Archives par mot-clé : Picasso

“Tant pis pour l’exactitude”

“Tant pis pour l’exactitude”

“C’est un effet de vignes que j’ai vu à Arles. J’y ai mis des Bretonnes. Tant pis pour l’exactitude”. Ces mots sont de Paul Gauguin dans une lettre qu’il adresse au peintre Emile Bernard qu’il avait rencontré à Pont-Aven.

Ensemble, ils avaient développé une théorie inspirée des estampes japonaises basée sur la simplification et les couleurs.

Pour Gauguin, l’important dans son tableau intitulé “Misères humaines” ou “Les vendanges à Arles” c’est l’effet de couleurs. Plus tard, dans sa période tahitienne, il prendra encore plus liberté. Ainsi le public le moquera pour son tableau “Ararea” l’un des plus célèbres, et pour le chien rouge placé au premier plan.

Dans l’histoire de l’art, nombreux sont les artistes qui ont suscité la polémique avant d’accéder à la reconnaissance. C’est inévitable. Le public a besoin de temps pour apprécier et comprendre ces évolutions. Le collectionneur russe Sergueï Chtchoukine, amateur éclairé dont nous avons pu admirer il y a peu de temps une partie de la splendide collection achetait notamment des oeuvres de Picasso.

Cependant il déclarait ne pas toujours le comprendre. Il avait eu cette phrase que j’aime beaucoup : “C’est probablement lui qui a raison et pas moi”.

“Tant pis pour l’exactitude” disait donc Paul Gauguin. Cent ans plus tart, on comprend la portée de la phrase tant le sujet est ailleurs dans son tableau.

Certes, il y a peut-être une forme de provocation chez l’artiste dans le fait de placer des bretonnes à Arles, pour faire les vendanges. Mais on sait que quelques mois auparavant il sillonnait les routes du Finistère et que ses carnets étaient remplis de croquis de paysannes pris sur le vif. Il est probable que la posture et l’authenticité des ces paysannes l’avaient inspiré au point qu’il ait souhaité les recycler et les replacer en Provence.

La direction des “Jouets Citroën” semble avoir tenu le même raisonnement quand elle a décidé d’offrir aux enfants des reproductions de Citroën T23 semi-remorque chenillé. “Tant pis pour l’exactitude, ils sont si beaux ces tracteurs semi-remorques !” aurait pu s’écrier le directeur commercial des Jouets Citroën.

J’ai cherché. J’ai questionné des amateurs. Nulle trace de ce type de véhicule dans la réalité.

On sait juste que l’ingénieur Kégresse a travaillé pour Citroën en adaptant son brevet d’autochenille qui finira d’ailleurs aux Etats-Unis et qui sera même à l’origine du fameux White Half-track de la seconde guerre mondiale.

LaCroisière Noire (1924-1925) et  la Croisière Jaune (1931-1932) rendirent populaires les autochenille, ces véhicules taillés pour l’aventure. En fait, ce sont les dérivés militaires de ces camions chenillés, notamment les tracteurs d’artillerie conçus pour tracter les lourds canons sur les champs opérationnels, qui connurent le plus de succès dans la réalité. Pourtant, “les Jouets Citroën” ne déclinèrent aucune version militaire. Il est assez intéressant de faire un parallèle avec la firme allemande Märklin qui à la même période consacre une page complète aux véhicules militaires. En France, les fabricants de jouets sont à l’image du pays et de ses dirigeants qui ne veulent pas voir arriver le conflit.

On connait cependant quelques rares exceptions dont la très drôle Citroën dite “Traction militaire”. (Voir le blog consacré à ce sujet).

Parmi les versions proposées par “les Jouets Citroën”, une seule semble crédible. J’ai d’ailleurs une belle anecdote au sujet de cette miniature. Dans les années quatre-vingt-dix, un monsieur âgé est venu me trouver au magasin. Il venait du Jura et avait emmené dans ses bagages quelques jouets à céder, tous issus de son coffre à jouets d’enfant.

Au milieu de son petit trésor, il y avait un superbe Citroën tracteur chenillé semi-remorque forestier.

Il m’a expliqué qu’il s’agisssait du jouet le plus cher à son coeur car, venant d’une région aux forêts profondes, il avait été bercé enfant par ces engins chenillés tractant les grumes. Il est bien évident que ce type de camion n’a d’utilité que dans ces conditions d’utilisation : adhérence précaire, terrain dénivelé, lourde charge à tracter.

Si la superbe version avec la remorque emplie de sable peut paraître crédible, il est bien évident que les autres déclinaisons sont assez farfelues.

J’ai un faible pour la rare version citerne arborant le décalque en papier issu des jouets Citroën “Mobiloil” en tôle.

La remorque chargée de caisses est d’une rare poésie. On l’imagine sur les quais du port de Marseille ou du Havre près d’une grue, prête à être déchargée. Idem pour celle transportant les tourets.

Il faut signaler ici que toutes ces versions existent aussi équipées “simplement” de jantes avec pneus “Michelin” en place des poulies et des chenilles. Trouver les modèles avec les chenilles d’origine est une véritable gageure.

On imagine que les “Jouets Citroën” ont assez vite retiré ces versions au profit de celles équipées de jantes à pneus. Les rassembler toutes m’a demandé près de 30 ans. Collectionneurs, ouvrez grands vos yeux devant ces jouets extraordinaires et poétiques.

Le tub cubiste

Trouver un lien entre la collection de miniatures et un mouvement artistique n’a pas été chose aisée mais j’ai quand même décidé de vous emmener au musée. Le mouvement cubiste est parti du tableau de Pablo Picasso (oui, le même que l’on a pour des raisons commerciales accolé aux monospaces d’un célèbre constructeur automobile français…) « Les demoiselles d’Avignon » et sera conjointement mené avec Georges Braque. Nous sommes en 1907. C’est le critique Louis Vauxcelles qui donnera au mouvement le nom « cubisme » à la raison que « Monsieur Braque méprise la forme, réduit tout à des cubes »…ce qui colle bien à notre miniature !

Citroën SPC
Citroën SPC

Ce mouvement qui verra l’émergence de Fernand Léger et de Juan Gris, pour ne citer qu’eux, mérite que vous désertiez un moment vos collections pour aller dans les musées ressentir des émotions différentes. La miniature présentée, un Citroën 1200 Kgs, est un modèle Dinky Toys. Il est peu connu. Son histoire mérite que l’on s’y arrête. Dans son ouvrage sur les Dinky Toys, Jean-Michel Roulet laisse entendre que la version Baroclem a été en partie sous-traitée, notamment au niveau de la finition et des détails de peinture ajoutés par rapport à la version de base. Je ne peux que confirmer cette supposition.

C’est la société Désormeaux, basée à l’époque des faits à Montreuil, qui effectua cette opération. Pour la petite histoire, avant de partir pour Montreuil, la société avait ses locaux dans le 19ème arrondissement, au 24 rue de Meaux, à quelques mètres de ma boutique. Il y a quelques années, j’ai eu la chance de rencontrer une personne qui, à l’époque où elle était étudiante, avait dans le cadre d’un travail d’appoint apposé les décalques du Baroclem. L’activité de la société Desormeaux tournait autour de la réalisation de maquettes d’agence et d’objets publicitaires. Son créateur devait être un passionné de miniatures automobiles.

C’est en effet à cette petite firme que l’on doit les premiers modèles de miniature automobile de fabrication artisanale : de ses ateliers sont sortis une superbe Citroën 5cv et une Zèbre. Elles étaient disponibles sous plusieurs formes : sur plaquette en bois ou coulées dans un bloc de résine, faisant office de presse papier comme la miniature que je vous présente aujourd’hui.

La boucle est bouclée ! Desormeaux, en tant que maquettiste de talent a pu travailler en sous-traitance pour Meccano. Il avait certainement tissé des liens étroits avec Bobigny. C’est peut être aussi à lui que l’on doit la série de Berliet porte containers Bailly, celle réalisée à la main et repeinte sur des véhicules de série. A mes yeux, la version “SPC” présentée est aussi intéressante que celle du Baroclem. Desormeaux obtiendra de Meccano la livraison d’une version unicolore de son 1200 Kgs. Cela confirme les bonnes relations de ces entités.

Je vous livre telle que je l’ai vécue une anecdote au sujet de ces versions unicolores. Au début des années 80, Monsieur Scherpereel proposa plusieurs exemplaires, neufs en boîte, qui avaient la particularité de n’avoir pas reçu la couche de peinture bleue côté droit. Ils présentaient côté gauche une finition bicolore, identique à la version « Glaces Gervais » de série. Les décalques avaient été appliqués des deux côtés. Je ne peux m’empêcher de faire un lien avec les modèles destinés à Desormeaux. Il est tentant d’imaginer que l’ouvrier sur la chaîne ait fait quelques ratés, habitué qu’il était à retourner l’objet lorsqu’il produisait les « Glaces Gervais » de série. Nous possédons en Dinky Toys Liverpool un modèle présentant la même caractéristique. Il s’agit d’un Morris van « Capstan » qui n’a pas reçu sa finition bicolore et présente côté droit une peinture bleu unie. Nous en avons plus tard revu un second exemplaire avec la même caractéristique. Ainsi, il est probable que nous découvrirons d’autres réalisations de ce genre.