Inca Bugatti T59 (les deux tailles)

Avec le temps, va, tout s’en va

Avec le temps, va, tout s’en va

Dans 10 ans, en 2028, qui se souviendra avec précision des fabuleuses autos de course des années soixante ? Vous allez sûrement hausser les épaules. Impossible ne pas s’en souvenir. Et pourtant. Le temps qui passe fait son oeuvre et efface petit à petit les souvenirs de nos mémoires.

Pour illustrer ces propos, m’est revenue une petite histoire. Au milieu des années soixante-dix, animé d’une louable intention, le collectionneur suisse Michel Sordet publiait une revue qui cherchait à recenser les miniatures à travers une encyclopédie trimestrielle. Les articles de la revue “Ma collection” pouvaient traiter d’un fabricants de jouets, d’une marque automobile ou d’un autre thème. Je me souviens par exemple d’un intéressant et très documenté numéro consacré aux autos américaines.

Dans un autre article, qui portait sur la firme C-I-J, l’amateur de voitures de course que j’étais avait repéré une monoplace identifiée comme Mercedes. Ce modèle correspondait à l’exemplaire que j’avais acquis au marché aux puces de Saint-Ouen, chez M. Gilles Scherpereel.

Michel Sordet est un amateur de voitures de course, et pourtant, il avait confondu la Mercedes avec la Bugatti T59/50B. Juste avant la guerre et à la libération, cette monoplace avait marqué les esprits. Pas suffisamment, cependant, car 30 ans après sa dernière victoire, le 9 septembre 1945 lors de la coupe des prisonniers , plus personne ne savait l’identifier.(voir le blog consacré à la Delahaye  145 du GP du Million)

Inca, petit fabricant français, offrira une reproduction de la Bugatti qui avait participé au Grand Prix du Million. Avec son moteur de 4,5L, son appui-tête profilé et son radiateur avant caréné cette Bugatti T59 a effectivement des airs de Mercedes.

Cela entrainera de nombreuses confusions dans les années 80 chez les collectionneurs qui attribueront à Mercedes la paternité de cette miniature.(voir le blog consacré  aux Mercedes de Grand Prix)

Il faut dire que sa silhouette symbolise à la perfection la monoplace des années d’avant-guerre.

Il existe plusieurs tailles de reproductions de cette Bugatti. Comme souvent, il y a débat pour savoir s’il s’agit d’une  contraction  du matériau dans le temps ou de l’utilisation de plusieurs moules, ces derniers ayant eu une existence assez courte.

Enfin, signalons l’existence d’un dérivé de cette Bugatti, moins fréquent, qui possède un radiateur très différent.

Un exemplaire de cette Bugatti T59/50B, grandeur nature, est présenté au musée Schlumpf. Hasard de la présentation, elle est placée juste devant une fabuleuse Mercedes W125.

Dans les compétitions d’avant-guerre, bien souvent c’est la Bugatti qui voyait l’arrière des Mercedes et des Auto Union.

Je profite de cet article pour présenter une mystérieuse monoplace française, produite aussi en plastiline.  Qui pourra nous en dire plus? Une chose est sûr, elle est rare.