Archives par mot-clé : Jean-Bernard Sarthe

Les”petits plaisirs” du ministre.

Les “petits plaisirs” du ministre.

A peine m’avait-elle dit bonjour que ma mère ouvrit son sac à main et me lança : “Je t’ai découpé un article dans Match. Il y a un article sur un ministre qui, comme toi, collectionne les Dinky Toys !”.

On imagine toute la fierté de la mère qui trouve un point commun entre son fils et un ministre. Ce sera le seul.

Il faut vraiment que l’attente chez le médecin soit interminable pour que je daigne ouvrir Paris- Match. Tout m’y semble superficiel. Pourtant, beaucoup de personnalités aiment venir y poser, qu’elles soient du monde politique, sportif ou économique. Il y a ceux qui ont le privilège d’être dans Match et les autres.

Cette semaine là, Stéphane Travert, ministre de l’agriculture au moment de l’article (ministre de juin 2017 à octobre 2018) pose dans Paris-Match. Il nous parle de son métier au ministère, on devine que ce n’est pas un métier facile.

Heureusement, il a “des petits plaisirs ” qui lui suffisent. Parmi ses lectures préférées, Maupassant et Victor Hugo. Le journaliste précise qu’effectivement deux exemplaires trônent sur la table.

Stéphane Travert a choisi de s’établir à Lithaire (Manche) 600 habitants. On sent les liens profonds avec la terre, comme le souligne encore le journaliste. L’image est belle.

Quand ce dernier nous explique que le ministre a aussi un tracteur miniature, nous sommes tout à fait rassurés.

Cet homme est bien comme vous et moi, il a des joies simples.

Mais sa fierté, d’après le journaliste, Eric Hacquemand ce sont ses collections : « Des figurines de BD de l’école belge, des petits trains et une jolie série de voitures Dinky Toys».

On voit d’ailleurs notre homme posant assis devant un échantillonnage de modèles neufs en boîte.

Même ma mère, pourtant habituée à l’univers des collectionneurs (40 ans auprès d’un mari et d’un fils collectionneur) a été impressionnée.

Les belles pièces ne manquent pas. C’est bien une collection de ministre : j’aperçois notamment une Renault Floride blanche…vous connaissez tous la rareté de cette pièce (voir le blog consacré au modèle), et une Buick Roadmaster noir et saumon.

Mais ce qui m’attire tout de suite, et je pense qu’en voyant la photo, vous aurez le même réflexe, c’est le 25 A Ford camion ridelles ajourées de couleur jaune et rouge. Cette combinaison de couleurs n’a pas été retenue pour la série.

J’ai une histoire particulière avec ce modèle. Quand Jean-Michel Roulet sortit en 1978 son premier livre, mon père et moi avions déjà un faible pour la série 25 dont fait partie ce véhicule. (voir le blog consacré à mon père et à la série 25).

Et lorsque Jean–Michel Roulet nous convia à venir voir sa collection à la fin des années soixante-dix, je suis resté admiratif devant ce camion présumé unique. C’est le modèle qui m’avait le plus marqué au sein de cette collection mythique.

Il fut ensuite cédé à Jean-Bernard Sarthe. Plus tard ce dernier s’en sépara par le biais d’une salle des ventes. Les années passèrent, et cet acheteur le mit de nouveau sous le feu des enchères. C’est là que j’ai saisi l’occasion de l’acquérir.

Il était dans la logique de collection que mon père et moi avions planifiée, celle qui tendait à regrouper des modèles hors du commun, en particulier ceux qui font l’histoire d’une marque.

Entraient dans cette logique les plans d’usine, les prototypes en bois et les essais de couleurs. Il faut cependant savoir faire la différence entre les modèles exceptionnels dont l’histoire est traçable, comme ce camion Ford 25 A ayant appartenu à Jean-Michel Roulet et ceux dont l’histoire est trouble pour ne pas en dire plus.

Ainsi, récemment, François Clément m’avait alerté sur un modèle mis en vente sur le site d’enchères Ebay. Un camion Ford 25 A à ridelles ajourées de couleur vert foncé et rouge. En fait, il s’agissait d’un assemblage de deux couleurs existantes : la cabine vert foncé, empruntée à la version benne basculante et les ridelles rouges à un Studebaker. Le vendeur faisait pourtant un parallèle avec ce fameux exemplaire jaune et rouge, se permettant même de faire une comparaison sur l’état de conservation des deux modèles, afin de s’en servir pour établir l’estimation du sien.

Le texte était très long très précis. Le vendeur avait juste oublié de signaler un détail. Les deux équerres situées au niveau des passages de roue arrière avaient été limées.

L’empattement du Ford est différent du Studebaker auquel il emprunte cette ridelle ajourée. Une des équerres située sous le plateau entravait le roulement de l’axe arrière du Ford. Le pneu frottait sur cette dernière. Dinky Toys réduisit la taille des six équerres.

Le modèle jaune et rouge possède, logiquement cette caisse modifié, comme d’ailleurs tous les Ford et Studebaker à partir de 1952.  Le modèle proposé à la vente sur Ebay ne répondait pas à cette caractéristique. De quoi nourrir des interrogations.

Et celui du ministre ? vous avez remarqué qu’il trône sur une boîte individuelle. Vous savez que ces véhicules n’étaient diffusés que par boîte de six pièces.

Oui, il s’agit donc de Dinky Toys Atlas, modèles réalisés en Chine grâce aux extraordinaires techniques modernes qui permettent de copier grâce à un laser les formes d’une miniature afin de créer un nouvel outillage servant à la reproduire en série.

C’est bluffant et très réussi n’en déplaise à certains. Les peintures sont parfois un peu clinquantes. Personnellement c’est le traitement des jantes en acier ainsi que les pneus qui me déplaisent. Très intelligemment, Atlas a été chercher la seule personne qui avait l’autorité nécessaire pour conduire cette série à bon port : Jean-Michel Roulet.

Des sentiments d’aigreur et de jalousie ont pu conduire à critiquer ce travail. Qui n’aurait pas aimé être approché pour diriger cette série ? Mais personne n’aurait su aussi bien que lui le faire.

D’ailleurs, c’est sûrement avec un brin de nostalgie qu’il a choisi de faire reproduire cette version rouge et jaune qu’il avait possédée dans le temps.

C’est ainsi que Monsieur le Ministre a sur ses étagères une reproduction de ce modèle, dans cette mythique couleur.

Les modèles sont si bien réalisés que le journaliste n’y a vu que du feu. La vraie question qui se pose après cet article est celle de savoir si l’on peut faire confiance aux journalistes.

La folie des grandeurs

Jean-Bernard Sarthe nous a quittés le 18 Janvier 2012. Il m’a fallu laisser un peu le temps passer avant de parler de lui. Jean-Bernard était un collectionneur de miniatures hors norme. Le qualificatif qui lui convient le mieux est celui d’excessif. Jalousé, craint, admiré, détesté, aucun collectionneur ne pouvait rester insensible devant le personnage. Les avis étaient tranchés. Il faisait ce qu’il fallait pour entretenir la légende. Un brin mégalomane, il cherchait avant tout à mettre en avant sa collection.

Dinky Toys Cibié
Dinky Toys Cibié

Nous avons fait sa connaissance en 1978, je n’avais que quinze ans. Bien entendu nous avions déjà entendu parler du docteur Sarthe : à l’évocation de son nom résonnaient déjà tous les superlatifs. Je peux dire que j’ai eu avec lui une relation particulière. Ce ne fut jamais une relation complètement apaisée mais au fil des ans une certaine complicité s’installa entre nous.
Jean-Bernard fonctionnait par mimétisme. Il eut plusieurs modèles, au titre desquels on peut citer Jean-Michel Roulet, Jean Vital-Rémy et mon père. Il faut dire qu’ils étaient tous quatre de la même génération. Ils avaient en commun une vision « volontaire » de la collection. Ils étaient passionnés et n’hésitaient pas à consacrer une grande partie de leur temps, de leur énergie et de leurs moyens à rassembler des miniatures. Il y avait une forme d’émulation entre eux : ils avaient le goût du beau et du rare. Mais chacun avait sa personnalité et sa façon d’arriver à ses fins.

Ce qui plaisait surtout à Jean-Bernard, c’est que les autres admirent ses trouvailles. Pour satisfaire ce petit plaisir, il était prêt à tout. Combien de fois a-t-il surpayé un objet ou offert en échange un nombre impressionnant de modèles pour acquérir une pièce convoitée ? Cependant, une fois la pièce acquise et présentée à ses compères, l’intérêt qu’elle avait suscité s’éteignait rapidement. Quelque temps après, cela ne le gênait pas de la céder à ces derniers afin de leur faire plaisir.
Plus tard il trouvera une jubilation dans le négoce de ses modèles en bourse d’échange, auprès de collectionneurs aisés, ou en salle des ventes. Les plus anciens se souviennent de la pleine page de publicité dans un magazine spécialisé qui mettait en scène des dizaines de Dinky Toys, parfois en plusieurs exemplaires ou de la couverture d’un catalogue de salle des ventes. Personnage complexe, il pouvait lors d’une vente aux enchères racheter un modèle qui lui appartenait. Ceci est arrivé de nombreuses fois !

Posséder à long terme n’était pas son but, contrairement à Jean Vital-Rémy ou à mon père. Sa collection, il l’a vendue, reconstituée, revendue. Bien évidemment, au fil des années, certaines pièces sont devenues impossibles à trouver. Adolescent j’ai été fasciné par la collection des frères Schlumf à Mulhouse. J’ai visité cet endroit lors de l’ouverture au public. Plus encore que le spectacle les autos réunies, c’est la volonté incroyable de ces deux frères qui m’a fasciné. Ils sont pour moi des personnages hors norme, capables de se surpasser pour atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. Je n’hésiterai pas à comparer Jean-Bernard aux deux Alsaciens. Il avait ses domaines de prédilection. Il aimait les Mercury, les Spot-On, les Solido les Dinky Toys. Il a également cherché à avoir toutes les déclinaisons de couleurs des Solido ou des Spot-On. Je le revois comparant des nuances infimes de couleur, orientant les modèles à la lumière de telle sorte qu’il finissait toujours par trouver une petite variante de teinte. Mais il lui fallait toutes les variantes et je pense qu’il fut le premier à collectionner les variantes de moules. Cela lui faisait plaisir d’acquérir un nouveau modèle : il lui fallait de la quantité. Le docteur Sarthe aimait aussi entretenir sa légende.
Pour lui rendre hommage, j’ai réuni un florilège de pièces qui proviennent de sa collection : essais de couleurs, prototypes, variantes rares.

Six, pair et passe !

« On n’est jamais content de ce que l’on a » voilà comment je pourrais résumer ce qui va suivre. Enfant, nous avons tous, je pense, rêvé devant les catalogues des fabricants de jouets. Personnellement, c’était surtout les modèles à venir qui me faisaient rêver !

rares variantes de Simca 1000
Simca 1000 variantes peu fréquentes

La parution du nouveau catalogue Solido était attendue par certains comme par d’autres le beaujolais nouveau…mais je vous rassure il ne produisait pas les même effets ! Ainsi j’ai pu rêver en 1974 devant une Lola T292, une Ferrari 312PB 1973 et une Alfa Romeo 33 1973 …qui n’arriveront jamais ! Mais le souvenir de cette attente reste en ma mémoire, comme une heureuse période.

L’enfant qui a grandi et qui est devenu collectionneur rattrape parfois l’histoire. Ainsi, j’ai toujours beaucoup d’intérêt pour les prototypes et je ressens de l’émotion devant un modèle qui n’a jamais été réalisé. Quand l’occasion se présente, j’essaie toujours d’acquérir ce genre de pièces. Il est important pour ce faire de connaître l’histoire du modèle et sa provenance. Cette Simca 8 fut achetée par Jean-Michel Roulet, auprès de M. Scherpereel, marchand au marché aux puces de Saint-Ouen. Elle faisait partie d’un ensemble sorti de la rue du Maroc au milieu des années 70. Acquise ensuite par le docteur Jean-Bernard Sarthe, elle arriva chez nous quand ce dernier réorienta sa fabuleuse collection. L’échelle de reproduction est supérieure au 1/43.

Ces autos étaient réalisées dans un but bien particulier. Comme l’explique M. Roulet, elles ne servaient pas à la fabrication des moules. Elles permettaient de tester lors de réunions la pertinence d’une future mise en fabrication. Il faut bien se rappeler que la fabrication d’un moule acier était, et est encore maintenant, un lourd investissement. Le droit à l’erreur n’était pas permis. On aurait aimé avoir entre les mains, si cela a existé, les rapports de ces réunions, et surtout la motivation qui conduisait à produire un modèle ou à l’abandonner.

Comme l’explique également M. Roulet, dans ses ouvrages, il faut bien comprendre le poids de Liverpool dans la décision de valider ou non un projet.

Il est amusant que certaines annotations sous ces maquettes en bois soient indiquées en anglais. Cet aspect décisionnel s’estompera avec le temps. Mais à l’époque de la réalisation de cette Simca 6, il était bien présent.

Sans intérêt pour certains, ces pièces uniques sont pour moi captivantes. Elles font partie de l’histoire d’une firme même si leur destin s’est arrêté au bureau d’étude. C’est une chance d’avoir pu les sauvegarder.

Simca
Simca

Je profite de cette page dédiée au groupe Simca, pour présenter aussi le projet du camion Unic multibenne. On appréciera la couleur retenue, celle du Simca Cargo fourgon. Enfin, une vignette regroupant des Simca 1000 provenant de chez M. Chaudey.