Après-guerre, Aludo se débrouille…

Après-guerre, Aludo se débrouille…

Il est bien difficile de parler de l’industrie du jouet dans un contexte de conflit armé. Cela paraît futile au regard de la préoccupation principale : survivre. Il est pourtant évident que le conflit de 1940 a entrainé de grands bouleversements dans ce domaine.

Une fois la paix revenue, la France a dû se reconstruire. Le secteur économique du jouet n’était pas, fort justement, la priorité.

Pourtant, lorsqu’on se penche sur les témoignages des gens qui ont vécu cette période de l’après-guerre, on comprend à quel point la population  avait envie de tourner la page. Ainsi, en 1945, la première compétition automobile d’après guerre, la bien nommée “Coupe des prisonniers”, attira un public fort nombreux dans le bois de Boulogne.

Dans le contexte de la reconstruction, dans le souhait d’un avenir plus heureux,  les petits fabricants de jouets d’avant-guerre, ceux qui avaient réussi à passer le conflit, sont repartis à l’assaut de leur clientèle avec des produits nouveaux.

C’est dans l’actualité qu’ils puisèrent leur inspiration. Le matériel américain associé à la libération était incontournable.  Le modèle le plus reproduit fut la Jeep Willys (voir l’article sur la Jeep Willys). Le GMC et le Dodge  tentèrent FJ. Les blindés à valeur hautement symbolique ne furent pas oubliés. Je vous présente un joli coffret symbolisant la libération, éphémère et d’une grande rareté. Il est réalisé en composition, avec les moyens du bord par DC.

L’euphorie de la libération passée, les gens ont voulu  oublier les temps difficiles symbolisés par les engins militaires, et la demande de la clientèle a évolué vers des jouets civils.

Aludo se distingua en proposant un superbe et inédit camion Chevrolet 3T. Il est injecté en aluminium, comme les soldats que proposait cette firme. Il faut juste revenir un peu en arrière et préciser qu’Aludo est le prolongement de DC,  ce même DC ayant succédé à CD. A l’origine de CD se trouve Charles Dommage qui enchanta les enfants, puis les collectionneurs.

Aludo (zamac) Peugeot 802
Aludo (zamac) Peugeot 802

Après la guerre, Aludo reprit une partie des autos produites par DC, dont la fameuse Peugeot 802 Andreau,  mais aussi le camion Panhard tracteur semi- remorque porte-autos. (voir l’article sur les Peugeot 802). Pour relancer la production après la guerre, Aludo a puisé dans les moules d’avant-guerre disponibles. Les  fabrications d’après- guerre sont très fragiles. Il fallait composer avec les matériaux disponibles. Notre camion Chevrolet 3T est en aluminium. Pas de soucis de conservation pour ce camion, l’aluminium est résistant dans le temps. C’est pourtant une grande rareté. Cela tient au fait que sa production fut très courte pour des raisons qui demeurent inconnues.

Il est reproduit à une échelle similaire au 1/50. Une partie des exemplaires portent une décalcomanie “Aludo” sur le plat de la ridelle arrière, comme la plupart des productions de ce fabricant qui portent le logo de la marque.

C’est à ce détail que je dois l’acquisition de mon premier exemplaire. Il y a de nombreuses années, dans un catalogue de vente aux enchères aux Etats-Unis,  j’ai repéré un lot composé d’une dizaine de camions.

La photo était assez médiocre, et l’on ne pouvait se rendre compte si le modèle était en peinture d’origine ou non. Par contre, un détail m’a fait comprendre que le camion était d’origine. Un texte accompagnait la photo et décrivait sommairement le lot. Parmi les différents noms de fabricants figurait « Aludo ». Il me semblait impossible que la personne ayant rédigé le catalogue ait connaissance  du nom du fabricant de ce rare véhicule. Il l’avait eu en main et  le seul élément qui permettait de l’identifier était la présence de cette décalcomanie sur la ridelle arrière. Une fois le lot acquis, l’ouverture du colis a confirmé mon analyse.

Ce fut une de mes plus belles acquisitions dans ces conditions de réflexion. Quelques années plus tard, j’ai acquis un second exemplaire, toujours aux Etats-Unis. Il n’a pourtant jamais été vendu là-bas mais des collectionneurs américains avaient dû en acquérir en France dans les années cinquante

Pour le plaisir des yeux et du partage de l’information j’ai rajouté, un charmant petit camion pinardier. Il porte également sa décalcomanie “Aludo”. Ce modèle a été repris en celluloïd…à moins que se ne soit l’inverse. Il est toujours bien difficile de savoir cela  avec certitude.