Archives par mot-clé : Mr Scherpereel

La plus rare miniature “made in France” ?

La plus rare miniature “made in France” ?

Delahaye est une des plus anciennes firmes d’automobiles françaises. Sa création remonte à 1895.

Comme ses concurrents, Emile Delahaye a choisi le vecteur de la course automobile pour se faire connaître. A l’époque c’était le passage obligé. C’est ainsi que le 24 septembre 1896 deux autos Delahaye prennent part à une des toutes premières compétitions automobiles, le Paris-Marseille-Paris : 1710 kilomètres d’aventure. Seuls 14 véhicules terminent cette épreuve, dont les deux Delahaye. C’est une Panhard qui remporte l’épreuve à 25,250 de moyenne horaire.

Parmi les nombreuses péripéties, la plus savoureuse est celle où les Delahaye qui faisaient route ensemble ont été prises au  milieu d’une tempête en Côte-d’Or. Elles ont été immobilisées de longues heures, le temps que leurs équipages scient les arbres abattus en travers de la route !

Au fil des ans, la marque a trouvé sa clientèle, la grande bourgeoisie. Les Delahaye ont ainsi acquis une image d’autos cossues, solides. Chez Delahaye, on a toujours préféré les solutions éprouvées aux nouveautés. Pas de clinquant ni de tape à l’œil chez ce fabricant, juste de la belle ouvrage. Pendant des décennies cela va être la ligne de conduite de la firme installée rue du banquier à Paris, près des Gobelins.

Au début des années trente les Delahaye sont équipées de caisses carrées, très classiques. Et puis en 1935, la 135 est arrivée. C’est une auto bien plus sportive que celles produites précédemment.Elle peut se comparer aux Bugatti, Talbot et autres Delage de l’époque.(voir le blog sur les Peugeot 402)

Étrangement, ces belles autos n’ intéressent pas les fabricants de jouets qui semblent préférer les autos familiales, de course ou utilitaires. JRD sera donc le seul à produire une Delahaye 135 cabriolet en plastiline à l’échelle du 1/42 environ. Philippe Moro m’a signalé l’existence d’un coupé de couleur verte. Je ne l’ai jamais vu.

La version cabriolet est une des miniatures françaises les plus rares jamais produites.

Des copies ont été réalisées dans les années quatre-vingt. Elles sont bien plus lourdes que les originales et leur peinture est également très brillante.

C’est grâce à la dispersion d’une exceptionnelle collection de jouets français d’avant-guerre qu’un exemplaire a refait surface. Avec une copie également  ! 

A la fin de la vente, Gilles Scherpereel est venu me trouver et me dire que j’avais bien fait d’acquérir ce rarissime modèle. De la part de quelqu’un qui a eu entre les mains les plus rares jouets, et qui n’est pas familier de ce genre de commentaires, cela m’a confirmé la rareté de ce jouet.

Six, pair et passe !

« On n’est jamais content de ce que l’on a » voilà comment je pourrais résumer ce qui va suivre. Enfant, nous avons tous, je pense, rêvé devant les catalogues des fabricants de jouets. Personnellement, c’était surtout les modèles à venir qui me faisaient rêver !

rares variantes de Simca 1000
Simca 1000 variantes peu fréquentes

La parution du nouveau catalogue Solido était attendue par certains comme par d’autres le beaujolais nouveau…mais je vous rassure il ne produisait pas les même effets ! Ainsi j’ai pu rêver en 1974 devant une Lola T292, une Ferrari 312PB 1973 et une Alfa Romeo 33 1973 …qui n’arriveront jamais ! Mais le souvenir de cette attente reste en ma mémoire, comme une heureuse période.

L’enfant qui a grandi et qui est devenu collectionneur rattrape parfois l’histoire. Ainsi, j’ai toujours beaucoup d’intérêt pour les prototypes et je ressens de l’émotion devant un modèle qui n’a jamais été réalisé. Quand l’occasion se présente, j’essaie toujours d’acquérir ce genre de pièces. Il est important pour ce faire de connaître l’histoire du modèle et sa provenance. Cette Simca 8 fut achetée par Jean-Michel Roulet, auprès de M. Scherpereel, marchand au marché aux puces de Saint-Ouen. Elle faisait partie d’un ensemble sorti de la rue du Maroc au milieu des années 70. Acquise ensuite par le docteur Jean-Bernard Sarthe, elle arriva chez nous quand ce dernier réorienta sa fabuleuse collection. L’échelle de reproduction est supérieure au 1/43.

Ces autos étaient réalisées dans un but bien particulier. Comme l’explique M. Roulet, elles ne servaient pas à la fabrication des moules. Elles permettaient de tester lors de réunions la pertinence d’une future mise en fabrication. Il faut bien se rappeler que la fabrication d’un moule acier était, et est encore maintenant, un lourd investissement. Le droit à l’erreur n’était pas permis. On aurait aimé avoir entre les mains, si cela a existé, les rapports de ces réunions, et surtout la motivation qui conduisait à produire un modèle ou à l’abandonner.

Comme l’explique également M. Roulet, dans ses ouvrages, il faut bien comprendre le poids de Liverpool dans la décision de valider ou non un projet.

Il est amusant que certaines annotations sous ces maquettes en bois soient indiquées en anglais. Cet aspect décisionnel s’estompera avec le temps. Mais à l’époque de la réalisation de cette Simca 6, il était bien présent.

Sans intérêt pour certains, ces pièces uniques sont pour moi captivantes. Elles font partie de l’histoire d’une firme même si leur destin s’est arrêté au bureau d’étude. C’est une chance d’avoir pu les sauvegarder.

Simca
Simca

Je profite de cette page dédiée au groupe Simca, pour présenter aussi le projet du camion Unic multibenne. On appréciera la couleur retenue, celle du Simca Cargo fourgon. Enfin, une vignette regroupant des Simca 1000 provenant de chez M. Chaudey.