Archives par mot-clé : Lotus 18

“Tout ce qui brille n’est pas or”.

“Tout ce qui brille n’est pas or”.

Ne dit-on pas qu’il faut se méfier de l’ éclats trompeur du précieux métal ? Pourtant c’est bien d’or que le cigarettier Player’s habilla les monoplaces Lotus de Formule 1 : Gold Leaf (1968 à 1971) et J.P.S  (1972 à 1978).

Premier sponsor n’appartenant pas à la sphère automobile il sera suivi par Yardley (cosmétiques) avant que d’autres cigarettiers s’engouffrent dans la brèche.

L’intrusion de cet annonceur a modifié à tout jamais le sport automobile.

Peut-être aurait-il fallu se méfier de cette manne. Elle a rompu un équilibre fragile. A partir de cet évènement, les budgets vont augmenter chaque année, avec pour conséquence la mise en péril des écuries les moins fortunées. L’écart ne fera que se creuser.

Trouver un sponsor va bientôt être une activité à part entière pour chaque directeur d’équipe. Viendront ensuite les pilotes “payants”, choisis davantage pour leur portefeuille bien garni que pour leur talent au volant.

Elles sont belles pourtant ces Lotus 72 aux couleurs J.P.S. Elles ont marqué les esprits et toute une génération.

Pour ma part, j’avais doté ma mobylette d’une décoration “J.P.S”. Malheusesement cela ne la fit pas avancer plus vite.

Il faut avouer que la Lotus 72 était déjà une très belle monoplace, avec ses formes en coin et ses radiateurs positionnés sur les flancs.

Avec l’écurie Tyrrell, Lotus va se partager les titres pilote entre 1968 et 1973. Les années paires à Lotus et les impaires à Tyrrell. Il en ressort un léger avantage pour Lotus qui remportera un titre constructeur de plus (En 1973, si le titre pilote revint à Jacky Stewart sur Tyrrell , celui récompensant la meilleur équipe reviendra à Lotus).

(voir le blog consacré à la Tyrrell 001)

La Lotus 72 apparue en 1970 aura une carrière exceptionnelle qui devait s’arrêter fin 1973. Pourtant, Colin Chapman, le directeur de l’écurie Lotus dut la “ressortir du garage” plusieurs fois tant ses remplaçantes n’arrivaient pas à la supplanter.

Une première fois en 1974 où la nouvelle Lotus 76 s’avéra moins compétitive que son aînée. Cette année-là, la Lotus 72 sortie du musée remporta trois Grand-Prix aux mains de Ronnie Peterson. Pas mal pour une retraitée.

On fit encore appel à elle en 1975 : ce fut l’année de trop. Les Lotus 72 furent cette fois totalement dépassées par les Ferrari 312T et les Mac Laren M23.

Je vais pourtant vous présenter une miniature, ou plutôt le projet d’une miniature qui n’a jamais vu le jour mais qui prouve combien cette Lotus 72 avait une place à part dans le coeur du public.

En 1977, c’est la Lotus 72 au 1/43 que choisit Safir Champion pour son éphémère série de Formule 1 apparue cette année- là !

Elle devait accompagner la Ferrari 312T, la Ligier JS5 et bien sûr les Tyrrell P34. C’est dire combien cette auto avait de l’importance pour la direction de Safir Champion. Soyons franc, sa livrée noir et or a fait beaucoup pour sa notoriété.

Il s’agit de l’empreinte d’enfonçage destinée à créer le moule. C’est donc au tout dernier moment que Safir Champion a décidé d’annuler ce projet.

C’est dans la cave de monsieur Juge que j’ai découvert cette empreinte qu’il m’a cédée plus tard. Elle trône sur mon bureau avec l’autre projet abandonné par Champion à la même époque, la Porsche 935.(voir le blog consacré à ce sujet)

Un musée en or.

C’est dans un musée que j’ai découvert l’autre modèle du jour. Cette “Lotus d’ or” fait partie d’un collage intitulé “tir à la raquette-séance galerie J.1961”.

Je doute que son auteur, Niki de Saint Phalle, ait délibérément choisi une Lotus pour l’inclure dans son œuvre. Non, c’est l’idée de créer des œuvres avec des objets usuels qui l’a guidée.

Au milieu des années soixante, à l’instar de Martial Raysse, les artistes de « l’école de Nice» ont choisi d’incoporer dans leurs oeuvres des morceaux de vie de la “société moderne”, notamment des jouets : baigneur, araignée en plastique, petits soldats.

Mamac Nice le journal
Mamac Nice le journal

Ils symbolisent notre société de consommation, sans en être la critique pour autant. L’artiste a ainsi placé quelques miniatures de la marque Clé ou Norev dans ses compositions. Ici, vous avez reconnu une Lotus 18, mais aussi une Peugeot 203 au 1/60 de chez Clé ou une Citroën 15cv de chez Norev.

Elles ont reçu, comme l’ensemble de l’œuvre, un voile de peinture or renvoyant ainsi aux objets de culte.

Cette œuvre est au Mamac à Nice. Reconnaissante envers la ville qui a symbolisé pour elle sa renaissance après une grave dépression, Niki de Saint Phalle fera une importante donation au musée. C’est le moment où,comme elle l’expliquera plus tard, plus sûre d’elle grâce à son compagnon Jean Tinguely, elle prit conscience de ses capacités artistiques.

Pour illustrer ce propos, je vous présente quelques autres versions de cette Lotus de chez Clé, moins fréquentes que le modèle de base  : celle distribuée en cadeau chez Familistère (Famy) et celle distribuée par Esso, dans son sachet plastique aux couleurs du pétrolier. La version chromée étant une version”luxe”, moins courante du fabricant du Jura.

Pour celle de la composition, je vous invite à aller au Mamac de Nice où l’œuvre est exposée Il faut bien apprécier qu’elle soit offerte aux yeux de tous et non enfermée dans une collection privée.

«Tout ce qui brille n’est pas or», voilà bien une phrase à méditer..

 

Cooper … révolution dans les cours d’écoles !

La série 100, quelle révolution !…Mettons nous à la place d’un gamin, rêvant aux exploits des Fangio, Moss, Trintignant. Pour s’imaginer au volant des bolides de ces champions, il a le choix entre les reproductions Dinky Toys, Crescent Toys ou Mercury.

Monoplace Cooper
Monoplace Cooper

Prenons Dinky Toys : la firme de Bobigny a manqué d’anticipation et n’a pas senti venir l’engouement de la jeunesse pour les bolides de courses. A l’opposé, Corgi Toys, par exemple met tout de suite à son catalogue des BRM et autres Vanwall. A Bobigny et à Liverpool, on préfère miser sur la reproduction de la voiture familiale. C’est un trait de génie de la direction de Solido d’avoir compris les changements du marché. Jean de Vazeilles qui dirige Solido avec ses deux sœurs, se tient très au courant des résultats des compétitions automobiles. Il dit lui même avoir bénéficié d’un coup de chance pour le lancement de la série 100 avec la programmation de la Jaguar Type D victorieuse au Mans plusieurs années de suite. Ce seul fait donnera tout de suite une excellente image de la firme Solido. Si vous regardez la série 100, à une ou deux exceptions près, tous les modèles ont marqué l’histoire du sport automobile. Mais on ne mesure pas assez le mérite du décideur.

Si aujourd’hui il est possible au collectionneur d’acquérir la reproduction de la voiture gagnante des 24 heures du Mans dans les trois mois qui suivent le drapeau à damiers, à l’époque l’élaboration d’un moule chez Solido c’était 5000 heures de travail (source M. de Vazeilles).

Cela demande donc un bel effort d’anticipation et un suivi très attentif des compétitions. C’est exactement ce qui s’est passé avec la Cooper. Lorsque Solido programme cette auto, nous sommes en 1958. Equipée de son petit moteur de 1,5 L elle commence sa montée en puissance et confirme son potentiel l’année d’après par le titre de champion du monde. Seul petit regret, en changeant de moteur, elle a perdu sa rampe d’échappement côté droit et a été équipée d’un capot moteur surmonté d’une arrête. Solido proposa dans la foulée l’autre grande animatrice des courses, la Lotus 18 du championnat.

Ces reproductions, la Cooper et la Lotus 18 sont innovantes à plus d’un titre. Elles sont les premières Solido à être équipées d’un ensemble axe et volant monobloc en plastique. Elles reçoivent pour l’occasion un nouveau pilote, plus harmonieux, qui remplacera progressivement l’autre (sans bras ni jambes) sur toute la gamme. Un saute vent en plastique transparent finit d’habiller la miniature. Mais l’élément le plus incroyable est la suspension : un ressort au niveau de chaque axe. Cela permet à l’auto une souplesse de suspension jamais rencontré sur des miniatures. Enfin, un dernier détail et non des moindres : jusque là les monoplaces reproduites par Dinky Toys avaient tous les détails gravés sur la carrosserie. Ainsi la ligne d’échappement figurée en relief, soulignée par un pochoir. Solido introduit davantage de réalisme.

Observez le pot d’échappement : c’est une jolie pièce en zamac rapportée, reproduisant le caractéristique pot torsadé de cette monoplace. Avec ce un détail, Solido introduit la notion « maquette » qui tend à reproduire le plus fidèlement possible une auto.

Nous avons classé les modèles photographiés par période de production. Les premières ont une finition bicolore, avec l’extrémité du capot avant décoré d’un filet de peinture appliqué au pochoir. Ensuite, Solido relancera sa gamme avec l’application de décalques. Ce sera la gamme “luxe’65” (décalque à bande blanche et filets rouge avec numéro 5 ou plus rarement deux bandes blanches parallèles avec numéro 4). A la fin de la production, la petite Cooper sera unicolore et équipée de jantes moulées en zamac (dénommées “standard” par Monsieur Azéma, dans son ouvrage sur les Solido). Ces ultimes modèles sont peu fréquents. Enfin, le moule franchit les Pyrénées permet à Dalia de proposer ce modèle. Elle retrouve alors sa première finition, avec l’extrémité du capot peint au pochoir dans une teinte contrastée. Les combinaisons doivent être nombreuses. Nous vous en proposons trois.

Bertrand Azéma dans son autre livre consacré aux productions étrangères indique également une version vert-olive. D’après Pierre Ferrer, une version jaune, et une version vert clair existent également.

J’espère que désormais vous ne regarderez plus cette petite Cooper comme avant…