Archives par mot-clé : Ferrari

Alfa Romeo 158 de chez Dinky Toys

Comme une image

Désormais tout va vite. A peine un constructeur automobile a-t-il présenté un nouveau modèle que son restylage est déjà prêt au bureau d’étude !

Ce sont les constructeurs automobiles américains qui sont responsables de cette frénésie.

Afin de doper les ventes, dès les années trente, ils vont proposer des évolutions annuelles de leurs modèles. Durant cette période de croissance, il fallait sans cesse tenter le consommateur et lui donner envie d’avoir le modèle dernier cri.

L'ensemble des monoplaces dans le coffret cadeau
L’ensemble des monoplaces dans le coffret cadeau

Les fabricants de jouets essaieront de coller au plus près de l’actualité. Ainsi, pour l‘Aronde et la Studebaker, Dinky Toys a dû proposer des versions empruntant les éléments de deux millésimes. Heureusement, il demeurait un domaine où les choses évoluaient bien plus lentement, celui des autos de course qui n’était pas soumis aux mêmes lois de marché. Au contraire, même. Une auto pouvait ainsi traverser les années et passer de propriétaire en propriétaire. Parfois transformée, modifiée, repeinte, elle gardait bien souvent une identité propre qui permettait aux spectateurs de la reconnaître du premier coup d’œil, même sous une autre couleur. L’exercice se révélerait bien périlleux en 2015.

Si la Ferrari de Vettel perdait sa robe rouge et recevait une publicité pour une boisson énergisante, la reconnaitriez-vous facilement ? J’en doute.

Mais à l’époque on ne pouvait pas confondre une Ferrari 500F2 et une Alfa Romeo 158. Les fabricants de jouets vont en profiter pour conserver ces modèles très longtemps dans leurs catalogues. Dinky Toys qui gardera  sa série réalisée en 1952 jusqu’en 1964 n’a-t-’il pas été trop loin ?

La révolution opérée par les constructeurs britanniques qui ont fait passer le moteur à l’arrière donnera à ces autos un coup de vieux. Déjà, en 1958-1959 la presse automobile spécialisée qualifiait les Ferrari à moteur avant de « dinosaures ». Qu’en pensaient les enfants lorsqu’ils regardaient les vitrines des magasins de jouets ? Il est vrai qu’ils n’avaient pas les moyens actuels de suivre leurs héros préférés, et le plus important était de rêver devant des bolides, qu’ils soient dépassés ou non. C’est la silhouette de l’Alfa Romeo 158, la présence d’un personnage casqué, de roues dépourvues d’ailes et d’un pot d’échappement latéral qui transportaient les gamins et les faisaient se transformer en petit Fangio ou en Stirling Moss des bacs à sable.

Pour un fabricant de jouets comme Dinky Toys, il était aussi important d’avoir dans son catalogue des autos de course que d’avoir un camion de pompiers ou un char. Voilà comment il faut interpréter la présence de ces autos qui s’éternisaient aux catalogues, sans oublier toutefois le sens de l’économie qui caractérisait Liverpool.

Nous allons nous arrêter sur l’auto qui, après la guerre, ouvrira le palmarès du tout nouveau championnat du monde des conducteurs : L’Alfa Romeo 158 dite Alfetta. Sa conception remonte déjà à 1937. Après la fin de la guerre, c’est en toute logique qu’elle s’imposera dans la course au titre pour les trois premières places du tout nouveau championnat du monde de formule 1. Liverpool en livrera une très belle reproduction. Distribuée dans un premier temps par boîte de six, elle recevra ensuite un étui individuel en carton et connaitra même, vu sa carrière prolongée au catalogue, l’expérimentation des emballages dits « blister » : l’auto reposant sur un socle coloré est coincée dans une bulle en plastique thermoformée. Au cours de sa longue carrière ce sont les jantes qui connaitront le plus de variantes. Le modèle sera d’abord équipé de jantes moulées et peintes de couleur rouge, et ce pendant la plus grande partie de sa production. Puis ces dernières seront remplacées par des jantes en acier chromé concaves avant de connaître, oh sacrilège, le plastique ! Ce sont ces versions que l’on retrouve dans le dernier emballage précité.

L'ensemble des monoplaces sur le diorama
L’ensemble des monoplaces sur le diorama

Au début des années soixante, dans un sursaut désespéré, Meccano essaiera de relancer ces autos en créant un superbe diorama représentant l’ensemble des monoplaces disponibles au catalogue. Les autos sont disposées dans un arc de  cercle coloré figurant la courbe rapide d’un circuit virtuel. Il est vrai que l’ajout des jantes en plastique coloré donne à ces autos un aspect anachronique. Continuer la lecture de Alfa Romeo 158 de chez Dinky Toys

1968 : révolution sur les circuits de F 1

C’est au Grand Prix de Belgique 1968 que pour la première fois des ailerons ont été installés sur des monoplaces. Ce sont les écuries Ferrari et Brabham qui ont les premières équipé leurs monoplaces. On ne sut jamais laquelle des deux équipes avait été la première à le faire, l’une et l’autre s’accusant mutuellement de s’être copiées.

Dinky Toys Ferrari F 1
Dinky Toys Ferrari F 1

En fait, la première apparition d’un aileron semble remonter à 1956. L’ingénieur Michel May en avait fait installer un sur un spider Porsche. Il dût le démonter aussitôt. C’est l’arrivée des constructeurs européens sur l’ovale d’Indianapolis, qui va faire découvrir aux Américains l’importance de l’aérodynamisme dans les performances et le comportement des monoplaces. De son côté, Jim Hall, le génial créateur des Chaparral installera des ailerons Continuer la lecture de 1968 : révolution sur les circuits de F 1

Vous avez dit mimétisme ?

Un constat amusant s’impose à la vue des catalogues Dinky Toys et Solido, celui du mimétisme. En fait, depuis le milieu des années 60, la direction de Meccano semble avoir compris que sa jeune clientèle est bien plus attirée par les coupés, les monoplaces et les bolides que par les berlines familiales.

Dinky Toys Ferrari F 1
Dinky Toys Ferrari F 1

Dès 1967, Meccano offre une bonne reproduction de la Porsche Carrera 6. Celle ci est proposée en version stradale, certes crédible, mais nous avons l’impression que la direction n’ose pas sauter le pas et proposer une version course. Solido reproduira aussi la Porsche Carrera 6, sans capots ouvrants, plus juste dans la ligne générale que la Dinky Toys, et dans une livrée compétition.
A la Matra MS 10 V12 de 1968 de Bobigny, Solido répliquera avec la Matra MS 80 qui sera championne du monde en 1969. Ensuite Bobigny proposera une superbe Ferrari 312 P barquette, et Solido ne pourra s’empêcher de répliquer avec une autre version de la 312 P, en carrosserie berlinette.

Jusque là, les deux fabricant avaient réussi à ne pas proposer un vrai doublon. Pourtant, cela va se produire avec la Ferrari 312 monoplace, dans la même livrée, celle du Grand Prix de France 1968. Je ne peux m’empêcher de penser que M. de Vazeilles chercha à répliquer à la soudaine offensive de Meccano sur « son » marché, celui de la voiture de course. Ainsi, lorsqu’il sut que Meccano préparait une monoplace Ferrari 312, il demanda à son bureau d’étude de réaménager le moule de la version 1967 sans aileron, que Solido venait de sortir en ce début 1968. Pour être objectif, la version de Meccano me semble supérieure. Ce qui peut s’expliquer par le fait que Meccano partait d’une feuille blanche. De plus, la décoration est complète. On peut ainsi observer que dans le numéro 26 le deux et le six sont, comme dans la réalité d’un graphisme différent. C’est un beau souci du détail, et à travers cela c’est bien l’esprit maquette qui prédomine. Ces autos ne connurent pas un succès énorme.

Modèle de substitution

Il faudra attendre les années 90 pour voir des reproductions de la Chaparral 2F supérieures à celle de Solido. Quand on compare à notre Solido une Marsh Models, une Minichamps ou une True Scale Model, trois fabrications artisanales, on s’aperçoit que le fabricant français a été le seul, à l’époque, à proposer une reproduction au strict 1/43, fidèle à la réalité. C’est un exploit quand on sait que les concepteurs ont dû placer le système permettant de braquer l’aileron sans altérer les formes de l’auto.

Solido Chaparral blanche
Solido Chaparral blanche

La miniature sortira d’abord peinte de couleur blanche, conforme à la réalité. Le passage de la boîte carton à la boite vitrine coïncidera avec une petite évolution. Une décoration sera appliquée avec un complément à apposer. L’habitacle de l’auto connaîtra aussi une variante. La fin de production verra une version de couleur rouge, moins fréquente. A la même époque aussi, Solido équipera ses 2F des jantes de la Ford MK IV. C’est tout un symbole. Une série aux couleurs vives et peu réalistes sera produite : rouge, argent, turquoise, orange. Destinée à l’origine à l’exportation pour Marx aux USA, le surplus sera distribué en Europe.
Présent sur tous les fronts, Marx à cette époque était le leader mondial des fabricants de jouets. En fait Marx n’a jamais été un vrai fabricant à part entière, mais un commanditaire. Cette firme américaine sous-traitait la fabrication des jouets chez une multitude de fabricants disséminés dans le monde. Solido sera un de ses fournisseurs durant un court laps de temps. Avec cet accord, Solido trouvait là un moyen d’exporter ses modèles aux USA. On sait que M. De Vazeilles était assez réticent à travailler avec les américains. Dans une interview qu’il avait donnée à « Multimania » en 2000, il expliquait qu’il n’appréciait guère les « techniques » commerciales d’outre-Atlantique qui consistaient à acheter une très grande quantité à un prix bas. Marx exigea de faire apparaître le logo Marx et le texte en américain sur les étuis en carton.

Une intéressante version a vu le jour il y a quelques années. Il s’agit d’une version Solido Marx, de couleur blanche, classique. Le seul intérêt réside dans la boîte et la lettre qui l’accompagne. C’est la firme Post Cereal qui est à l’origine de l’envoi de cette lettre. En fait, la voiture est une prime. Une prime comme nous en avions également en Europe : le client collectionnait des points au fil de ses achats et, une fois amassée la quantité requise, il les envoyait à Post Cereal pour bénéficier de sa prime. La lettre explique cependant que le contenu de la petite boîte ne sera pas celui escompté : la Chaparral 2F est allouée en remplacement de la Ford Cortina de chez Dinky Toys promise. Post Cereal se dédouane en expliquant que devant le succès de l’opération, les Ford sont épuisées. Post Ceral espère cependant que le réceptionnaire ne sera pas trop déçu. Personnellement j’aurais été ravi du remplacement. Marx avait peut-être réussi à placer ses Solido chez Post Cereal en s’avérant moins cher que Hudson Dobson, l’importateur Dinky Toys.
Enfin, signalons une rare version qui m’a été confiée par M. Arnaud Guesnay, grand amateur de voitures texanes notamment. Marx fera produire à Hong Kong un surmoulage en plastique équipé d’un moteur électrique et destiné à un circuit routier électrique. L’aileron est fixe bien sûr. Il y a fort à parier qu’une seconde auto accompagnait cette Chapparal de circuit électrique et que c’est également dans le catalogue Solido que Marx avait puisé son inspiration. S’agit-il d’une Porsche Carrera 6 ou d’une Ferrari 330P3 ? Peut-être avez-vous la réponse.

L’oiseau éphémère, la Chaparral 2F

Il y a des véhicules qui sont hors du commun. On peut justifier ce qualificatif lorsque les fabricants de miniatures en ont proposé de nombreuses reproductions. Encore faut-il relativiser ce phénomène. Ainsi on ne peut s’étonner de voir un grand nombre de reproductions d’autos dont les durées de vie sur les chaines de production ont été longues. Le meilleur exemple est bien sûr la Volkswagen Coccinelle qui est née à la fin des années trente dont l’existence s’est étirée sur plus de cinquante ans et qui a été distribuée sur plusieurs continents. Il n’est pas étonnant de voir des milliers de reproductions, plus ou moins heureuses de cette auto. Il est plus intéressant de se pencher sur des autos éphémères mais qui ont donné lieu à un très grand nombre de reproductions en miniature.

Solido Chaparral 2 F
Solido Chaparral 2 F

En 1967, deux autos exceptionnelles vont connaître le succès auprès des décideurs des fabricants de miniature. Un tel engouement ne peut laisser indifférent les amateurs de l’histoire de la miniature automobile car il fallait vraiment qu’elles soient hors du commun pour que les fabricants investissent dans des moules onéreux. On imagine également la frénésie dans les bureaux d’étude afin être les premiers à proposer ces modèles.
Si vous ne l’avez pas deviné, je veux parler de la Lamborghini Miura et de la Chaparral 2F.

Pour la belle italienne, la ligne intemporelle créée par Bertone lui a valu la une de tous les magazines. Elle a fait fantasmer bien des conducteurs malgré des qualités routières qui n’étaient pas au même niveau. Près de cinquante ans après, elle n’a rien perdu de ses charmes, bien au contraire. On comprend alors le choix des fabricants de jouets qui l’ont inscrite à leur catalogue.

Pour la Chaparral c’est un accessoire qui lui vaut les honneurs. La ligne de l’auto tout en coins tranche avec celle des autos de course de l’époque. La Ferrari 330P4 tout en rondeurs est diamétralement opposée à cette conception. Mais l’élément déterminant est bien son grand aileron mobile. Cette Chaparral 2F a également fait la une des magazines et a intrigué la presse. Il ne faut pas oublier que nous sommes en pleine période de conquête spatiale et que l ’Europe est admirative de la puissance américaine.

La liste des fabricants ayant proposé une Chaparral 2F au 1/43ème ou assimilé est longue : Mebetoys, Mercury et Politoys en Italie, Märklin, Gama, Schuco en Allemagne, Joal en Espagne, Marx et Ideal à Hong Kong, Jouef en France. Parmi les très nombreuses reproductions, une se détache du lot. Il s’agit de la reproduction faite par Solido, en France. C’est cette dernière qui va retenir notre attention. Solido vient à peine de proposer une magnifique Chaparral 2D à sa clientèle, lorsqu’elle se lance dans l’élaboration du moule de la 2F. Si dans la réalité la 2D est convertie en 2F, il n’en est pas de même s’agissant des miniatures. C’est bien un moule nouveau qui est conçu. Il faut dire que les deux autos ont une esthétique très différente, et cela n’est pas dû uniquement à la présence du grand aileron. La forme en coin de la 2F tranche avec celle plus conventionnelle, plus galbée de la 2D. Elles ont en commun les portes papillons et bien sûr le moteur Chevrolet. Solido, toujours en avance va être le seul fabricant à proposer un aileron mobile, comme sur la vraie voiture. La seule infidélité sera l’adjonction d’un troisième mât actionnant le cabrage de l’aileron. Dans la réalité le système actionnant l’aileron passait à l’intérieur des deux mâts, ces derniers étant même profilés. Je me souviens encore du plaisir que j’avais à appuyer sur l’essieu arrière pour actionner l’aileron. Dans la réalité, la transmission semi-automatique avait permis de substituer à la pédale d’embrayage celle servant à braquer l’aileron: elle était en permanence enfoncée et, en la délestant, le pilote actionnait l’aileron. Pour la petite histoire, au Mans, ce dernier se bloquera sur l’auto numéro 7 en position « freinage ».

Afin d’illustrer mes propos, j’ai choisi quelques versions moins fréquentes. Elle ont pour point commun d’être toutes des productions étrangères de chez Solido : Dalia en Espagne, Buby en Argentine et Brosol au Brésil. Seule la Brosol bénéficie d’un marquage spécifique au niveau du châssis. Ses feux arrière, en strass de couleur rouge sont une caractéristique de l’ensemble des productions brésiliennes. La Dalia est reconnaissable à ses numéros de course en papier et la Buby à ses jantes très particulières.