Archives par mot-clé : Lancia

Dalia Lancia Flaminia

Dalia Lancia Flaminia

Elégance italienne à Barcelone.

Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés
Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés

Comme bon nombre de modèles de la série 100, la Lancia Flaminia sera produite de l’autre côté des Pyrénées, en Espagne. Contrairement à d’autres modèles de la série 100, sa carrière internationale se limitera à ce pays. Elle n’aura malheureusement pas l’honneur d’être produite au Brésil ou en Argentine.

La version espagnole produite à Barcelone chez Dalia aura une belle et assez longue carrière.

Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés
Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés

L’existence de trois boîtes différentes en atteste.

Ceci dit, par rapport à d’autres modèles Solido-Dalia comme la Mercedes 220SE ou la Ford Thunderbird, elle ne sera jamais affublée des décorations et accessoires qui caractérisent les Dalia dont la production s’est étendue sur une longue période. Il n’y aura pas de déclinaison taxi, ambulance, Autopistas, course ou Bomberos. Il est certain que cela ne n’aurait pas été très crédible.

Mais sur ce point, Dalia ne s’est jamais retenue de produire, surtout à la fin, des versions farfelues qui font désormais le bonheur des collectionneurs.

Il est intéressant de constater que le moule Dalia recevra les améliorations apportées par Solido à son modèle : les phares rapportés ont ainsi remplacé les phares moulés. Comme toujours avec Dalia, la qualité décline avec le temps. Les premières versions, celles avec phares moulés, recevront une peinture de meilleure qualité que les modèles suivants. Il en sera de même pour les finitions argent au pochoir. Par contre Dalia n’utilisera jamais les jantes standard en remplacement des jantes en acier chromé concaves comme Solido le fit.

La palette de couleurs est large. II est heureux de constater que Dalia n’affublera jamais cet élégant coupé de couleurs criardes. Il existe sans doute d’autres teintes que celles qui sont photographiées, à vous de les trouver !

En voilà une autre, arrivée récemment

voir les autres articles  consacrés à la Solido Lancia Flaminia

Banale, la Lancia Flamina Solido ?

Banale, la Lancia Flamina Solido ?

C’est l’interview de Jean de Vazeilles patron de Solido, qui m’a ouvert les yeux il y a une vingtaine d’années. Lorsque le journaliste lui a demandé quel était son modèle Solido favori, il a répondu sans l’ombre d’un doute, la Lancia Flaminia.

Moi, la Lancia Flaminia ce n’était pas mon modèle favori, elle venait après bien d’autres modèles. Il faut dire que la série 100 comporte un très grand nombre de miniatures exceptionnelles parmi lesquelles il est bien difficile de faire un choix.

Solido Lancia Flaminia avec phares moulés, jantes en acier et volant à trois branches
Solido Lancia Flaminia avec phares moulés, jantes en acier et volant à trois branches

Monsieur De Vazeilles expliqua son choix par la fierté qu’il éprouvait d’ avoir été le premier fabricant de modèles réduits au monde à proposer une miniature avec des portes ouvrantes. Parmi toutes les innovations techniques de Solido, notamment celles relatives à la suspension et aux chenilles moulées, c’est celle-ci qui lui procurait le plus de fierté.

Depuis ce jour, je n’ai plus regardé cette miniature de la même façon.

Récemment Jean-Michel Roulet est venu à la boutique afin de tourner une petite séquence pour une chaîne de télévision. Il devait donner son avis sur la valeur marchande de quelques miniatures qui passaient aux enchères. Peu avant le tournage, lors de la découverte du lot, je n’ai pu m’empêcher à la vue d’une Lancia Flaminia de chez Solido de lui dire toute l’importance que j’accordais désormais à cette miniature, et surtout à cette innovation. Quelques minutes plus tard, lors du tournage il est revenu sur ce détail.

Solido Lancia Flaminia avec et sans inscriptions portières bts SGDG
Solido Lancia Flaminia avec et sans inscriptions portières bts SGDG

Comme le raconte Bertrand Azéma, le secret avait été bien gardé. Sur le catalogue qui annonce sa sortie il n’y a aucune spécification sur ce point. Solido avait pris toutes les précautions pour ne rien dévoiler avant la présentation du modèle. Ainsi, sur les premiers modèles la mention « portes ouvrantes SGDG » n’est pas gravée sur le châssis.

Il semble que Solido ait déposé le brevet au dernier moment afin de ne pas éveiller les soupçons de la concurrence. La surprise dut être de taille.

Les premiers exemplaires sont de couleur rouge métallisé ou bronze. Avec des nuances plus ou moins marquées, ces teintes jalonneront la carrière de l’auto. Les premières séries sont également reconnaissables au volant à trois branches. Elles possèdent des phares moulés.

Solido Lancia Flaminia avec phares strass et phares moulés
Solido Lancia Flaminia avec phares strass et phares moulés

Améliorant sans cesse ses produits, Solido proposera ensuite des phares rapportés du plus bel effet.

Bertrand Azéma avait une affection particulière pour la dernière version qu’il trouvait fort réussie. Les jantes moulées en zamac brut qui remplacent les jantes en acier concaves l’habillent de manière élégante. Dans cette configuration plus tardive, le châssis est peint en noir et non plus en gris comme en début de production. Parmi les couleurs habillant les dernières versions la couleur crème est peu fréquente.

 Seule la version verte mérite cependant le qualificatif de « rare ». J’ai eu l’occasion de récupérer un essai de couleur parme chez Bertrand Azéma, essai qui n’a pas été retenu en production.

Signalons enfin que Facom commanda une série de véhicules destinés à être offerts , sur le châssis desquels son logo était apposé en décalcomanie. Les carrosseries semblent être toujours de couleur bordeaux. Je possède aussi une Mercedes 220SE avec la décoration Facom et les mêmes spécificités techniques, ce qui prouve bien qu’elles furent produites durant la même période.

Arrivé à un certain point le collectionneur de Solido ne trouve plus rien. Une fois épuisées les variantes de couleurs, et elles sont fort nombreuses, je me suis intéressé aux couleurs d’intérieur. Trois couleurs ont existé : ivoire, beige et rouge. Solido a panaché les couleurs de carrosserie et d’intérieur, surtout au début de la production de cette auto. Je suis ainsi arrivé à 27 Lancia Flaminia, sans compter les productions étrangères. Signalons enfin que La Lancia est une miniature des plus abordables.

(voir l’article précédent sur la Lancia Flaminia)

(voir l’article sur la Lancia Flaminia Dalia Solido)

Noël à Milan avec PM Presofusiona Mecanica

Il y a des noms de fabricants de jouets qui pour moi évoquent instantanément le rêve. PM, Presofusiona Mecanica, en fait partie. Cette firme éphémère est peu connue des collectionneurs. Il semble que sa production n’ait jamais passé les frontières italiennes.

Il a fallu les ouvrages de Paulo Rampini ainsi que quelques photos dans la revue « ma collection » de Michel Sordet pour nous faire découvrir ces joyaux.

PM c’est un univers. Ses concepteurs ont créé autour des véhicules toute une infrastructure : panneaux, barrières, passages à niveaux, pompes à essence tourniquets… et bien d’autres encore.

Tout un ensemble d’accessoires permettant de recréer en miniature un monde virtuel. Le coffret est présenté dans un cartonnage coloré faisant penser aux boîtes que l’on trouvait au moment de Noël dans tous les pays latins (Espagne, Portugal, Italie). Les autos sont des Lancia. L’échelle retenue est environ le 1/41. La disposition des objets à l’intérieur du coffret est attrayante : au centre un îlot couvert abritant une jolie pompe à essence ; devant, sur le coté, un présentoir avec des bidons d’huile ; des panneaux de direction. Le décor est planté, celui d’une petite station service. J’ai acquis ce coffret… en Angleterre. Il provient de chez Mike Richardson qui le vendit sous mes yeux à un autre collectionneur britannique. Je mis longtemps à trouver la pièce qui allait décider ce collectionneur à s’en séparer. Je n’en ai jamais revu un autre. Il y a sûrement eu de nombreux autres coffrets chez ce fabricant.

J’en profite pour vous présenter un autre joli coffret avec trois autos qui devait faire la joie des mécaniciens en herbe : les autos sont à assembler à l’aide du tournevis fourni dans le coffret.

Bien que ces deux coffrets présentent les mêmes voitures, j’ai plus d’attirance pour le premier, « autoservizio »sans doute à cause de la présence de la présence de la station service et d’une présentation globalement très esthétique.

Déménagement sur le Bosphore

Les miniatures Edil Toys avaient toutes les caractéristiques qu’on reconnaît aux productions de la capitale lombarde : luxueuses, élégantes, chic et d’avant-garde. A une finition irréprochable s’ajoutaient de belles peintures. Cependant, un choix de modèles peu inspiré et un coût de production assurément trop élevé conduisirent cette marque prometteuse à sa perte. N’oublions pas qu’au milieu des années soixante, la demande avait évolué. Il fallait proposer des autos de course, des prototypes, des voitures de rêve.

Edil Toys et Meboto
Edil Toys et Meboto

On ne sait pas dans quelles conditions l’industriel milanais céda son outillage à Meboto en Turquie. Une chose est sûre, l’industriel d’Istanbul essaya de produire des miniatures de la même qualité que la production milanaise d’origine. Il ne chercha pas à simplifier les moules. Or un transfert d’outillage n’est pas une mince affaire et il est souvent nécessaire d’adapter les moules au système d’injection en place dans la nouvelle usine.

A titre d’exemple, M. Juge qui avait supervisé le rachat des moules de Norev pour Eligor m’avait raconté qu’il avait fallu un long et coûteux travail d’adaptation pour que LBS qui sous-traitait la fabrication des Eligor puisse sortir les premiers modèles issus des moules Norev. Visiblement, ce travail d’adaptation ne fut pas réalisé en Turquie. Rapidement, la qualité déclina. Pire, les modèles commencèrent à sortir sans accessoires. La Ferrari 275GTB reçut ainsi une couche de peinture argent à la place de ses phares en plastique translucide d’origine. La Lancia Flavia perdit également ses strass. Puis le chromage des pare-chocs disparut. Quant à l’ajustement des parties ouvrantes, au fur et à mesure de la production, l’écart entre la caisse et les portes ne fit que croître. Ce fut un long déclin pour ces modèles produits sur la rive du Bosphore.

Les collectionneurs sont parfois imprévisibles. Les premières moutures, de belle qualité ont toujours été prisées. Désormais, malgré leur médiocre qualité, même les ultimes Meboto sont recherchées. Il faut dire qu’en Italie, elles sont l’équivalent de nos Dalia par rapport à nos Solido. Ces dernières ont également connu des envolées spectaculaires. Cependant, les modèles espagnols n’ont jamais été produits en deçà d’une certaine qualité, ce qui n’est pas le cas des Meboto tardives. Sur ces dernières, même le carton des boîtes est de piètre qualité. A ce sujet, il est intéressant de noter que Meboto n’a pas repris le schéma de couleurs des boîtes Edil, mais a adopté celui des étuis Dinky Toys en utilisant le rouge et le jaune et le dessin de la silhouette de l’auto. Toute la ressemblance avec Dinky Toys s’arrête là.

Dialogue de Buicks … suite

Les deux autres sont signées Wittrock. Elles sont en plastique. La plus grande, de couleur bordeaux est au 1/32 et la rouge au 1/38 environ. Les boîtes sont évocatrices. Celle de la plus petite est clairement destinée au marché américain « The New Dollar Dream ».

Buick chocolat Kemmel
Buick chocolat Kemmel

L’annotation n’appelle pas de commentaires. La finition est simple, voire simpliste par rapport à celle du grand modèle et montre clairement que le fabricant a dû tirer sur la qualité afin d’abaisser son coût de fabrication et d’être compétitif sur le marché américain. Bien qu’en plastique, celle de couleur bordeaux est peinte et bénéficie d’une finition au pochoir pour toutes les parties de couleur argent. Le résultat est superbe. Ces deux modèles peuvent cohabiter sans souci.

Voilà donc deux ensembles constitués. Les plus observateurs d’entre vous auront remarqué un étrange détail commun sur ces quatre miniatures. Outre le fait qu’elles sont censées reproduire une auto similaire, de millésime différent : toutes sont équipées de jantes siglées « W », pour Wittrock ! Il y a donc un lien entres ces productions. Il est possible que Stentorp qui ne travaillait que le zamac ait sous-traité chez son concurrent les jantes pour ses modèles. Mais les autres modèles Stentorp en ma possession (Lancia, Studebaker) ont des jantes en zamac.

Il y a donc sûrement eu un lien plus étroit entre ces firmes, d’où l’intérêt de les faire dialoguer entre elles ! On peut enfin s’interroger sur le besoin de reproduire la même auto, même si la Buick fut dans les années cinquante une référence esthétique.