Archives par mot-clé : 34B

Je m’en lave les mains.

Je m’en lave les mains.

“Moteur à explosion”. Ce terme pourrait inquiéter certains conducteurs Moi le premier. C’est pourquoi les automobilistes ont toujours eu besoin de porte-bonheur, pour se protéger de la machine.

En Italie par exemple, chaque ville, parfois même chaque quartier a ses Saints de prédilection. Ces derniers sont sollicités chaque année pour bénir et protéger les automobiles et leur utilisateur. Les conducteurs patientent en file comme au feu rouge, en attendant que le prêtre officie. Les vélos sont les bienvenus.

Saint Christophe et sa médaille
Saint Christophe et sa médaille

Une médaille de Saint-Christophe patron des voyageurs, à l’intérieur de l’habitacle, est déjà une bonne garantie de sécurité.

Nos amis Allemands qui ne sont pourtant jamais à court d’arguments pour vanter la qualité de fabrication de leurs produits, peuvent se montrer superstitieux lorsqu’il s’agit de se protéger des aléas de la mécanique.

Voyez ce splendide fer à cheval : “Das qualitat”. Admirez le sachet contenant les éléments de fixation : écrou, contre-écrou et autres éléments de blocage. C’est impressionnant.

Le service publicité de Berliet, qui ne manquait pas d’imagination, aurait dû s’en inspirer plutôt que de proposer l’article ci-après à la direction de Vénissieux.

On peut y voir une certaine arrogance. Il s’agit d’ un chiffon “dégraisseur à sec” servant à se nettoyer les mains après une partie de mécanique. Jusqu’ici rien d’extraordinaire.

Mais sur la pochette de cette dernière un texte indique que l’utilisateur pourra s’en passer lorsque il aura acquis un Berliet Stradair : “Vous le jetterez quand vous aurez un Stradair”.

Il est ensuite expliqué que Berliet a supprimé le graissage sur ce camion “qui comporte des innovations plus révolutionnaires encore”. La publicité ne rentre pas dans les détails et invite à se rapprocher du service promotion vente du constructeur.

Pour un peu, le service publicité expliquait que le temps économisé en parties de mécanique permettait aux chauffeurs de “Stradair” d’organiser des tournois de belote. Berliet avait d’ailleurs imprimé des jeux de cartes. (voir le blog consacré Berliet Stradair  prototype)

La réalité fut tout autre. (voir le blog consacré au Berliet Stradair). L’arrogance de la publicité déchaîna sans doute “les mauvais génies de la mécanique”. Le Stradair fut un fiasco technique.

Et les les jeux de carte permirent d’occuper les chauffeurs pendant que le Stradair, hors d’usage, était en réparation au garage.

La société de pâte à savon Arma qui pouvait craindre une baisse des ventes de ses produits à cause du “révolutionnaire Stradair” choisira pourtant d’apposer sa publicité sur un Berliet Gak de chez France Jouets.

Bien lui en prit car les déboires du Stradair furent finalement favorables à la consommation de pâte à savon.

Les utilisateurs qui voyaient dans le Stradair une machine infernale ont du ricaner devant les déboires de ce dernier et se féliciter d’avoir conservé leurs “vieux” GLR.

Dinky Toys a su offrir aux amateurs de poids-lourds une reproduction exceptionnelle de ce camion. A mes yeux sans doute le plus beau camion Dinky Toys France.

Avec le Simca Cargo c’est aussi un des plus fréquents. Disponible en magasin dès 1955, il est encore au catalogue en 1971.

J’ai le souvenir, enfant, d’un café près du stade communal de football où trônait derrière le comptoir la version benne carrière. On y allait après les entrainements boire un cacolac. Je suppose que le propriétaire de l’établissement en avait conduit un. La miniature devait symboliser sa première vie  de chauffeur routier.

Je n’imaginais  pas que le prototype en bois de ce modèle trônerait un jour dans mes vitrines.

Le modèle est superbe. Le maquettiste a particulièrement soigné la finition. Au regard du travail effectué, on imagine qu’il aimait particulièrement le modèle. Il n’y a pas toujours sur ce type de produit le même degré de finition. Même la crémaillère figure. La benne en bois est fonctionnelle.

Je ne vais pas entrer dans la description de toutes les variantes, Jean-Michel Roulet l’a très bien fait dans son ouvrage.

Il y en a quelques unes que j’apprécie. Elles démontrent que Dinky Toys improvisait parfois, notamment en fin de production, où on n’hésitait pas à utiliser des “restes”.

Ainsi, il existe une version équipée de jantes bleu clair concaves provenant du Citroën P55 laitier. La couleur est très différente du bleu moyen, propre au Berliet GLR. On peut imaginer qu’un surplus de jantes du Citroën P55 inutilisé se trouvait là au moment de la production des derniers GLR. C’est une version très rare.

La version plateau avec container possède aussi “sa version hybride”. La plupart des versions de fin de production, avec le plateau serti et les jantes concaves sont équipées de pneus à section ronde qui correspondent à ceux des modèles du début de la production.

La logique voudrait que les modèles soient équipés de pneus à section carrée, pneus apparus au début des années soixante avec le Berliet Gak et le Citroën P55 laitier, qui leur avaient succédé. L’assemblage est anachronique, c’est mon ami Charles Prieur qui me l’avait fait remarquer. Un stock ancien avait dû être retrouvé à l’usine et cette petite production tardive convenait parfaitement pour liquider ces pneus d’un autre âge.

Il faut aussi signaler que le Berliet n’a pas toujours reçu la finition argent au niveau de la face avant (calandre, phares, baguettes). Le camion prend alors une allure bien différente.

La boîte promotionnelle réalisée pour Berliet est très rare.  On peut comprendre, en lisant le texte  sur une des faces  de l’étui, que ce dernier ne pouvait avoir qu’une durée de vie très limitée.

Enfin, comment ne pas parler de la version porte-container “Bailly” réalisée pour cette entreprise. Beaucoup de bêtises ont été dites au sujet de ce modèle. Une première série a été réaliséee par Dinky Toys. Le modèle est tardif, avec des jantes concaves et un plateau serti. Il ne peut y avoir de confusion avec l’autre série, réalisée plus tard à la pièce et à la main à la demande de Bailly chez un maquettiste.

Le modèle ayant eu  du succès, Bailly voulut en refaire une petite série. La commande n’était pas assez importante pour Dinky Toys, elle fera le bonheur d’un ou de plusieurs artisans maquettistes comme Desormeaux par exemple qui avait des liens avec Meccano.

La version réalisée chez Dinky Toys est une rare et belle pièce.

Ce Berliet GLR sillonnera les routes de France jusque dans les années 80. A l’image du modèle Dinky Toys, il aura une carrière exceptionnelle Je me souviens en avoir photographié quelques exemplaires en bel état de conservation jusqu’en 1990. Le Berliet Stradair, bien plus récent, avait disparu depuis longtemps de la circulation.