Archives par mot-clé : série 22

L’odyssée des « Scarlet Arrow »

L’odyssée des « Scarlet Arrow »

En plus de nous émerveiller, certains chefs-d’oeuvre de la peinture ont une histoire hors du commun qui nous captive. Cela les singularise.

Léonard de Vinci La Joconde
Léonard de Vinci La Joconde

Dès sa réalisation qui s’est étalée de 1503 à 1519, la Joconde de Leonard de Vinci a été considérée comme un chef-d’oeuvre. En 1550 Vasari décrit le tableau avec force conviction. Mais c’est le vol du tableau en 1911 et sa rocambolesque histoire qui lui donnera son aura supplémentaire auprès du grand public.

Au musée du Louvre, le tricheur à l’as de carreau de Georges de La Tour eu une histoire mouvementée. Lorsqu’il en fit l’acquisition en 1972 jamais le Louvre n’avait déboursé une telle somme pour une œuvre d’art. Les experts se sont déchirés pour savoir s’il s’agissait d’un vrai de La Tour ou d’une copie.

Le tableau avait été découvert par un antiquaire, Pierre Landry, qui disait l’avoir acquis en 1926 chez un particulier, non loin du musée, sur l’île de la Cité. Georges De La Tour était tombé dans l’oubli malgré la grande qualité de son œuvre. Après cette affaire qui fit grand bruit, et quelques rétrospectives de l’autre côté de l’Atlantique, ce maître du 17 ème siècle fut enfin reconnu et apprécié du public.

Nos Dinky Toys les plus rares ont aussi leurs petites histoires. Les deux modèles du jour ont eu un destin des plus singuliers. Ils sont aujourd’hui de nouveau réunis après 50 ans de séparation.

J’ai acquis le camion 22 C, ridelles peint en jaune et noir et affublé d’une petite flèche de couleur rouge sur le pavillon en salle des ventes. Je l’ai acheté pour une raison simple : je disposais d’ éléments que peut-être, une partie des autres amateurs présents ce jour là, n’avaient pas.

Dans un article qu’avait signé Jean-Michel Roulet, qui, par bonheur dans les années 80-90 collaborait à diverses publications et partageait ainsi sa passion et ses connaissances, j’avais repéré une étrange camionnette 280, jaune dont le pavillon était décoré d’une petite flèche rouge.

Le montage d’un tel accessoire ne passait pas inaperçu. Il présentait ce modèle comme un prototype. C’est ainsi que le jour de la vente aux enchères j’ai compris que le camion 22 avait un lien avec la camionnette 280. Même couleur et même type de petite flèche.

J’ai saisi l’opportunité qui s’offrait à moi d’acquérir ce modèle. Je ne me souviens pas avoir eu une très grande opposition.

Plus de 30 ans après cette acquisition, Jean-Michel Roulet voyant la photo du camion dans ma vitrine me conta toute l’odyssée de ces véhicules. Ce petit camion 22 lui avait été promis par Geoff Moorhouse du bureau d’étude de Binns Road.

Le véhicule est aux couleurs d’une compagnie de transport, « Scarlet Arrow » établie à Liverpool, siège de Meccano faut-il le rappeler. Ce transporteur avait décoré sa flotte de véhicules de cette flèche rouge qui permettait de les identifier dans le flot de la circulation, et accessoirement de se faire une belle publicité.

Le bureau d’étude de Binns Road avait fabriqué deux modèles à soumettre au directeur de Scarlet Arrow : ce camion sur la base du 22C et une camionnette de livraison 280.

On peut imaginer que d’autres véhicules ont été réalisés et soumis à la direction de « Scarlet Arrow » . Un camion 25 peut-être ? C’est juste une hypothèse car on constate que les deux modèles précités ont été des fabrications « économiques », monobloc. Le camion 25 A ridelles est en 3 parties, bien plus onéreux à fabriquer.

Comme il était de coutume chez Meccano, et ce dès le début de la fabrication de wagons citernes ou des camionnettes publicitaires de la série 28, la compagnie qui voyait son nom apposé en publicité reversait une contribution financière à Meccano.

Mais à la direction de Scarlet Arrow on tenta d’expliquer que c’était à Meccano de payer pour voir figurer dans le catalogue Dinky Toys des véhicules aux couleurs de l’entreprise ! On comprend bien que les dirigeants de Scarlet Arrow étaient très fiers de leur décoration. Mais chez Meccano il était hors de question de se plier à une telle volonté. Résultat, ces deux véhicules allèrent aux oubliettes.

Les deux modèles sont ressortis en 1978 lors de la dispersion de documents et autres prototypes du bureau d’étude. Voyant qu’une partie des prototypes et autres documents était purement et simplement jetés, quelques membres du bureau d’étude se partagèrent ces trésors.

La camionnette « Scarlet Arrow » eut un curieux destin. On ne sait qui la sortit du bureau d’étude. Par contre, on sait qu’elle resta dans un petit carton au fond du coffre d’une Ford Cortina, avec une Standard Vanguard verte de premier type, une Triumph 1800 noire avec jantes argent et deux série 39 bicolores.

En voyant les Dinky Toys dans le coffre de la Ford, le garagiste à qui on la proposait comprit tout de suite l’intérêt d’acheter la voiture. Jean-Michel Roulet m’expliqua que la simple revente des Dinky Toys couvrait le prix de l’auto !

Tom Spinks, collectionneur de Matchbox Yesteryear les acquit auprès du garagiste et les céda en aout 1978 à Jean-Michel Roulet.

La photo que m’a confiée ce dernier est assez extraordinaire. On voit Jean-Michel Roulet posant fièrement avec ses acquisitions lors de l’autojumble de Crich.

Cette photo transpire la passion et la fierté, justifiée, de posséder de telles miniatures. On comprend que 30 ans après le souvenir soit toujours aussi vivace. On a peut-être du mal en 2020 à mesurer la fierté que l’on pouvait avoir devant de pareilles trouvailles.

A cette époque il fallait de solides relations pour pouvoir sortir de tels modèles. Cela ne se faisait pas en un voyage Outre-Manche. Il fallait tisser patiemment les liens entre collectionneurs et marchands. Ce n’était pas qu’une question de moyens financiers. Aujourd’hui, certains acheteurs posent sur leurs pages Facebook, avec un modèle à peine acquis pour plusieurs milliers d’euros. Ils ne savent pas toujours ce qu’ils ont acheté.

Jean-Michel Roulet espérait réunir la paire de « Scarlet Arrow ». Geoff Moorhouse lui avait promis le camion 22. Oui, mais voilà, ce dernier fut cédé à une autre personne dont nous ne connaissons pas l’identité.

Pour « compenser » cette promesse non tenue, le membre du bureau d’étude lui céda la Buick Skylark en bois, puis plus tard la Ferrari 312 F1 avec le châssis « made in England ». Ces modèles furent ensuite cédés à Jean Vital-Remy. Je les ai récupérés lors de la vente de cette collection, ainsi que l’exceptionnelle Standard Vanguard de type 1 de couleur verte.

Grâce au récit de Jean-Michel Roulet, ces modèles ont acquis un supplément d’âme. Ils ont une véritable histoire, hors du commun, à l’image de leur rareté. Ce sont des pièces uniques. Désormais les collectionneurs les rattacheront à ce récit.

Leçon de géométrie chez Dinky Toys

Leçon de géométrie chez Dinky Toys

Droite, triangle isocèle, rectangle, voilà quelques-unes des figures géométriques que le bureau d’étude de Dinky Toys eut à utiliser pour résoudre une équation des plus délicates, celle consistant à reproduire, sur une miniature, le pare-brise d’un cabriolet. Voici les données du problème : il faut qu’il soit fidèle, esthétique, solide, et qu’il ne nécessite pas trop de contraintes lors de sa production.

A première vue, cela peut sembler facile. Mais celui qui connaît un peu la production mondiale de miniatures sait qu’il y a toujours eu là une source de difficultés et ce, chez tous les fabricants. Dinky Toys, Grande-Bretagne et France, ont été confronté dès l’origine à cette équation.

Pour le premier modèle, celui de la série 22, injecté en plomb et carrossé en cabriolet c’est un rectangle rapporté qui fait office de pare-brise. Sur le modèle produit en France, c’est une pièce comprenant le volant, le pare-brise et le tableau de bord qui est retenue à la carrosserie à l’aide de deux rainures verticales.

C’est simple, efficace, mais fragile.

Sur la version anglaise, antérieure à la française, c’est également une pièce rapportée qui remplit la fonction de pare-brise. Le système de fixation à la carroserie est différent, sûrement moins pratique à mettre en place. A première vue le pare-brise semble plus sophistiqué et plus fin. Cependant, la réalisation n’est pas convaincante car il est finalement plus fragile que sur la version française.

Pour les modèles suivants, ceux de la série 24 d’avant-guerre, c’est un harmonieux rectangle rapporté, ajouré sur les premiers modèles, puis plein, qui fait office de pare-brise. Il vient se fixer simplement sur la carrosserie. Au niveau robustesse, cela semble être un sérieux progrès par rapport aux séries 22. La série reprise après guerre conservera cette technique.

Le vrai changement arrive après-guerre avec la reproduction de la  Jeep Willys réduite à l’échelle du 1/50 chez les Anglais et au 1/41 environ en France. Un nouveau procédé de reproduction est utilisé. La pièce est en tôle, rapportée, puis encastrée dans deux glissières verticales. Elle ne peut s’enlever. Tout est à angle droit. Un montant vertical divise le pare-brise en deux rectangles. Cette solution est inspirée par la forme du pare-brise de la véritable Jeep.(voir le blog consacré à la Willys jeep Dinky Toys)

Vous avez tous en collection une Simca 8 sport de chez Dinky Toys. Sur ce modèle, très typé, le traitement harmonieux du pare-brise est “La ” caractéristique majeure de la miniature. Ce sont les triangles isocèles faisant office de montants verticaux qui sont remarquables.

Ils permettent une solidité renforcée par rapport aux modèles décrits précédemment, tout en donnant à la Simca une élégance et un raffinement jamais rencontrés jusque- là sur ce type de produit.

 

Pourtant, la découverte récente de trois éléments permet d’établir aujourd’hui que le projet initial, portant le nom de code 100148, était bien différent. C’est en effet sous ce matricule qu’est étudiée le 24 octobre 1950 (!) cette  reproduction de la Simca 8 sport. Il ne reste à ce jour que les vues en coupe.

Un détail est frappant. Il n’y a pas de triangle isocèle, mais un pare-brise en tôle, encastré, comme sur la Willys.

La récente mise en vente du prototype en bois permet de confirmer cet état de fait. Comme le plan de 1950 le modèle en bois comporte un pare-brise en tôle. Le modèle en bois est antérieur aux plans, il servait à la direction pour valider ou non le modèle et donc l’exécution des plans .

Le modèle dessiné sur le plan ne porte pas encore un suffixe à son numéro. La lettre “S” n’a pas encore été choisie.

Mais ce n’est pas tout. J’ai également récupéré un autre dessin du projet 100148 ( le même numéro a été conservé). Celui ci est daté du 21 mai 1951. Les fameux triangles isocèles du pare-brise sont bien là. Comme le subodore Jean-Michel Roulet dans son dernier livre au sujet de la Simca 8 et de sa gestation, Dinky Toys a tardé à concrétiser cette auto. De plus, la vraie voiture a évolué très vite. Le plan de 1951 est révélateur.

Le modèle dessiné possède la calandre de forme ovale que l’on voit sur le prototype en bois. Ce n’est donc pas encore le projet final !

Ces plans et ces prototypes sont des pièces exceptionnelles. Ils permettent une meilleure compréhension de l’histoire de Dinky Toys France.

C’est pourquoi j’avoue avoir été déçu de l’accueil réservé aux plans que j’avais fait tirer à la fin de l’année dernière. Peu de collectionneurs de Dinky Toys se sont révélés intéressés pour en acquérir un jeu. A 30 € les 18 pièces, le coût était pourtant bien raisonnable. (voir l’article sur les 18 plans reproduits).

 

 

 

Série 22

Voici la boîte série 22, celle par laquelle tout a commencé. Les versions bleue et jaune ainsi que la verte et bleue, des deux camions pick-up, figurant sur la fiche 200, sont moins fréquentes.

Sur la fiche 200 une photo illustre le contenu de la seconde boîte de la série 28. Tous ces modèles sont moulés en plomb. Sur la vignette en haut à gauche de la fiche 200, illustration des deux types de marquage : Hornby series puis Dinky Toys.