Quelle couleur, dites-vous ?

Quelle couleur, dites-vous ?

C’est la question que j’ai posée à mon interlocuteur, et je suis encore tout étonné de sa réponse : “Argent !” me dit-il. “Êtes-vous sûr ?” lui rétorquai-je . “Oui c’est la couleur que j’ai indiquée sur ma liste” me répondit-il.

Ce dernier avait travaillé toute sa vie au bureau d’étude de chez Meccano. C’est chez lui que j’ai pu récupérer le lot des 18 prototypes en bois réduits au 1/60 que Dinky Toys France avait étudié à la fin des années soixante (voir l’article consacré à ces miniatures) et le lot de plans originaux .

Notre homme avait mis sur la table du salon un certain nombre de miniatures dont il souhaitait se dessaisir. En fait, il s’agissait de modèles qu’il avait en plusieurs exemplaires, sachant qu’il voulait garder deux exemplaires de chaque modèle.

Quand j’ai pris la Ferrari 250 GT 2+2 de couleur rouge, ce dernier a regardé sa liste et m’a dit : “Oh, j’ai dû faire une erreur ! Il faut que je la garde. J’en ai conservé une de couleur argent, il faut que j’en garde aussi une rouge”.

C’est ainsi que j’ai découvert par hasard cette variante. Devant mon étonnement au sujet de la couleur décrite, nous sommes remontés à l’étage pour vérifier si la liste n’était pas erronée. Et là, à mon grand étonnement, l’auto était bien argent avec intérieur en plastique rouge, montée avec les fameuses jantes en plastique chromé qui n’équipent que les modèles de pré-série !

C’est la couleur de la Mercedes 230SL qui porte la référence suivante, 516.

Que dire, sinon qu’il faut rester bien modeste dans la connaissance des Dinky Toys. Ce même jour, après avoir expliqué à notre homme que ces modèles étaient destinés à ma collection et non à la vente, j’ai aussi pu acquérir une Matra 530 rouge avec un intérieur en plastique noir.

Il m’a confirmé qu’il s’agissait de la couleur choisie par le bureau d’étude pour injecter le plastique, quitte à la peindre ensuite pour faire des essais de couleurs.

Figuraient également dans le lot une Peugeot 504 berline bleu métallisé, comme l’Opel Rekord 1900 de série, un cabriolet Peugeot 504 bronze, identique à celui photographié dans le livre de Jean-Michel Roulet, confirmant ainsi l’existence d’une petite série.

Plus étonnante fut la découverte de la Peugeot 204 berline. Elle est rouge, comme celle qui figure sur l’affichette de présentation.

Encore plus surprenant est le châssis non gravé “SGDG” comme celui du modèle de couleur blanche offert par Peugeot lors de la présentation de la série. Il  est noir satiné et non mat. L’intérieur a été peint de couleur brun. Les poignées de porte ont été soulignées avec de la peinture argent.

J’ai expliqué à mon interlocuteur que j’essayais de regrouper le plus grand nombre de documents et de modèles afin de transmettre aux futures générations de collectionneurs toutes ces informations récoltées auprès de ceux qui avaient travaillé au bureau d’étude. Une relation de confiance s’est installée.

j’ai toujours eu un profond respect pour ces anciens du bureau d’étude.

J’écoute toujours avec intérêt leurs anecdotes, comme celle du mouliste du 43 rue Cavendish qui ne jurait que par les autos de sport et de course, et qui se moquait gentiment des gens du bureau d’étude de chez Meccano, quand ces derniers lui apportaient les plans de Moskvitch ou de Peugeot 504 à réaliser. (voir le blog consacré au mouliste du 43 rue cavendish)

Mon vendeur m’a confié le dossier de plans tel qu’il avait pu le sauvegarder à la fermeture. Il en avait cédé une vingtaine avant mon passage que j’ai pu récupérer. Il était ravi que je puisse avoir l’intégralité des plans sauvegardés.(voir le blog consacré aux plans)

Voici encore une petite page de la grande histoire des Dinky Toys . D’autres découvertes sont sans doute encore à venir.