Archives par mot-clé : Charles Prieur

Un intérieur cossu

Un intérieur cossu

En 35 ans de métier, j’ai eu l’occasion de constater un certain manque d’ouverture d’esprit de la part de certains collectionneurs. Cet état de fait est certes compréhensible. La collection est un acte individuel. Aucune collection ne ressemble à une autre et c’est tant mieux. Cependant, chaque collectionneur pense souvent détenir la vérité, celle de sa collection. .

 

Mon ami Charles, collectionneur averti de Dinky Toys qui connaissait comme nul autre les variantes des séries 24 et 25 partageait un certain nombre de mes goûts de collectionneur. Mais il a pu parfois être déconcerté par mes choix et mon intérêt pour un jouet en plastique ou en carton.

Je me souviens comme il était perplexe devant certaines miniatures comme ces petits “Peugeot” fourgons en plastique, il ne comprenait  pas mon choix.

Certains collectionneurs sont plus ouverts, ils ont une approche différente, ils sont plus curieux. Mais la curiosité se cultive.

Cette incompréhension se rencontre également entre amateurs d’une même marque de miniatures qui peuvent collectionner de manière très différente.

Ainsi, quand M. Gougeon et quelques autres se sont lancés dans les variantes de numéros de capots, cela a pu déclencher des moqueries.

Et pourtant, ils sont désormais plusieurs à rechercher les numéros de production des boîtes. Il faut expliquer ici que l’imprimeur identifiait sa production en laissant un numéro sur le rabat ou le retour de languette de certaines boîtes.

Quand ces numéros existent, ils aident à mieux appréhender la production de certaines variantes. En effet, ils correspondent toujours à une période bien précise de la production. Les numéros changeaient quand il fallait réimprimer une autre série de boîtes. Ainsi, on peut dater des variantes de châssis, de jantes et même de pneus. Je trouve cela intéressant car c’est un moyen d’être plus rigoureux dans les affirmations formulées sur les variantes.

A titre personnel je ne collectionne pas les variantes de numéro de boîte, mais je trouve que cela mériterait un livre. On imagine la liste des numéros avec la variante exacte de couleur, de jante, de pneu, ou de type de châssis.

Pour ma part, je me suis arrêté aux variantes que l’on peut identifier au premier coup d’œil, par exemple les nuances de couleurs, ou les formes de jantes. Ainsi dernièrement, le hasard des trouvailles et la loi des séries m’ont permis de mettre la main sur plusieurs variantes de couleurs d’intérieur de Chrysler New Yorker.

Le modèle de base est fini en rouge avec un intérieur ivoire. La teinte est particulièrement  harmonieuse. Elle est très fréquente. Durant sa production, la nuance de rouge de la carrosserie va s’éclaircir, passant d’un rouge très foncé à un rouge clair en fin de production.

Et vous avez peut-être entendu parler de la variante à intérieur rose ? Cette étrange couleur a suscité deux explications. Selon la première, à l’usine, lors de la production de cette série, l’ouvrier préposé au pochoir n’aurait passé qu’une couche de peinture ivoire sur la caisse intégralement peinte en rouge, au lieu des trois ou quatre nécessaires. Une seule couche et les sièges apparaissent rose bonbon. Deux couches et l’on obtient une sorte de vieux rose. Trois ou quatre et c’est la teinte que vous connaissez tous : l’ivoire. Cette explication nous semble peu plausible car l’application de plusieurs couches de peinture aurait exigé des temps de séchage intermédiaires incompatibles avec une production de très grande série. La seconde explication convainc davantage : ces nuances proviendraient du niveau de dilution de la peinture blanche, la quantité de diluant jouant sur son pouvoir couvrant et son opacité. Des fonds de pots de blanc ont pu être ainsi excessivement allongés pour faire face à un manque de peinture… Les tableaux de bord, peints à part sur du matériau brut, restent toujours blancs, intérieur rose ou pas.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas eu volonté de la part de Meccano de créer un intérieur rose. Cela tient juste à une finition bâclée ou peut-être à des “économies de bouts de chandelles”..

On y accorde l’importance que l’on veut. Ces variantes, appelons les “économiques”, sont tout de même peu fréquentes. Pour être complet, je les ai trouvées aussi bien en jantes concaves qu’en jantes convexes ce qui prouve qu’elles ne correspondent pas à une période très précise de la production. Il apparaît juste que la première teinte, le rouge foncé, n’a jamais bénéficié de cette finition “économique”. La rigueur et la qualité de fabrication se sont amenuisées avec le temps.

Il existe une autre variante que je viens juste de découvrir et qui m’a servi de prétexte à cette chronique. Dernièrement chez un confrère, j’aperçois une New Yorker. La couleur de l’intérieur me surprend et je pense d’abord à un intérieur repeint. Très rapidement, je m’aperçois qu’il n’en est rien. Il s’agit de la couleur du pavillon beige de la Studebaker Commander finie en orange. Je n’avais jamais vu cette variante.

Peut-être restait-il de la peinture de cette teinte sur la chaine de fabrication, la programmation de la Chrysler succédant à celle  de la Studebaker, on aurait fini ainsi le fond de peinture. C’est juste une hypothèse.

Si vous ajoutez la variante de jantes, convexes sur les premiers exemplaires puis concaves tout à la fin de la production, cela vous fait huit exemplaires finis en rouge à chercher.

Si vous rajoutez les variantes de boîtes, je n’ose plus calculer.

Signalons que le modèle équipé de jantes concaves est peu fréquent. C’est logique. Le modèle était en fin de carrière quand il a été équipé de jantes concaves et le public avait déjà oublié cette belle auto au profit des Saratoga et autres Thunderbird.

Je ne pouvais vous parler de la Chrysler New Yorker rouge et ivoire sans vous signaler la couleur inversée : ivoire et rouge. Comme pour la Simca 8 sport, déjà vue précédemment (voir l’article sur la Simca 8 sport) les deux schémas de peinture ont été réalisés.

Meccano a utilisé sa palette de couleurs disponibles, ici son rouge typique et son ivoire, se contentant d’inverser l’ordre entre la carrosserie et l’intérieur. Le résultat est magnifique. Au final cela donne deux autos qui semblent très différentes. Il dût être bien difficile pour la direction de trancher.

Finalement, la Chrysler sera rouge et la Simca ivoire. Il nous reste ces pré-séries, témoins exceptionnels de cette période. Elles sont finies au pochoir comme celles de série. Je connais au moins deux exemplaires de cette Chrysler New Yorker.

Nous possédons un autre essai qui fut sans suite, également fini au pochoir. Donc, là aussi une petite série a été faite. Elle emprunte le bleu nattier de la Peugeot 403.

J’ai commencé avec le modèle fini en rouge, le plus fréquent.

Je finis par celle par qui tout a commencé : le prototype en bois, pièce unique. Le pare-brise a été égaré. Il sera réalisé en série injecté en plastique cristal ce qui était une première chez Dinky Toys France.

On comprend bien que le bureau d’étude voulait montrer à la direction ce pare-brise séparément. On peut rapprocher ce modèle d’une autre américaine que je vous ai présentée récemment: le prototype de la Packard Clipper qui lui avait un pare-brise plein Le bureau d’étude de Liverpool n’avait pas pris le soin de créer deux parties et avait présenté un modèle monobloc. (voir l’article  avec le prototype de la Packard Clipper).

 

Des Dinky Toys au pays des Helvètes

Des Dinky Toys au pays des Helvètes

Ce catalogue m’a fait comprendre toute l’importance  de la documentation. De quoi s’agit-il ? D’un catalogue Dinky Toys d’exportation pour le marché américain, daté de 1954.  Le collectionneur curieux que je suis apprécie ce type de document. Les catalogues des fabricants de jouets conçus  pour des marchés  d’exportation possèdent des particularités. En faisant preuve d’observation, on repère des détails qui prennent une valeur particulière et peuvent parfois expliquer bien des choses.

J’ai ainsi sélectionné la page avec les séries dites “38”. Pour les collectionneurs anglais, ces autos sont des classiques. Pour les français, elles sont très attractives car elles n’ont jamais  été importées chez nous. Notons enfin que cette série consacrée aux cabriolets est fort plaisante. Elle marque avec la série 39 consacrée aux autos d’origine américaine, un vrai virage à Liverpool.En effet, ces autos sont tout de suite identifiables et portent d’ailleurs le nom du constructeur sur le châssis en tôle.

J’ai mis en parallèle  une autre  page consacrée à cette série  provenant d’un catalogue Dinky Toys, cette fois destiné à la Suisse et daté aussi de 1953-54.

C’est mon ami Charles qui m’avait trouvé ce superbe document et qui m’avait ouvert les yeux sur la beauté du graphisme. Pour ma part, j’avais été attiré par la couleur sachant que les Anglais n’avaient jamais reproduit  cette série en couleur sur des catalogues. Et pour cause, cette série est apparue à l’aube de la seconde guerre mondiale, en  juin 1939. ! La Lagonda, l’Armstrong  Siddeley et la Jaguar  complèteront la série en 1946. Mike Richardson pense que ces autos ont  été supprimées du catalogue anglais en 1950. A l’exportation,  elles survivront six années de plus !

J’ai  choisi de vous montrer ces modèles dans une version pimpante avec les jantes peintes  de couleurs vives et non en noir.

Nos amis collectionneurs anglais aiment beaucoup ces versions car  elles n’ont jamais été distribuées en Grande-Bretagne.

Dans la version suisse, un détail doit vous choquer. Il n’y a que 5 autos. Il manque la Jaguar SS100.  En fait, la marque Jaguar est très populaire outre-Atlantique, et on peut supposer qu’Hudson Dobson, l’importateur américain,  a gardé l’exclusivité de la production de Liverpool pour son marché américain. La jaguar est d’ailleurs présente dans le catalogue américain.

On la trouve jusque dans le catalogue 1956-1957 ! C’est dire comme elle devait être populaire, elle est la seule qui subsiste encore à cette date avec l’Armstrong Siddeley. Comme la Jaguar, sa création est postérieure à 1946. Le moule des autres modèles devait commencer à fatiguer sérieusement. Le premier retrait au catalogue de 1955 fut La Sunbeam Talbot.

Un détail m’avait  échappé, il est rarement relevé. Sur les catalogues américains, les modèles de la série 38 sont renumérotés de 100 à 105. Cette nouvelle numérotation annonce le nouveau système de numérotation mis en place pour la série suivante constituée d’adorables cabriolets anglais.

Ces catalogues, fort instructifs nous montrent aussi que les versions compétition ont devancé les versions civiles. C’est Hudson Dobson qui sera le précurseur, en demandant  à Liverpool de livrer la MG TF sans décoration et sans personnage, avec un étui spécifique et une référence particulière: 129.

Cette version sera vendue 85cents comme les autres modèles de la série 38, ou plutôt,  si on veut être puriste, série 100 aux USA.

Ce fut un beau tour de force de la part d’Hudson Dobson d’obtenir ce prix pour une nouveauté. Il est certain que le personnage a été sacrifié dans une recherche d’économies. Les catalogues pour Hudson Dobson sont repassés au noir et blanc, il n’y pas de petites économies.

Je reviendrai en détail sur chaque référence de la série 38.

C’est un clin d’œil à Charles que ces quelques lignes, lui qui m’avait fait découvrir ce type de documents qu’il appréciait beaucoup. Je revois ses yeux d’enfant  devant ces pages en couleur. Charles Prieur  est décédé le 5 février 2017.