Archives par mot-clé : Mecline

L’Amazon a Oslo : Mecline

L’Amazon a Oslo : Mecline

Il arrive que l’histoire de nos petites autos rattrape la grande histoire. La Norvège, pays à la gestion rigoureuse, décida après la seconde guerre, afin de rétablir sa balance commercial de limiter au maximum ses importations.

Mecline Volvo Amazon
Mecline Volvo Amazon

Des quotas et des priorités furent fixés. Ainsi chaque secteur économique se vit attribuer un quota.

En Norvège secteur du jouet n’étant pas une priorité, il fut donc décidé de fermer les frontières à toute importation de jouets. Cette mesure fut surtout dommageable aux fabricants Danois Lego et Tekno, jusqu’alors très implanté en Norvège.

Ces 2 firmes contournèrent la difficulté en s’associant sur place avec de petites firmes. Ainsi vit le jour, la firme Mecline. D’après mes renseignements, Tekno était lié avec Mecline, mais aussi Nikrom, par un partenariat technique, à qui il louait ses moyens de production. Les modéles sont identiques, a l’exception du chassis, ou le logo Tekno a disparu et des jantes ,en acier tourné monobloc. Les teintes retenues diffèrent également. (je connais aussi une rouge et jaune chez un ami à Stockholm). Je ne connais d’étuis individuels que sur le VW van (modèles que je présenterai plus tard)… mais il doit y avoir un boîtage. Il faut bien dire que ces autos, même auprès des Norvégiens, sont excessivement rares.

J’ai trouvé  cette Volvo Mecline de manière détournée, auprès d’un sympathique client Écossais, qui passait ses vacances de jeunesse en Norvège, et qui l’avait précieusement conservé.

(voir l’article avec la Mercedes 180 Mecline)

De bonnes raisons d’espérer !

« C’était mieux avant » « Il y a une époque où le matériel débordait des tables » Voilà le genre de phrases que j’ai entendu à deux endroits différents : la semaine dernière aux Pays-Bas, à Utrecht et hier à Chicago. Mes interlocuteurs parlaient bien entendu de manifestations de jouets anciens. Mais leur discours peut sans doute s’appliquer à d’autres activités.

Tekno et Mecline
Tekno et Mecline

Il me semble qu’il y a 10 ans les gens tenaient déjà ce type de discours qu’eux-mêmes avaient entendu une décennie plus tôt. C’est peut-être une manière de se rassurer et de se dire qu’eux- mêmes ont eu la chance de connaître une précédente époque qui était formidable. En avaient-ils alors conscience ? Je vous laisse réfléchir sur ce point. Même si l’on constate des changements importants, je trouve pour ma part que l’époque actuelle est pleine de bonnes choses dans le domaine de la miniature.

La première est la baisse des prix ce qui est dû à la forte baisse du pouvoir d’achat des collectionneurs. La demande demeure forte : contrairement au discours de certains professionnels du secteur et de l’édition, le nombre de collectionneurs est en hausse. La seconde et la plus importante à mes yeux est que les collectionneurs sont devenus plus connaisseurs. Ils spécialisent davantage leur collection, et surtout la valeur monétaire d’un jouet n’est plus le critère d’achat. Il y a eu une époque où certaines personnes n’achetaient que dans un but spéculatif. C’était il y a vingt ans. Les belles années, dites vous ?

Ainsi, je trouve que les collectionneurs achètent mieux et plus intelligemment qu’il y a 20 ans. Autre critère très important pour moi, ils achètent les miniatures qui leur font plaisir et non les miniatures qu’il faut acheter afin de compléter une liste. J’ai connu des gens qui, collectionnant Dinky Toys, se croyaient obligés d’acheter toute la production. Il leur fallait tout avoir, du numéro un au dernier modèle hideux des années quatre-vingt, même s’ils reconnaissaient que ces modèles ne leur plaisaient pas du tout. Personnellement je ne suis jamais tombé dans cet excès.

J’affectionne particulièrement la firme Tekno, mais je ne suis pas tellement intéressé par les variantes de couleurs des modèles du milieu des années soixante. Je n’ai jamais acheté la machine-outil par exemple. J’ai tout de même fait quelques entorses. Ainsi, j’ai acquis il y a fort longtemps le modèle Miraco que Tekno avait fabriqué sous licence. Je ne suis pas sensible à ce type de jouet mais il était intéressant d’avoir un exemplaire de cette miniature résultant d’un accord entre Schuco et Tekno. La couleur du modèle et la présence de la boîte ont fini de me convaincre. Par contre je n’ai jamais cherché à en acquérir une autre. S’agissant d’un jouet rare, les prix demandés sont excessifs par rapport à l’intérêt que je porte à ce modèle. Près de trente ans se sont écoulés et l’année dernière à la bourse de Göteborg j’ai eu la surprise de trouver un dérivé de cette copie danoise. Une variante qui m’était inconnue jusque- là : une version norvégienne de chez Mecline. Tekno avait contourné l’embargo norvégien sur les jouets en installant sur place des filières de fabrication. La encore, la présence de l’emballage d’origine a fini de me convaincre. Un an plus tard, même endroit, je suis attiré par un étal ou trône une étrange boîte : une boîte qui m’est inconnue alors que le texte est en français. Il s’agit encore d’une fabrication sous licence d’un modèle Schuco réalisé par les jouets Richard. L’objet et la boîte sont neufs. La calandre est particulièrement réussie avec un personnage dessiné au centre de celle ci.

Et voilà comment naît une nouvelle branche dans une collection ! Des modèles auxquels je trouve peu de charme mais qui ont un lien avec la firme Schuco et sont rares. Chacun vit avec ses contradictions…

J’ai écrit ce petit texte pendant mon séjour à Chicago, la veille du début de la manifestation de jouets anciens. Tôt le matin, sur le parking, je rencontre un client de Montréal. Savez-vous quelle a été sa première phrase ? « Vous-vous rendez compte le changement en 20 ans ! C’était les beaux jours … » Je n’ai pas pu m’empêcher de rire et de lui résumer la teneur du petit texte que je venais de terminer.

En route pour Oslo

Afin de contourner les barrières d’importation qui protégeaient la Norvège, Tekno a implanté sur place de petites unités de fabrication avec la collaboration des firmes norvégiennes Mecline et Nikrom. Mecline, la plus connue, produira ainsi quelques autos dont la série des Volkswagen fourgonnettes. Ces modèles arborent bien sûr, sur leurs flancs, des publicités de firmes norvégiennes.

Bus  Volvo en pleine action
Bus Volvo en pleine action

Un jour de 1994, à la bourse de Göteborg, j’ai fait la rencontre d’un Norvégien plein d’initiative, Erik Knutsen. Pour faire partager au plus grand nombre sa passion des miniatures, il faisait publier, en norvégien bien sûr, une petite revue du nom de « Modell Leker ». Cette modeste revue servait de trait d’union à toute la petite communauté norvégienne des collectionneurs. Grâce aux adresses indiquées j’ai pu contacter bon nombre de ces personnes et glaner quelques pièces après de longues négociations.

C’est sur la couverture du numéro deux de la revue que j’ai découvert ce bus Volvo. Le cartouche de direction indiquant la ville d’Oslo, j’ai très vite compris qu’il s’agissait d’une version fabriquée pour ce marché. C’est dans la langue de Shakespeare que je me suis renseigné auprès d’Erik Knutsen au sujet de cet intriguant autobus. Il m’expliqua que son bus Volvo était d’origine Mecline.

En effet, toutes les inscriptions Tekno avaient été effacées par Mecline. Le châssis, moulé en zamac, est totalement lisse. La conception astucieuse développée par Tekno a bien sûr été conservée.

Comme les camions Tekno, le car est moulé en trois parties que deux grandes vis maintiennent en place. Il est vrai que ce choix de fabrication a empêché Tekno d’équiper son véhicule d’un aménagement intérieur : les deux vis transpercent l’habitacle et deux caches rapportés permettent de masquer les têtes de celles-ci sur le pavillon.

Comme je l’ai déjà expliqué dans la chronique relative au Volvo express, cette conception permet de réaliser facilement des finitions bicolores, voire tricolores. La ligne intemporelle de ce modèle lui ouvrira une carrière particulièrement longue. Il ne s’éteindra qu’avec la fermeture de Tekno, en 1972 : les derniers modèles sont vendus en boîte vitrine.

Avec cette miniature, Tekno semble avoir voulu reproduire le modèle B615. La reproduction demeure d’une approximation à laquelle, Tekno, fabricant rigoureux, ne nous avait pas habitués.

Il n’est pas exclu que la reproduction de notre Volvo soit une version recarrossée par un artisan local. Nous n’avons trouvé aucune trace de cette imposante calandre dans la documentation sur les cars Volvo. Il se peut également que Tekno, désireux d’exporter son modèle aux quatre coins de la planète, ait cherché, à partir d’une base simple à reproduire un modèle passe-partout. Si tel était son objectif, il sera atteint et de belle manière puisqu’une version arborera le logo « Scania Vabis », concurrent de Volvo !

Enfin, dernier détail, amusant Tekno a bien reproduit un accès par une simple porte, derrière le passage de roue, côté droit. C’est assez fidèle aux photos disponibles. Mais Volvo, constructeur Suédois, avait équipé son véhicule destiné au marché local d’une porte côté gauche puisqu’en Suède, la circulation s’est faite comme en Angleterre côté gauche jusqu’en 1967. Là aussi, les catalogues du constructeur Volvo le montrent bien, mais Tekno, dans son souci d’exportation, oubliera ce détail. La version Mecline est en tout point identique au modèle danois, sauf l’inscription sur le châssis qui a disparu, bien entendu. Elle reproduit un bus de la compagnie des transports en commun de la ville d’Oslo : Sporveien. La publicité Esso n’ajoute rien de particulier quant à l’identification du pays d’origine du bus. Il n’en est pas de même du décalque situé de l’autre côté du pavillon. Celui ci est aux couleurs d’ « Aftenposten », grand quotidien norvégien, qui existe encore aujourd’hui.

Nous verrons la semaine prochaine, à travers l’étude des différentes versions de bus (et non de cars) comment Tekno a su adapter son modèle.