Archives par mot-clé : TF1

Sous les feux de la rampe.

Sous les feux de la rampe.

“Il y a Jean-Pierre Pernaut qui te cherche partout !” s’amuse mon épouse au téléphone.

Jean-Pierre Pernaut ? alors que je cherche à mettre un visage sur le nom de ce ce client, elle ajoute, “mais non, le présentateur du journal de TF1 de 13 heures !” Puis elle m’explique qu’une journaliste a laissé un message sur le téléphone et souhaite réaliser un reportage sur ma collection.

La surprise passée, je recontacte cette journaliste. Cette dernière m’indique que la direction de la chaîne a prévu une série de reportages sur le thème des collectionneurs de jouets pour les fêtes de fin d’année. En une demi-heure de conversation au téléphone, elle m’explique la finalité du projet : présenter en 4 minutes un collectionneur de petites voitures qui de plus en a fait son métier. Il ne s’agit pas de rentrer dans les détails, comment le pourrait-on d’ailleurs dans un laps de temps si court.

La forte audience de ce journal, plus de 6 millions de spectateurs, est due en partie à ces reportages, réalisés aux quatre coins du pays, et qui portent sur des gens discrets qui se singularisent par leur passion ou leur métier.

Il ne s’agit pas de montrer des pièces rares, des prototypes, mais des jouets que les téléspectateurs ont connu, ou des reproductions d’autos qu’ils ont conduites ou rêvé de conduire. Bref, de réveiller les souvenirs. Le journal de 13 heures touche un public qui a le temps d’être le midi devant la télévision, notamment les retraités. Ce type de reportage est donc ciblé.

J’ai saisi cette opportunité sans hésiter. La caméra est intimidante mais on finit par l’oublier. Avec la journaliste nous avons essayé en quatre minutes de montrer quelques miniatures éveillant la curiosité et donnant envie, pourquoi pas, de collectionner.

Ces jouets sont des objets qui font désormais partie de notre histoire, de celle nos parents, et même de celle de nos grand-parents. Leurs formes, leurs couleurs ne peuvent laisser indifférent. Ce sont de beaux objets, que l’oeil profane ou averti regarde avec un égal plaisir.

Ils sont liés à une autre aventure, celle de l’automobile.

La centaine de messages reçue deux heures après l’émission et le téléphone qui sonnait sans arrêt m’ont confirmé le bien fondé de cette analyse. Même notre site internet a sauté.

Et c’est d’ailleurs la question d’un téléspectateur qui m’a inspiré cette chronique : “Bonjour . j’ai vu une Ford Thunderbird coupé Dinky Toys, je suppose que ce n’est pas une réplique et que les feux arrière fonctionnent ? Merci”.

En trente-sept ans de métier, je n’avais jamais pris le temps de mettre une pile et de faire fonctionner ce gadget. Bien que cette auto fasse partie des jouets de ma génération- elle est sortie en 1969- je n’ai jamais été attiré par ce genre de miniature. A l’époque, les gadgets ne me passionnaient pas.

On peut se féliciter de la manière dont la branche française de Dinky Toys a résolu l’équation qui consiste à loger une pile forcément volumineuse, dans le modèle, sans en déformer la ligne.

On s’en félicite d’autant plus quand on voit comment Liverpool a traité ce genre de problème : les BMW 2000 Tilux et les Mercedes 250SE ne sont pas franchement des réussites.

J’ai donc pris le temps de placer une pile sur un modèle. La surprise fut de taille. Superbe. On est surpris de ne l’avoir pas fait avant ! J’ai décidé de tester aussi les autres versions que je possède.

Au fil des années, j’ai rassemblé un ensemble de couleurs qui n’ont jamais dépassé le bureau d’étude.

J’ai d’abord récupéré un modèle empruntant les couleurs de la DS présidentielle auprès d’un ancien du bureau d’étude.

Plus tard j’ai pu récupérer deux autres exemplaires de cette couleur laissant penser qu’il pourrait s’agir d’une petite série réalisée pour un événement particulier comme le salon du jouet par exemple.

C’est avec la Renault Floride de couleur blanche que Meccano a commencé à soigner ses clients, les revendeurs, en leur réservant une surprise lors de leur passage sur le stand. La boîte bleue de la DS présidentielle a ainsi été distribuée lors de cet événement.

Plus tard lors des ventes Vieville, un autre ancien du bureau d’étude, j’ai récupéré d’autres couleurs empruntées à des modèles de la gamme (Opel Admiral). Ces exemplaires sont des pré-séries. Il est fort possible qu’elles soient uniques. On peut ici parler de pré-séries au regard du traitement des châssis.

Ainsi, celui équipant l’auto peinte de couleur bleu métallisé, ne possède pas encore la gravure des éléments mécaniques (carter, boîte de vitesses, ni même les inscriptions Dinky Toys). Il a cependant reçu une couche de peinture noire.

Ce qui n’est pas le cas du châssis de l’auto rouge métallisé qui est resté à l’état brut, bien qu’il ait reçu sa gravure définitive.

Ces deux modèles ne possèdent pas le système électrique. On se doute qu’il n’était pas encore prêt et que ,comme très souvent chez Meccano, on se sert des premières injections de série pour réaliser les essais de couleur.

J’ai un lien particulier avec ce modèle. M. Badaroux que j’ai eu la chance de rencontrer il y a quelques années, a participé à sa conception. Ce dernier me racontait qu’au bureau d’étude, les tâches étaient variées et parfois surprenantes. Ainsi, on lui demandait de la même manière de faire le plan de l’Opel Admiral, mais également d’adapter le système électrique d’un jeu de société ayant fait ses preuves sur un autre jeu très différent. Il fallait se débrouiller, avec un budget des plus réduits. Je revois la fierté qu’il avait à me montrer son tour de passe-passe.

M. Badaroux avait une préférence pour le chemin de fer HO. Il a toujours une faiblesse pour “ses” locomotives. Il maîtrisait parfaitement les circuits électriques miniaturisés et leur intégration. C’est donc en toute logique qu’il a participé à la conception de la Ford Thunderbird et de ses feux stop électriques.

Ainsi quand j’ai convoité la Ford Thunderbird bicolore de couleur argent qui trônait dans ses trésors, il m’a expliqué le lien qu’il entretenait avec cette miniature et les raisons pour lesquelles il préférait la garder. J’avais déjà cette auto et je n’insistai pas.

Plus tard, lors d’une autre visite, je remarquai un détail : la couleur de l’intérieur était différente de celle de la mienne, qui provenait d’un collègue de M Badaroux. J’entretenais un lien amical avec M. Badaroux et ce dernier accepta finalement de me la céder.

Quel plaisir il eut lors de sa venue à mon domicile avec son fils de voir toutes ses anciennes miniatures et ses plans au milieu de ma collection. L’histoire continue et le plaisir qu’il a eu à me conter ses anecdotes est révélateur de l’état d’esprit qui l’anime : transmettre aux futures générations.

Rendez vous le dimanche 7 fèvrier 2021 pour Pipelette numéro 7.