Archives par mot-clé : Tip Top

Oh celle-là, elle est moche !

Oh celle-là, elle est moche !

“Oh celle-là, elle est moche ! Je ne comprends pas que l’on puisse l’acheter ! Qu’en pensez -vous ? Ne me dites pas qu’elle vous plait !”

C’est ainsi qu’un client s’exprimait à la boutique au sujet d’une auto, un jouet américain de la marque Barclay, un véhicule en forme de bouteille de lait, réduit à l’échelle du 1/43 environ. En voyant l’objet sur mon bureau, dérouté, cet amateur de Solido et de Dinky Toys s’était laissé aller à émettre cet avis résolument tranché.

Je me suis juste permis de lui faire la remarque suivante : “Il serait plus juste de dire que le modèle ne vous plaît pas” .

En fait cette réaction est des plus logique. Lorsque l’on n’a pas toutes les clefs, on laisse plus facilement parler ses émotions. Devant cet objet inconnu et de forme étrange, notre homme avait eu une réaction de rejet.

“ouvrir les yeux des collectionneurs”

Je me souviens que je n’appréciais pas la peinture du douanier Rousseau. Comme mon client, j’avais de grandes réserves sur l’intérêt de ce peintre.

Pourtant, poussé par la curiosité et par l’envie de comprendre je suis allé au musée d’Orsay découvrir l’exposition qui lui était consacrée il y a quelques temps. Ce fut une superbe découverte. Tout d’abord , il faut saluer le travail des commissaires des expositions de ce musée. Ils rendent passionnante la moindre exposition. Nous sommes repartis emballés par cette visite. Surtout nous  avons découvert l’univers d’un artiste. Sachant qu’il s’inspirait des catalogues des grands magasins de l’époque pour y trouver ses décors, j’ai constaté que pour représenter ses navires, avions ou dirigeables il avait pris pour modèles les jouets figurant dans les catalogues d’étrennes. Ceci n’était pourtant pas mentionné dans les passionnants commentaires.

Le blog est donc un formidable outil pour ouvrir les yeux des collectionneurs sur des produits qu’ils n’auraient pas regardé dans d’autres circonstances. Il ne s’agit pas d’inciter à collectionner tel ou tel produit mais simplement de donner des clefs afin de mieux comprendre. Petit à petit, je constate que de nombreux amateurs s’intéressent à des productions qui leur étaient inconnues.

Pour ma part, ce sont les petits ouvrages japonais de M. Noboru Nakajima, édités au milieu des années soixante-dix qui furent le déclencheur de ma curiosité pour l’univers de la miniature automobile. Ils m’ont révélé la diversité et surtout la dimension abyssale de cet univers. Une vie entière ne suffirait pas à tout étudier.

On est admiratif devant la volonté qu’a eu M. Nakajima de rassembler ces miniatures. N’oublions pas qu’à son époque internet n’existait pas. Il fallait beaucoup de courriers pour concrétiser achats et échanges. On sait que ce dernier a beaucoup pratiqué par échange, comme beaucoup de collctionneurs de cette époque. Et là cela renforce mon admiration.

La course aux “Slush”

Voici donc quelques modèles en “slush” que j’ai acquis récemment, et que je tenais à vous présenter. (voir le blog consacré à ces modèles publié précédemment).

Chaque année, lors de mon voyage outre- Atlantique j’ai pour challenge de complèter ma collection de “slush” (modèles injectés en plomb)

Mes préférées sont les autos de course.(voir le blog consacré  à ce sujet)

Voici quelques exemplaires qui sortent des sentiers battus. Outre les couleurs vives, caractéristiques de ces jouets, c’est l’échelle de reproduction, peu fréquente qui m’a impressionné.

La Miller de chez Lincoln est au 1/41 environ.

L’étrange “Bearcat” de chez Kansas est reproduite à une échelle similaire. Le dessin original et, disons-le, rustique, contraste avec la belle Miller.

La Barclay équipée de son système d’éclairage est également rare. En fait c’est cet équipement qui lui confère sa rareté. On appellera cela “version luxe”.

Enfin, la Tip-Top Toy est une firme des plus intéressantes qui n’a rien fait comme les autres. Toute sa production, de belle qualité, s’identifie facilement. C’est Ferd Zegel qui m’a éclairé sur l’intérêt de cette firme. J’ai bien compris le message et je ne laisse jamais passer l’opportunité d’acquérir un modèle de cette marque quand l’occasion se présente.

Des modèles de taille XXXL

Savoye est également une firme intéressante, comme Tip-Top Toys. Ses productions sont reconnaissables aux jantes en bois peintes de couleur rouge dont le dessin est très particulier.

J’ai découvert le véhicule que je vous présente ce jour dans le livre de M. Noboru Nakajima puis dans celui de Philippe Moro et Mick Duprat consacré aux bus et aux cars en miniature. C’est un ouvrage plaisant à feuilleter dotés de superbes photos où les modèles sont mis en scène au milieu d’autres objets. Les photos prises par M. Duprat m’ont inspiré plus tard pour le blog.

L’objet est un incroyable tracteur semi-remorque …autocar. Sur les flancs de la semi-remorque la gravure “motor coach” est évocatrice. On imagine un intérieur cossu, douillet. Dans la réalité ce type de véhicule n’a pas connu le succès. Il est à rapprocher du Nite à deux étages, tout aussi surprenant. (voir le blog consacré aux modèles futuristes  américains).

Je ne collectionne pas les variantes de couleurs sur ce type de produit. J’ai pourtant fait une exception avec ce modèle. Il m’a été impossible de trancher entre les deux couleurs que je venais de dénicher ! On trouve les excuses que l’on peut pour garder un modèle .

Restons dans les véhicules utilitaires. Ce camion “Mack” équipé d’une caisse fourgon est impressionnant. Il est rare. Cela s’explique aisément. Le fabricant, peut-être Barclay, a dû essuyer de nombreuses pertes lors de sa production. Le modèle réduit est démesuré au vu de la technique d’injection utilisée. Lorsqu’on a le camion en main, malgré sa taille et sa forme compacte on saisit toute sa fragilité.

Le camion citerne “Esso Gas” est aussi de taille conséquente, mais on comprend que la fabricant maîtrisait son sujet. La gravure est acceptable.

Les deux camions de pompiers de chez Savoye sont évocateurs d’une époque. Ils semblent sortir d’un autre âge. Les roues de type artillerie, très hautes, empruntées à du matériel hippomobile leur donnent un aspect désuet.

Ces modèles précédent les Savoye équipées des fameuses jantes en bois décrites plus haut. Là, encore, je me souviens fort bien avoir repéré ces objets dans un des ouvrages de M. Nakajima. Les photos étaient en noir et blanc !

La limousine de chez Barclay est également une rare miniature pour la simple raison qu’elle est  reproduite au 1/43 ! Vous avez peut-être cru reconnaitre une Barclay très fréquente qui lui ressemble, mais qui elle, est reproduite au 1/60 !

Nées pour choquer

Pour finir, j’ai gardé deux modèles. Comme mon client, en les voyant, j’aurais pu dire : “Qu’elles  sont moches !”

Si les modèles dits futuristes ne m’attirent pas plus que cela au plan esthétique, ils m’intéressent au plan historique. Ils annoncent le changement qui s’opérera dans les années 70, avec les Hot Wheels et les autres modèles fantaisistes de chez Matchbox. Comme dans l’art, on peut voir un courant se profiler.

Imaginons la tête du dirigeant de Meccano en voyage aux USA dans les années trente devant ce type de modèles. Comment aurait-il réagi ? Sarcasme, moquerie, haussement d’épaules sûrement.

Pourtant dans les années soixante-dix ce type de véhicules fantastiques, voire démoniaques, seront légion et attireront après 1968 un important public, comme si les évènements de cette année avait fait tomber les interdits.

En les voyant, je m’interroge sur les motifs qui ont conduit les fabricants Erie et Futuristic le bien nommé à concevoir ce type de véhicules. N’y a-t-il pas la volonté de choquer, de provoquer ? Je vois dans ces jouets comme une prophétie de chaos.

Ils sont rares. Je ne pense pas que le succès ait été au rendez-vous. Ce qui est sûr c’est qu’ils avaient quelque chose de précurseur. A ce titre, ils méritent une place dans mes vitrines.

Si ces quelques lignes ont pu éveiller votre curiosité de collectionneur, faire évoluer le regard que vous portez sur tout ce que vous ne collectionnez pas, tout ce qui n’est pas Dinky Toys, elles auront atteint leur but.

PS: le nouveau Pipelette (5) est disponible à la lecture sur la page d’accueil du site de l’Auto Jaune Paris. Bonne lecture.

 

 

 

 

 

Camions du futur

Cette série de miniatures injectées en plomb aux États-Unis a eu du mal à convaincre les collectionneurs européens souvent déconcertés par cet univers particulier. Je fais souvent le rapprochement avec l’univers de la bande dessinée américaine des années trente. Ces camions aux formes futuristes semblent sortis des planches des albums en vogue à l’époque chez les adolescents. Il faut avouer que cet ensemble de véhicules est assez surprenant. Il ne faut en aucune manière chercher à y voir des reproductions fidèles à des véhicules précis. Il faut simplement se laisser embarquer dans le monde imaginaire des comics.

Camions du futur
Camions du futur

Celui qui a ma préférence est de taille respectable. Il mesure 14,4 cm. C’est un Barclay. Il représente un camion à capot équipé d’un fourgon tôlé portant la gravure « Moving van Long distance ». Je l’avais repéré il y a une petite vingtaine d’années à Genève. A cette époque il y avait près de l’aéroport un musée consacré à l’automobile. M. Montandon, grand collectionneur éclectique y avait exposé une partie de sa collection, dont une très impressionnante série de « slush » américains. Il travaillait à la compagnie aérienne Swissair ce qui lui permettait de ramener des trésors des quatre coins du monde. J’avais pour ma part déjà entrepris la recherche de ces véhicules, et j’avais été attiré par ce beau camion que je n’avais jamais vu auparavant. A la disparition de M. Montandon, lorsque sa famille a dispersé la collection j’ai pu récupérer le camion convoité. Je n’avais jusqu’alors qu’une photo prise avec un appareil jetable acheté à la boutique souvenirs du musée afin de garder sur papier la trace de cet étonnant camion. Je vous laisse imaginer la qualité des clichés ! Je présente ce camion accompagné d’un panneau de limitation de vitesse (35 M/PH) afin de rappeler à l’ordre son chauffeur. Au volant d’un tel engin, ce dernier pourrait en effet être tenté de pousser quelques pointes de vitesse.

L’autre camion présenté est tout droit sorti de l’imaginaire des cerveaux de chez Barclay. C’est un fourgon intégral aérodynamique portant l’inscription « Tiny Tot Express ». Comme le précédent je ne l’ai jamais rencontré une seconde fois. Le résultat est surprenant. Le vendeur américain qui me l’a cédé l’avait affiché à un prix conséquent car les américains apprécient ces jouets atypiques et futuristes.
La firme Tip Top a une place particulière chez les amateurs de « slush ». Cette firme de petite taille a produit des jouets de qualité se rapprochant plus des standards de fabrication en vigueur chez Tootsietoys ou en Europe. Ferdinand Ziegel avait eu l’occasion de m’expliquer la place à part tenue par Tip Top chez les amateurs de « slush ». Les modèles sont rares. Cette dépanneuse ne fait pas exception. Elle est intéressante à plus d’un titre, notamment par la présence du chariot permettant d’enlever l’auto. La dame en vert, élégamment assortie à son auto, n’a pas tenu compte des indications relatives à la limitation de la durée de stationnement (1 hour). Elle devra donc aller chercher sa Chrysler de chez Kansas à la fourrière du coin.

Le dernier modèle du jour a également beaucoup de charme. C’est la cabine torpédo qui rend le modèle original. L’inscription « Moving Van » indique bien que nous sommes en présence d’un camion de déménagement, thème populaire chez les fabricants de jouets. Ce qui s’explique au regard de la mobilité de la population américaine. Le fabricant est Tommy Toys. Plus tard, ce moule sera exploité par Savoye. Il sera alors équipé des fameuses jantes en bois de couleur rouge non perforées, uniquement utilisées par ce fabricant.