” A l’américaine !”

” A l’américaine !”

Dans “Jour de fête”, film de Jacques Tati, il y a une réplique dont je ne me lasse pas :

“Le François, il fait sa tournée à l’américaine !” Le tout dit avec un savoureux accent berrichon.

L'affiche de "Jour de fête" Jacques Tati
L’affiche de “Jour de fête” Jacques Tati

Jacques Tati était un citadin qui a découvert la campagne lors de sa démobilisation. En 1943, il s’installe dans le village de Saint-Sèvère-sur-Indre où la vie tranquille à la campagne, rythmée par les saisons le séduit. C’est ici qu’il écrira le synopsis de son film et qu’il reviendra le tourner.

Dans “Jour de fête”, c’est l’arrivée de la caravane des forains qui vient troubler la vie paisible du village.

Jacques Tati dresse un constat grinçant des effets du progrès technique sur le rythme du travail. Il a sans doute pensé au personnage de Charlot dans “Les temps modernes”. Toujours plus vite semble être le seul credo.

Un cinéma en plein air est installé sur la place du village. La projection d’un documentaire sur les méthodes employées par la poste américaine pour le ramassage et la distribution du courrier, symbole des progrès venant des Etats-Unis est l’élément déclencheur. Tous les moyens sont bons pour aller plus vite semble dire le documentaire.

François, le facteur du village est légèrement éméché. Il est moqué par les forains. Piqué au vif, il se lance alors à bicyclette dans “une tournée à l’américaine”, avec ses modestes moyens. Toute la mécanique burlesque de Jacques Tati se met alors en place.

La scène où il pédale tout en téléphonant est des plus réussies. Quand il arrive à la hauteur de la jeep des GI symbolisant la présence américaine sur le territoire, ces derniers semblent étonnés que la poste française soit ainsi équipée !

Dans la France d’après-guerre, le sentiment de la population vis à vis des Américains est contrasté. Une fois passée la liesse de la libération, une partie d’entre elle et du pouvoir politique se montre hostile à l’allié américain, prévenue par une sorte de méfiance. C’est peut être aussi cela le message du film. (voir le blog consacré aux Jeep fabriquées en France)

Les Américains sont venus en Europe lors de la seconde guerre mondiale et ils sont venus avec leur culture. Dans le domaine de l’automobile, outre la jeep, ils ont importé un type de spectacle qui était inconnu en Europe jusqu’alors et qui n’aurait jamais connu le succès sans la guerre.

Après cette noire période, les gens ont besoin de s’amuser. On sait le succès qu’ont connu les premières compétitions automobiles, que ce soit la coupe des prisonniers juste après le conflit (voir le blog consacré à ce sujet )  ou les premières 24 Heures du Mans d’après guerre en 1949.

Mais la faible quantité de voitures de course disponible par rapport à la demande du public donne l’idée à Charley Michaelis et Andy Dickson d’importer en France les courses de “Stock-cars”.

Dire que les américains ont le sens du spectacle est un euphémisme. Le spectateur doit en avoir pour son argent.

Pour faire des courses attrayantes il faut un règlement simple. Celui des courses de stock-cars « made in France » tient sur une demi-page du programme présentant la course du jour. Tout est autorisé dans la transformation de l’auto : moteur, puissance, cylindrée. Il est plus simple d’énoncer les restrictions : la seule réserve est de ne pas mettre en danger la vie des autres concurrents. Cela rappelle le règlement vu bien plus tard dans les courses de la Can-Am (voir le blog consacré à ce sujet).

N’oublions pas deux autres points essentiels du règlement : port du casque obligatoire et obéissance à la direction de course. Rien de très compliqué !

Le succès sera très rapidement au rendez-vous. Deux courses seront programmées chaque semaine au stade Buffalo à Montrouge, près de la porte d’Orleans entre 1953 et 1957, date de la destruction de ce dernier.

Il faut donc offrir du spectacle à l’assistance. Qu’à cela ne tienne, une prime est allouée à toutes les actions allant dans ce sens.

Ainsi, un concurrent sachant que la victoire est hors de portée n’hésitera pas à monter sur le talus et provoquer un tonneau ou un immense carambolage pour le grand plaisir du public. Ce spectacle, digne des jeux du cirque enthousiasme.

Ces courses ont pour origine la prohibition. Ce n’est pas une légende. Afin d’avoir des autos  nerveuses capables de semer facilement celles de la police, la pègre modifie les moteurs et les accessoires de ses autos dans le but de les rendre plus performantes.

Les véhicules transformés trouveront assez rapidement une autre fonction. Des courses entre bandes rivales sont organisées afin de déterminer les meilleures préparations. Le “stock-cars” littéralement “voiture de série” est né.

“Stock-cars” c’est aussi l’intitulé du superbe et rare coffret contenant trois autos de type générique reproduites au 1/43 que je vous présente aujourd’hui. Ce produit, je l’ai découvert il y a quelques années en visitant la magnifique collection de M Dufour. J’étais tombé immédiatement sous le charme. Je ne l’avais jamais vu auparavant, ni revu ailleurs !

Lors de l’édition 2019 de l’incontournable bourse d’Orléans, j’ai enfin pu dénicher un exemplaire de ce coffret réalisé par G-G (Gaspard et Gaubier). Cette petite firme française était située au 4bis passage Kuszner dans le 19ème arrondissement.

Ne cherchez pas cette adresse sur un plan, ce passage a été détruit. Il se situe non loin de la fameuse rue Rebeval, chère aux amateurs de Dinky Toys. Après BS,(Beuzen et Sordet) avenue Jean-Jaurès et Désormeaux rue de Meaux, voici encore une autre petite firme voisine de ma boutique.

Il semble évident que la personne chargée dans cette petite fabrique de la réalisation des prototypes et autres projets devait être un fervent spectateur de ces courses de stock car au stade Buffalo.

Cela se perçoit déjà dans le graphisme du coffret. L’illustration du couvercle de la boîte vous plonge dans l’univers bariolé de ces compétitions.

Comme sur les affiches des matchs de catch, très populaires aussi à cette époque, le dessinateur nous présente un univers où règne une certaine violence, qui semble, heureusement sous contrôle.

Observez l’allure décontractée des deux pilotes. L’un deux n’a même pas cru devoir sangler la lanière de son casque. Il a parfaitement su retranscrire et synthétiser cet univers tout fraichement importé des Etats-Unis.

Il est bien évident que les organisateurs cherchent à impressionner les spectateurs avides de sensations fortes. Observez les photos figurant dans le programme de la course du jour.

Le rédacteur n’hésite pas à vanter une virile touchette, où l’un des protagonistes fini sur le flanc avec cette remarque : “Les USA n’ont rien à envier aux français !” et conclut avec cette phrase laconique :” Un télescopage d’une rare violence”.

Pourtant, ces autos sont lourdes, leur vitesse de pointe n’est pas très élvée. La violence est sous contrôle. Pour s’en convaincre il suffit d’aller voir quelques videos d’époque que je n’ai malheureusement pas le droit de diffuser.

Comme dans une bande dessinée, à l’aide de bulles, les deux pilotes figurant sur le couvercle du coffret invitent l’enfant à les imiter dans leurs courses intrépides et leurs carambolages.

Pour cela, rien de plus simple. Lorsque le pare-chocs rencontre un obstacle, un mécanisme astucieux libère un ressort qui a pour effet de catapulter l’auto en l’air ! Impressionnant. On comprend mieux la rareté de ces autos ! Combien d’entre elles ont survécu à de tels traitements ?

Grace à l’aide de la technique lithographiée GG a pu proposer trois livrées fort différentes et hautes en couleur traduisant fort bien ce que devaient être ces autos transformées et repeintes dans des couleurs extravagantes. On appréciera aussi le panneau sur le pavillon ainsi que les renforts simulés sur les ailes.

Enfin les fûts en bois finissent de compléter le coffret. Dans la réalité ces fut servaient aussi bien de balises marquant la piste que d’obstacles pour arrêter la course d’un concurrent un peu trop pressé de vous dépasser.

La firme G-G (Gaspard Gaubier) fut éphémère. Elle est bien sûr listée dans la rubrique des fabricants. Le logo apparaît également dans l’index. Par contre Je n’ai même pas retrouvé de publicité dans la fameuse revue professionnelle.

Pire, elle disparaît assez vite de ce listing des fabricants en cours d’activité au début des années soixante. Cela ne l’a pas empêchée de produire un superbe ensemble caravaning, créant pour l’occasion une mignonne petite caravane. L’étui, illustré d’un beau dessin, est d’un style graphique fort différent du coffret Stock cars.

Il ya fort fort longtemps, à l’époque où nous avions commencé notre collection avec les autos de course et de record, nous avions acquis un joli petit coffret en carton, portant les initiales G-G , aux couleurs de Delespaul.

C’est l’auto de record, façon tank caréné qui nous avait séduit. Le coffret contenait donc cette auto de record et cette fameuse limousine de type générique. Chacune portait sur son châssis un tampon Delespaul. L’auto de record, je l’ai trouvée ensuite dans une petite boîte avec le marquage “Simoun” qui est le nom d’un vent violent au Moyen Orient.

GG eut donc une existence courte. Pourtant, quels beaux objets elle a su offrir aux enfants.

Jacques Tati avait bien vu. Tout va vite, trop vite. Pourtant, quand sur la table j’ai vu le coffret, le temps s’est arrêté. Quelques instants. Mais il s’est arrêté. C’est la réponse du vendeur sur le prix de l’objet qui m’a brutalement replongé dans la réalité.

.