regarder de plus près, elle porte les stigmates de cette conduite échevelée. Elle est présente tout au long du film, incontournable. On la voit slalomer dans des terrains vagues le long de la Marne, tourner en rond comme un animal en cage. Elle passe de l’un à l’autre des deux personnages masculins du film, deux petits voyous de faible envergure. Ils décident de monter un cambriolage chez la tante d’une jeune fille qui héberge cette dernière dont ils sont tous les deux amoureux .

Simca Week End du film de J.L Godard "bande à part"
Simca Week End du film de J.L Godard “bande à part”

“Elle” c’est la Simca Week-End et le film, c’est “Bande à part” de Jean-Luc Godard.

L’auto a vécu. La capote est perforée et ferme mal, comme celle d’une auto qui a fait son temps. En 1964, date de tournage du film, la Simca cabriolet Week-End est une auto démodée.(voir la  bande original du film)

Cette voiture est sortie en 1954. Elle est à la croisée des chemins dans la production Simca. Elle se situe entre la Simca 8 cabriolet (1950) et  l’Océane (1956).

Marin d'état vu dans le film "bande à part" (hommage à Jacques Demy)
Marin d’état vu dans le film “bande à part” (hommage à Jacques Demy)

Le choix du cinéaste Jean-Luc Godard pour cette auto est bien sûr assumé. La “Nouvelle Vague”dont il est l’un des moteurs, veut sortir du “cinéma de Papa”. Il prend le parti de placer ses protagonistes dans une auto à bout de souffle. C’est innovant. Le film est truffé de clins d’oeil. J’ai apprécié celui fait à Jacques Demy qui venait tout juste de présenter “Les parapluies de Cherbourg” : un café, un juke-box qui crache la musique du film et l’un des figurants qui arbore un costume de marin d’Etat, personnage récurrent dans les films de Jacques Demy. (voir le blog sur “Les parapluies de Cherbourg”).

affiche du film Bande à part
affiche du film Bande à part

Autre clin d’oeil du trublion du cinéma de la “nouvelle vague”, le film se passe à Joinville, sur les quais. Juste en face se situent les fameux “studios de Joinville”, symbole de l’ancienne génération du cinéma français. Avant la guerre, près de 40% des films étaient tournés à cet endroit. Marcel Carné et Jean Renoir y réalisèrent plusieurs chefs-d’oeuvre.

extrait du film de J.L Godard "bande à part"
extrait du film de J.L Godard “bande à part”

Les amateurs d’architecture, d’espaces urbains, de banlieues et d’automobiles des années soixante apprécieront ce que l’on appelle “le réalisme” de la Nouvelle Vague , cette façon de filmer la vraie vie là où elle se situe, dans les rues, les bars, le métro. Pour les amateurs de véhicules anciens ce témoignage visuel est un pur régal.

Les fabricants de miniatures des années cinquante ont été sensibles à cette gamme d’élégantes autos qui va de la Simca 8 à l’Océane en passant bien sûr par la “Week-End” choisie par Jean-Luc Godard.

La gamme eut plus de succès auprès des fabricants de jouets qui ont affiché l’auto dans leur catalogue qu’auprès de la clientèle visée par Henri Pigozzi.

Clé, Minialuxe, Solido, Norev ont inscrit une ou plusieurs reproductions de cette élégante auto, mais c’est Dinky Toys qui a ouvert le bal.

Dans le chapitre précédent relatif à la Simca 8, nous avons vu comment Dinky Toys a tâtonné dans le choix de la version à reproduire (voir le blog consacré à la gestation du projet de la Simca 8).

Finalement, elle sort en 1952. Les choses ont dû s’accélèrer, et la direction a tranché. C’est un modèle légèrement hybride qui est proposé aux jeunes amateurs. Le choix de la calandre du prototype en bois semblait plus réaliste, ceci n’est pas très grave car la version finalement validée par la direction est bien plus belle. Bobigny a fait des merveilles c’est une indéniable réussite. La façon dont Dinky Toys a traité le pare-brise va même inspirer Liverpool.  (voir le blog sur l’Austin Atlantic) .

Je ne vais pas rentrer dans les détails, Jean-Michel Roulet l’a déjà fait. Il suffit d’ouvrir son livre. Retenons simplement la modification du pare-brise et son renforcement en 1957.

L’opération sera une réussite esthétique. On peut facilement comprendre que le moule commençait à se fatiguer, en raison des contraintes de fabrication.

La première version proposée au public est fort harmonieuse. Elle est de couleur noire et possède un intérieur et une capote repliée de couleur caramel. Elle possède une caractéristique propre à cette version. Le pare-chocs et la calandre sont peints séparément. Très vite, le pochoir sera modifié et toutes les versions postérieures recevront un voile de peinture recouvrant l’ensemble pare-chocs et calandre.

Peu de temps après, la teinte de l’intérieur évoluera, passant à un beige clair, très différent de la première version. Ce sont les deux versions issues du commerce les plus difficiles à se procurer.

On se doit ici de parler d’une micro série de modèles finis de couleur rouge avec intérieur ivoire. L’amateur de Dinky Toys aura tôt fait de comprendre qu’il s’agit en fait de la couleur inversée d’une des dernières versions de cette miniature (ivoire avec intérieur rouge). Je peux certifier que des exemplaires ont été distribués en commerce.

Dinky Toys Simca 8 sport (pare brise épais) couleur rare
Dinky Toys Simca 8 sport (pare brise épais) couleur rare

Il y a une trentaine d’années, le docteur Lasson de Valenciennes m’avait demandé si je connaissais cette couleur. je lui avais répondu par la négative. Il m’avait alors raconté que, collectionneur dès les années cinquante, il avait acquis cette miniature en commerce à Valenciennes. Quelques années plus tard, quand M. Chaudey me céda sa collection, je ne fus pas surpris de voir cette miniature dans cette couleur. M. Chaudey était dessinateur chez Meccano.

J’ai pu récupérer deux autres modèles auprès de Jean-Bernard Sartre, qui pour l’instant n’ont pas été répertoriés en d’autres exemplaires. Un de couleur rose, qui semble être un clin d’oeil à l’Austin Atlantic et un d’une très élégante couleur bleu marine.

Petit moteur et sexe faible

Petit moteur et sexe faible

Je ne suis pas certain que Simone de Beauvoir et les autres féministes du milieu des années cinquante aient apprécié le vecteur choisi par le patron de Simca pour promouvoir sa nouvelle gamme de coupés et cabriolets.

Henri Pigozzi avait en effet imaginé une auto élégante et racée destinée aux femmes possédant les même attributs.

A une époque où peu de femmes étaient indépendantes financièrement, ce projet semblait vouer à l’échec, mais on sait combien M. Pigozzi appréciait la gent féminine.

Avec le recul on ne peut que constater qu’il était en avance sur son temps. Ce coupé/cabriolet n’était pas conçu pour emmener promener les enfants le jeudi au bois de Vincennes, mais plutôt pour aller essayer les dernières nouveautés de chez Dior avenue Montaigne ou prendre le thé chez Ladurée.

L’auto s’est d’ailleurs affichée avec des mannequins dans les vitrines des Galeries Lafayette lors d’une campagne publicitaire. Cette opération de séduction envers la clientèle féminine inaugurée par le patron de Simca en personne s’intitulait « La femme et sa voiture ».

Si la voiture était élégante, on peut émettre des réserves sur son moteur qui n’était pas celui d’un pur-sang. Elle était équipée du moteur de l’Aronde Monthléry 57cv. Et pas un plus. Ce n’est pas le genre d’auto qui aurait tenté la romancière Françoise Sagan, elle qui aimait ressentir la sensation de vitesse au volant de ses Gordini, Jaguar et Aston Martin. La Simca Océane ou Plein Ciel lui aurait semblé bien fade. En fin de carrière la voiture recevra le nouveau moteur de la Simca P60 “Rush super” de 62cv. En 1962 les derniers exemplaires seront équipés de celui développant 70cv.

Henri Pigozzi avait voulu reproduire un genre de petite Ford Thunderbird. Elle avait la couleur mais pas la saveur de la belle américaine.

Cette Simca de belle facture s’adressait à une clientèle privilégiée, certains spécialistes de la marque parlent même d’une auto “snob”. Elle ne correspondait pas à l’image de la marque Simca, qui est celle d’une auto populaire de qualité. Son prix de vente sera un frein à sa diffusion : il atteignait le double de celui d’une Simca Aronde, dont elle empruntait pourtant la base et le moteur.

En 1958 arrive la Renault Floride, bien moins chère et visant le même type de clientèle. Notre Océane ne s’en remettra pas.

Solido va inscrire la Simca Océane à son catalogue, en même temps que la Renault Floride d’ailleurs. On constate encore une fois combien la direction de Solido savait être opportuniste. C’est bien sûr la version cabriolet qui sera choisie, permettant à la firme d’Oulins de montrer son savoir faire. Pare-brise, aménagement intérieur, personnage au volant et bien sûr la suspension.

Solido maitrisait si bien ce type de produit, que jamais elle n’eut besoin de créer une cale de protection afin de protéger le pare-brise dans l’étui individuel. La qualité du plastique employé est aussi à souligner.

Je n’ai jamais vu de pare-brise fêlé sur une miniature en bon état de conservation de peinture, ce qui est loin d’être le cas sur les Dinky Toys. On appréciera la courbure du pare brise et cette impression de solidité. La planche de bord rapportée, en plastique, indépendante du pare-brise et astucieusement maintenue, permet d’amortir les chocs parasites sur ce dernier.

La miniature est une réussite : proportion, gravure de la calandre et des pare-chocs, tout est bien rendu.

Notre Simca Océane aura une carrière assez tranquille, ne connaissant qu’une variante majeure celle de la gravure de la plaque d’immatriculation avant sur le pare-chocs.

Il y aura peu de variantes de couleurs comme pour d’autres Solido de la même époque. J’avoue ne pas distinguer de teintes réellement plus rares parmi celles produites.

Un passage au Danemark chez Tekno enrichira la miniature de trois teintes superbes. On appréciera notamment la couleur bleu marine, très foncée, presque noire.

Enfin, comme bon nombre de modèles Solido, l’Océane connaitra une production en Espagne chez Dalia. Cette production s’éternisera, on le constate au vu des variantes de jantes, des décorations et des couleurs d’aménagement intérieur.

Comme pour les versions française décrites plus haut, pas de couleur rare selon moi.

On peut juste signaler l’association de couleurs, capote bleu moyen avec la carrosserie bleu métallisé qui semble un peu plus rare. Si vous aimez les versions baroques, celle décorée d’une bande blanche et rouge est faite pour vous.

A ma connaissance et jusqu’à preuve du contraire les versions Dalia ne sont jamais équipées de personnages.

Comme la vraie voiture, la miniature semble avoir eu une carrière commerciale discrète. Ce sont les trois versions danoises qui se détachent.

 

 

 

La bonne étoile de Bobigny – 1

Encore une fois, le départ de notre petite histoire est un document trouvé récemment aux Pays-Bas. C’est une photo et pas n’importe laquelle. Il s’agit d’une photo provenant de Bobigny et adressée à l’importateur batave des jouets Meccano.

Mercedes 190 SL Dinky Toys essais de couleur
Mercedes 190 SL Dinky Toys essais de couleur

Cette photo provient du photographe « Desboutin Navello » situé au 21 rue Henri-Monnier dans le 9ème arrondissement de Paris. Ce photographe devait travailler pour la firme de Bobigny à la fin des années cinquante. Il s’agit d’un cliché en noir et blanc représentant un dessin de la Mercedes 190sl.

Cette photo était certainement destinée au service publicité des importateurs afin de leur permettre de présenter les nouveautés de Bobigny. Ce cliché, dont il faut reconnaître la grande qualité, m’a incité à vous présenter quelques modèles.

La miniature numérotée 24 H puis renuméroté 526 a connu une existence paisible et ne présente pas de prime abord un intérêt majeur.

Lorsque Meccano propose cette réplique au 1/43 de la Mercedes 190sl, l’auto a déjà quatre années d’existence. La voiture, produite à Stuttgart, a été présentée en 1954.

Elle devait constituer une alternative pour les consommateurs qui ne pouvaient acheter une 300sl : plus petite de 30 cm, construite sur la base de la berline 180, son prix est de moitié inférieur à celui de la 300sl.

Au moment de la sortie de la miniature, le modèle n’est plus une nouveauté. Certes, cette auto aux lignes harmonieuses et intemporelles est digne de figurer au catalogue de Bobigny mais nous pouvons nous interroger sur les motifs qui ont finalement décidé Meccano à la reproduire, car il est peu probable que l’idée ait germé lors du lancement de l’auto.

Reprenons la gamme de la série 24. Depuis le début des années 50, Meccano France articule sa gamme automobile autour de deux axes. Le premier, qui fit sa force, est constitué des berlines françaises. Le second, qui nécessita l’autorisation de Liverpool, porte sur les autos américaines et repose sur une gamme bien équilibrée, avec une berline (Buick), deux coupés (Studebaker et Plymouth) et un cabriolet (Chrysler). Le cabriolet Simca 8 sport qui n’appartient à aucune des deux catégories constitue une exception.

Dès 1957, un sérieux concurrent se positionne sur le marché hexagonal puis, très rapidement à l’exportation. Il s’agit de Solido avec la série 100. Dès le départ, la firme d’Oulins fait la part belle aux bolides (voir fiche sur les Vanwall et celle sur les Cooper) et aux fringuant cabriolets : place à l’Alfa Romeo Giulietta à la Simca Océane et à la Renault Floride. Même la placide Peugeot 403 trouve place dans le catalogue grâce à sa version Cabriolet.

Solido ne pouvait laisser passer la Mercedes 190sl, d’autant que le caractère attractif des modèles est renforcé par les innovations techniques : suspension, aménagement intérieur, personnage, volant. Ce constat me conduit à penser que cette période marque pour Dinky Toys le début d’un lent déclin. Pour ne pas perdre pied face à Solido, Bobigny propose sa Mercedes 190sl, sortant ainsi de sa logique du début des années cinquante. Ce sera la première auto dont le constructeur n’est ni français ni américain. Certes la reproduction offerte par Bobigny est superbe. Mais si les lignes sont bien rendues, il faut avouer qu’avec son châssis en tôle, l’absence de vitrage, d’aménagement intérieur et de suspension, elle paraît bien dépassée.

C’est la raison pour laquelle cette auto est une étape plus importante qu’il n’y paraît.

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite