Archives par mot-clé : Schuco

Porsche F2

Porsche F2

La belle opportuniste

La firme Porsche est née juste après la seconde guerre mondiale. Dans cette période troublée, le pari consistant à proposer des autos à vocation sportive pouvait paraître risqué. Le succès ne s’est pourtant pas fait attendre. La firme de Züffenhausen a bien évidemment choisi le vecteur de la compétition automobile pour promouvoir ses produits. La 356 s’est très rapidement forgé un palmarès qui mettait en lumière ses qualités routières.

cendrier humoristique BP avec Porsche 718
cendrier humoristique BP avec Porsche 718

Porsche a donc inscrit son coupé dans les grandes compétitions automobiles de l’époque. La direction avait compris que ce choix constituait le moyen le plus efficace pour faire connaître ses produits auprès du grand public. A l’origine l’usine préparait des 356 allégées qui remportèrent de beaux succès dans la catégorie où elles étaient engagées, notamment aux 24 heures du Mans.
Puis, très vite, la firme de Stuttgart s’est enhardie et a développé un modèle destiné à la compétition, la 550 (voir blog précédent).

Dans le domaine de la compétition automobile, Porsche  a su faire preuve d’un bel opportunisme.

En 1956, les règlements de la commission sportive internationale (CSI) ont instauré pour la formule 2 des moteurs de 1,5l de cylindrée. Porsche y a vu l’occasion de concourir dans une nouvelle catégorie à peu de frais. Elle a donc engagé dans la catégorie » Sport », avec ce type de motorisation, le modèle 718.

Pour les courses de Formule 2, le règlement de l’époque autorisait encore les monoplaces avec des carrosseries couvrant les roues, comme les voitures de sport dont le modèle 718 faisait parti.

Il suffisait donc aux ingénieurs de supprimer un des deux baquets, d’installer la colonne direction au centre et le tour était joué.

Ces autos s’illustrèrent surtout sur le circuit de l’Avus à Berlin. A partir de 1958, ce type de carrosserie couvrant fut interdit. Qu’à cela ne tienne, Porsche adapta son nouveau châssis de 718 millésime 1958 à la Formule 2. L’empattement fut conservé, identique à celui du modèle sport. Pour réaliser cette monoplace, il a suffi à Porsche d’installer le poste de conduite au centre et de réduire la voie. On fabriqua ensuite une vraie carrosserie de monoplace répondant aux nouveaux règlements, avec les roues découvertes.

La Porsche 718 monoplace n’est donc qu’un dérivé d’un modèle « Sport » et non une monoplace conçue à partir d’une feuille blanche comme les Cooper ou Lotus. Cela se ressentira dans les performances.(voir l’histoire des Cooper).

Les règlements internationaux évoluèrent. Ainsi une formule 2 année 1959 (monoplace équipée d’un moteur de 1,5l ) devient en 1961 rien moins qu’une Formule 1 ! En effet pour la catégorie reine des monoplaces, la CSI n’admit que des moteurs de 1,5l. Notre Porsche 718 concourut ainsi en Formule 1. Mais le quatre cylindres devenait vraiment trop juste pour pouvoir lutter avec les autres modèles.

Commence alors une escalade à la puissance. Porsche se décide à créer un 8 cylindres et l’adapte aux modèles « Sport”, en faisant passer la cylindrée à deux litres.

De l’opportunisme du départ qui avait consisté à transformer son modèle « Sport « , Porsche s’est trouvé entrainé dans une course à la dépense, afin de rester compétitif dans un domaine où Ferrari et les Anglais possédaient une bien meilleure expérience. Dans son livre « Les années Clark » qui m’a servi de support pour étayer mes propos, Gérard Crombac explique que durant la saison 1961,Porsche a dépensé dans ce cadre 3% de son chiffre d’affaires, une somme élevée et bien supérieure à celle des autres écuries. Le succès n’a pas couronné cet effort financier, et Porsche a jeté l’éponge.

Pour illustrer cette première partie, voici des reproductions qui sont contemporaines de l’engagement de cette auto en compétition. Cette partie première est consacrée aux firmes Clé, Ingap, Politoys et à d’autres firmes de Hong Kong. Dans une seconde partie nous verrons la reproduction offerte par Solido et ses dérivés.

De bonnes raisons d’espérer !

« C’était mieux avant » « Il y a une époque où le matériel débordait des tables » Voilà le genre de phrases que j’ai entendu à deux endroits différents : la semaine dernière aux Pays-Bas, à Utrecht et hier à Chicago. Mes interlocuteurs parlaient bien entendu de manifestations de jouets anciens. Mais leur discours peut sans doute s’appliquer à d’autres activités.

Tekno et Mecline
Tekno et Mecline

Il me semble qu’il y a 10 ans les gens tenaient déjà ce type de discours qu’eux-mêmes avaient entendu une décennie plus tôt. C’est peut-être une manière de se rassurer et de se dire qu’eux- mêmes ont eu la chance de connaître une précédente époque qui était formidable. En avaient-ils alors conscience ? Je vous laisse réfléchir sur ce point. Même si l’on constate des changements importants, je trouve pour ma part que l’époque actuelle est pleine de bonnes choses dans le domaine de la miniature.

La première est la baisse des prix ce qui est dû à la forte baisse du pouvoir d’achat des collectionneurs. La demande demeure forte : contrairement au discours de certains professionnels du secteur et de l’édition, le nombre de collectionneurs est en hausse. La seconde et la plus importante à mes yeux est que les collectionneurs sont devenus plus connaisseurs. Ils spécialisent davantage leur collection, et surtout la valeur monétaire d’un jouet n’est plus le critère d’achat. Il y a eu une époque où certaines personnes n’achetaient que dans un but spéculatif. C’était il y a vingt ans. Les belles années, dites vous ?

Ainsi, je trouve que les collectionneurs achètent mieux et plus intelligemment qu’il y a 20 ans. Autre critère très important pour moi, ils achètent les miniatures qui leur font plaisir et non les miniatures qu’il faut acheter afin de compléter une liste. J’ai connu des gens qui, collectionnant Dinky Toys, se croyaient obligés d’acheter toute la production. Il leur fallait tout avoir, du numéro un au dernier modèle hideux des années quatre-vingt, même s’ils reconnaissaient que ces modèles ne leur plaisaient pas du tout. Personnellement je ne suis jamais tombé dans cet excès.

J’affectionne particulièrement la firme Tekno, mais je ne suis pas tellement intéressé par les variantes de couleurs des modèles du milieu des années soixante. Je n’ai jamais acheté la machine-outil par exemple. J’ai tout de même fait quelques entorses. Ainsi, j’ai acquis il y a fort longtemps le modèle Miraco que Tekno avait fabriqué sous licence. Je ne suis pas sensible à ce type de jouet mais il était intéressant d’avoir un exemplaire de cette miniature résultant d’un accord entre Schuco et Tekno. La couleur du modèle et la présence de la boîte ont fini de me convaincre. Par contre je n’ai jamais cherché à en acquérir une autre. S’agissant d’un jouet rare, les prix demandés sont excessifs par rapport à l’intérêt que je porte à ce modèle. Près de trente ans se sont écoulés et l’année dernière à la bourse de Göteborg j’ai eu la surprise de trouver un dérivé de cette copie danoise. Une variante qui m’était inconnue jusque- là : une version norvégienne de chez Mecline. Tekno avait contourné l’embargo norvégien sur les jouets en installant sur place des filières de fabrication. La encore, la présence de l’emballage d’origine a fini de me convaincre. Un an plus tard, même endroit, je suis attiré par un étal ou trône une étrange boîte : une boîte qui m’est inconnue alors que le texte est en français. Il s’agit encore d’une fabrication sous licence d’un modèle Schuco réalisé par les jouets Richard. L’objet et la boîte sont neufs. La calandre est particulièrement réussie avec un personnage dessiné au centre de celle ci.

Et voilà comment naît une nouvelle branche dans une collection ! Des modèles auxquels je trouve peu de charme mais qui ont un lien avec la firme Schuco et sont rares. Chacun vit avec ses contradictions…

J’ai écrit ce petit texte pendant mon séjour à Chicago, la veille du début de la manifestation de jouets anciens. Tôt le matin, sur le parking, je rencontre un client de Montréal. Savez-vous quelle a été sa première phrase ? « Vous-vous rendez compte le changement en 20 ans ! C’était les beaux jours … » Je n’ai pas pu m’empêcher de rire et de lui résumer la teneur du petit texte que je venais de terminer.