Après-guerre, Aludo se débrouille…

Après-guerre, Aludo se débrouille…

Il est bien difficile de parler de l’industrie du jouet dans un contexte de conflit armé. Cela paraît futile au regard de la préoccupation principale : survivre. Il est pourtant évident que le conflit de 1940 a entrainé de grands bouleversements dans ce domaine.

Une fois la paix revenue, la France a dû se reconstruire. Le secteur économique du jouet n’était pas, fort justement, la priorité.

Pourtant, lorsqu’on se penche sur les témoignages des gens qui ont vécu cette période de l’après-guerre, on comprend à quel point la population  avait envie de tourner la page. Ainsi, en 1945, la première compétition automobile d’après guerre, la bien nommée “Coupe des prisonniers”, attira un public fort nombreux dans le bois de Boulogne.

Dans le contexte de la reconstruction, dans le souhait d’un avenir plus heureux,  les petits fabricants de jouets d’avant-guerre, ceux qui avaient réussi à passer le conflit, sont repartis à l’assaut de leur clientèle avec des produits nouveaux.

C’est dans l’actualité qu’ils puisèrent leur inspiration. Le matériel américain associé à la libération était incontournable.  Le modèle le plus reproduit fut la Jeep Willys (voir l’article sur la Jeep Willys). Le GMC et le Dodge  tentèrent FJ. Les blindés à valeur hautement symbolique ne furent pas oubliés. Je vous présente un joli coffret symbolisant la libération, éphémère et d’une grande rareté. Il est réalisé en composition, avec les moyens du bord par DC.

L’euphorie de la libération passée, les gens ont voulu  oublier les temps difficiles symbolisés par les engins militaires, et la demande de la clientèle a évolué vers des jouets civils.

Aludo se distingua en proposant un superbe et inédit camion Chevrolet 3T. Il est injecté en aluminium, comme les soldats que proposait cette firme. Il faut juste revenir un peu en arrière et préciser qu’Aludo est le prolongement de DC,  ce même DC ayant succédé à CD. A l’origine de CD se trouve Charles Dommage qui enchanta les enfants, puis les collectionneurs.

Aludo (zamac) Peugeot 802
Aludo (zamac) Peugeot 802

Après la guerre, Aludo reprit une partie des autos produites par DC, dont la fameuse Peugeot 802 Andreau,  mais aussi le camion Panhard tracteur semi- remorque porte-autos. (voir l’article sur les Peugeot 802). Pour relancer la production après la guerre, Aludo a puisé dans les moules d’avant-guerre disponibles. Les  fabrications d’après- guerre sont très fragiles. Il fallait composer avec les matériaux disponibles. Notre camion Chevrolet 3T est en aluminium. Pas de soucis de conservation pour ce camion, l’aluminium est résistant dans le temps. C’est pourtant une grande rareté. Cela tient au fait que sa production fut très courte pour des raisons qui demeurent inconnues.

Il est reproduit à une échelle similaire au 1/50. Une partie des exemplaires portent une décalcomanie “Aludo” sur le plat de la ridelle arrière, comme la plupart des productions de ce fabricant qui portent le logo de la marque.

C’est à ce détail que je dois l’acquisition de mon premier exemplaire. Il y a de nombreuses années, dans un catalogue de vente aux enchères aux Etats-Unis,  j’ai repéré un lot composé d’une dizaine de camions.

La photo était assez médiocre, et l’on ne pouvait se rendre compte si le modèle était en peinture d’origine ou non. Par contre, un détail m’a fait comprendre que le camion était d’origine. Un texte accompagnait la photo et décrivait sommairement le lot. Parmi les différents noms de fabricants figurait « Aludo ». Il me semblait impossible que la personne ayant rédigé le catalogue ait connaissance  du nom du fabricant de ce rare véhicule. Il l’avait eu en main et  le seul élément qui permettait de l’identifier était la présence de cette décalcomanie sur la ridelle arrière. Une fois le lot acquis, l’ouverture du colis a confirmé mon analyse.

Ce fut une de mes plus belles acquisitions dans ces conditions de réflexion. Quelques années plus tard, j’ai acquis un second exemplaire, toujours aux Etats-Unis. Il n’a pourtant jamais été vendu là-bas mais des collectionneurs américains avaient dû en acquérir en France dans les années cinquante

Pour le plaisir des yeux et du partage de l’information j’ai rajouté, un charmant petit camion pinardier. Il porte également sa décalcomanie “Aludo”. Ce modèle a été repris en celluloïd…à moins que se ne soit l’inverse. Il est toujours bien difficile de savoir cela  avec certitude.

Rêve de Buick !

Rêve de Buick !

Je n’ai pas acquis ce modèle directement : elle provient d’un tiers qui se l’est procuré auprès d’une personne travaillant au service marketing (études de marché) de chez Dinky Toys.

Ce tiers avait d’ailleurs acquis auprès de la même personne de nombreux accessoires : des pare-brises de new yorker, de grandes planches de décalques “Calberson” (les derniers étaient en décalque) ainsi que des écussons de pompiers de la ville de Paris.

La finition de cette auto est la même que celle d’une Buick classique : même pochoir, placé au millimètre et pas de finitions argentées au pinceau. J’essaie ainsi d’établir un classement des essais de couleur. Ce type de production, avec une finition identique au modèle de série, est évidemment la plus intéressante, et la plus désirable. A l’aune de mes rencontres et de mon expérience, je m’autorise à penser que ces modèles ne sont pas uniques.

En fait, je ne serai pas surpris de voir un jour apparaitre une autre Buick Roadmaster de cette couleur… : ces autos ont été finies sur une chaine de montage comme les autres Buick et n’ ont pu être faites à la pièce : elles font partie d’une série ;

si l’on connaissait le nombre d’autos accrochées sur le support lors de la peinture…et on connaîtrait le nombre exact d ‘autos faites dans chaque couleur.

Les couleurs de notre modèle ont été empruntées à deux autres modèles le rouge est celui du Delahaye grande échelle et, le bistre du pavillon est celui de la Studebaker Commander .

Par-delà l’Hudson

Par-delà l’Hudson

Il y a des autos miniatures qui évoquent immédiatement des souvenirs. Collectionneurs, nous avons tous notre jardin secret. Pour ma part, je range dans ces modèles l’Hudson Commodore, et plus particulièrement une couleur peu fréquente de cette dernière.

Si la passion pouvait se mesurer au nombre de kilomètres parcourus afin de ramener un objet convoité, je pense que cette aventure servirait de graduation maximum !

Revenons vingt ans en arrière. L’histoire commence par une simple lettre. Le timbre à l’effigie de la reine d’Angleterre collé dans le coin supérieur droit de l’enveloppe permettait d’en identifier immédiatement la provenance. La lettre était accompagnée d’une photographie en couleur qui lui conférait tout son intérêt. Il faut bien se dire qu’à l’époque, faire une photographie d’un modèle exigeait d’avoir un appareil à objectif macro. Mieux valait s’abstenir en l’absence de cet accessoire, car le résultat annihilait toute envie d’acquisition. Aujourd’hui, avec un téléphone portable, vous pouvez déjà obtenir un cliché très satisfaisant !

L’expéditeur, mon ami Simon Haley, tenait commerce au pays des sœurs Brontë, dans le nord de l’Angleterre entre Manchester et Leeds. Il m’écrivait pour m’informer qu’il avait acquis une surprenante couleur de l’Hudson Commodore.

 Le pavillon traditionnellement rouge clair était d’un ton chocolat du plus bel effet. La teinte du bas de caisse semblait également différente. Il me garantissait dans sa lettre d’accompagnement l’authenticité du modèle, ce dont je ne doutais point. Photo en main, j’ai décroché mon téléphone. Après un rapide échange, nous avons vite compris que nos calendriers respectifs ne nous laissaient pas beaucoup d’alternatives pour nous rencontrer.

Avec mon père, nous en avons conclu que nous pouvions aller voir ce modèle en profitant d’une manifestation qui se tenait en Allemagne ! Il suffisait de partir un jour avant, de faire le détour par Calais, monter dans les Highlands, entre Leeds et Manchester, puis redescendre et repartir pour Aix-La-Chapelle ! Et comme disait mon père : “A deux conducteurs c’est plus facile !”.

Partis dans la nuit, la traversée se fit sans encombre, jusqu’au Dartford Tunnel. Nous avions rendez-vous avec Simon vers la mi-journée, ce qui permettait de rejoindre Douvres en fin d’après-midi. Nous n’avions pas prévu qu’un terrible carambolage impliquant plusieurs dizaines de véhicules surviendrait sur la M25 et qu’il conduirait à fermer totalement cet axe vital de Londres, toute la circulation devant alors s’écouler par une seule sortie.

Un cauchemar qui, dans le contexte routier anglais, prit vite une ampleur inconnue chez nous. A midi, nous étions encore dans la banlieue de Londres au lieu d’être chez mon ami Simon, à plus de 400 km de là ! Nous nous arrêtions régulièrement pour le tenir au courant de notre heure probable d’arrivée, sans cesse remise en cause car les embouteillages se succédaient.

Nous avons finalement touché au but vers 18 heures. Il nous avait gentiment attendus et la miniature était superbe. Munis de notre précieuse acquisition, nous sommes arrivés en Allemagne en pleine nuit et pas très frais.

Une fois rentrés en France et l’auto en vitrine, nous ne gardions en souvenir que les bons côtés de ce périple mais il explique sans doute pourquoi l’Hudson Commodore tient une place particulière dans mes Dinky Toys anglaises.

(lire la suite sur l’Hudson Commodore) 

 

Ambulance à Jerusalem

Ambulance à Jerusalem

Le moule d’origine, de cette miniature Standard Vanguard provient de chez River Series (Grande-Bretagne). Cette firme se transformera en Morestone (Morris et Stone, noms des deux associés). Les modèles River Series ne sont pas très fréquent, même en Grande-Bretagne.

Ils ont vite disparu des magasins de jouet. Un grand nombre de moule de ce fabricant se sont retrouvés en Israël (Ford prefect, Buick …)

La Standard a elle été transformée en ambulance. La miniature n’est pas très fine. Gamda l’a équipée de vitres. La décoration est faite à l’ aide de décalcomanies. Ce modèle m’a toujours intrigué, par son côté exotique. Dans les années 70, acquérir des modèles qui venaient “de loin”, avec des décorations qui ne nous étaient pas familières décuplait notre envie de les trouver.

En fait c’est après de très nombreuses années que j’ai trouvé la première. J’ai récupéré la seconde auprès de Paolo Rampini, grand amateur de pièces rares.

Une est aux couleurs de “Red magen david”. Les décalcomanies sont de couleur rouge, avec à chaque fois superposé le texte en hébreu et en anglais.

L’autre possède des décalcomanies et une bande de couleur bleue. Elle est aux couleurs de “Hadassah medical organisation Jérusalem”. La décalcomanie symétrique sur le côté droit, étant en hebreu. Je ne sais laquelle est la plus rare !

Les livrées locales ajoutent à mes yeux un grand intérêt.

La boîte me semble encore plus rare que le modèle. Les deux modèles présentés sont en bel état de conservation, sans traces de métal fatigue comme parfois avec ce genre de modèles. Ont-ils été exportés?